51
Commentaires

Forgeard : blanchiment, mode d'emploi

Forgeard blanchi ! claironnent les radios du matin

Derniers commentaires

un petit rappel, il y a 3 ans les questions n'étaient pas les mêmes :

http://www.ina.fr/art-et-culture/beaux-arts/video/3111470001008/eads.fr.html
je me permets quelques mots d'explication, puisque vous les demandez: si la connaissance des pbs de l'A380 ne constituait pas une information privilégiée... c'est qu'elle était très largement partagée, et que personne alors ne pouvait en prévoir l'impact sur le cours de bourse, car c'est de cela, et de cela seul qu'il s'agit dans cette affaire. Personne n'est dans le secret des délibérations de l'AMF, mais un élément clé a sans doute fait pencher la balance en faveur de forgeard: les négociations qu'il mène alors avec BAE. C'est un partenaire britannique d'EADS, au coeur de toutes les stratégies industrielles, BAE "sait" tout, et à ce moment là (avant la révélation publique des pbs) BAE veut sortir du capital. Et que vont ils faire? refuser une offre à 4 milliards d'euros environ, qu'ils jugent sous évaluée. Ils partiront finalement à 2 milliards et demi !! après la révélation publique des déboires de l'A380 et la réaction de panique des marchés. J'insiste, ils savaient tout, mais jugeaient, comme tous les industriels, que c'était le lot commun de programmes hors norme (souvenez vous de l'A320 et des débuts du pilotage à 2). En bref, l'AMF prend acte de ce que personne ne pouvait anticiper une telle sanction des marchés, et que si 12000 personnes vendent en même temps leurs options (simplement parce que pour la première fois depuis de nombreux mois, elles étaient au-dessus du cours d'attribution) il est délicat de parler "d'initiés"
« l’AMF assure que cette connaissance [retard de l’A 380] ‘‘ne constituait pas une information privilégiée’’. Forgeard connaissait donc à l’avance la débâcle du planning de l’A 380, le bel avion dont les câbles électriques étaient trop courts, à la suite d’un malencontreux problème de transmission entre la France et l’Allemagne. »

cette information n'était pas ‘‘privilégiée’’.

Une banale information – aux conséquences désastreuse – que le Président du directoire d’EADS ne connaisait pas au moment de vendre ses actions.
http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2007-04-19/interview-arnaud-lagardere-on-veut-me-destabiliser/916/0/179468
« Il y a une enquête en cours sur les délits d'initié.
Ignoriez-vous les difficultés d'Airbus au moment où vous vendez la moitié de vos actions ? »

« Bien sûr, j'ignorais totalement les retards de l’A380 au moment de la cession. Cette enquête, devant l’AMF puis devant les juges, je la souhaite ardemment, je n’en crains pas les résultats ! Je regrette d'ailleurs qu'elle ne porte que sur les délits d’initié supposés et pas sur les causes industrielles de cet échec. »

Ce n’est pas « un délit d’initié », mais un « simple mensonge » d’une personne sans éthique ni moralité.

Un Président du directoire contradictoire !
Le problème n'est pas s'ils avaient ou non connaissance du retard, évidemment qu'ils étaient au courant.

Ce qu'il y a de choquant c'est que les dirigeants sont maîtres de la publication des annonces bonnes ou mauvaises, ces annonces ayant une influence sur le cours de bourse, ils peuvent donc les exploiter à leur profit.

Le délit d'initié n'est pas dans la connaissance du retard, laquelle s'étale sur une longue période, n'est qu'une crainte au début et devient de plus en plus une certitude plus les évènements la confirment. Non, le délit d'initié est dans la connaissance de l'annonce officielle du retard. Et les dirigeants ont bien vendu leurs titres quelques semaines seulement avant cette annonce.
Les dirigeants d'une entreprise sont "initiés" par définition.
Il devrait être interdit aux dirigeants d'entreprises cotées de
négocier les actions qu'ils détiennent pendant leur mandat.
J'avais lu ça chez Aliocha avant de venir ici.

