75
Commentaires

Ferry se défend partout, mais ne sait pas où il travaille

La riposte médiatique n'a pas tardé à s'organiser. Mis en cause mercredi 8 juin par Le Canard Enchaîné parce qu'il touche un salaire de l'université Paris VII sans assurer aucun cours, Luc Ferry s'est multiplié dans la presse et à la radio (depuis un certain Grand Journal, il semble éviter la télé) pour défendre son honneur. En déployant, il faut le souligner, une étonnante maladresse dans sa communication. Ferry cumule-t-il deux salaires ? Combien gagne-t-il ? Est-il privilégié ? Autant de points sur lesquels l'intellectuel n'est pas des plus clairs. A commencer par une question extrêmement complexe : quel est exactement l'organisme qu'il dirige ?

Derniers commentaires

A force de fréquenter les Bognanoff il a fini par prendre la grosse tête!!
Extrait d'un article de QSF qui aborde judicieusement le volet de la représentation qu'a Ferry du metier de prof de fac !

"Si QSF souhaite faire entendre sa voix dans cette affaire, c'est enfin et surtout parce que cette polémique risque de nuire gravement à l'image des universitaires auprès de l'opinion. À l'heure où certains membres du gouvernement veulent faire travailler quelques heures les bénéficiaires du RSA au motif qu'ils seraient des assistés, l'information suivant laquelle un professeur des universités est rémunéré sans faire son service peut donner à l'opinion publique une image très négative de l'universitaire.
M. Ferry conçoit et décrit son travail universitaire comme la simple dispensation d'un certain nombre d'heures de cours, et les journaux ne contestent pas cette représentation. Certes, les cours sont essentiels, mais toutes les autres tâches disparaissent de la discussion actuelle dans les médias. Où est passée la recherche, sans laquelle les cours universitaires n'auraient pas de sens ? Où sont passés le contrôle des connaissances, la direction du travail des étudiants (mémoires, thèses), la gestion de la scolarité, les projets de formation, l'application des innombrables réformes, l'animation des centres de recherche, les projets ANR, les échanges internationaux, les commissions de recrutement, d'évaluation, etc. ?"


tout l'article est ici :
qsf
Je consacre aujourd'hui un très chouette concours à Luc Ferry, participez nombreux!

http://fmr-ides.blogspot.com
D'un autre coté, ce n'est pas anormal que Luc Ferry nous mène en bateau... et ait su mener sa barque.
Dans un premier temps j'espère que l'on pourra connaitre le role concret du CONSEIL d'ANALYSE de la SOCIETE et l'intéret de son travail.
Si cet emploi réclame peu de résultat donc peu d'effort de la part de Luc Ferry, je serai tres décu.
Je serai dégouté s'il s'avère que Luc Ferry fait le mort auprès de l'éducation nationale, vis à vis de ses heures d'enseignements
Je serai écoeuré s'il a effectivement demandé directement à Valéry Pécresse de l'exonorer.
J'ai une image respectueuse de Luc Ferry en tant que ministre et pour sa vie d'avant, un comportement opportuniste tel qu'il est décrit, ruine dramatiquement la crédibilité de nos élites.
Après toute ses surprises, il sera toujours un peu plus dur d'aller travailler les matins suivants

