10
Commentaires

Facebook bannit les médias australiens : un jour en France ?

Depuis le 18 février, le réseau social interdit toute publication ou partage de lien vers les médias australiens, en opposition à une future loi australienne visant notamment à obtenir une rémunération des plateformes. L'affrontement fait trembler les dirigeants de médias du monde entier.

Commentaires préférés des abonnés

Dans le cas où cette loi est passée, j'entraperçois deux possibilités.

1 - FB et Google ne sont plus utilisés comme des agrégateurs d'articles de presse car les gens s'en servaient de plus en plus comme un agrégateur d'article triés par les aglo des p(...)

Est-ce que les médias ont essayé de faire des partenariats avec des concurrents à google et facebook plutôt que de  faire du lobbying pour se faire de la easy money ? je pose la question on ne sait jamais, j'ai quelques préjugés négatifs sur les(...)

C'est pas pour faire de la pub mais depuis que j'ai découvert inoreader je n'utilise plus que cela.

Fini les news copié-coller des médias de google actualité et le fouillis de facebook.

Je choisi mes "abonnements" (même étranger), je les ai classé en g(...)

Derniers commentaires

Je ne suis pas les réseaux sociaux mais des liens vers des media il y en a partout. On clique, on te demande les cookies, et après on a souvent "cet article est réservé aux abonnés". Cookies et rien. De qui se moque-t-on?

Pardonnez-moi, mais je suis toujours étonné par tous ces articles sur les "méfaits" des réseaux sociaux dans et sur les media "classiques" quand en bas de page, je trouve leurs icônes !!!

Facebook , j'ai entendu parler de ce truc , je vois de temps en temps dans les cookies que j'efface qu'ils ont laissé des petites crottes preuves de leur passage , je n'ai jamais utilisé , et du coup j'ai du mal a comprendre que l'on puisse pas s'en passer ...et pour google c'est pareil , j'utilise duck duck .Je regarde tous ces poissons pris dans ce filet aux mailles trop petites , cette image m'est surement venue de Todd a vrai dire quand il parle de nos réaction de banc de poisson, caché dans ma grotte dans les abysses et je ne sort que la nuit pour effacer les cookies , et dans le bruit sourd de l'eau qui bouge rapidement d'un coup de nageoire puissant je replonge dans l'oubli....La société ressemble de plus en plus a une boite de sardine du coup, au naturel pour le front national , rouge et piquante pour les islamo-gauchiste , écoeurante pour le libéralisme , vous savez avec cette accumulation d'ingrédients , boites de sardines qui marchent au pas vers le centre commercial ...

C'est rigolo de considérer facebook comme une service public. Ceci dit un tel service, public alors, serait le bienvenu. Mais qui irait s'y brancher ?

C'est pas pour faire de la pub mais depuis que j'ai découvert inoreader je n'utilise plus que cela.

Fini les news copié-coller des médias de google actualité et le fouillis de facebook.

Je choisi mes "abonnements" (même étranger), je les ai classé en généraliste, local et alternatif et j'ai même pu m'abonner à des flux de chaines youtube.

Quelles que soient les plateformes (pas seulement Google et FBK), il faudra qu'elles rémunèrent les médias  (et également du contenu de YouTube, des blogs, etc.). Est-ce qu'ASI pourrait nous dire quelle est la part de leur bénéfice net s'agissant de l'utilisation du contenu des médias ?


Toutes les parties sont liées : 

1) les plateformes se nourrissent des médias

2) les médias se servent de ces plateformes pour être diffusés

3) les citoyens acceptent que leurs données soient vendues pour faire fonctionner la machine et ne pas avoir à sortir d'argent.


Personne ne veut payer, dans cette histoire.

Est-ce que les médias ont essayé de faire des partenariats avec des concurrents à google et facebook plutôt que de  faire du lobbying pour se faire de la easy money ? je pose la question on ne sait jamais, j'ai quelques préjugés négatifs sur les médias installés qui peuvent me donner de fausses idées. :)

Dans le cas où cette loi est passée, j'entraperçois deux possibilités.

1 - FB et Google ne sont plus utilisés comme des agrégateurs d'articles de presse car les gens s'en servaient de plus en plus comme un agrégateur d'article triés par les aglo des plateforme (alors que les gens devraient utiliser les feeder RSS car au moins ils savent pourquoi ils voient ces articles et pas d'autres). A ce moment là les journaux réussissent à re-capturer les lecteurs sur leur site (faut pas se mentir c'est ça l'enjeux de fond). Bref c'es un peu comme si on revenait à l'avant où chacun ne voyaient que les sites qu'ils consultaient. On risque de me rétorquer que ça restreint la liberté de s'informer, mais bon, tout le monde sur @si sait très bien (notamment grâce aux chroniques de Jean-Lou Fourquet) qu'en réalité les bulles de filtres empêchent cette soi-disant liberté.

2 - les gens ne partent pas de Facebook et la presse laisse la place à des communicants (et donc la "déontologie", pataper svp, est absente de ces plateformes) pour les informer de ce qu'ils souhaitent entendre. La polarisation s'accélère, entre ceux qui ont accès à une information de presse et ceux qui ont accès à une information de communicants.

Et ben maintenant y'a plus qu'a trouver des alternatives aux ogres qui veulent régenter le monde !

Chiche ou pas chiche ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.