39
Commentaires

Femmes de guerre

« La femme remonte à la plus haute Antiquité. Elle est coiffée d’un haut chignon. C’est elle qui reçoit le facteur, qui reprise les chaussettes et fait le catéchisme aux enfants », écrivait Alexandre Vialatte. La femme est également faite de patience et de longueur de temps, plus que de force et de rage. Elle subit tranquillement et depuis des siècles toutes formes d'esclavages, qui vont de la collecte du bois de chauffage au blush L'Oréal en dix-huit teintes. Mais tentez de l'asservir un peu plus encore à coups de religion, de viols et d'assassinats, et elle finira par vous confectionner des petits trous dans la peau de 7,62 millimètres de diamètre.

Derniers commentaires

Et les cantinières,la Madelon qui vient nous servir à boire...La Bouboulina qui a terrorisé les turcs...Et les petites anglaises:VICTORIA REGINA et Margaret Thatcher (Irlande,Malouines,etc...), Golda Meir et tant d'autres!
Vous avez oublié : toutes les héroïnes de Russ Meyer.

Bon d'accord, c'est pas des personnages historiques, mais ça nous aurait fait de belles images.
Elles n'étaient pas armées mais ont combattu toute leur vie: Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle. Superbe documentaire sur la 2, encore visible en replay!

http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/genevieve-de-gaulle-germaine-tillion,92966978.php
Réparation d'un oubli : Et c'était il y a 50 ans : Leïla Khaled. Sacrée icône non ?
Petit rajouti pour "le fun" : le 8 mars dernier, jour de la femme, 61 femmes palestiniennes ont été emprisonnées en Palestine occupée. Pas de photo. Pas de peinturlure mais de la censure.
Bravo Alain pour votre article détaillé et riche. Les femmes guerrières sont souvent représentées de manière sexiste. Mais de temps en temps, on a de bonnes surprises.
La suggestion cinéphile de J&J :

http://www.telerama.fr/cinema/films/the-assassin,500699.php
Femme de révolution c'est encore autre chose...
Remarquons que la description de "wikipedia de la liberté guidant le peuple"
occulte à la fois l'arbalète de la madame et le fusil du monsieur. Elle a les seins nus et un drapeau (et un drapé) et lui un haut de forme et une ceinture à son pantalon. (je ne mets pas la citation tant pis si quelqu'un rectifie, croyez moi sur parole que la description ne mentionne pas les armes de ces deux gus).

C'est pas de ma faute c'est de la mémoire collective, des gènes, des gênes, je ne sais, mais on veut voir les bourgeois (les bobos) comme des frileux, mimétisant vaguement le prolo, sur qui on ne peut pas compter et les femmes comme des donneuses de force qui hypnotisent les peuples à coup de drapeaux et de poitrines nues. Tout ça ne porte pas d'armes. C'est ainsi!

modif: le lien wiki... impossible!
Je suis étonnée de voir de l'enthousiasme dans les forums.

Je ne peux pas m'empêcher de "lire" une certaine désolation dans les deux articles d'Alain Korkos, du fait que les femmes soient poussées à la violence.
Rappelons qu'elles le sont par des hommes et dans un but défensif. Et qu'elles sont souvent le jouet d'un fantasme d'homme faible qui rêve d'une femme se substituant à lui pour accomplir des tâches au dessus de ses forces (qui sont pourtant :-) immenses) ou bien le jouet d'une grande frustration, d'une impuissance, poussant à la violence destructrice. Pauvre Veslaquez.
Pas de quoi se réjouir. Ma seule violence restera de prendre les trains qui fuient le malheur, i.e. tourner les talons, en espérant le retour des trains qui vont vers le bonheur (ils ont existé non? Là y'a pas longtemps?). Tenir une arme, ça va pas la tête.
Impressionnant aussi les cours d'égalité des sexes qu'elles donnent à leurs collègues : un exemple pour toutes les armées.
Vu le reportage d'Arte. Impressionnant. Mon seul reproche (technique) à ses guerrières: pourquoi garder les cheveux longs plutôt que courts? L'une d'elle raconte avoir failli y passer, un daeschien l'ayant attrapé par les cheveux, elle ne dû son salut qu'à une camarade qui tua le daeschien. Les cheveux courts sont recommandés en close combat (mais pas la tête rasé: le cheveux isole du froid du casque).
Faites l'amour, pas la guerre :

RT sex toys

Je suppose que la rédaction d'ASI l'a oublié celle-là ? ;-)
Livre: La guerre n'a pas un visage de femme, de Svetlana Alexievitch,
http://www.actes-sud.fr/contributeurs/alexievitch-svetlana
Sisina

Imaginez Diane en galant équipage,
Parcourant les forêts ou battant les halliers,
Cheveux et gorge au vent, s’enivrant de tapage,
Superbe et défiant les meilleurs cavaliers !

