90
Commentaires

Explosif : le Figaro n'aime pas les bombes

Il y a des mots explosifs qui rappellent à nos petits cerveaux pacifiques que nous sommes perpétuellement en guerre. Rien de surprenant donc à observer dans le ciel médiatique une rafale de bombes.

Derniers commentaires

Un régal, cette chronique, avec les commentaires qui vont avec.

Et çui-là, faudrait p't-être pas l'oublier:

Tomba la Bomba
Sans vouloir occulter l'intérêt du reste de l'article ni passer pour sexiste (au passage, j'aurais bien vu une illustration masculine, car si le bogosse est réservé aux mâles, il me semble que la bombe argotique est ambisexe), quand j'entends une bombe, j'aurais plutôt tendance à penser à Anne-Sophie qu'à la blonde ci-incluse.
Peut-être une histoire de mèche, mais pas que.

Au passage, on retrouvait des acceptions anglophones divergeantes ainsi que la référence exacte à Jean Harlow sur ce site, relativement simple, mais qui gagne à être connu.
Excellente chronique, Anne-Sophie.
'ci bôkou.
selon moi l'hésitation du Figaro vient du fait que personne aujourd'hui ne sait très exactement quoi penser de Wikileaks ; alors si c'est juste un pétard mouillé on peut comprendre qu'aucun média n'ait envie de jouer le rôle de l'épouvantail en traitant le site de " bombe" !!

ô tempora ô mores aujourd'hui nos gouvernants aimeraient nous faire croire que le criminel est celui qui dévoile les crimes brrrrrrrrrr

allez, en souvenir du bon vieux temps où les bombes c'étaient pas de la gnognotte : La Java des bombes atomiques !!

nb : bravo Anne-So pour le lâcher de bombes.....quand je pense que j'hésite à utiliser le mot "inflation" sur le site d'arrêt sur images pfff
:)
Un superbe spot publicitaire qui nous rappelle que la mysoginie existe encore. Merci les danois !
Merci pour la leçon fort utile comme toujours et bravo pour l'à propos...... N'est -ce pas ce week end que certains éliront deux bombes pour le prix d'une...Celle d'endemol et celle de la dame au chapeau. Et le combat sera féroce en ces temps où triomphe le dérisoire au détour de nombreuses chaînes dans la boîte à décervelage.
bombonne, bonbonne, alors pas de rapport avec bonbonnière? et avec bonbon?
Pour tous ceux qui n'ont pas pu surmonter la difficulté initiale: en voilà d'avantage.

Ayant dû personnellement faire un effort considérable, et anglophile dans l'âme, je n'ai pu m'empêcher de penser à "boobs" ("nibards", en bon français) à la mention du radical onomatopéique...

Merci pour cette petite friandise.
N'y a-t-il pas une petite confusion, ma'ame anne-sophie, concernant Jean Harlow, à laquelle vous attribuez le surnom de "bombe platine" ?

En anglais, on utilise bombshell qui a certes la définition que vous lui attribuez, mais aussi celle d'obus.

Jean Harlow a eu droit à deux surnoms (trois si l'on compte Baby, beaucoup moins utilisé), tous les deux provenant de titres de films dont elle a tenu les rôles titres.
Le premier, "The Blonde Platine", vient du film Platinum Blonde de Frank Capra (1931).
Et le second, "The Blonde Bombshell", vient du film Bombshell de Victor Fleming (1933), une des très grandes réussites MGM dans le domaine de la screwball comedy.
La traduction française nous a gratifié d'un Mademoiselle Volcan.

Le surnom vient aussi du sens "obus" (désolé), les journalistes de l'époque ne manquant jamais de lui poser des questions sur le fait qu'elle porte ou non un soutien-gorge. Encouragés par la dame elle-même il est vrai :

“Underwear makes me uncomfortable and besides my parts have to breathe.”
Il manque un sens du mot bombe à votre inventaire, Anne-Sophie : la bombe de peinture !
Les deux racailles du 9-3 ont immortalisé cette signification dans le fameux titre "Paris sous les bombes" (1995 / Album "Paris sous les bombes")
Le hiphop aime bien les métaphores guerrières car l'art est une arme redoutable
Une pensée sincère aux graffiti artistes/terroristes/activistes/vandales (rayez la mention que vous trouvez inutile)

P.S au webmaster : Dommage d'avoir désactivé la balise "[code]" dans l'éditeur BBcode... J'aurais bien ajouté un peu d'ascii art pour illustrer le graffiti...
Le Figaro apprécie certaines bombes, tout de même :
http://www.laloute.net/images/Illustrations%201/mme%20h.JPG
http://marseilleinsolite.hautetfort.com/media/02/02/658126130.jpg
http://3.bp.blogspot.com/_2bD4yZ2P5GQ/TITkCm66r0I/AAAAAAAAALw/8Kce6noRnS4/s1600/todjman.jpg
http://www.gala.fr/var/gal/storage/images/media/images/actu/photos_on_ne_parle_que_de_ca/eric_besson_et_yasmine_tordjman/1435570-1-fre-FR/eric_besson_et_yasmine_tordjman_reference.jpg
http://www.villiard.com/blog/wp-content/uploads/2008/10/sarah-palin-halloween.jpg

Et surtout, la bombe la plus vendeuse pour le Fig : http://www.schizodoxe.com/docs/2008/05/lil-kim-burqa.jpg

Je cherchais une photo du Rothschild en bombe, pas trouvé.
Jolie chronique, mais pas très explosive et qui ne va pas mettre le feu aux poudres.
Et qui ne va pas faire exploser l'audimat d'@SI.
Moi je dis Anne-Sophie que si le Figaro préfère les fuites, c'est rien que pour vous embêter. Avec vos chroniques, ils se savent en terrain miné. Alors autant utiliser les mots déjà traités. Désormais, le Figaro s'autorisa juste des commentaires sur les fuites en provenance des officines comises par des larbins, des laquais, en espèrant être écouté, sans amalgame. Pfffui, ça doit êre dure la vie au Figaro désormais !
Petite question au passage : n'auriez vous pas fait un contresens sur l'usage de « faire long feu » ?

Sinon pour l'origine de l'expression « bombe sexuelle » j'ai une autre hypothèse.
Je suis né en 1975 et j'ai grandi en banlieue.
Je me souviens bien qu'à l'« âge des premiers émois », amusés par la polysémie de canon (de beauté ou de guerre), nous utilisions l'expression « (cette fille est un) boulet de canon ».
J'ai pensé que nous n'étions pas les seuls à utiliser cette expression, et que le « boulet de canon » avait facilement pu glisser vers « bombe »...
Moi, ct'aprem, j'ai pistoche !
C'est tout l'effet qu'elle vous font, les bombes danoises parachutées ?
Je vous trouve plutôt réservé, pour un jeune du 9-3...
Pour la Grenade, j'ai pas trouvé la preuve par l'URL, mais sans importance.

Même si je pense aussi que la bombe sexuelle fait référence à l'effet qu'elle produit, toutes les rotondités présentées dans la pub pourrait pourtant accréditer l'idée que le succès de l'expression vaut par sa double acceptation renvoyant tout à la fois à la cause ( les rotondités charnues ) et à l'effet ( les battements assourdissants de mon cœur sentimental de jeune du 9-3 ).
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.