175
Commentaires

Fusillade : Netanyahu s'engage contre Enderlin

Revoilà l'affaire Al Dura.

Derniers commentaires

À mon humble avis, si vous trouvez la question simple, c'est qu'une partie de la question vous échappe.
Le débat sur Israël est très simple, c'est un peu comme le rôle positif du colonialisme français.Oui elle à eut un rôle positif, mais est elle légitime ? , la réponse est non .
Israël est t'il légitime ?
La réponse est aussi non .


Même si on me prouve qu’Israël est une démocratie qui respecte les droits de l'homme,ça ne change rien son existence est illégitime,comme la France en Algerie , c'est le même principe.
L'armée israélienne continue... gentiment... à tirer sur des écoliers palestiniens...
en Cisjordanie occupée :
"Israeli troops shoot Palestinian child in West Bank
A Palestinian runs away from a digger of the Israeli army during clashes between Palestinians and Israelis soldiers at the gate of the Ofer prison after a march marking the 65th Nakba day on 15 May 2013 in the West Bank city of Ramallah. (Photo: AFP - Abbas Momani)

Published Tuesday, May 21, 2013

Israeli troops shot and seriously wounded a 12-year-old Palestinian boy who was walking with his friends in the occupied West Bank on Tuesday, Palestinian security and medical officials told AFP.

They said that Atta Mohammed Sharadeh was hit during one of what have become almost daily attacks against Palestinian youths by Israeli soldiers outside the Jelazoun refugee camp, near Ramallah.

The camp is close to the illegal Jewish settlement of Beit El.

The officials said that he was hit in the chest by a live bullet which exited through his back and was in critical condition in a Ramallah hospital.

Witnesses told Palestinian news agency Ma'an that the boy was walking with school friends when Israeli forces opened fire at the group.

An army spokeswoman said that troops opened fire at a protester about to throw a petrol bomb as dozens of rioters hurled rocks at them.

The boy was transferred to the Palestine Medical Complex in Ramallah for surgery."
AFP
http://www.youtube.com/watch?v=tm7TsOoP9LE
« Nous réduirons la population arabe à une communauté de coupeurs de bois et de serveurs ».
Théodore Herzl, fondateur de l’Organisation sioniste mondiale, note du 12 juin 1895.

Nous devons expulser les arabes et prendre leur place ».

David Ben Gurion 1937, futur premier ministre d’Israël.

Il n’y a jamais rien eu de tel puisque les palestiniens n’ont jamais existé ».

Golda Meir, premier ministre israélien, 15 juin 1969.

« La population doit se préparer à la guerre, mais il revient à l’armée israélienne de poursuivre le combat avec l’objectif ultime qui est la création de l’Empire israélien ».

Moshe Dayan, ministre israélien de la défense et des affaires étrangères, 12 février 1952 Radio Israel.


Vladimir Jabotinsky, fondateur du sionisme révisioniste (précurseur du likoud), Le Mur de fer, 1923.

« La colonisation sioniste doit être exécutée contre la volonté de la population autochtone.

« Parmi les phénomène politique les plus inquiétants de notre temps, il y a l’émergence, dans l’Etat nouvellement créé d’Israël, d’un parti de la Liberté (Herut), un parti politique très proche, dans son organisation, ses méthodes, sa philosophie politique et son appel social, des nazis et des partis fascistes. Begin et Yitzhak Shamir qui étaient membres de ce parti sont devenus premiers ministres ».

Albert Einstein.
Nouvelle révélation qui devrait faire réfléchir sur les facteurs qui ont contribué à la création de l’entité sioniste et la prise de position au sein de l’organisation onusienne : C’est grâce aux pots de vins et au chantage que l’usurpation de la Palestine a été décidée. Sur les 33 états des 46 membres qui formaient de l’Assemblée générale en 1947, nombreux sont les pays qui ont perçu des pots de vin afin d’accorder leurs voix en faveur de la résolution onusienne 181 sur la partition de la Palestine.



Pots de vin et chantage à l’ONU pour la création « d’Israël »




Cette divulgation revient à un historien israélien, Benny Morris, l’un des plus "sionisant" de ceux qui furent connus sous l’appellation « les nouveaux historiens israéliens du post-sionisme ». Elle est étayée dans son nouveau livre intitulé « 1948 : l’histoire de la première guerre arabo-israélienne » dans lequel il brosse l’histoire de l’entité sioniste, minée par les mensonges et les fausses croyances. Son approche même celle présentant les images les plus poignantes contre des Palestiniens n’a rien d’un examen de conscience. Elle vise surtout à justifier aux sionistes toutes leurs agressions, au nom de la création de l'entité sioniste.
Quelques jours avant le vote, raconte Morris, les dirigeants du mouvement sioniste étaient particulièrement perturbés. Après avoir décompté les voix des votants, les résultats s’avéraient être en défaveur de la création de l’entité sioniste.
C’est à ce moment que fut prise la décision de puiser dans le machiavélisme : « à ce point là, l’un de ces dirigeants sionistes jugea que les moyens propres de dissuasion n’étaient plus suffisants, et qu’il fallait recourir aux moyens sombres, dont les pots de vin et les autres pressions », écrit Morris, signalant que « les considérations financières ont joué un rôle considérable sur les représentants de pays d’Amérique du sud, dont l’un d’entre eux perçut la somme de 70 mille dollars en contre partie de son vote en faveur de la partition ».

