32
Commentaires

Europe 1, et les "rumeurs" sur Bolloré

Une angoisse tenaille Thomas Sotto, le matinalier d'Europe 1 :

Derniers commentaires

Je l'ai toujours dit à mes enfants.
Il faudrait même en faire un texte: "De l'importance, primordiale, de la cédille."
"Arrêt sur son"

J'admire la délicatesse que vous mettez dans l'orthographe de "son".
Je l'eusse écrit autrement.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Rigolo.
Et en plus je parie que le sondage est bidonné... c'est pas possible qu'il y ait encore tant de personnes croyant à la "liberté" médiatique.
LA CLAQUE !

SOTTO va se frotter la joue aujourd'hui !
Bonjour
Et pendant ce temps là BHL occupait la matinale de FCult… Hier c'était Copé… Tout est dit sur la nullité crasse de la rédaction de cette station.
Plus qu'un problème de "bosse des interviews", c'est quand même plus un problème de culture générale sur son métier non ?
Franchement, quand on est journaliste, il faut vivre dans sa tête pour penser que la censure du documentaire sur le crédit mutuel est "une rumeur", non ?
bravo Daniel , un peu de verite ce matin ne peut nuir a vos confreres, qu ils bossent leur sujet ))) ce serait super .
Sinon vous pouvez inviter ce gars, Scott Atran, qui s'est fendu de cet article. (cité sur FInter ce matin)

Il pose des questions qui vous sortiront un peu de votre zone de confort, islamophobie, medine, mechant occident.

Pour vous faire réagir (intérieurement) un peu, si tant est que vous acceptiez de vous abaissez à lire la prose de vos clients, il cite (entres beaucoup d'autres), Darwin:
[quote=Darwin]Dans "La Filiation de l’homme" (1871), Charles Darwin montre que les groupes qui cultivent une "moralité... l'esprit de patriotisme, la fidélité, l'obéissance, le courage et la compassion" sont mieux armés que les autres pour survivre et dominer.
"excellent et sympathique matinalier" ??

moi j'aurais dit "Pujadas radiophonique du pauvre"

pensée unique, questions-réponses écrites avec les pieds qui relèvent davantage du sketch (pas drôle) que de l'information, rythme épileptique et enchaînement toujours plus rapide des séquences, ton artificiel de l'animateur playmobil qui, au-delà de l'absence d'indépendance, transpire l'absence de qualité journalistique, n'en jetez plus...

ma copine (et donc moi aussi maintenant) se réveille avec cette radio de m---- depuis toujours, c'est l'enfer

plus sérieusement, ce genre de gugus et les chaînes info, par leur médiocrité, font au moins autant de mal à la perception des journalistes par le public que les influences de Bolloré et Lagardère
La censure n’est jamais aussi parfaite et aussi invisible que lorsque chaque agent n’a rien à dire que ce qu’il est objectivement autorisé à dire : il n’a même pas à être, en ce cas, son propre censeur, puisqu’il est en quelque sorte une fois pour toutes censuré, à travers les formes de perceptions et d’expression qu’il a intériorisé et qui imposent leur forme à toutes ses expressions.
Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire: L'économie des échanges linguistiques
J'ai aussi écouté cette interview, plutôt claire et complète pour ce type de format, et j'ai aussi "noté" cette réponse pas bien maligne de Sotto que je trouve plutôt pertinent d'habitude.

Mais dans le reste de son intervention, il y a d'autres trucs qui coincent, et notamment cette façon de caricaturer le doute pour dire qu'il n'y a en fait aucune raison de douter. Et c'était pas bien brillant non plus quand l'invitée dit en pirouette qu'il y a quand même une parole libre dans les médias puisqu'elle est invitée et qu'il abonde.Evidemment qu'Europe 1 n'est pas radio Pyongyang, ce serait trop simple !

Parce qu'en fait celui qui doute croit peu souvent que le journaliste à l'antenne lit un texte qui lui a été fourni directement par tel homme politique ou entreprise, il est certain par contre qu'à force de se côtoyer, de se réfréner, de cultiver le confort de ne pas se remettre en question, être journaliste consiste souvent (toujours ?) à trier infos et points de vue sans voir que ce tri est tout sauf objectif.

Sotto ce matin était opérateur en salle de contrôle à Tchernobyl : quand le voyant clignote il commence par tapoter dessus, puis le désactive puisque le réacteur ne PEUT pas être en panne. Ce n'est pas une question de préparation de l'interview, mais d'attitude face à toute éventualité de remise en question.

Le 13 de France Inter se terminait il y a ... une dizaine d'année ? par un "voici comment tournait le monde aujourd'hui" parfaitement symptomatique de ce refus de voir la réalité du métier de journaliste qui n'est en rien la présentation objective de faits objectifs.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.