65
Commentaires

Et si on parlait du fond ? (au moins les derniers jours)

Tiens, à froid, sans réfléchir, je vous pose la question : dans votre région

Derniers commentaires

Bravo pour votre billet Daniel.

Ca me brulait les lèvres depuis le début de cette campagne éléctorale.

Vous avez juste oublié, à mon avis, France 3 qui a organisé 2 débats régionaux pour le 1er et le 2ème tour, où il a quand-même été question de certains enjeux régionaux de fond, et même de sujets concrets et quotidiens pour les citoyens. A ma grande surprise, les débats étaient même plutôt de qualité, d'une certaine tenue, sans trop de démagogie et d'effets de manche. Ce qui est devenu très rare depuis longtemps à la télévision ou la radio.

Surtout celui de l'entre 2 tours d'ailleurs, où comme par hasard, les têtes de liste étaient absentes...Cherchez l'Erreur.

Il y a donc encore de l'espoir. Même au sein des médias de masse dominants.
Pendant une semaine, les médias et les instances politiques nous ont expliqué la même chose que depuis trente ans : les raisons pour lesquelles il ne faut pas voter Front National, et pourquoi il ne faut pas s'abstenir.

Très bien, tout le monde est au courant.

On va voir si les électeurs ont besoin de savoir pourquoi ils ne doivent pas voter FN, et pourquoi ils ne doivent pas s'abstenir.

Catastrophe probable ce soir...
"Les proches de M. Bartolone affirment que les électeurs ne sont pas intéressés par les débats sur les programmes depuis les attentats. "L'urgence est de réinventer de nouveaux vivre-ensemble", assure un de ses conseillers"
(Le Monde, 4 décembre 2015).
C'est quand l'abstentionniste se réveille qu'il vote Mélenchon.
"Maintenant j'espère que beaucoup se réveilleront et me joindront et feront un vote de transsubstantiation où ils passeront de l'électeur endormi à l'électeur réveillé à moins juste, juste au moment où il peut encore aider à redresser le cap et éviter d'aller au fond. "

C'est quand l'électeur se réveille qu'il arrête de voter !
Depuis que je suis en France, je crois que je n'ai pas raté une seule élection.
Un peu comme ceux qui ne ratent pas une messe ou vont à la synagogue même par temps de pluie verglaçante, je voue à la démocratie un culte.
Je n'ai donc pas raté une élection tandis qu'autour de moi, j'ai amassé un catalogue épais rempli de toutes les raisons qui ont empêché mes interlocuteurs du jour d'après, d'avoir voté, eux qui n'avaient toujours que des plaintes à l'égard du fonctionnement des choses, et que les politiques ci, et que le gouvernement ça...

Si j'avais été un fervent défenseur de dire les 4 vérités, j'aurais pris un gourdin et je leur aurai donné une volée de bois vert (bien qu'à y réfléchir un gourdin soit fait de bois bien sec), histoire de trouver l'argumentation adéquate.
Mais pire que cela, il y a encore le vote de protestation, c'est à dire utiliser son vote pour signifier une menace, un désespoir. C'est même ce en quoi, l'électeur comprend son vote, et il pique dans le premier programme venu, tous les arguments qui expriment le mieux son raz le bol, sa volonté de ne pas jouer le jeu, son désir de casser la baraque, comme un collégien qui écrit au feutre indélébile des mots bien réfléchis sur l'avenir d'une partie bien ciblée de l'humanité en sortant d'un cours d'éducation civique.
Puis il y a le vote de résignation, celui dans lequel je suis personnellement amené après avoir fait un vote de conviction au premier tour.

Maintenant j'espère que beaucoup se réveilleront et me joindront et feront un vote de transsubstantiation où ils passeront de l'électeur endormi à l'électeur réveillé à moins juste, juste au moment où il peut encore aider à redresser le cap et éviter d'aller au fond.

