18
Commentaires

Foule de journalistes sur les plages de "Saint Barth"

Et si vous passiez vos vacances à "Saint Barth", vous aussi ? N’avez-vous pas lu, ou vu, les multiples reportages alléchants sur la petite île des milliardaires ? Celui du Figaro Magazine, qui vous assure que la destination n’est pas si chère. Celui du Monde, qui vous présente cette "Ile conviviale". Les Echos y ont trouvé des "tables variées et goûteuses". Le week-end dernier, dans une rediffusion, TF1 qualifiait l'île de "petit paradis dans les Antilles".

Derniers commentaires

Ben dis donc, ils se sont pas foulés dans la "grande agence parisienne" !
Dans le dossier de presse que vous citez :
"Vue du ciel, véritables pierres précieuses auréolées de turquoise et de bleu marine, Saint-Barth a le soleil à fleur d'eau et surgit des eaux comme un joyau rare." Cette phrase est foutue comme ma grand-mère en maillot de bain !

Sur la question : "pourquoi des journaux sérieux tombent-ils dans le panneau ?", à mon avis, parce que ça fait une double page "de rêve" pour pas un rond et une occasion de donner un pourliche à un journaliste précaire (tiens, on t'embauche pas mais tu pars une semaine gratos à Saint-Barth), tout bénèf, ni vu ni connu. Heureusement, @si veille.
En passant, ça expliquerait pourquoi les journalistes français mainstream ne s'intéressent pas à l'Islande en ce moment ?

Merci de faire activer votre sagacité et vos réseaux là-dessus http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/la-revolution-silencieuse-de-l-86854
Je ne comprends pas pourquoi des journaux qui se veulent sérieux participent à des opérations de com de ce type. Quel est leur intérêt?

Personnellement un "article" de ce type dans un journal, c'est directement à la poubelle. Y-a-t-il donc des lecteurs pour apprécier ce type de niaiseries publicitaires?

Ou alors c'est que ces faux articles / vraies publicités sont une source de revenue importante pour ces journaux.
C'est la version décomplexée du journalisme d'investigation ! Sont pas bêtes au point de poser de méchantes questions aux bonnes personnes.
puisqu'ils sont censes payer des impots

C'est de l'humour...:-))
Mémé Bettencourt apprécie sûrement que les impôts lui aient donné 30 millions d'euros. C'est pas à moi que ça arriverait, tiens...
Sinon Saint Barth on en a rien à cirer. Que les milliardaires y aillent ça en fait moins à la maison. Ah les journalistes ... Ca ne changera jamais
Bonjour,

J'ai pu aller sur cette île il y a 5 ans et il y a 2 ans, à chaque fois, le même constat ; c'est effectivement très propre, très calme et très "hype".

Par contre, tout est très chère que se soit un tour en hélicoptère ou un simple café (parfois jusqu'à 4 fois plus qu'à Paris).

Oh ! Ciel ! Le plan de communication est bidon ! Moi qui leurs faisaient confiance...
Ce qu'il faudrait, pour contrebalancer ces faux reportages mais vrais coups de pub pour Saint Barth, c'est qu'@si envoie quelqu'un là-bas.
Quelqu'un qui fasse un compte-rendu objectif, en dehors de toute influence des autorités de l'île.
Pas un journaliste ou un chroniqueur du site, déjà suffisamment occupés.
Non, plutôt un @sinaute disposant d'un peu de de temps libre et possédant un esprit critique affuté. Moi, par exemple.
Deux semaines d'enquête sur place, dans les palaces, les clubs et les restos, tous frais payés, et je vous rapporte un super papier.
Deux semaines supplémentaires, et je vous ponds un guide touristique original que vous faites éditer par Le Publieur juste avant Noël 2011.
C'est vous qui voyez.
Ce qu'on oublie qd même de dire: le fruit des recettes du tourisme occasionné à l'occasion par l'afflux de milliardaires touristes étrangers venus dans l'île contribue pour une bonne partie à combler le déficit national du budget 2011.

Mais bien sûr des éclaircissements sur les causes réelles d'un tel afflux sont bien nécessaires.
Va falloir qu'on paie des vacances en Tunisie et en Algérie aux journalistes, comme ça ils en parleront... Ah ? Non ? ça marche pas pareil ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.