44
Commentaires

Fin de la pub à la télé publique ? Inquiétude des rédactions et de l'opposition

La proposition de Nicolas Sarkozy, mardi 8 janvier, de supprimer toute publicité sur France Télévisions, a suscité un déluge de réactions. Petit tour d'horizon.

Derniers commentaires

Je ne crois pas du tout à une taxe sur Internet que je trouve caricaturale de la confusion qui règne partout en ce domaine - Internet, vache à lait - en somme c'est un peu comme si on taxait la télévision pour financer la presse. Si on tente de la justifier par le fait qu'Internet peut être utilisé pour regarder la TV, alors dans ce cas pourquoi ne pas payer également la redevance Allemande, Anglaise puisque que toutes les TV du monde y sont potentiellement accessibles...

Il m'apparaît que la télévision et la Radio publique doivent être financées par le budget de l'état comme l'éducation nationale, la politique culturelle et les musées, c'est à dire que le politique doit redéfinir son rôle (et non le contenu) et le contribuable la financer. Or le mode de financement actuel est injuste car d'un montant forfaitaire, il ne prend pas en compte les différences de revenu. Et on voit mal dans ces conditions d'injustices qu'on puisse doubler son montant.

Il faut avoir le courage de supprimer la redevance et de financer ce secteur public par l'impôt sur le revenu revu à la hausse à cette occasion.
D'accord avec vous Jean-Louis VAISSE, et j'irai même plus loin, je l'ai déjà suggéré : on devrait aussi (et il me semble que techniquement c'est tout à fait possible) donner le choix aux consommateurs que nous sommes de s'abonner ou non aux chaînes publiques et par conséquent de payer ou non la dite taxe. Car pour pour les personnes comme moi qui ont choisi de s'abonner au câble ou au satellite, et qui ont donc sélectionné des chaînes thématiques qui les intéressaient, les chaînes publiques peuvent devenir inutiles et la taxe se transformer en racket (c'est ainsi que je le perçoit).

Quand à la pub, elle ne me dérange pas dans la mesure que je la zappe systématiquement, ou j'en profite pour faire autre chose.

Par contre je suis beaucoup révoltée par la pub papier qui continue d'encombrer ma boîte aux lettres et qui est un vrai fléau environnemental.
Bonjour,
Cette annonce relative à la pub est elle arrivée à un moment où l'attention de tous se portait ailleurs? Je parle du pouvoir d'achat des français.
Je ne m'intéresse donc à cette annonce que dans la mesure où elle se rattache au sujet principal, le pouvoir d'achat.
Sans publicité il faudra 1 - augmenter la redevance ou bien 2 - faire payer l'accès au service public de télévision ou bien 3 - vendre l'une des chaines publiques pour réduire (momentanément) le cout global.

Dans tous les cas, à service constant, cela conduit à prendre sur le pouvoir d'achat. OR c'est bien cela tout de même le sujet principal, non? le thème le plus urgent, le plus douloureux?

C'est bien le client qui la paie la publicité, que l'intermédiaire soit public ou privé, une fois arrivé à la caisse, elle est bien incluse dans le prix de vente! que la pub en question soit diffusée par le public ou bien le privé!

Restons donc concentrés sur les fondamentaux: se nourrir, se loger, se vêtir, s'instruire, se cultiver ... ceci pour tous, et donc restons concentrés sur le pouvoir d'achat puisqu'il permet permet l'accès à ces fondamentaux. Et d'ailleurs, l'actuel président de la République l'a bien compris qui a commencé par lui même !
Bien à vous.
La suppression de la publicité dans les chaînes publiques pose trois problèmes :

- la dépendance de la télé publique vis-à-vis du pouvoir,
- la nécessité de trouver un financement de 800 millions (on pourrait construire combien de logement sociaux avec 800 millions ? 5000. ne serais-pas plus utile?)
- le cadeau à TF1 principale bénéficiaire de la mesure et qui a si bien soutenu la campagne de Sarkozy. (Le hasard fait trop bien les choses, pour ne pas donner une impression de malaise)

Oui, la BBC fait des programmes de qualité, mais pas avec la même gouvernance de France 2. France 2 a des gouvernants nommés pour leur docilité présumée pour le gouvernement, et des employés fortement syndicalisés. Pas vraiment ce qui donne un programme de qualité.