Elle explique le "manquement" au lieu de "délit" qui n'est qu'une histoire de vocabulaire réservé à l'AMF pour l'un et à la justice pénale pour l'autre. Et si j'ai bien compris, il est détaillé le rôle de l'AMF qui n'est pas seulement un rôle de policier, et qu'il y a eu quand même un jugement avec des magistrats. (mais pas dans un tribunal pénal, enfin, j'ai pas réussi à bien saisir).

Le billet d'Aliocha finit en expliquant que d'un point de vue juridique, il n'y aurait rien à redire. J'avoue que je n'en sais rien, si quelqu'un pouvait contre-argumenter, je suis preneur.

Il restera que je rejoins le reste du forum : après avoir diriger une boîte, ne pas assumer l'échec, et repartir gagnant n'est pas tout à fait à mon goût.
"L’affaire Lagardère pour les Nuls" Un texte de François Ruffin: http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1271&var_recherche=eads

"Le délit d’initiés chez EADS, aujourd’hui révélé, ne représente que les miettes illégales d’un festin légal. Car depuis sa privatisation en 1999, la florissante entreprise Aérospatiale est pillée avec constance par les dirigeants, les actionnaires, les spéculateurs. "
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1252&var_recherche=eads
Le texte complet est là

Ces gens là ont beaucoup "Vu", sauf qu'ils ont raté l'essentiel (ce pour quoi ils sont payés en fait) c'est à dire l'arnaque monstrueuse organisée par cette bande de bras cassés et d'escrocs !

Planter une boîte, se goinfrer 2,5 millions de plus-value parce qu'on a des infos de première main (combien pour le principal, d'ailleurs ?) et se faire lourder tout en se fourrant 8,4 millions d' € in-ze-pocket sans sourciller...

Pour le fun voici la GAMELLE que se sont prise les imbéciles croyant non seulement au Père Nöel mais également à la compétence et a la sincérité de ces voleurs de grands chemins !

Pendant ce temps Forgeard croque tout doucement la montagne d'oseille qu'il est parvenu à voler au personnel de la boîte qu'il était censé diriger et aux naïfs petits épargnants...

Et maintenant il est blanchi (par la neige qui tombe, je suppose !)

Elle est pas belle la vie ?

T'es pas joyeux Noël ?

Ben... t'es difficile mon petit père !

***
Je ne trouve rien de scandaleux dans la décision de l'Autorité des Marchés Frauduleux.
Sur FI, à 13 h, Jean-Pierre Jouyet, président de l'AMF, a fini par se lâcher : "c'est bête, je ne peux pas faire appel de la décision".

Bon, je n'ai pas le courage de faire une recherche, mais étant donné qu'il ne s'agit pas dune décision de justice, y a moyen de faire un recours (juridique) justement. Cf. Colette Neuville passablement agacée.
Admettons, que je suis dégouté, écoeuré , révolté,
ça change quoi ?
gamma
Repentez-vous!
La fin est proche.
Chirac mis enexamen... ca fait fil AFP aussi le forum...
C'est Noël pour Forgeard ! Pas pour les minables qui travaillent. N'avaient qu'à naître avec une cuiller en argent dans la bouche, non mais !
Moi, ce qui m'étonne, c'est qu'il y ait eu des petits actionnaires pour se faire empapaouter dans cette affaire ; même moi, qui ne lisait ni le Canard ni rien, je savais que l'action allait plonger ; tout le monde le disait, et tout le monde le prouvait. Comment un petit porteur pouvait-il l'ignorer ? Et ne rien faire ? Et s'étonner ensuite ? Et s'indigner aujourd'hui ?