Parlant de fond, c'est justement un peu tard dans certaines régions comme la mienne pour s'en préoccuper. Je viens juste de recevoir le pamphlet du candidat de l'UMP & Co, sous la bannière Unissons nos énergies, et vue que le fond personne ne s'en est occupé avant dans la presse ou la télé, que personne n'a fait remarqué que la fille du père changeait de discours d'un jour à l'autre avec une conviction qui n'a d'égale que celle de Sarkozy, je dois avouer que le fond je m'en fiche un peu auj. et que si dans ce pamphlet, il y avait une recette de cuisine, je voterais néanmoins pour lui. Remarquez que c'est un peu ce qu'il y a dans le pamphlet Maintenir l'emploi, Des transports publics sûrs et réguliers, L'avenir et la sécurité de nos jeunes, Des solutions de proximité....
Mais cette recette a au moins l'intérêt de ne pas être indigeste par rapport au dégueulis que le Laval propose pour la région.
Si le fond n'est pas abordé, c'est peut-être aussi parce qu'il n'existe pas vraiment. Parler du fond supposerait l'explicitation d'idées, d'objectifs, de buts, de valeurs... et de mesures concrètes... et le raisonnement entre les deux.
Moi je veux bien que des gens aient un ticket de transport valable 1h30, ou un grand canal. Mais bon, pour-quoi?
Moi je veux bien qu'il existe des valeurs, une vision globale... Mais lesquelles?

Et/ou, si le fond n'est pas abordé, c'est peut-être parce qu'il n'est pas compréhensible. Je ne veux pas dire que le fond est trop complexe, je veux dire qu'il est compliqué.

Un travail à faire: clarifier, permettre aux ignorants (comme moi) de s'approprier les outils culturels pour comprendre un peu.

Dommage que je ne parle pas l'espagnol pour vraiment suivre le travail des "PODEMOS".
http://www.post-editions.fr/LES-LECONS-POLITIQUES-DE-GAME-OF-THRONES.html
http://www.lenouveleconomiste.fr/financial-times/pablo-iglesias-leader-de-podemos-nous-faisons-peur-parce-que-nous-avons-des-idees-29102/
Pays de Loire : au sujet de NDDL, l'exigence d'EELV pour rallier le PS est "pas un sou de l'Etat pour NDDL !"

Donc vous avez bien compris, pour EELV, Notre-Dame-des-Landes c'est acté, c'est plus remis en question.

Je ne suis pas sûr que parler du fonds nous amène vers les urnes !

Tiens, si j'avais voté au premier tour, c'aurait été pour ceux-là : http://parti-de-campagne.org/

Au programme :
Préserver les zones humides aux alentours de Notre-Dame-des-Landes, où devait jadis se construire un aéroport.
Cet espace vivant et symbolique est la preuve vivante qu’un autre monde existe dès que se créée une zone de liberté.
• Les vies collectives qui s’y développent, en respect avec la nature, seront soutenues et encouragées.
• Au niveau sociologique, faire de Notre-Dame-des-Landes un lieu d’expérimentation et de sauvegarde des communs.
• Collectiviser les terres et des moyens de production pour aider à l’installation des petits agriculteurs.
• Et si la situation internationale ne s’améliore pas rapidement, nous ouvrirons, sur le site, une école de résistance au capitalisme sauvage, avec de nombreux travaux pratiques.
[quote=D. Schneidermann]Ce biais des grands medias d'information est-il politiquement "neutre" ?

Ce qui n'est pas neutre du tout, c'est de nous abreuver de reportages sur les jeunes électeurs qui n'ont pas votés dimanche dernier, qui se sont réveillés avec la gueule de bois lundi en découvrant les résultats du scrutin et les bons scores du FN, qui culpabilisent et qui promettent d'aller voter dimanche prochain en bon citoyens repentis. Si ça ce n'est pas de la propagande anti-FN, je ne sais pas ce que c'est.

Les médias qui diffusent de tels reportages, s'imaginent que les abstentionnistes vont s'identifier à ces citoyens repentis et courir aux urnes dimanche pour "faire barrage au Front national", dans une logique panurgienne.
Le fond ? Si tu vas voter Bertrand, Estrosi ou Richert comme moi, alors que tu les rejetais, il y a à peine 8 jours, tu ne t'embarrasses pas du fond ou en tout cas pas longtemps, au risque de déchirer ta carte d'électeur...
Parce que tu vas y aller, bien sûr, poussé par l'angoisse de voir arriver dans ta région les Le Pen tante et nièce ou Philippot... Alors tu vas donner ta voix à un parti que tu détestes gouverné par un guignol que tu exècres autant que le FN, puisqu'il raconte les mêmes bobards. Parler du fond ?
Les infos sur le verdissement je les ai vu dans une dépêche AFP sur Romandie.com.