Non, les communismes français ne sont pas une référence pour la culture. Souvent dans les villes d'union de la gauche, la culture est confiée aux communistes. Nous sommes souvent entre les pièces militantes et l'art et essai accessible uniquement aux personnes qui connaissent les codes de la nouvelle culture; pas vraiment, la culture universelle et accessible à tous. La culture populaire et accessible a disparu chez ceux qui prônent la priorité à la culture.

Personnellement, je ne suis pas gênée par la Pub, sauf quand elle est au milieu d'un film. (ce qui n'est pas le cas pour les chaîne publiques). Et je suis persuadée qu'avec la gouvernance actuellle de France 2, nous aboutirons qu'à un nouvel ARTE. Ce qui ferait l'affaire de M6 qui pourrait devenir la deuxième chaîne du PAF.

Si une taxe sur la pub pourrait ramener de l'argent à l'état tant mieux. Utilisons là pour quelque chose de plus utile : rembourser la dette colossale, faire de la recherche, construire des logements sociaux, mettre l'encadrement qui permet la prise en charge des perturbateurs dans les écoles et les collèges, etc..
Ok, même a 1200 millions, si on divise par 3 (augmentation de la redevance, taxe sur publicité, et taxe sur nouveaux médias) çà fait 400 millions, est-ce vraiment impossible?

Pour la redevance, en 2006 elle a rapporté 2300 millions, donc trouver 400 millions de plus reviendrait a l'augmenter de 17%, soit moins de 20 euros par an, pour ne plus avoir de pub.

La BBC est financée a 75% par la redevance, et a 15% par la vente de programmes (de qualité)
http://en.wikipedia.org/wiki/Bbc#Revenue

A noter que la part de marché de la BBC reste stable face a la multiplication des chaînes
http://www.barb.co.uk

Je vis en Angleterre et je ne cesse d'être impressionné par la BBC qui est infiniment supérieure a France Télévision, tout en étant incroyablement critique du gouvernement, donc si la France s'en inspire je dis "tant mieux".

Serge
Bonjour à tous.
Plus de publicité sur les chaines publique ça serait si beau !! Ou comment diviser (pour mieux régner) une fois de plus la France sans parler du pouvoir d'achat.

Mais pas de pub sans conforter la perte de 800 M€ (qui ne seraont pas pris sur les chaines privée ça c'est sûr) signifie simplement soit :
- la fusion de plusieurs chaînes du groupe pour les faire disparaitre
- soit en proposer à la vente pour combler le manque à gagner, ce qui supprimera aussi cette ou ces chaines.

Mais souvenez vous de la réaction de Sarkozy, alors présidentiable, sur France 3, il avait clairement parlé de faire le ménage !
Et bien voilà, nous y voici donc adieu France 3 (parce que France 2 est déjà bien à la botte du pouvoir, merci David), et ensuite à qui le tour ? France Inter ?!