Quand une info n'apparait ni dans les journaux spécialisés, ni à la télé, ni à la radio, c'est qu'elle est vraisemblable, franchement ! Cette proposition se vérifie assez souvent pour qu'on puisse s'y tenir sans risquer beaucoup d'échecs. Comment fait-on, alors, pour n'en pas tenir compte quand tout le monde la chuchote ? Vous n'allez pas me dire que les boursicoteurs ne tiennent pas compte des chuchotements ?!
Vous souvenez-vous de ce Lycéen qui a été blanchi après avoir triché au Bac, sous le prétexte que même s’il n’avait pas triché il l’aurait quand même eu !





Ah ! on me dit que ce n’est pas un lycéen… mais un homme politique ; ce n’est pas le Bac mais une Mairie…
D’ailleurs on a jamais vu un élève, pris sur le fait de tricher à un examen, avoir néanmoins son diplôme.
Scusez-moi ! je me trompe de planète.
Nous sommes dans de la « Sci Fi »… nous sommes envahi par les extra-citoyens.
Je n'en peux pluuuuuuus !!!
Ces types profitent clairement de leur situation pour se faire des millions sur notre dos, et nous on rame pour payer nos impôts.

Tant que personne ne fera justice, tous ces gens continueront tranquillement à piquer dans la caisse. Y'a pas de raison ! L'ot' l'a fait et il lui est rien arrivé !

Pourvu que l'enquête au pénal ne prévale pas "dans les autres procédures engagées", comme le souhaiterait EADS dans l'article du Monde. Et que je juge soit indépendant. Pauvres de nous...
Il faudrait inviter les exégètes de l'AMF d@ns le texte, non ?
mouarf pfffff
Oui quel heureux hasard du calendrier tous ces innocents le même jour. Autant pour certain, on s'y attendait, on est presque rassuré, autant pour d'autre on est estomaqué, incrédule devant l'innocence, et les faits. Ce qui est bien dans ce hasard du calendrier, c'est que ça évite aux plus surpris de se poser trop question sur la qualité de la justice puisque de l'autre côté on nous a rassuré, et qu'ainsi le petit monde de koko peut continuer de tourner sans trop de soucis ou sans nouveaux! c'est grave.
Personellement je me rapelle à la sortie de l'affaire du canard enchainé qui fanfaronnait en ressortant un de ses court article daté de deux ans plus tot (soit bien avant l'annonce des retards). L'article en question citait un responsable syndical qui annonçait clairement les retards à venir.

Donc oui, en lisant toutes la presses, on pouvait prévoir la débacle à venir, et l'information n'était peut être pas si privilégiée, ça n'enlève rien au scandale ceci dit...

Personellement je me rapelle à la sortie de l'affaire du canard enchainé qui fanfaronnait en ressortant un de ses court article daté de deux ans plus tot (soit bien avant l'annonce des retards). L'article en question citait un responsable syndical qui annonçait clairement les retards à venir.

Donc oui, en lisant toutes la presses, on pouvait prévoir la débacle à venir, et l'information n'était peut être pas si privilégiée, ça n'enlève rien au scandale ceci dit...


Effectivement, connaître les retards de ce programme (comme pour l'A400M, ou pour le futur A350 ou n'importe quel autre projet qui, de toute façon sera en retard par rapport au programme intenable) n'est en rien privilégié. Ce ne sera pas sous cet angle là qu'il(s?) sera(ont?) attaquables. Dans un rayon de 300 km autour d'EADS, un nombre considérable d'habitants savaient (non officiellement bien sûr) qu'il y aurait du retard.

Maintenant, si les actionnaires pensent encore que les rapports officiels qu'ils obtiennent sont pertinents, ils faudraient qu'ils sortent de leur monde de bisounours éradicateurs.

