27
Commentaires

Faux clowns de M6 : la télévision démiurge

Et finalement, on fournit les masques. Pour quiconque cherche à comprendre comment se fabrique

Derniers commentaires

C'est un peu comme un jeu d'enfant.
"On dirait qu'on est des clowns et qu'on serait méchants"

Une vague rumeur, une agrégation d'affaires sans liens entre elles génère une simili-information.
Il faut l'illustrer pour un reportage, donc on bidouille.
Et ce n'est que le comble de ce qui se passe globalement dans tous les médias.

On en est au degré zéro de l'information.
Plus rien n'existe, plus aucune analyse ne se fait. Le monde n'est pas cohérent, une sorte de succession de parcelles, de puzzle, une juxtaposition de faits sans rapport les uns avec les autres qu'on va chercher ici ou là, pas de causalité, pas de rapport des évènements les uns avec les autres.

Zéro.
Esseke on pourrait pas nous lâcher un peu les baskets avec ce truc de clounnns ?
Esseke ce serait pas un peu quelque part, un moyen de nous faire penser de travers ?
N'y a-t-il vraiment aucune loi en France sur la PROPAGATION DE FAUSSES NOUVELLES?
On a eu droit à des articles de journaux,émissions de télé,manifs sur la "théorie du genre"entraînant des déscolarisations et une méfiance à l'égard des enseignants pouvant dégénérer en violences.Réaction des institutions?Il faut un débat! Quel débat et avec qui lorsqu'on imagine que l'ED NAT va embaucher des "profs de masturbation"?Ce genre de fausse nouvelle devrait appeler une réaction pénale!
Nouvelle affaire avec ces "clowns"qui ont,semble-t-il,entraînés des frais pour déploiement policier,des menaces de création de milices par des citoyens "bas du front" et un effet d'entrainement sur quelques simplets.Qu'une télé attise ce feu est évidemment irresponsable mais quelle est la réaction officielle?

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Mais du coup, quid des [s]attention whores[/s] djihadistes français de syrie, que Radio France interviewait il y a peu par facebook interposé ?

http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-qui-sont-ces-occidentaux-qui-s%E2%80%99engagent-pour-le-djihad-2014-02-18
Finalement, les canulars d'outre-Atlantique ont trouvé aussi peu de résonance en France que la fête d'Halloween, elle-même importée depuis quelques années à grand renfort médiatique.

Conséquences du bidonnage :
2 hélicoptères de police ont survolé mon quartier, Lille Sud, pendant toute la nuit d'Halloween.
Au royaume des dupes, poulet et dindons de la farce courent de concert.
Puisqu'on parle mise en scène...

Déclaration de Michel Sapin dans le Monde ce week-end, à propos du petit sketch sur le Budget avec la Commission Européenne :
« La Commission avait besoin d’une mise en scène. Nous avions besoin d’une mise en scène. Tout le monde savait à peu près sur quoi se jouerait l’acte final. On est exactement dans le timing prévu »

"Nous avions besoin d'une mise en scène" : il me semble très rare qu'un responsable politique assume ce genre de forfaiture avec autant de décontraction, et aussi peu de décence. Et j'aimerais bien qu'il m'explique, ce ministre, maintenant qu'il est sorti du bois, pourquoi il a intégré la nécessité de faire de la mise en scène un outil politique. Pas seulement un pis-aller ou une contrainte.

Remarquez, comme il a l'air très content de lui, il la donne, l'explication, dans le même article :
"Mais alors, pourquoi ne pas avoir, dès le départ, présenté un budget qui, au moins en apparence, présente un caractère plus « acceptable » par la Commission ? « Si j’avais posé dès le début les éléments de fin, je m’exposais à deux risques, analyse M. Sapin. Sur le front interne [comprendre : la gauche du PS], qu’on nous dise “puisqu’il y a de l’argent, on peut dépenser plus” ; sur le front externe [européen], qu’on nous en demande plus. Mais nous savions très bien, partant de là où nous étions, qu’en discutant avec la Commission nous devions trouver entre 3 et 4 milliards pour être dans les clous. J’ai préféré faire en sorte qu’on amasse des noisettes pour qu’on aboutisse à la fin de la discussion. » "

En langage normal, moi je lis : "on savait qu'on aurait du rab, mais si on l'avait dit trop vite, les gauchos nous auraient demandé de le redistribuer. Donc on a fait semblant de le découvrir, personne n'a eu le temps de le revendiquer, et comme ça on l'a affecté à l'arrache sur la réduction des déficits"

Ou, pour faire plus simple : "on est pleutres, on n'assume pas notre virage, donc la seule chose qui nous reste, c'est le maquillage".

Et il est fier de lui, et il se croit épatant. Il ment aux gens, il assume la mise en scène, et il est content.
Dans la semaine "clown effrayant", il avait bien sa place, tiens.
Pour le coup, il faut admettre que M6 a merdé.
Mais cette chaîne propose tellement d'excellentes émissions, qu'elles compensent très largement ce genre de plantage ponctuel.
Celle-ci, par exemple, calquée sur le modèle de "Un dîner presque parfait", avec des candidates se notant mutuellement, est une tuerie.
La rivalité avec TF1, booste les deux chaînes dans une constante recherche d'originalité, pour le plus grand bonheur du téléspectateur.
Eviter à tout prix TF1 et M6...Canal aussi...et qui d'autre ?Tant et tant qui se sont donné pour mission de lobotomiser, anesthésier ou juste crétiniser le naïf avaleur de couleuvres de toutes tailles. Muni de sa carte d'électeur en bonne et due forme, il choisira ainsi le meilleur redresseur de société visiblement pourrie. (le meilleur ou la meilleure, bien entendu.)
Chez nous on a un faux clown dépressif (qui fait pas trop rire, sauf dans la scène finale, 3 millions de vues en 3 jours quand même) http://youtu.be/vM5dAxVsugw Special dédice à ASJ ;)
Mais sur le plan journalistique, nous l'assumons

Tout est dit, là !
…......
Il y a les faux clowns, et les vrais.

Comme BHL l’entarté à vie qui est allé se faire virer de Tunisie. Événement planétaire (jamais ça n'arriverait au Flore) sur lequel les « granmédias » sont pour l'instant d'un silence de catacombes.

Une p'tite enquête là-dessus d'ASI, DS ?
J'ai une idée. On appelerait ça la société du spectacle.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.