67
Commentaires

Fêtes de quartier : filmer les riches, filmer les pauvres

Deux manifestations de convivialité entre voisins. L'une, filmée par France 2, dans un lotissement de classes moyennes supérieures. L'autre, dans "Rue des Allocs" (M6) dans un quartier pauvre d'Amiens. Deux reportages très différents : gros plans, vocabulaire, tout diffère. Pour @si, les élèves du collège Gérard Philipe (Paris) ont regardé les deux émissions.

Derniers commentaires

J' ai jamais été fan de la série: souvenirs de gosse, ou parano exacerbée, j' ai toujours l' impression d' une " orientation " des réponses...Et le montage, la forme très "policée", les commentaires, ne font rien pour alimenter l' effet spontex!
Reste le fond...Et le fond dit quoi!?
Comme d' hab': un bout de réel, découpé judicieusement, et NOUS faisons le reste...Et il y a, aussi, pas mal de glands, qui se la jouent "chef de bande" à tatouages publicitaires...Faut pas croire, la délinquance, surtout fantasmée, se porte bien ( À Neuilly, comme dans le 93... ), et la frime, tout pareil...Les uns, en alignant les canettes ( Vides, œuf corse! ), les autres, en servant leur soufflé aux huîtres tièdes, et leur tolérance envers la "mixité" sociale!
Bref, les medias nous servent la soupe...Populaire, c' est à dire, aimée par la majorité: on a le monde qu' on mérite, pas vrai!?
Carpe diem...
Pas dupes, les collégiens? Si, un petit peu quand même, les premiers commentaires ne sont guère distanciés, et le fait que la voix off ait dit "sans autorisation, bien sûr" leur fait reprendre le mot "illégal" avec une grimace ambiguë mêlant excuse et désapprobation. Leur observation de ce qu'il y a sur les tables est assez juste, mais pas du tout reliée au fait que dans un cas ce sont semble-t-il des hommes qui organisent (bière et charcuterie) alors que dans l'autre, ce sont plutôt des femmes (tartes et plats cuisinés). Mais plutôt reliée à l'idée que les uns se nourriraient "sainement" et pas les autres.

Pas de commentaire sur la manière dont est filmé "le patriarche", en marche, de trois quarts dos, avec vue plongeante sur ses tatouages, avant qu'on ne lui donne enfin la parole. Lui insiste plus sur le plaisir des enfants (pas souligné), peut être en effet (souligné) parce que faire connaissance avec les voisins est moins nécessaire que dans un lotissement où c'est chacun chez soi.

Peut être cette émission gagnerait-elle à être un peu plus longue?
Ben Pisa vient encore de souffler sa bougie annuelle avec des mauvais résultats pour la France mais à voir la classe de Laura Mougel, on est rassuré.

Merci à vous, Fatou, Proponi, David, Mohammed, Jade et Alexandre de nous redonner espoir.

D'ailleurs, @SI devrait faire deux vidéos : l'une nous montrant le fait brut de décoffrage, l'autre après avec le regard des enfants. Et entre temps, nous aurions eu le temps d'analyser nous-même la situation. Et je doute fort qu'on soit arrivé, nous les adultes aux yeux et oreilles avertis, à la même pertinence que nos petits cadets !
Il est réjouissant de constater que nos collégiens ne sont pas dupes des artifices grossiers employés par un média privé, dont le but -s'il est utile de le rappeler- n'est pas d'éclairer des citoyens mais d'élever des con-sommateurs, et qu'ils intègrent facilement la différence de traitement avec un média public, certes perfectible dans sa mission d'éveil et d'ouverture.

Une touche d'optimisme dans cet avenir incertain.
J'ai failli rater le tout dernier commentaire, magistral. Bravo !
Filmer les riches, filmer les pauvres....
Pensez-vous vraiment que ce sont des riches que l'autre émission filme?
Remarque accessoire, Mohammed a son appareil dentaire qui le gêne ou qui lui fait mal.
II y a peut-être quelque chose à faire ?
(Je n’y connais rien, je précise).
Savez-vous pourquoi le CSA n’a pas sanctionné M6 pour la Rue des allocs ?

Je pense que la réponse est ici.
La conclusion du petit garçon en bleu est réjouissante , il semble avoir compris énormément de choses et se pose LA bonne question: "Pourquoi ?" !
la suite sur arretsurimages.net ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.