David Cassani
Bravo Dan, très bon et utile "décorticage".
Tout ça me rappelle "CAS toi, pôv con!"
et sur libé :
L’affaire des salaires de l’ex- ministre Luc Ferry, président délégué du Conseil d’analyse de la société (CAS), a mis un coup de projecteur sur ce comité créé en 2004 à Matignon pour éclairer le Premier ministre sur les «enjeux de société».
François Fillon, qui préside le CAS, y a nommé en février 2008 Lucy Vincent, directrice des relations extérieures de Servier, le fabricant du Mediator, réputé pour la puissance de son réseau d’influence politique.
Or, Lucy Vincent y avance masquée, puisque sa biographie publiée sur le site du CAS ne mentionne pas qu’elle est salariée de Servier.
Joint par Libération, Luc Ferry assure que Fillon l’a nommée à sa demande. «C’est une amie de vingt ans», qu’il a choisie avant que le scandale n’éclate pour ses compétences de «biologiste».
Il ne s’explique pas le trou dans son CV, mais assure qu’elle n’a jamais travaillé sur des sujets liés à la santé ou à la pharmacie. Il précise que seuls deux rapports (sur les pompiers et le service civique) se sont transformés en lois. Ni Servier ni Matignon n’ont retourné nos appels.
à lire sur rue89
"enquête - Luc Ferry : un emploi pas fictif, surtout pour ses amis et ses fans"
http://www.rue89.com/2011/06/13/ferry-un-emploi-pas-fictif-surtout-pour-ses-amis-209178
Luc Ferry avait tout le temps de cogiter sur la pensée 68 et sur la vie Bonne, il fait partie des gens qui disent que les fonctionnaires sont des nantis mais pas autant que lui et surtout ils sont moins bien payés. En plus il a trouvé un bon prétexte, dans Aujourd'hui en France il affirme qu'en 2005 :
"30 types de SUD-PTT l'attendaient devant l'école normale avec des battes de base-ball" Oh les méchants! c'est les nervis d'extrême-droite qu'il décrit.

Monsieur Ferry s'habitue à balancer n'importe quoi. Je me prend à douter de ses capacités à animer le comité d'analyse de la société.
Il connaît bien les problèmes du travail, de ceux qui se lèvent tôt lui qui se lève quand il veut et qui connaît surtout "la vie bonne".
Il était bien énervé l'autre matin quand Pascale Clarck l'interrogeait, on le sentait à cran, il a apostrophé cette insolente : "dites le que le service civique c'est une connerie"
Qu'est-ce qu'il a travaillé dur !
D'accord avec Luc Ferry, des fonctionnaires qui ont des décharges notamment syndicales sont légions! Le nombre de profs n'ayant pas d'élèves se compte par dizaine de milliers. Ca fait des années qu'on en parle, c'est un faux scoop, du réchauffé, une info à la médiapart.
Non, attendez, j'ai peur d'avoir mal compris: il ne sait même pas le nom du machin qu'il préside, le sens du sigle???
Quel minable.
et Jules qu'est-ce qui dit?
Je n'aurai qu'un mot : "Ferry, CAS, toi tu pues et marche à l'ombre...."

ok, je sors...
très drôle de noter que la première victime du plan Pécresse sur l'autonomie des universités, est un planqué du même bord qu'elle !...

et à la lecture de cette article, on se dit que Ferry tient un bon sujet pour son prochain bouquin, forcément à haute portée philosophique, une étude sur le vide sidéral de son emploi du temps professionnel à l'ère du sarkozysme, en l’occurrence l'ère du travailler moins pour gagner plus !
tellement vide qu'il ne sait même pas qui l'emploie...

merci Dan
2 remarques :

1) Est-ce que ça ne choque plus personne qu'un "conseil" comme ce CAS soit financé par l'état pour produire des notes qui ne sont pas accessibles gratuitement à tous les citoyens ? Des notes et des rapports payants, qui "rapporte" de l'argent à un éditeur privé (fut-il aussi sérieux qu'Odile Jacob) ? Est-ce si dur de diffuser librement et gratuitement le travail payé par tous les citoyens à l'heure de l'Internet ?

2) Suis-je le seul à relever le flou artistique sur la fonction de ces membres où l'on confond allègrement Professeur des Universités en philosophie et professeur (du secondaire) en philosophie ?

