46
Commentaires

Gesticule, Hollande !

Ma parole, ils sont en manque ! Il faut les entendre, depuis dix jours, les Barbier, les Giesbert, les Szafran

Derniers commentaires

Non Hollande fait un syndrome de présentéisme tout simplement ...Présentéisme la nouvelle maladie du siècle

Il parait là mais en vérité il est ailleurs aussi ...C'est pire que le présentéisme il ne fait que ratifier les diktats de Bruxelles et du Traité de Maastricht ! Et si on laisse faire on nous fera avaler le "nouveau grand traité européen".

Je sais qu'il y a une pétition pour demander un référendum. Mais ils risquent de s'asseoir dessus comme Sarkozy l'a fait en 2005 pour le fameux traité de Maastricht obligatoire. TINA est toujours là, elle rode et fait ce qu'elle veux de nos "zélites" ...Personne ne veux qu'on sorte de l'Euro c'est le Titanic mais une minorité a des cannots de sauvetage et le reste n'en en pas ...Les petits comme nous devrons savoir nager ou couler ...Désolée de le dire.
Ils n'ont rien compris! Et si François Hollande c'était ça?

le lièvre et la tortue en même temps
Je ne suis pas d'accord du tout avec vous, cher Daniel.
Il y a au moins deux erreurs dans votre analyse :
1- vous supposez qu'une "réforme" doit être préparée dans le secret des cabinets ministériels avant d'être annoncée pour ne pas être "mal ficelé, inapplicable". Or une proposition de réforme est un axe politique (donc une décision pour l'avenir et le présent) proposé par le pouvoir exécutif et que seul le pouvoir législatif a le droit (et le devoir) d'affiner et de mettre en forme, dans des débats publics ou des commissions avec rapports publics. Car c'est cela la démocratie, et certainement pas une poignée de ENAnistes déconnectés qui pensent avoir tout bon et qui vont ensuite forcer le pouvoir législatif à ne plus rien changer (ou si peu).
La vraie intoxication, ce n'est pas seulement Sarkozy et sa suractivité, c'est surtout la cinquième république et le fait que tout le monde, dont vous apparemment, trouve normal que ce soit le pouvoir exécutif qui décide de tout au mépris de la démocratie représentative du pouvoir législatif.
Pendant 3 mois Hollandréou et son robot n'ont rien fait, ils n'ont pris aucune décision d'importance. Donc il est normal que cette inaction invraisemblable soit critiquée.

2- Ce n'est pas une fois au pouvoir qu'ils auraient dû se demander : "euhhh, et maintenant on fait quoi ?"
Une élection démocratique n'est telle que si les citoyens ont pu choisir suivant les programmes effectifs, cohérents et construits, qui leur ont été proposés avant l'élection. Et là, lémédias sont hautement coupables de ce qu'ils ont fait pendant toute la campagne, et ce bilan éclipse totalement ce reproche actuel de non-action (reproche légitime venant du peuple). Le fait qu'ici le programme promu par l'élu final ne soit que belles paroles sans préparation effective (comme les impots à 75%) est une escroquerie qui porte atteinte à la démocratie bien plus que d'avoir des "réformes" (en fait des plans et des objectifs politiques) prêtes et activées ou mises en route dès l'accession au pouvoir (et pas trois mois après).

Le slogan c'était "Le changement, c'est maintenant". Ce n'est pas pour se retrouver avec des blaireaux totalement in-préparés à l'exercice du pouvoir exécutif et législatif qui nous sortent des " on a été élu pour faire sur cinq ans, rien ne presse ".

Si, cela presse : en Europe, l'anarchie menant aux régimes fascistes et la guerre résultante est proche. Mais bien sûr, surtout, ne faisons rien contre cela.
Pour éviter de trop gesticuler...la méthode Camember (on reste dans le fromage...):

"Camember a du bon sens, et du gros. Ainsi, lorsque Cancrelat, qui doit scier le bois du Colonel et se désespère car le tas est vraiment très haut, il le réconforte : « Cancrelat, lui dit-il, tu m’affliges : tu n’as qu’à commencer par un bout, et quand t’arriveras à l’autre, tu seras tout épaté d’avoir fini ».

Et lorsque le pauvre est arrivé à la moitié, et se plaint que c’est vraiment très long : « S’pèce de moule ! C’est par l’aut’bout qu’il fallait commencer, parce qu’à présent qu’il n’y a plus rien de ce bout ici, il n’te resterait plus rien à faire ». "

C.Q.F.D. (Camember, quel farceur, dis-donc!)
c'est le problème de l'attention exogene et endogene....trop d'attention exogène restreint la partie du cerveau capable d'attention endogène....donc un manque d'attention exogène peut "perturber"... cela fait partie des conséquences du sarkozisme - et des effets d'annonces télévisuelles.....
Pourquoi et il acquis qu'un gouvernement doit faire des "réformes" ? Tout le temps, de tout temps autant que je m'en souvienne, c'est la réforme, on casse tout et on recommence. UN bon gouvernement doit tout réformer. Un bon ministre doit réformer son ministère. A l'heure du bilan, il faut être capable de dire "pendant ces années, j'ai réformé ceci, j'ai réformé celà". Ce mot est tellement automatique qu'il est employé à tour de chronique, mais est ce que c'est vraiment là le but ultime de l'action politique ?
Merci Daniel, pour cette chronique profonde. Du coup, je reste sérieux, afin de ne pas gâcher votre journée.
" il faudrait démêler la part de l'idéologie (...), celle du simple réflexe, et celle du souci des ventes".
Eh oui! Il faudrait démêler!
Un sujet pour ASI?
En tout cas, merci pour ce billet.
C'est drôle.

Quand on titre: "Hollande: Il va falloir décider", ça peut être une critique de "gauche": les choix du gouvernement restent flous, des désaccords persistent au gouvernement, etc... Mais ça peut être aussi une critique de "droite": montre nous que tu es le chef, que tu es efficace, que tu fait "ce qu'il y a faire", etc...

Et finalement, mon impression c'est qu'une large partie de la presse tiens des critiques "de gauche" -sur des faits tangibles- pour obtenir une politique de droite -de façon implicite.
De Sarkozy à Hollande, la France pourrait: devrait être passée de Jarry à Tati: d'Ubu à Hulot, d'une présidence emballée à une présidence apaisée: en laquelle l'humour effacé aurait remplacé la narcissique obscénité, et la calme réflexion l'excitation effrénée. Il s'agirait alors, normalement: normativement, de procéder dans le tempo adéquat et avec le courage qu'il faut aux réformes qu'impose la situation...
Le bétonnage du littoral ne gênait pas trop Lionnel Luca, tant que le béton servait à édifier des résidences de luxe.
Mais des logements sociaux, avec tous ces pauvres qui vont habiter dedans... Pouark !
Rien qu'une fois de plus la manifestation de la pensée "main stream"...et ca finit hélas par rentrer dans la tête des lecteurs qui aboient avec ces éditocrates. Mais le plus important c'est que la caravane passe !
C'est vrai que le chef suprême reste étonnamment silencieux. Mais autour, diable, ça bouge bien! des tweets, des engueulades entre ministres sur fond de médias, des fracassants "vive le nucléaire", des coups de trafalgar contre les Roms, des limogeages dus aux gaz de shit. Sans compter tout ce qui se mijote en silence. Dont le fameux n-ième traité européen.
De quoi se plaignent ces zéditocrates : il y en a, des embouteillages.

Sur les routes.

Provoqués par les Rroms chassés sans arrêt d'un terrain à un autre par Valls, qui s’entraine à être ministre de Sarkozy II en 2017.
Pas mieux!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.