Il n'y a pas que sur l'immonde que l'on peut s'informer, heureusement d'ailleurs car niveau propagande d'État l'immonde est le pire !
Sur "la forme vs le fond", ici "les tactiques électorales vs les programmes", je me permets de renvoyer à ma modeste petite proposition de l'autre jour, dont @si pourrait être moteur. Cet observatoire aurait au moins le mérite de placer les journalistes devant leurs responsabilités. Il permettrait en outre de quantifier le phénomène, et de voir dans quels médias les marges de progression sont les plus importantes.
Vous venez enfin de vous en apercevoir que de prendre des électrices (teurs) pour des cons ,on laisse les méprisants s'amuser entre eux, depuis 2002 6 million de vote pour le FN pas plus , donc aucune augmentation , juste des défections. A force de bosser, d'être rabaissé ou utilisé , les femmes aussi arrêtent de voter . Les medias et politiques ont pensé que les 'sans dents' ne réagissent pas , font ce qu'on leur dit , se mettent au garde a vous des la plus petite peur ... A force d'avoir dit partout que c'est de la faute "des gens" la politique catastrophique de la France , a force de dire aux gens qu'ils sont racistes , seul les racistes vont voter , les autres ,
on ose même plus dire qu'on est pour l'accueil des migrants , pour les impôts , contre l'état d'urgence , a force de nous imposer le TINA , on se détourne de ce non choix , les plus pauvres sont peut être moins cultivés que les intellos (qui eux ne bougent pas, ne prennent s'investissent pas dans les mouvements) mais nous pensons et quand nous ne sommes pas d'accord on le montre , a notre manière (en souvenir de 2002 et 2005 ) , on arrête le vote , y'a que ça qui emmerde les medias et politique.
Voté DS! C'est le genre de point de vue qu'on aimerai lire plus souvent!
La médiocrité du débat politique est la conséquence du concert médiatique et non sa cause.

Un projet politique digne de ce nom doit pouvoir s'attaquer aux conditions de production de l'information la fenêtre qui nous permet d’accéder à la complexité du monde appartient aux grandes puissances capitalistes c'est le nœud du problème.
Parler du fond... Comment en parler si la surface est tellement glaireuse, poisseuse, opaque et contaminée ?
Qu’avons-nous vécu, à quoi avons-nous, citoyennes et citoyens, eu droit?
À un mélange fort peu ragoûtant. Au risible, au ridicule, à la honte, à l’abomination.
Et ce dernier qualificatif, je ne le réserve même pas au FN. Pas plus que les autres finalement, tiens...
Quelle semaine symptomatique nous vivons.

- (Petit prologue, la semaine dernière) Un Monsieur chargé de représenter la fine fleur de la Société, cad le Patronat, qui prend la parole pour exprimer son ardeur républicaine à l’égard du danger fasciste. Discrimination, racisme, camps...? Non non, il lui urgeait juste de rappeler que ce parti nauséabond envisageait d’augmenter les bas-salaires, de remettre en question la réforme des retraites, de par là-même faire partir des pétales de cette fine fleur à l’étranger et donc d’isoler notre beau pays.
- Un secrétaire général des Solfériniens (le PS pour ceux qui ne parlent pas le Mélenchon), 10 min. après les premiers résultats, qui ordonne le retrait à tous les 3. de son parti, sans contacts préalables avec les concerné(e)s, dans un ton et avec une mine bien martials, digne d'un certain Ministre allemand de la Propagande du temps jadis.
- Un ex Président de la République Française (on prononce ces syllabes solennellement svp) parlant de rhubarbe et de tourneboussole, dirigeant d'un parti politique (honte au Conseil Constitutionnel d'avoir validé sa dénomination usurpatrice) que ses propres partisans haut placés ne veulent surtout pas voir les soutenir en province. Qui 'combat' le FN en stipulant finalement qu'il n'est pas immoral. Mais que c'est très vilain, et que c'est lui le vrai rempart. Puisque de son côté, le PS, c'est pareil.
- Un Président de la République Française (même recommandation, que dis-je : ordre, état d'urgence oblige) bien en fonction celui-là, qui, au deuxième jour, donc mardi, ne trouve rien de mieux à faire, décider que de laisser entendre par ses sbires que le Monarque envisage de décorer de la Légion d'Honneur tous les massacré(e)s. Histoire de bien se vautrer, encore et encore, dans les rituels post-tragédie (y aura bien encore 1-2 points de pop à grapiller, non ?)
- Un Premier Ministre de la (bon, d'accord), dudit Parti Solférinien, appelant, par leur nom, solennellement à voter pour des mecs, dont il est sensé combattre la politique. "Faire barrage auf FN" - une riche vision politique à la programmatique substantielle - comme le récapépètent tous les autres, ne lui suffisait pas, ne lui parût sans doute pas assez [Les] 'républicain'.
- Un Parti démocratique (oui oui, toujours le même, toujours pas le FN) qui ex-communie un membre pour avoir osé brader le diktat et rester en lice, après une journée de 'tractations', cad chantages / menaces et combines / récompenses en perspective si les co-listé(e)s se désistent. (À cet endroit : Bravo, je vous tire ma révérence, Monsieur le Citoyen Masseret. Vous êtes un reste d'honneur de cette République, qui en outre et par ailleurs commence a faisander sérieux).
- Un certain Monsieur Estrosi, démocrate vertueux de grande renommée et affublé d'une pensée brillante, qui, depuis dimanche soir est "Résistant" avec un grand 'r', à la mode 40-44 et qui va certainement sombrer dans la rhétorique du CNR d'ici ce soir, histoire de bien cocufier les gens de gauche (tant pis pour eux d'ailleurs) et les implorer de voter pour lui, plutôt que pour la descendante directe d'Hitler. Ou Mussolini. Ou peut-être juste Pétain, va savoir.
- Un autre grand Monsieur de la Politique, dans le Nord cette fois-ci. "Allez, camarade révolutionnaire Bertrand. La Gauche va gagner, ouaiiiis !!".
- Plus au Sud, le dirigeant du PCF, ancien compagnon de route de Mélenchon, s'alliant, en symbiose avec la dirigeante d'EE-LV, ce parti qui avait claqué la porte du Gouvernement au lendemain de l'arrivée du Matador pour divergences fondamentales, avec un représentant de cette politique que les deux sus-cités ont encore critiqué la veille (quoique Cosse..).
- Des journalistes, sociologues, politologues rivalisant en explications et analyses sur ces Marsiens, créatures aussi insolites que détestables, qui votent pour l'extrême-Droite, ou ce qui est pris pour tel. Avec la connivence, condescendance bien apprises et coutûmières. On découvre dimanche soir, on tombe sur le cul, ou on feint de le faire. Front National ? Évolution et résultats depuis maintenant au moins 2002 ? Notre propre rôle de médias dans la répartition des présences plateau de toutes les tendances politiques, et par là-même, des idées de fond, comme ceux que vous abordez Daniel ? Merde... Jamais cru, vu, su. Quelle surprise.