Bref, une belle hypocrisie collective ou tout le monde attendait le bon moment et il y en un qui a bu avant les autres.
Comme il était glouton, la mare s'est tarie.
Résultat : la grenouille croasse sèchement.
L'utopie libérale, ça ne marche pas....
La doctrine libérale nous explique, depuis trente ans, que le marché est efficace dès lors que l'État se repli sur son rôle de régulateur (gendarme) et laisse agir les marchés. Car le marché a besoin de règles, sinon ce n'est plus un marché mais une jungle.
D'un côté des marchés flexibles dotés de règles minimales, de l'autre des autorités indépendantes inflexibles pour punir les fraudeurs.
Ces autorités : l'AMF, pour la bourse, l'Inspection du travail pour l'emploi, la DGCCRF pour les prix et la qualité des produits, etc.
Mais que faire quand les acteurs économiques, qui ne sont pas nés de la dernière pluie, investissent les organes de régulation et l'Etat ? Que ce soit par la voie du lobbying, la consanguinité et autres mélanges d'intérêts (le pantouflage, par exemple). L'épisode EADS, à la suite de bien d'autres, montre qu'on en est bien là.
Certains diront que c'est à l'opinion public d'intervenir pour faire respecter la séparation entre des deux sphères, mais les acteurs économiques le savent et ont déjà investi les médias.
Reste l'électeur, mais ce dernier est fortement influencé par les médias...
Le piège s'est refermé sur le citoyen qui a eu la faiblesse de croire aux promesses de croissance et de liberté des hérauts du libéralisme.
Pourtant le ciel lui avait envoyé un signe : le naufrage du Herald of Free Enterprise en 1987.
Mais qui regarde encore le ciel aujourd'hui ?
"Le libéralisme c'est le renard libre dans le poulailler libre" (Félicité François de Lamennais).
Pareil que vous Daniel, merci d'avoir posé la question
Les bras nous en tomberaient, s'il nous en restait...
Vous voulez que je vous dise? je l'aurais parié, que nos puissants étaient en plus innocents, puisque chacun sait que l'honnêteté est la première qualité pour qui veut devenir puissant.
D'ailleurs, demandez-leur: tous vous le confirmeront.

On n'a même plus envie de faire le moindre commentaire...
Ai-je bien compris ? Si le gendarme dit, circulez y a rien à voir, y aura donc pas de procès ? C'est bien ça ?

idem pour Lagardère hier soir sur Canal, le type qui ne vient devant les médias que lorsqu'il a de bonnes nouvelles. Et hier, c'était carnet blanc, Gasquet innocenté, le skieur qui rejoint la drimtim, et lui qui est blanchi, elle est pas belle la vie.

http://anthropia.blogg.org
Les rédactions sont focalisées sur cette neige sur la France... enfin, Daniel ! "Et puis c'est Noël, on va pas faire "ch." nos lecteurs avec des textes alambiqués, et des délits d'initié, personne n'y pige rien... tu comprends, Coco, les gens, là, ils sont fatigués par les grèves, par le boulot, par la crise... on en parlera plus tard..." etc.
Voilà comment j'imagine le choix éditorial des "éditeurs".
En attendant, la France est paralysée par un peu de neige, par des grèves dont on ne nous parle plus, les routiers roulent malgré Copenhague, montrant que Sarko nous raconte des âneries, les centrales atomiques fuient, les trains arrivent en retard (ou pas du tout), les avions partent en retard...
On se croirait en Grande Bretagne sous le règne de Maggie Thatcher...
Mais on nous parle chocolat, cadeaux, Johnny qui va mieux (on doit préparer sa rétro dans les services "culture"), Sarko qui montre qu'il en a à Copenhague et qui menace en tant que roi du monde, qui dit le contraire de ce qu'il avait dit à Denisot la veille...
Dormez, brave gens, la Sarkodésinformation veille et vous protège...
Vague de blanchiment aujourd'hui. Julien Dray, Richard Gasquet, Noël Forgeard et ses copains (complices?)
Sur Europe on a entendu les deux premiers évoquer leur "souffrance" et leur soulagement, les amis(?) partis et revenus, etc...
Et la souffrance de l'équipe d'EADS"? Hein ! et leur souffrance à eux???
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.