En passant un autre avis. Est-ce que personne ne se rend compte de la dégradation volontaire de la reconnaissance du statut d'universitaire (et plus largement du chercheur) qui va jusque dans le vocabulaire et ce depuis que même les instituteurs sont devenus des "professeurs des écoles". Nous sommes un des rares pays au monde à faire cet amalgame, partout ailleurs le titre de professeur est un titre purement universitaire, un enseignant est un "teacher", un "lehrer", etc. (en gros un instituteur). Le mot, comme la mission n'en sont pas moins noble, loin de là. Plutôt que de revaloriser le travail et la carrière difficile des instituteurs on leur a donné un hochet en leur accolant le titre de professeur. Ça a couté moins cher, les syndicats ont applaudis et ça n'a eu que des bénéfices pour l'oligarchie (de droite comme de gauche).

Un petit article d'@si sur la dérive du vocabulaire français comme moyen de gouvernement ces 30 dernières années ne serait-il pas bienvenue ?
Selon Ferry, il s'agirait donc du "Conseil d'analyse stratégique". Qui n'existe pas.

Je suis sur le cul. C'est comment qu'on fait encore pour faire la révolution, qu'on s'occupe un peu de ces gens là ?

Rien que de très de banal, assure-t-il sur France Info, puisque "60 000 profs" sont en détachement. Dans Le Parisien, le nombre a même augmenté, puisqu'il parle de "70 000 décharges de service public en France, selon le dernier rapport de la Cour des comptes".
Petite erreur de formulation, cher Dan Israël : ce n'est pas le même nombre. Le premier, 60 000 est un nombre de professeurs ; le second est un nombre de décharges de service public, décharges qui, je suppose, peuvent aussi concerner des gens qui ne sont pas profs.

------------------------
Ce conseil est sensé avoir " pour mission d'éclairer les choix politiques du Gouvernement, par l'analyse et la confrontation des points de vue, lorsque les décisions à prendre présentent des enjeux liés à des faits de société."
En consultant l'organigramme, je suis frappé (scandalisé) de voir qui il y a dans ce conseil, en tant que tel, un rabbin et un prêtre.

Eh oh dites donc, on n'est pas sensé être une république laïque, où la religion n'a pas de droit de représentation dans les instances publiques (elle doit se cantonner à la sphère privée) ?

Elle disait quoi la madame ? Pendre Le Dernier Curé Avec Les Tripes Du Dernier Patron ? Je peux rajouter les sangsues de nos instances gouvernementales et institutionnelles ?
Mis en cause mercredi 8 juin par Le Canard Enchaîné parce qu'il touche un salaire de l'université Paris VII sans assurer aucun cours (...)

Une chose qui m'agace par dessus tout dans le traitement médiatique du cas Ferry, c'est l'histoire du salaire indument perçu puisqu'il n'a pas assuré ses 196 heures de cours. Je ne suis pas titulaire d'un poste en université, mais il me semble que la charge d'enseignement n'est pas exclusive au poste qui lui a été octroyé ? Luc Ferry doit rembourser un an de salaire, ce à quoi j'ajouterai un bon 42 dans le derrière, parce qu'il n'a assuré ni ses heures d'enseignement dans l'année, ni le reste (fonctions administratives, encadrement d'étudiants, etc... sans compter la recherche).
Ou alors il n'y a que ses enseignements qui sont passés à la trappe (allez, on ne sait jamais), mais dans ce cas que ce soit dit clairement.
Que penser sinon ? "le vrai scandale, c'est de payer des feignasses de profs presque 5000 euros pour seulement 200 heures par an, en plus ils sont tout le temps en greve..." et autre blablabla

Tiens au passage, la citation de Ferry :
"Car on considère que de présider ce conseil est une activité qui demande plus de travail que d’être professeur des universités… c’est tout."
J'avoue qu'un nom d'oiseau m'est sorti de la bouche. Les professeurs, et autres maitres de conf, vacataires, moniteurs, ou encore thésards, chercheurs, post-docs..., bref tout ceux qui bossent à l'université apprécieront j'en suis sûr.
C'est édifiant ! Félicitation pour l'article , j'éspère qu'il passera en "utilité publique" .
Titre du Monde "La prime aux salariés pourrait être encore réduite".