Effectivement, ben oui, on peut citer ici Marion Maréchal - Le Pen (alors là, y a tout, hein : Pétain, Jean-Marie, la totale), vingt-six années, qui dit, en substance : la lutte contre le djihadisme, l'islamisme, euh pardon... le "terrorisme" me souffle un RG hollandais, enfin français... ah, chais plus (Non, parce qu'il faut bien nommer l'"ennemi"- terroriste, c'est plus précis, ça englobe les militants écolo). La lutte contre l'islamisme donc aura duré deux semaines. Maintenant, de nouveau, pour la République (mais elle agonise déjà tellement, on peut pas lui reprocher d'avoir perdu le discernement et le sens des priorités), l'ennemi principal, le seul ennemi, c'est un parti politique, qui n'a jamais été interdit. (les commentaires c'est moi hein, c'est pas d'Hitler, enfin de la Maréchale).
Effectivement, [les] « promesses de campagne sont faites pour ne pas être tenues. On peut d’ailleurs constater que les programmes des différents candidats sont très semblables sur « le fond », que les financements en sont souvent incertains (litote).
Les candidats (et leurs soutiens) préfèrent s’affronter sur des thèmes « idéologiques », ou les fameux « sujets de société » pour lesquels l’effet de manche est plus aisé.
Est-il pessimiste de suggérer que le « fond » est négligé parce que personne ne se fait d’illusion sur sa réalité et que le positionnement en vue des échéances suivantes est prioritaire. Les médias accompagnent, le spectacle du cirque est préféré au pain. Je ne suis pas certain qu’au final le FN soit le seul, voire le principal bénéficiaire…
Le formatage médiatique des têtes, équivalent au formatage scolaire du début du XXème siècle, est de plus en plus puissant.
C’est tout un système qui est en cause qui aboutit à une standardisation des pratiques journalistiques, à une superficialisation des réflexions.
La formation des journalistes est largement en cause, au moins autant que l’économie des médias.
Faire simple, faire court, faire clair, ne laisser aucune idée se développer dans sa complexité, jouer avec les mots, avec les titres (Libération fut précurseur dans cet exercice)…etc…
Quel journaliste s’est réellement penché sur le programme économique, social, culturel du FN ?
Quel journaliste a remis ces élections dans leur cadre? celui de notre vie quotidienne, Quel journaliste a indiqué que le chômage c’est le manque d’emploi et que l’emploi c’est l’entreprise, pas le gouvernement, quel journaliste insiste sur les pratiques bancaires? quel journaliste parle de TAFTA et des accords internationaux, quel journaliste nous parle sérieusement de la taxe « Tobin? ». En France tous les responsables intermédiaires sont formatés par les mêmes écoles et ça c’est un vrai problème.
Aujourd’hui la « meilleure interwieveuse de France » n’a pas laissé Valls (ce salaupiot) dérouler des éléments de programmes parce qu’il ne voulait par répondre à sa question sur « la race blanche » : pourquoi faut il se cantonner aux petites phrases, aux chiens écrasés, quand le quotidien de notre vie est en jeu.
Bien sûr les journalistes ne sont pas la cause de la droitisation des français mais il sont les supplétifs de de l’armée multiforme du libéralisme libertarien.