Je vous fait d'ailleurs remarquer en parlant de médias libres, que le sois disant rapport du pdg de la fnac sur "les pirates" qui propose de créer une haute autorité d'internet pour filtrer les échanges de fichiers piratés n'est qu'un leurre permettant au pouvoir de prendre le contrôle sur un média qui reste pour le moment libre. Sans mobilisation ce n'est pas simplement un média qui sera contrôlé mais une grande banque d'information sur tous vos faits et gestes, après l'adn on veut savoir qui vous êtes et si vous n'êtes pas un danger pour la société pour vous enfermer le plus tôt possible (dès l'âge de trois ans) à moins que tout ça ne soit génétique ... ;) !
Faut-il se réjouir de cette annonce, je ne suis modestement pas le mieux placé pour alimenter la chronique. Cependant je souhaiterai réagir et peut-être partager mon inquiétude.
La chasse aux sorcières est ouvertes version 2008 made in France. Ce ne sont plus les paria communistes mais les intellectuels qui sont dorénavant en ligne de mire. On abrutit la masse dont je fais partie pour mieux créer des espaces de cerveaux disponibles et vive le bourrage de crane consumériste qui c'est certain fera rebondir la croissance, puisqu'il est de bon ton de ne jurer que par elle.
Plus de pub sur le service audiovisuel français, pourquoi pas. N'y aurait-il pas derrière cette pieuse intention de sombres projets visant à décortiquer notre pays de l'ensemble de son service public? Plus de pub = moins de moyens, peut-être = des économies à faire = dégresser encore et encore jusqu'à vider de son contenu ce qui fait aujourd'hui, malgrès l'allégeance manifeste au pouvoir, l'identité des chaines publiques. Et le copain du président à peine caché à l'orée de la forêt pourra ensuite prendre possession d'une chaine, donc d'un pouvoir, au rabais.
Ce sont sans doute des réflexions inutiles, après tout notre président ne souhaite que le bonheur de ses con[s de)citoyens.
Du cerveau disponible encore et encore, le leitmotiv de Mr mougeotte fait des émules.
Merci bling bling.
Il en a assez de la pensée unique, il nous prépare un avenir pluriel dédié aux plus offrants. En somme il prépare 2012 et continue sa route pour quel avenir.
Bientot la convocation d'autodafés sur la place publique, à grand renfort de média intéressés, pour enfin en finir avec l'esprit et la réflexion.
Merci @si d'exister, prolongeons le combat...
Patrick de Carolis le savait : CQFD !
En fait je ne savais pas très bien ou poster ma réflexion mais dans le fond, mon propos concerne les espaces publicitaires et les annonceurs

Première émission ASI, sur le Documentaire de France 3 "Ces fromages qu'on assassine" Pourquoi diffuser un tel documentaire à charge, contre l'industriel menteur, sur une chaine d'un groupe (France télévision) qui lui vend 25M€ d'espace pub ? Quand on se dit en post-prod (ouch, ca va être chaud) on mesure les riques avant diffusion), non ?

Si le calcul était de se dire, (de toute façon, la pub c'est fini sur le service public, alors autant mettre le feu aux poudres)...

Si on arrête la pub sur les chaines de service public, on est quand même tenté de dire, Super enfin des chaines libres de nous proposer des documentaires intelligents comme "Ces fromages qu'on assassine". (De toute façon se cont les chaines privées qui récolterons les budget pub de Lactalis et de toutes les autres industries du même genre). !

Mais pensez vous réelement qu'une production au nom d'un chaine du service public pourra ré-ouvrir les portes de ses industries, qui ne pourront plus se dire (il ne peuvent pas être désagréable avec nous avec 25M€ de pub) est ce que ce type de Documentaire sera encore possible sur une chaine qui ne vend pas d'espace à l'industrie concernée ?

Ravi de vous revoir, en toute Liberté, en toute Egalité et en toute Fraternité.
Ce soir, sur France Inter, chaîne publique,dans l'émission "Le téléphone sonne" à 19h20, ce thème sera traité. J'ai déjà envoyé un mail suggérant que Boloré pourrait profiter d'une privatisation de" France 2".
Le problème de l'indépendance des médias est encore une fois soulevé. Pour la presse écrite, je ne connais que Politis, Le Plan B et le Canard Enchaîné qui ne vivent que par le produit de leur vente, tout le reste de la presse dépend des annonceurs et est donc soumis à l'autocensure.
Pour la télé, je pense que tous ceux qui sont abonnés de ce site connaissent la fameuse phrase de Lelay!... La télé s'enferme dans le cercle vicieux " audimat- pub".
Si l'on admet que le financement par la redevance est plus vertueux, comment rester indépendant envers un pouvoir qui peut remettre en cause chaque année le montant de ce financement? C'est là qu'il faut cogiter pour trouver un système qui éliminerait cette relation!........
BOLLORE (pôte de Nicolas : avion, yacht, etc.)