Au moment même où Matignon, avec nos sous, engraisse un obèse.

Elle est pas belle la vie ?

(Si on est de droite et surtout, du côté du manche)

PS Au fait, au Péhesse, on les entend pas beaucoup sur le coup, là. Faut dire qu'en matière de services aux copains, ils ne laissent pas passer leur tour !
Vous êtes de mauvaises langues !! Si, SI !
et je vous le prouve.
Avec Luc Ferry, nous avons affaire à un éminent philosophe, qui a rendu, rend et rendra mille services à la France.

Vous voulez une preuve ! Heureusement que certains travaillent et ne se laissent pas emporter par une indignation facile ;
lisez et écoutez : ça vaut son pesant de cacahuètes ! :
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/2315;luc-ferry-travaille-pour-la-france-les-preuves.html
Heureusement, il a du temps pour faire des ménages. Son tarif : 5000 Euros par conférence / animation de table ronde / pince-fesses / assemblée générale. Il peut parler de tout : éthique, illettrisme, liberté, valeurs,...
Il suffit de taper "colloque ferry" sur google pour avoir une idée de l'agenda. A ce stade, c'est un CAS d'école.
http://www.google.fr/#sclient=psy&hl=fr&source=hp&q=luc+ferry+colloque&aq=f&aqi=g-v1&aql=&oq=&pbx=1&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.&fp=eb526e56482bd69e&biw=1280&bih=595
Faut le comprendre, on philosophe mieux dans un coupé Jaguar à 60 000 euros et le ventre plein qu'à jeun dans une Fiatte Pounnetot merde!
Enfin on y voit clair. Dommage pour le philosophe ...
Arrrrghhh .... mais qu'est-ce que je fais à pester devant mon écran ?
Pourquoi je ne suis pas dans la rue, en bas de chez lui, devant ses restos et ses bateaux de croisière, devant sa maison d'édition à le huer, pourquoi je ne réclame pas à Matignon de le dégager, pourquoi j en'exige pas qu'il rembourse ce qu'il a volé ?
Mais qu'est-ce qui me rend aussi molle, pourquoi je ne passe pas de l'indignation à la révolte ?

Pourquoi on n'est pas des milliers dans la rue à dire, à hurler qu'on n'en peut plus, qu'on n'en veut plus de ce système-là ?

Je n'en peux plus : on travaille dans des conditions de plus en plus pourries, avec des chefaillons qui nous feront faire n'importe quoi pour avoir leur prime, et qui sont pilotés par des Ferry et compagnie. STOP !

Et le pire, c'est que j'ai même pensé : "Oh, le naze, il truande pour avoir 1800 euros et quelques restos par mois, s'il était moins con il aurait gratté beaucoup plus ! C'est là qu'on voit qu'il est vraiment très mauvais " ... j'ai honte, mais je l'ai pensé.
Dans l'administration, lorsque l'on est détaché, on est payé par l'administration d'accueil. Point barre et il n'y a jamais double rémunération!!!
Il n'y a pas double rémunération, mais rémunération (payée par l'administration auprès de laquelle s'effectue le détachement) et indemnité (supposer couvrir les dépenses inhérentes à la fonction, payée par le "petit conseil") [la différence, subtile, doit tenir au paiement de charges dans un cas et non dans l'autre, mais sans certitude].

À mon sens, le problème dans cette histoire n'est pas tant l'existence de l'indemnité (même si dans ce cas précis, vu que le CAS n'a pas l'air de produire grand'chose, on pourrait en discuter) que l'impunité avec laquelle l'ex ministre de l’Éducation nationale se retrouve en situation de non détachement, sans effectuer ce pour quoi il a été élu (enseigner la philosophie à Paris VII [?]) et sans que son institution de rattachement ne se rappelle plus tôt à son bon souvenir (tout en continuant à payer).

