3
Commentaires

Guerre anti-drogue aux Philippines, les médias comptent les morts

Il s'est fait élire en promettant de "nettoyer" les rues de son pays du trafic de drogue. Le nouveau président philippin Rodrigo Duterte mène depuis une répression sanglante entre exécutions sommaires de petits dealers et de toxicomanes, opérations coup de poing et bavures policières contre des personnes liées de près ou de loin au trafic. La presse philippine, et désormais internationale, suit cette "guerre" contre la drogue avec sidération.

Derniers commentaires

Article intéressant !

Mais dans un pays aussi inégalitaire et corrompu c'est vraiment du populisme de vouloir faire croire qu'il est possible de régler le problème de la drogue de cette façon...
Et si ça marche ? Le syndrome du punisher pose problème, car il est en quelque sorte légitimé par les résultats lorsque la cause est "juste". Je ne dis pas que pour le moment cela fonctionne, ni que c'est la meilleure et unique solution.

Je me pose juste la question du débat moral. Le punisher est toujours coupé en 2 dans marvel. Ici... ?
De son côté, mercredi, le bureau des Nations Unies contre la drogue et le crime a condamné "l'apparent soutien aux exécutions judiciaires" du pouvoir philippin.

" Apparent soutien " : c'est bien l'ONU, ça.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.