Avez-vous vu Théroigne, amante du carnage,
Excitant à l’assaut un peuple sans souliers,
La joue et l’œil en feu, jouant son personnage,
Et montant, sabre au poing, les royaux escaliers ?

Telle la Sisina ! Mais la douce guerrière
A l’âme charitable autant que meurtrière ;
Son courage, affolé de poudre et de tambours,

Devant les suppliants sait mettre bas les armes,
Et son cœur, ravagé par la flamme, a toujours,
Pour qui s’en montre digne, un réservoir de larmes.

Charles BAUDELAIRE "Les Fleurs du Mal"
Pas encore lu l'article mais pas vu ce qui serait pour moi la première image qui me viendrait à l'esprit: la propagande communiste sur les femmes dans l'armée rouge (ou en Chine je suppose, mais je n'ai pas vu celle ci). Comment dire: il y a pléthore:

https://www.google.fr/search?hl=en&site=imghp&tbm=isch&source=hp&biw=1920&bih=1016&q=women%20red%20army&=&=&oq=&gs_l=

Je ne sais pas quelle était la part réelle des femmes dans les sociétés communistes (je n'ai pas le sentiment d'en avoir vu au final au gouvernement ou à des niveaux d'officiers) mais la réalité de ces femmes soldats est avérée et contraste fortement avec les pays qui à l'époque ne reconnaissaient pas à celle ci le droit de vote (comme: le notre). La culture occidentale se vit elle même comme championne du droit des femmes mais un examen rapide de la situation pays par pays dans le temps amène des nuances. Parfois même je dois dire que je trouve les anglo saxons ou les latins, chacun à leur manière, assez rétrogrades sur le sujet, alors que dans le même temps ils se piquent de donner des leçons.

Celà dit l'axe de l'article semble plus sur la peinture, je suis donc probablement à coté du sujet. Je lirais un peu plus tard :)
Bonjour, merci pour cette chronique, mais …

Il y a un mais. Aujourd'hui, l'humanité vient de subir sa quatrième blessure narcissique - pour les trois premières, se réfèrer au barbu viennois - ce qui semble devoir faire l'objet d'un "décryptage" ( je déteste de mot ), en la personne de Lee Se-Dol, citoyen sud-coréen, maître de Go battu par un automate de la maison Google. À défaut de mieux, les estampes japonaises ne font pas défaut.

Merde.
Vous avez oublié Louise Michel !
"Mais où sont les vierges d'antan ?" s'interrogeait le poète. Et l'actualité nous répond : au Kurdistan.

Dans ce panthéon des femmes guerrières, il me semble que l'on pourrait aussi évoquer Boudicca (ou Boadicée), une grande (dans tous les sens du terme) Bretonne qui était à la tête de la rébellion contre Rome et qui terrifiait les guerriers romains par ses cheveux roux et sa voix grave, ainsi que "Nanny", une esclave révoltée de la Jamaïque qui utilisait toutes les techniques de la guérilla pour lutter contre les propriétaires d'esclaves anglais.
Je viens de découvrir ce site:
http://sisyphe.org/spip.php?article5145
Pour compléter la collection : Ranavalona Ière, reine (à poigne) de Madagascar.
Elle fit ce qu'elle put pour garder une autonomie face aux ambitions coloniales européennes mais quelques décennies plus tard, le très raciste général Gallieni mis fin à la monarchie et exila la dernière reine, Ranavalona III.
L'occasion de s'écouter un peu de musique ;

Koma Sehîd newal , Vaye îro YPJ

Et pour ceux plus à l'Ouest :

Bella Ciao by Chia Madani
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.