Médias (source Wikipedia).
En 2005, Vincent Bolloré a obtenu 20% des actions de Havas. Au terme d'une assemblée générale tendue, il parvient à obtenir 4 sièges au conseil d'administration, forçant la démission de son PDG, Alain de Pouzilhac, qu'il remplacera le 12 juillet.
Cette même année, il lance la chaîne de télévision Direct 8, puis les quotidiens gratuits Direct Soir et Matin Plus. Fin 2005, il achète une participation de 25 % dans le capital d'Aegis, société britannique spécialisée dans l'achat d'espaces publicitaires. Au cours de ses quatre tentatives, il ne réussit cependant pas à obtenir de représentation au conseil, en raison d'éventuels « conflits d'intérêts » qu'il pourrait avoir avec Havas3.
D'après le syndicat CGT, Vincent Bolloré a racheté, "au quinzième de sa valeur", la SFP, "ex-entreprise publique et actuel fleuron de son empire médiatique". Le débat télévisé du second tour de l'élection présidentielle française 2007, entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, a été enregistré dans un studio de la SFP. C'est un choix de neutralité entre TF1 et France 2, qui en sont les principaux réalisateurs4. Vincent est intervenu ainsi pour empêcher la parution d'un article critiquant la police française dans Matin Plus le 25 mai 2007, article que la pression des journalistes permettra de faire reparaître début juin.5
Il siège aujourd'hui (2007) au conseil d'administration de Médiamétrie, organisme chargé de la collecte de l'audience audiovisuelle auprès de français, ce qui en fait le premier représentant à la fois des industriels de la télévision et de la communication au sein de cette structure, depuis sa création.
Il est actionnaire à hauteur de 44% dans le capital de l'Institut CSA, l'un des principaux instituts de sondage français.

Curieux, qu’un projet de suppression de la télévision publique (même si je suis pour, car la pub me gonfle), signerait un asphysie de la la télévision publique, puisqu’elle n’aurait plus les moyens de son développement.

Remarque : Bolloré a une chaîne de TV privé : Direct 8 qui a bien du mal à se développer (contrats de pub pas assez nombreux (?)).
Nous nous posions la question comment Nicolas rembourserait son ami (généreux) pour ses bienfaits : voyages à l’œil, etc.
Et bien la réponse arrive assez vite (en étranglant la TV publique dans son financement, par ses budgets publicitaires.)

(sources wikipedia)
- Durant la semaine du 7 mai 2007, le jet privé du groupe Bolloré, un Falcon 900EX (immatriculé F-HBOL), a conduit le nouveau président de la République (élu le dimanche 6 mai 2007), Nicolas Sarkozy avec son épouse de l'époque Cécilia, son fils Louis de 10 ans ainsi que quelques invités, en direction de Malte, pour passer deux jours et demi sur son yacht, le Paloma.
- Nouveau prêt de son jet privé le 25 décembre 2007 toujours pour Nicolas Sarkozy et de sa nouvelle compagne, l'ex-mannequin et chanteuse Carla Bruni pour profiter de quelques jours de vacances en Egypte, à Louxor. Le décollage a eu lieu à partir de l'aéroport du Bourget.

Merci : Vincent Bolloré, pas de quoi : «Nicolas !»
Martin bouygues premier témoin du mariage de sarkozy a vu les actions de son groupe grimper de 16% dans l'heure qui a suivi l'annonce par Sarkozy de supprimer la pub sur els télés publiques. Les actions du groupe M6 ont grimpé également

c'est un beau cadeau aussi pour Bernard Arnaut second témoin de mariage de sarkozy et actionnaire du groupe Bouygues (donc de TF1)
membre du conseil de surveillance du groupe M6 dont Albert frère possède une partie des parts.-Métropole Télévision, Lequel groupe M6-Métropole Télévision possède FunTV M6 Série Club (50%) TEVA (51%) TF6 (50%) W9. Il possède des parts dans le groupe Canal + (canal +, canal satellite, TPS, I-Télévision).