Je suis très abattu en pensant au monde que vont vivre nos enfants et dans lequel je finirai ma vie. Comme Levy Strauss je peux dire que je ne l’aime pas.

Pourtant, certains s’en rappellent, 81 ce n’est pas si loin, le Ministère du Temps Libre !
La création de ce ministère était la preuve que tout allait changer dans le sens du bonheur pour chacun, de la désacralisation du travail. Et moi j’ai continué à y croire…
Dommage.
Je n’ai même pas le courage de crier « Ni un paso atrás , hasta la victoria siempre! »
Putain, aujourd’hui je suis triste, mais peut-être moins que demain.
Et si, une première dans mon cas, on s'abstenait. La coupe est pleine....Trop c'est trop !
http://www.lemonde.fr/elections-regionales-2015/article/2015/12/11/voter-ne-sert-a-rien-les-abstentionnistes-expliquent-leur-choix_4829366_4640869.html
Je suis sur la même ligne.
Première fois depuis 25 ans que j'ai une carte d'électeur que je ne vais pas voter, de manière parfaitement assumée.
Entre une gauche de droite, une droite qui tend à l'extrême et une extrême droite, je refuse de choisir.
Le chantage au vote utile ou autre "vousfaiteslejeudufrontnationalaveclabstention", je dis stop. Finito.
Et les petits jeux d'entre deux tours me foutent la nausée. Appeler dans la minute qui suit la fin du premier tour à voter pour le candidat d'en face, sous prétexte de front républicain anti FN, c'est juste le degré zéro de la politique et des convictions. Soit ce parti est légal et ce petit jeu est inacceptable en démocratie, soit il ne l'est pas et il faut l'interdire.
Bref, dimanche j'aurai bien d'autres choses plus intéressantes à faire que de cautionner encore ce système à bout de souffle.

Un peu de lecture ici, dans un billet qui exprime, bien mieux que je ne saurais le faire, ce que je pense : http://grisebouille.net/le-deuil-de-la-democratie-representative/
merci pour le lien.

J'y ai trouvé, outre le texte annoncé, un autre lien vers j'ai pas voté, très bien fait ! (documentaire de 46 minutes sur l'abstention)
La mesure "navigo offert" est déjà en vigueur pour les Parisiens (intra muros). Quid du ticket tous modes de transport valable 1h30 et dans tous les sens comme à Barcelone, etc. ? Les écolos le proposaient.
Au-delà de ces mesures transports/qualité de vie/environnement il y a plus important, l'encadrement des loyers étendu à toute la région : une mesurette pour contrer la ségrégation socio-spatiale dans l'agglomération, mais un point de départ (prolongeant la loi ALUR 2014). C'était dans le programme de Bartolone déjà avant la fusion, mais portés par les écologistes (qui sont bien plus audacieux sur ces questions) cela a désormais un peu plus de chances d'être (bien) appliqué.
Avec ses propos sur Pecresse à défaut de parler du fond Barto a malheureusement touché le fond... Peut être voulait il faire plaisir à son alliée Clémentine Autain (celle qui pense lutter contre Daesh avec"plus de services publics"... )
La vie concrète des sans-dents ?
Ça intéresse qui, à part les sans-dents, justement ?

Les médias se vautrent dans la médiocrité ambiante : où Estrosi fait de la retape pour les voix de gauche, et les socialos idem en face.
De quoi donner du grain à moudre à tante La Pen. Et à l'abstention.

Dans notre joli monde de cons-somateurs, la marchandise électorale n'est pas très attractive, faut bien le dire, elle a déjà beaucoup servi.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.