L’historien israélien évoque le cas du Costa-Rica, prétendant qu’il a touché le montant de 45 milles dollars, celui du Guatemala dont le représentant faisait part d’un zèle quelque peu exagéré selon Morris pour le sionisme et qui, « d’après les documents des archives britanniques percevait des sommes de la part de mouvements sionistes américains et était en relation avec une juive ».


Un deuxième procédé tout aussi démoniaque fut également utilisé pour la création « d’Israël », celui du chantage. Selon Morris, il était exercé contre ceux qui refusèrent d’être corrompus: ainsi le Libéria s’est vu menacé de ne plus pouvoir vendre son caoutchouc.
Parmi les parties qui l’exercèrent, en général des hommes d’affaires et d’influence sionistes, est mentionné un certain Samuel Zamouraï dirigeant d’un syndicat américain (la société des fruits unifiée) qui jouissait d’une grande influence dans les Caraïbes.

Ces procédés ne sont certes pas une nouveauté pour le public israélien. Ils ont été mentionnés par des historiens tels Michaël Cohen et Tom Seguev, lequel avait écrit qu’à cette époque, un budget d’un million de dollars a été assigné pour « des opérations spéciales ».

Mais pourquoi Morris, selon lequel ils sont bel et bien légitimes car « la création d’Israël était à l’ordre du jour… et la fin justifie les moyens », les rappelle-t-il à un moment où l’entité sioniste sonne plus que jamais la sonnette d’alarme sur son existence.
« Un pot de vin est meilleur qu’une troisième guerre mondiale que les Arabes menaçaient de déclencher si l’état était proclamé », avait-il glissé durant son entretien avec le Yediot Aharonot.

Les propos peuvent éventuellement suggérer, aux yeux du bourreau, le contentieux présent avec l’Iran, la Syrie, le Hezbollah et le Hamas.
Mais aux yeux des victimes, ils prouvent une fois de plus l'ampleur de l'arnaque, via les instances internationales.
Peut être pour fixer les idées : Shlomo Sand , professeur d' histoire contemporaine à l ' université de Tel-Aviv, " Comment le peuple juif fut inventé" ....
http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.artistes-contre-le-mur.org/palestine/Carte_1946_2005.jpg&imgrefurl=http://blogs.mediapart.fr/blog/daniel-horowitz/011212/la-palestine-observe-israel-construit&h=1126&w=1462&sz=187&tbnid=GG47g_ek0TQEfM:&tbnh=91&tbnw=118&zoom=1&usg=__f7cWbgv2NqEE8PsAtti8fnLpA04=&docid=baMCuqYdVqSeoM&hl=fr&sa=X&ei=6TSaUaDeBYmX7Qbs54HoAQ&ved=0CDgQ9QEwAg&dur=1771
http://www.youtube.com/watch?v=hrCo__516kg
"le mécanisme argumentatif des anti-Enderlin rappelle fortement celui de ceux qui croient la CIA responsable des attentats du 11 septembre"

Pourquoi ne pas utiliser ICI le terme consacré de "conspirationnistes" et choisir un euphémisme ?
"le mécanisme argumentatif des anti-Enderlin rappelle fortement celui de ceux qui croient la CIA responsable des attentats du 11 septembre"

=> Est-ce que ça rappelle aussi celui de ceux qui conteste la version dite "officielle", mais qui n'ont pas de théorie alternative à proposer ?
Voici par exemple un article du Huffington Post :

http://www.huffingtonpost.fr/bob-graham/enquete-attentats-11-septembre_b_1872744.html
Lorsqu'une partie non négligeable d'un état, nie des faits qui ont pourtant eu lieu, dont on a la preuve en images... ça s'appelle comment ?
Négationnisme ? Révisionnisme ? Aveuglement si on est gentil ?
Mais cette histoire n'est que l'arbre qui cache la forêt, en France... et partout dans le monde. Comme le disait Yanne, ça fait des années qu'Israël pratique une politique d'Apartheid dans des territoires qu'on dit occupés, ça fait des années que ses dirigeants ont fait semblant de signer des accords de paix alors que, par derrière, la colonisation s'amplifiait... Il y a eu tant de scandales : la complicité de l'armée israélienne dans les massacres de Sabra et Chatila, la répression de la 1ère Intifada, la répression de la 2e Intifada, les prisonniers "terroristes", leur traitement, les bombes sales, les divers bombardements sur Gaza, etc...
Et j'ai une question : pourquoi, en France, est-il interdit de parler du boycott demandé par quelques organisations pacifistes palestiniennes (boycott culturel, boycott sportif) alors qu'aux USA et en G.B., certains scientifiques, certains artistes, l'annoncent haut et fort ? Pourquoi les divers représentants politiques, qu'ils soient de droite et de gauche, vont-ils systématiquement faire allégeance au CRIF, aux dîners du CRIF ? Pourquoi, en France, est il interdit de critiquer l'état d'Israël sans se faire taxer d'antisémitisme primaire ?
Pourquoi un tel procès ne peut-il arriver qu'en France, et comment Netanyahou peut-il soutenir de telles théories fumeuses ?
Pourquoi la LDJ, interdite dans de nombreux autres pays, est-elle toujours soutenue en France ? Pourquoi les petits cons du Betar courent se réfugier en Israël pour échapper à la justice française ?
J'avoue que j'aimerais bien connaître le point de vue des défenseurs de la presse sur ce sujet : quelle est la position de Reporters sans Frontières ?