des journalistes de la rédaction de TF1 révèlent sous l'anonymat dans un livre paru aujourd'hui que les bouchons de champagne ont volé à TF1 le soir où sarko a été élu.
Cette annonce du président démontre à quel point ses amitiés avec des PDG de grands groupes va automatiquement avoir des effets pervers. Il est bien trop malin pour que les cadeaux soient directs mais... L'audience de TF1 était, ces derniers temps, en chute libre et cela rendait nerveux les actionnaires. Certes, ça ne bénéficiait pas forcément à la TV publique mais quand même, FR 2 réalisait quelques très beaux scores, notamment avec les diffusions en direct de pièces de théâtre qui ont fait un tabac ou de téléfilms de qualité ou bien FR 3 avec des documentaires comme celui sur le camembert. Bref, l'action de TF1 chutait ! Il faut ajouter que le renouvellement progressif des postes de TV fait qu'ils ne se positionnent plus automatiquement sur la une lorsqu'on les allume, comme auparavant. ça ne pouvait plus durer ! Supersarko y a mis bon ordre et l'action de TF1 est repartie en flèche !!! En plus, cette mesure était apparemment dans le programme de Ségolène Royal, donc ce n'est pas lui l'auteur direct du cadeau à son ami Bouygues, c'est l'autre ! On appelle ça de la manipulation perverse, en psychologie, et tous les psychologues vous recommanderont de vous tenir le plus loin possible de cette catégorie d'individus parce qu'ils détruisent tout ce qu'il touchent...
Je suis souvent très agacée par les wagons interminables de pubs que je dois subir avant de pouvoir enfin regarder le programme que j'ai choisi sur FR2 ou FR3. Mais les supprimer pour les remplacer par ça, je me sens nauséeuse. Jacqueline
De son côté, le Syndicat national des journalistes de France 2 estime que « l'annonce brutale de la suppression de la publicité sur les chaînes de la télévision publique vise à affaiblir le service public pour en organiser le démembrement au profit de ses concurrents du privé ».

J'avais pensé ça aussi sur le coup en cherchant la magouille, tant l'idée première de la disparition de la pub m'avait semblé alléchante.

Mais l'état aurait-il vraiment un intérêt à faire disparaître un média qu'il peut relativement contrôler à sa guise ?
Ce qui est surprenant dans la réaction globale, tant des syndicats que des partis politiques, c'est que c'est à priori ceux qui devraient être les plus favorables à cette suppression de la publicité qui se retrouvent aujourd'hui obligés de hurler contre. En effet, la CGT et la gauche française s'indignent de cette mesure. Pourtant, s'il y a bien un parti qui aurait du prendre cette mesure, c'est bien la gauche politique. Certains se justifient ce matin sur FranceInter en expliquant que cette mesure n'était pas finançable. Faux problème à mon sens!
Taxer la publicité des chaînes privées? pourquoi pas! Taxer les FAI? Tout dépend de la taxe!
Cependant là où naît l'inquiétude, c'est que c'est Nicolas Sarkozy qui fait cette annonce et que ce cher Monsieur n'a jamais été un farouche partisan du service public. Il avait même un temps envisagé de privatiser France2. On se dit donc qu'il y a une entourloupe derrière, mais laquelle? En l'état, il apparaît impossible de répondre.
Une nouvelle fois, Sarkozy a médiatiquement remporté une grande victoire médiatique: il renvoie la gauche dans les cordes de ses contradictions & de son incapacité à pratiquer une véritable politique de gauche une fois au pouvoir. La gauche, au lieu de pouvoir taper très fort sur la politique de Sarkozy, est une nouvelle fois obligée de louvoyer.
Par cette annonce, Sarkozy brouille une nouvelle fois le message politique. Les apparences d'un consensus sur une décision dont on ne connaît pas les conséquences aujourd'hui!
À priori, je suis favorable à la suppression de toute forme de publicité et je suis prêt à payer pour cela! Quand je compare la BBC anglaise et France2 en l'état, je préfère la qualité de la première et je trouve que les britanniques ont une télévision publique de qualité! Si l'objectif de Sarkozy est de tendre vers cela, j'y suis favorable, mais j'ai bien peur que les syndicats ne hurlent pas sans raison...
Talasrum
htpp://thalasrum.over-blog.com
Il m'apparait normal que supprimer une manne pareille rende nerveux les principaux intéressés.
En même temps, comme les chaines publiques ne peuvent qu'y gagner en indépendance, sinon du pouvoir, mais au moins quant aux sujets évoqués (plus de pression des fils de pub),
l'on ne peut que saluer l'éventuelle amputation de cette pollution visuelle et sonore quotidienne qu'est la publicité, de France Télévisions.
Je reste dubitatif au sujet des véritables motivations du cowboy, car ce que je viens de mentionner ne cadre en rien avec sa politique de mainmise et de pressions diverses qui remonte bien avant son élection.
Il ne serait pas étonnant de découvrir qu'effectivement cela serait un beau cadeau de nouvel an à TF1 et à M6 dans une moindre mesure, car il n'est pas prévu apparemment de palier de manière substantielle à ce gouffre financier qui permettrait à tout le moins au service public de garder la tête hors de l'eau.
Comme dirait Code 18 (salutations), les exemples qui montrent que l'entalonné a choisi ses amis sont là pour douter violemment qu'il ne reprenne d'une main ce qu'il ferait semblant d'accorder de l'autre.
Affaire à suivre.
Bonsoir,

