23
Commentaires

Field, et le conformisme de l'insolence

.

Derniers commentaires

DS regrette avec beaucoup d'insistance la non-présence d'une syndicaliste bretonne lors de la dernière émission avec le président.
Il y voit une manipulation évidente et dénonce l'interventionnisme élyséen. Peut-être. Elle avait été recalée avec un paysan dont le principal fait de gloire avait été d'insulter un dirigeant syndicaliste.

Il pourrait quand même se souvenir qu'en pleine "révolte" des bonnets rouges, Arrêt sur Images s'était déplacé à Carhaix pour une émission avec les principaux protagonistes : DS et sa journaliste avaient été littéralement "roulés" dans la farine par Troadec! (S'il a oublié, qu'il regarde à nouveau l'émission, c'est consternant!)

Comme quoi, même quand on est le meilleur, il peut arriver qu'on soit manipulé sans que la pression du "manipulateur" soit très forte.
Il suffit que le producteur veuille à tout prix avoir Son émission qui fera causer...
Moment privilégié pour vous recommander la lecture de:

" Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary " Guy Hocquenghem Préface de Serge Halimi Editions Agone, Contre-feux

Un Field chasse un July qui ....
"Si vous êtes là, c'est parce que François Hollande le veut bien".

Rien que cette phrase envoyée en pleine gueule de Michel Field me fait aimer la Suisse et les journalistes suisses.

Y a vraiment plus que les Français pour ne plus se rendre compte que leurs journalistes c'est devenu de la m....
Ah bah mince alors, je découvre des trucs! Pour moi Field, c'est le gars un peu chiantos et mielleux des secondes partie de soirée, en faite c'était un vrai Revolucionarios avec le béret et tout.
Cher Daniel
Il me semble que Michel Field a commencé dans l'insolence bien avant 1995 .... Il ne faut pas lui enlever ses quartiers de noblesse les plus anciens.

Leader trotskiste du mouvement lycéen-étudiant en 1973, il a traité de "rigolo" le ministre de l'Education Nationale Joseph Fontanet en direct dans un débat télévisé.
Mao doit se retourner dans sa tombe
Et pendant ce temps-là, Bernard Cazneuve félicite le préfet de Paris pour avoir mis en oeuvre "efficacement" les bonnes vieilles méthodes de Maurice Papon.

"Ils sont pas lourds, le premier mai, à se souvenir de Charonne..."
avec une grande, grande différence : pas de mort ici, pas d'intention de la donner non plus manifestement, contrairement à 1962.
peut-être pas, mais une intention de semer la terreur parmi les manifestants très manifeste. Manœuvres pour séparer le cortège du 1er Mai (pas une manif sauvage, le cortège du 1er Mai où d'habitude on trouve certains dignitaires du PS), et provoquer la foule, gazage à repetitions, tirs de flashballs et de grenade de desencerlement (interdites sauf en cas d'encerclement donc, et surtout potentiellement mortel, ça envoit des millliers de petits éclats), des centaines de condamnatations, d'arrestations préventives, à de la prison ferme pour certains, des centaines de bléssés, des têtes fracturés, un oeil perdu (voire plusieurs?), une jambe perdue; des CRS qui parquent les gens dans le metro et qui les gazent à l’intérieur; et hier des enfants, des personnes agés syndicalistes ou non, des "honnêtes gens" outrés, et un journaliste du figaro qui ont découvert les joies des lacrymos dans les yeux (et qui commencent à comprendre que les médias se foutent de leur gueule quand ils reprennent les communiqués de la préfecture où le petit soldat Cazeneuve salut "l'excellent travail et le sang-froid" de ses troupes). Le but de tout ça, en dehors des flics qui parfois se font plaisir, c'est de foutre la trouille et de dissuader la contestation.
Et il faut voir le traitement médiatique des événements...
Soi-disant une faible mobilisation (ah bon ? il me semble qu'il y avait du monde ; mais ça aide pas mal de gazer tout le monde pour faire partir les plus pacifistes), et soi-disant "peu" d'incidents (ouais, en fait c'était plutôt une guérilla urbaine, un cordon de CRS a été déployé pour empêcher des manifestants d'accéder à un chantier rempli de débris).
Le cortège a été stoppé par un cordon de CRS (du jamais vu pour l'ensemble des manifestants dont certains étaient assez âgés...) et est resté statique pendant plus d'une heure. Pour laisser les casseurs commettre des dégradations ?
Les seules images un peu réalistes que vous aurez sont diffusées par RT France (voir leur chaîne youtube).
Ça en dit long sur le contrôle des médias dans notre pays (ou ce qu'il en reste).
Des images de RT France, où j'ai l'impression que leur reporter sait où se placer : il commence par filmer la CNT, m'a l'air de repérer régulièrement le style "black blocs", et, par exemple, vers 1h58min, il ne rate pas les groupes venus en découdre.
Tout à fait. RT reste un organe de la Russie poutinienne... Leur objectif est de filmer la décadence et la désorganisation occidentales, ou les débuts de révolte.
Tout ce que veut éviter notre gouvernement.

Dans les différents articles de presse on parle de slogans anti-loi El Khomri, mais j'ai surtout entendu "Tout le monde déteste la police".
il y aussi taranis news, qui filme d'assez près.
http://www.taranisnews.com/
A propos du livre d'Alain Dewerpe sur Charonne (je graisse) :
Dès les premières pages, il commence par mettre à distance les représentations communes associées à Charonne et démonte point par point une légende tenace selon laquelle les grilles fermées du métro auraient été, avec la bousculade, la cause principale de l’écrasement mortel de huit manifestants.

Après avoir passé au crible les témoignages enregistrés dans les procèsverbaux des poinçonneuses, des caissières, des chefs de station et des passants, il parvient à démontrer, sans laisser subsister le moindre doute, que les grilles de la station de métro Charonne sont toujours restées ouvertes; la mort des manifestants a été provoquée par l’empilement des corps chutant dans l’escalier sous le choc de la charge policière.
Faire entrer de force, en chargeant et en gazant, une centaine de manifestants dans une bouche de métro, c'est criminel. Et, en 2016, absolument indéfendable.
Ahhh, Michel Field. On ne s'en lasse pas !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.