Quelle est la position des émissions d'analyse des médias : le magazine Médias sur France 5, Le Secret des Sources sur France Culture, Le Grand Bain sur France Inter, Soft Power sur France Culture et l'Atelier des médias sur RFI ?
Si les fins limiers d'ASI avaient le temps de sonder leurs collègues sur cette prise de position israëlienne, je serais un asinaute comblé et reconnaissant...

Dernier point : il serait amusant un de ces jours de faire une émission sur les théories complotistes bâties par les états occidentaux, histoire de traietr ce sujet à rebrousse poils pour une fois. Avec cette théorie délirante selon laquelle le petit Al Dura est toujours en vie, nous possédons un premier exemple des théories complotistes non pas issues des tréfonds du net mais de services étatiques d'états démocratiques. Les asinautes présents ici ont-ils d'autres exemples en tête ?
Pour info, une décision de justice concernant une partie cette affaire devrait intervenir après-demain :

http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20130417.OBS8707/affaire-enderlin-philippe-karsenty-sera-fixe-fin-mai.html

Le rapport du gouvernement israélien est en fait très succinct, seule une première partie (environ 8 pages) revient sur les événements, les deux autres étant consacrées aux conséquences et aux leçons à tirer pour le journalisme...
( j'ai voté Yanne ) Petit pays vulnérable , Israël a contribué à la vulnérabilité des petits pays voisins dans son long cheminement pour faire disparaître la palestine ( l'effacer de l'Histoire ) :
Exemple : la Jordanie , 5 795 000 habitants , dont ( ou en plus ? ) 2 000 000 de réfugiés palestiniens ( toujours considèrés comme réfugiés même après plus de 60 ans ) , auxquels il faut ajouter des centaines milliers de Syriens ( pas d'ingèrence étrangère pour défendre ce nouveau peuple martyrisés par des potentats ) , des Irakiens ( ingèrence criminelle étrangère pour se venger du 11 septembre ) .
A voir et à revoir, l'excellent documentaire "Checkpoint" de l'israélien Yoav Shamir.
Cette affaire démontre bien le pouvoir hallucinant des images. Les autorités israëliennes ont fait des milliers de morts à Gaza dont beaucoup d'enfants, y compris en utilisant des armes au phosphore interdites. Et elles revendiquent ces assassinats.

Par contre, si un de ces enfants meurt devant les caméras, sous nos yeux, elles refusent de l'assumer et utilisent tous les moyens pour décridibiliser les porteurs de nouvelles. Se défendre ainsi becs et ongles, alors qu'elles ne peuvent pas prouver de façon simple qu'elles n'ont pas tué les personnes en question, comme vous le faites remarquer, montrent qu'effectivement quelque chose cloche.
Ce qui ne se voit pas sur les images n'existe pas, c'est une doxa inintelligente et schizophrène, la marque d'un pouvoir que rien ne peut combattre. Faire peur aux Israëliens déjà bien malmenés assure la suprématie de Netyanahou, et met Israël dans une position de plus en plus précaire.
L'appui des USA ne durera pas toujours.
Un petit pays aussi vulnérable au milieu de plus en plus d'ennemis, avec les évènements syriens et les Iraniens qui déstabilisent complètement la région, c'est risqué et mal parti.
Cette triste remise en question de la mort du petit Mohammed est la parfaite illustration de la décadence dans laquelle tombent les dirigeants israéliens.
Israël a été fondé grâce à l'hypocrisie des accords Sykes/Picot, et s'est construit petit à petit sur le mensonge et la propagande... mais bon, ça n'est pas le sujet... c'en est l'illustration.
Là, ça devient caricatural parce que le chef d'Etat s'en mêle... mais il ne faut pas oublier que toute cette campagne a été orchestrée depuis la France, par une bande de sionistes échevelés et complètement fous...
Je suis de tout coeur avec Charles Enderlin (d'autant que je les ai vues arriver, ces images de la mort du petit Mohammed... ).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.