L'effet boomerang de la loi relative aux libertés et responsabilités des universités est en revanche proprement jouissif...
une indemnité à 1800 euro?
A partir de combien aurait-on parlé de traitement? 2000, 2500, 4000?
Ce n'est pas une question de montant, mais de nature (pas un emploi principal et, a priori, pas de charge ni d'imposition).
Un parallèle (acrobatique eu égard aux fortes différences de nature des indemnités) peut être dressé avec les indemnités de résidence des fonctionnaires expatriés, dont le montant dépend du traitement initial, auquel s'applique un taux multiplicateur en fonction de l'éloignement, du danger de résider dans le pays, etc. De façon évidente, il existe des moyens réglementés d'obtenir des indemnités supérieures à 1800€.
Une fois encore, le problème n'est pas dans le montant, mais dans le rapport coût total de la prébende / production effective du CAS
Merci pour ce papier !
Le site de ce CAS indique clairement qu'on est dans la fumisterie la plus totale.
Seules les publications chez Odile Jacob attestent du travail réalisé par ce Conseil qui ne se réunit jamais plus de trois fois par mois, et la plupart du temps une seule.

Le Centre d'analyse stratégique de son côté recrute chercheurs et chargés de mission, sa production est pléthorique et intégralement publiée par la Documentation française. Bref à côté le CAS fait pâle figure. La comparaison a le mérite de révéler sa vraie fonction : une planque glamourisée pour ex ministres déchus.
Dan, vous méritez double salaire pour cet article !
Merci pour cet article précis.

L'absence complète de morale qui règne parmi les anciens et actuels ministres de droite continue de m'étonner.
Merci pour avoir défriché le sujet, Dan, parce que c'était incompréhensible.
Vous en connaissez beaucoup, des citoyens lambadas qui touchent deux revenus pour un seul boulot ?

Car le pire, c'est que ce dont bénéficie Ferry n'est pas unique (même si pas dans les proportions qu'il dit). Nous avons, planant au-dessus de nos têtes de co.s anonymes, des nuées de rapaces comme lui engraissés par nos impôts. Et ma foi, tant que nous l'acceptons, pourquoi se rogneraient-ils les ailes ?

Le beau Lulu chouine que son boulot de commissionnaire à la CAS est hachement prenant. Et il trouve quand même le temps en plus de gros-niquer dans le poste, d’écrire des livres, de donner des conférences-croisières (avec femme, enfants et belle-doche). Ben dites donc, ses journées doivent faire 48 heures ou il a encore plus de cerveaux que Supermonmari !
Dégât collatéral de l'autonomie et de la décentralisation : à force de virer du budget général ceux qui passent dans d'autres services, on va finir par repérer les passagers clandestins du fichier des agents de l'Etat.
Et pendant ce temps là on s'en prend aux "assistés" du RSA...
J'enrage. Quand je pense que ce sale petit tartuffe, soi-disant philosophe (il a de plus régulièrement le culot de s'en prendre à Onfray, qui plane des kilomètres au-dessus de son tout petit cervelet), ose jouer les père-la-morale.
Encore un pitre à classer près des bhl, woerth, minc et consors. Encore une raison de voir rouge... Bon sang, j'en ai des pulsions stalliniennes...
Mais, ceci posé; à quand la liste complète et exhaustive des parasites de la république?
Dan, refilez le boulot à Sébastien Rochat! Et merci pour cet article.
On peut aussi noter la présence d'Amélie de Bourbon au sein du CAS, elle est aussi la femme d'un des Bogdanov. Ceux-là même qui sont de grands amis de L. Ferry et de sa femme, puisque d’après lui ils passent tous leurs réveillons ensemble. Étant consultante EURO RSCG il est certain que son apport est des plus importants. Encore un groupe de potes qui se sucrent allégrement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.