55
Commentaires

Grèce vs Bruxelles : la bataille de l'excédent primaire

"La Troïka demande l’impossible aux Grecs" a estimé ce matin sur RFI l’ancien ministre chargé du Développement et ex-eurodéputé écolo Pascal Canfin. Pour preuve : Bruxelles exige de la Grèce un excédent primaire – le solde entre recettes et dépenses hors paiement de la dette – de 4,5% du PIB alors que la France, mauvaise élève, n'est même pas foutue d'être dans le positif. Des exigences intenables à l’origine de la rébellion des Grecs, selon Canfin. Pour autant, si ses conclusions sont valables, la comparaison avec la France n’a pas vraiment de sens. Explications.

Derniers commentaires

Entre les banquiers allemands et la dette, c'est shakespearien.

Je sais, c'est pas gentil pour Shakespeare.
C'était bien du bluff du côté des dirigeants européens, la Grèce a obtenu la prolongation des aides.
Le 28 février sera une date mémorable, on sera enfin débarrassé d'un boulet : la Grèce !
Moi qui ai de nombreux contacts au Portugal, je peux vous assurer que le peuple rie jaune en voyant les pourparlers Grèce Troika !
Les portugais se sont saignés plus que es grecs, sans broncher, et remboursent leurs dettes, eux !
De bons élève, donc ...
L'article de Krugman est tres claire, et explique bien les choses . Sur arte les derniers mois il y a eu beaucoup de documentaire sur Keynes et Hayek, sur Weimar, et sur le krach de 29 et la grande depression. Tous etait tres claire, bizar que les dirigeants (pire les economistes ) nie l'histoire .

J'aimerais clarifier un point tres important, que Lordon essaye aussi d'imprimer dans la tete des gens :


Une banque central n'a rien a voir avec une banque:

La monnaie n'a rien a voire avec le benefice ou le profit . La creation de richesse n'est pas la creation de monnaie.

C'est bien toute la clef de la monnaie. Cela n'est rien d'autre qu'un moyen d'echange . Cela n est rien d autre que le pouvoir d'acheter . Le profit , l'interet etc , peu se faire meme quand en terme monetaire vous gagner la meme chose.


Imaginer que votre salaire reste le meme , mais que subitement tout les prix chute de moitié . Vous serez deux fois plus riche, et pourtant votre compte sera pareil .

La banque central imprime la monnaie et la met dans le systeme via les banques et le systeme financier, ce systeme multuplie cet argent a cause de sa dematerialisation et donc le fait que l argent est preter et repreter , et va d'un compte a l'autre, avec a chaque fois pour la banque de ne garder que 10 a 20% de cette somme en fond propre . La banque central (mal nommer car ce n'est pas une banque), imprime des billets et les met dans le systeme. Le systeme prend ces billets , et mecaniquement cela creer de la monaie scripturale (compte ecrit donc argent dematerialisé) .

Si la banque central creer trop de monnaie, il y a inflation (la valeur de la monnaie baisse en valeur reel = les prix montent= inflation) , si elle imprime trop peu de monnaie la valeur de la monnaie monte (les prix baisse = deflation) .


La politique monetaire est interdite maintenant , car c'est la BCE qui decide . En gros c'est unique dans l'histoire du monde, une economie qui a decider de se passer completement de politique monetaire (par pur ideologie ultra classique, car au fond de tout ca c'est un conflit de theoritien , qui a ete deja perdu pas Hayek au prix de deux guerre mondiale) . EN gros les classique dise la politique monetaire est inoperante, elle ne fait que bouger les prix, mais pas les volumes produit par l'economie.
Keynes leur repond , je suis d'accord avec vous a l'equilibre, mais quand il y a crise , la politique monetaire est operante . Hayek etait encore plus debile, il pensait qu'il fallait rester a l'equivalence or , parceque sinon ca ne serait qu'un bout de papier. Donc hayek n'avait pas compris que l'argent n'a pas besoin de valeur intrinseque, et pire que ca , il n'avait pas prevue, que vu que les economie croissent, elle ont besoin de plus de masse monetaire, sinon fatalement , a masse monetaire egale (nombre de jeton sur une table de poker) , si les volume augmente (les joueur commence a jouer gros) , la valeur de la monnaie ( la valeur des jeton) , devront monter pour permettre l echange de bien (deflation).