j'ai lu sur par le biais de GgleActu (aka Google Actualités) un bref article sur le sujet (la source m'échappe ce soir) qu'en "contrepartie" une taxe s'appliquerais pour les chaines de télévisions privée, et AUSSI sur "l'abonnement à Internet"

Je ne comprend pas bien, souhaite t-il instaurer une "taxe au net" et ainsi faire d'une pierre de coup en contentant les éditeurs et producteurs musicaux / de films ?
ou bien taxer les F.A.I. et donc, par conséquent, faire naitre une augmentation des prix des abonnements pour les utilisateurs?

Merci de vos réponses ;)
Audacieuse souplesse que celle du Président de FT.
Revendiquer pendant des mois l'augmentation des surfaces pub sur les chaines du groupe au nom de la survie du service public....puis changer diamétralement d'avis, immédiatement après l'énoncé de la nouvelle doctrine du Pdt de la RP. Position lamentable mais compréhensible de la part d'un homme qui tente de sauver sa peau dans le naufrage d'un navire dont l'équipage à saboté le fonctionnement au point de le rendre impraticable sur les eaux de la concurrence du PAF.
Car comment expliquer l'"incapacité des chaines publiques à produire des docs, des fictions, à valoriser le réseau des stations régionales? Par ou le bateau prend-il l'eau? A cause du manque de moyens, de budgets de réalisation ?...ou par l'énormité des coûts internes de production , totalement plombés pardes effectifs pléthoriques, les corporatismes liés à l'absence de regard sur les réalités de la vie? ;
Oui, il faut redéfinir le cahier des missions et des charges...mais pour garantir la mission d'informer, éduquer et distraire tout en préservant la liberté éditoriale des équipes. Il faudra aussi dégraisser le mamouth audiovisuel public.et faire en sorte que les partenaires sociaux apprennent la différence entre service public et fonction publique (au sens caricatural des ronds de cuirs qui confondent moyens et objectifs!).
C'est surtout une jolie manoeuvre pour permette à ses potes du privé d'augmenter leur dividendes en quelques jours. Voir les actions qui grimpent chez TFIN ET AIME6...
Parfait! Que la pub disparaisse au plus vite de la télé publique et que les budjets soient récupérés par les chaines privées! Ainsi les téléspectateurs captifs et fies de l'être, guidés par les publicitaires donneurs d'ordres, continueront à être précipités dans les abysses sousculturels tout comme les rats hypnotisés par Hamelin le joueur de flûte avant qui les guide vers le fleuve pour les noyer. Et nous autres, bien au sec, loin de tout ce barnum consumériste, on se la coulera douce en regardant des reportages sur le sur le Tibet, la reproduction des drosophiles, ou l'histoire de la culotte depuis Dagobert.

Je suis prêt à payer plus de redevance, pour plus d'indépendance. Le prix à payer pour la liberté est toujours inférieur à ce que coûte la dépendance !

Gérard
Comment faire du vent d'une affaire qui ne changera en rien la situation de dépendance du service public. Je préfère personnellement qu'il soit dépendant d'annonceur, plutôt que dépendant du pouvoir, voire de ses concurrents (qui vont s'en mettre plein les fouilles en passant).

Remplacer une dépendance par deux autres, ça n'a de judicieux que l'aspect plus confortable pour le téléspectateur (et encore puisqu'il récupèrera la publicité sur d'autres chaines). Le fait de supprimer la publicité des services publics est une bonne chose, mais il faut le remplacer par une vraie manne indépendante, dépourvue de variation et protégée des divers éléments qui l'entourent.

La pérennité du service public dépend bien souvent de la santé de l'Etat, mais dans ce cas bien précis, voilà qu'elle dépendra en partie de ses concurrents directs. Il y a fort à parier que cette nouvelle manne apauvrira le service public, au profit de ses concurrents, même si on ne sait pas encore préciséments les modalités de cette réforme.

D'ailleurs, ce choix ne résoud pas tellement la question de fond qui reste l'indépendance du média public. Puisque l'argent vient toujours d'une entitée extérieure, intéressée.
Quand on voit le niveau culturel des programme de france télévision, qui a l'exception de certains d'entre eux (repoussé en deuxième ou troisième partie de soirée) on perdu tout de leurs ambitions annoncées, on en vient a pensé qu'une Arte-isation de ces chaines ne pourrait pas faire de mal a notre part de "cerveau disponible".
Arte-isation sur tout plans: il ne me semble pas que cette chaine ai une liberté de ton moins grande que les autres. Malgré son financement d'origine publique.
Il est toutefois vrai que compte tenu du faible audimat qu'elle représente elle ne présente pas ou plus un grand intérêt quand a une possible (prudent!) "vampirisation des esprits".
Sa double nationalité aide peut être a cette liberté de ton: Toujours moins pratique de gouverné a plusieurs ! Pour ca comme pour la cours nicolas est un bon disciple de louis !
Il fallait les voir hier nos journalistes nationaux s'entassé comme des "cons heureux" devant les grilles du Versailles rénové.

Pam
Du pain et des jeux pour nos journalistes ^^
c'est nouveau, ça fait fureur depuis 7 - 8 mois.
on vous lance des lois qui vous laisse sur le carreau.
pas d'hésitation (bouclier fiscal), pas de pitié (expulsion famille entière), pas d'espoir (durée du travail) et pour finir le coup en traite (suppression pub télé publique)
La fin de la publicité sur les chaînes publiques est une très bonne nouvelle pour tous les téléspectateurs : ils n'auront plus à subir ces horribles pages publicitaires d'une bêtise lénifiante et dégradante.
Vous avez précisé que le PCF avait déjà proposé pareille mesure pendant la campagne présidentielle. Pour être complet, il faut rajouter une mesure radicale que les communistes avaient imaginé : la renationalisation de TF1. Mesure étonnante s'il en est mais qui fait néanmoins réfléchir ! Il faut en effet reprocher à TF1 son échec : on se souvient du "mieux disant culturel". Cette chaîne ne remplit pas le cahier des charges initial ! Pire : elle a des conséquences plus que néfastes sur la culture française (et sur nos fameux "cerveaux disponibles" !). Dès lors, censurer cette chaîne et relancer un nouvel appel d'offre n'apparaît pas vraiment idiot !
Evidemment, ça ne règle pas le problème du financement de la télévision publique. A creuser...

Denis Raffin

PS : A ce propos, est-ce qu'il ne serait pas possible d'imaginer un système de financement calqué sur le CNC pour le cinéma ?
... Ils sont 300. Ca ne va pas être une mince affaire de les recaser.

Ensuite il va falloir trouver plus de 800 millions d'euros pour compenser la recette publicitaire. Le marché de la pub, c'est d'après ACRIMED, 30,5 milliards d'euros en 2001. Ca fait donc une taxe de l'ordre de 0,025 % ??? C'est tout !
Ca semble trop beau pour être vrai.
Chiche, il faut y aller et libérer la télévision publique de la dictature de l'audimat. C'est risqué mais la situation actuelle est catastrophique. Quant à la gauche c'est afflligeant de la voir défendre le financement publicitaire ! Rendez-vous sur http://tto45.blog.lemonde.fr
Je pense que c'est encore un ballon d'essai pour détourner l'attention des journalistes des discussions sur le droit du travail. Et cela marche!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.