Or si la valeur de l'argent augmente de maniere naturelle, cela veu dire que le capital est remunerer sans rien faire, et qu en plus les detenteur de cette monnaie, sachant que les prix diminuent , vont attendre et attendre sur leur argent, et acheter les bien brader quand tout sera au prix plancher .

D'ou l'expression de Keynes, l'argent c est comme le fumier, il faut le disperser et l epandre , pour que ca prospere , et surtout que la deflation est la pire chose en economie. C'est le tsunami , l'apocalypse, ce que vous voulez comme metaphore, mais en gros c est tres tres tres mauvais

V
Bonjour,
oui mais un excedent primaire permet aussi de faire un défaut raisonné comme le rappelle H Regnault sur son blog (économiste dont je crois vous avez parlé dans votre petit livre sur l'économie):
"si vous pouvez vous passer de vos créanciers, c’est tout bon, vous pouvez montrer les dents et imposer vos conditions, c’est à dire le taux que vous acceptez de payer, le montant que vous acceptez de rembourser et donc organiser un défaut partiel en bonne et due forme, ce que j’appelle un défaut raisonné.. A quelles conditions un Etat peut-il se passer de ses créanciers, s’il accepte l’idée de ne pas les rembourser ni leur payer d’intérêts sur les sommes empruntées, ce qui historiquement n’est vraiment pas un problème pour des Etats. Réponse très simple : dès lors que ses recettes couvrent ses dépenses… hors remboursement de la dette et paiement des intérêts, donc à condition que le solde primaire des finances publiques soit nul ou positif, c'est-à-dire à partir du moment où il n’aurait besoin d’emprunter que pour honorer le service de sa dette."
voir son articlevoir son article
la source de H. regnault est d'ailleurs un document de l'OCDE:
"Source : Perspectives économiques de l’OCDE N°89 juin 2011, annexes statistiques, tableau n°30,

cordialement
P. heckel
Le PS est désormais soutenu à bout de bras par les médias...et sans complot ! Bêtise et dictamolle se suffisent à elles-mêmes !
En attendant, le PS achève sa mue en parti de droite forte en ce moment avec le passage en force de l'état Macron:
http://www.lepoint.fr/politique/en-direct-loi-macron-l-elysee-convoque-un-conseil-des-ministres-extraordinaire-17-02-2015-1905739_20.php
La clique Hollando-valsienne ne mérite désormais plus rien d'autre que le destin du Pasok grec.
Ceux et celles qui défendaient encore mollement cette entité devenue un parti de droite comme les autres, ont disparu des écrans-radars sur les forums d'@si, et à juste titre:
il n'y a plus rien à défendre de ces traitres politiques.
Je confirme qu'entre choisir de voter entre eux et l'UMP, ils pourront toujours se brosser.
Ils veulent passer à la concurrence ? qu'ils l'assument pleinement.
La Troïka souhaite faire plier Syriza.

L'objectif de l'excédent primaire irréalisable, masqué par sa technicité, ne vise qu'à contraindre le gouvernement grec à pratiquer de nouvelles coupes budgétaires.

Politique qui ruinerait rapidement sa popularité et le renverrait dans la marginalité ; d'où ces "zozos" n'auraient jamais dû sortir. On peut raisonnablement penser que l'équipe Tsipras n'est pas complêtement stupide et qu'elle comprend la manoeuvre.

Si Syriza résiste, La Troïka cherchera alors à rendre la sortie de l'euro catastrophique pour la Grèce... mais pas pour l'eurozone.

Ce qui n'est pas gagné non plus.
Kant au secours de la Grèce ?

http://fairing.canalblog.com/archives/2015/02/17/31546433.html
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.