52
Commentaires

Et si on essayait de se passer de Google ?

Google est partout. Google s'insinue dans nos vies, dans nos échanges, dans notre consommation, dans nos voyages, partout. Faut-il vraiment tenter de se passer de Google ? se demande l'écrivain Ariel Kyrou, auteur de "Google God, Big brother n'existe pas, il est partout" (Editions Inculte). Pas évident. En apparence, Google est si généreux ! Il veut si clairement notre bien ! Google, c'est Casimir, adversaire tellement séduisant. Pourquoi s'en méfier ?

Derniers commentaires

très bonne émission merci . A part la derniers phrase du présentateur , il va inviter des femmes pour ne pas se faire taper sur les doigts ?
On voit bien qu'il n'y a que la matraque pour que les humains acceptent de montrer des femmes compétentes dans un domaine dit masculin (en pot de fleurs on choisie toujours les femmes).
Et votre éthique a vous MR le présentateur ? Ca vous plait qu'ont estime les femmes moins intéressantes que les hommes ? Pas de mères , de soeur, de femme , de fille qui vous entoure que vous aimez et dont vous entendez et utilisez les compétences ? Ou vous oubliez qu'elles existent et vous pensez avoir été étayé dans votre vie QUE par des hommes , utiles, compétents , géniaux ?
Déjà le stockage ce n'est qu'une petite partie de ce qu'on peut faire dans le cloud.

Prétendre innover en ramenant le stockage à la maison et en l'ouvrant sur Internet c'est refaire ce que font à peu près tous les disques NAS (réseau) depuis plusieurs années.

Et en terme de sécurité avoir un seul disque chez soi qui peut disparaître (incendie, inondation,etc) ou planter n'offre absolument pas le même niveau de sécurité qu'un stockage avec réplication dans au moins 3 centres de données en trois lieux différents.
doublon
Débat qui nous apprend beaucoup de choses, mais j'ai eu la curiosité d'aller voir Framasoft et sa liste de logiciels libres.
J'en ai essayé quatre. J'ai pu charger le premier, A note, mais il ne fonctionne pas.
Et les trois autres n'existaient pas.
Moyen pour un site.

Mais soudain tout ce que raconte ce zozo n'est pas très crédible.

Hummmm
dans la revue bifrost No 75, l'auteur de science fiction Ken LIU imagine un monde où les versions futures des lunettes google seront omniprésentes.
il vaut la lecture à mon avis pour toute personne intéressée par les problèmes que posent google.

La nouvelle s'appelle "fait pour être ensemble".

Elle n'est pas disponible gratuitement (mais la revue existe au format pdf ou epub sans drm ce qui est à encourager).

pour faciliter la recherche : la revue est là http://www.belial.fr/revue/bifrost-75
La version anglaise peut se lire gratutement en ligne là : http://www.lightspeedmagazine.com/fiction/the-perfect-match/

--
Pascal

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Super émission, merci aux intervenants ! J'avais ouvert un compte sur ello, je viens de le supprimer. x)
Je suis très loin de me désintoxiquer de google cependant, mais ça viendra, faut juste se lancer. Quitter gmail me paraissant quand même le plus costaud. Ce serait quoi les alternatives pour ce dernier ?
Commençons déjà par se passer d'Apple (IMHO bien pire que Google, c'est dire !).

PatriceNoDRM

P.-S.: avec un pseudo pareil, je ne pouvais décemment pas louper l'occasion !
Dans l’émission, il est répété plusieurs fois qu’Apple est un dieu, un monopole.
Vous, ici, nous dites qu’il faut se passer de cette entreprise.

Or, personne n’argumente. En quoi Apple est un monopole ? Cette société a bien des concurrents dans tous les secteurs
où elle intervient, non ? Et elle n’est même pas dominante dans ces mêmes secteurs, me semble-t-il.
Non content d'utiliser en partie FreeBSD pour son système d'exploitation OSX, Apple ferme son code.
Le système commercial vise à rendre captive la clientièle jusqu'à interdire l'installation d'autres systèmes d'exploitation que le sien sur ses machines.
On peut aussi signaler le système de magasin numérique exclusif.
Apple décide pour vous ce qui est bien ou mal.

Apple n'est pas en position de monopole (barrière du pouvoir d'achat), mais se comporte comme tel.

PS : Je n'interviens plus sur le sujet, si vous aimez ce genre de discution il y a plein des forums spécialisés =P
Je ne cherche pas «ce genre de discussion», je trouve seulement les affirmations dans l’émission très hâtives.
D’où mes questions. (J’essaie de comprendre, en fait).
Je sais qu’Apple est un système fermé, mais rien n’empêche un utilisateur de se passer d’un produit de cette société.
À mon petit niveau personnel, Google me semble plus envahissant, de fait, plus monopolistique sur le oueb.
Sa méthode Île aux enfants est terriblement efficace.
Excellente question. Si je peux me permettre.

S'obnubiler sur l'aspect propriétaire du code est à mon humble avis se tomper de débat.

Certes, les logiciels d'Apple sont propriétaires, mais ni plus ni moins que ne le sont des automobiles ou des réfrigérateurs. Qui se soucie d'avoir les plan de montage ce des machines ? Soit elles marchent, soit on en change. Quelle différence ?

Ensuite, qu'un constructeur "décide pour nous ce qui est bien et mal", c'est bien son boulot ! Oui, ça peut surprendre. La devise des ingénieurs d'Apple est "design is choice". Imaginons que chacun puisse choisir la placement du volant de sa voiture ou le placement des lettres sur son clavier ...

Des énergumènes ont décidé dans le passé qu'une clavier de piano devait être constitué de quatre-vingt huit touches en alternant sept blanches et cinq noires, du grave vers l'aigu. C'est du fascisme ! Et si je ne veux que des touches blanches allant de l'aigu vers le grave, ou bien des hauteurs aléatoires ? Ou bien que des noires ? Pourquoi n'aurais-je pas le droit de le faire ?

Bof ...

Un autre point ( qui risque de m'attirer de sévère critiques ) est que l'innovation semble bien être portée par le propriétaire, le "libre" ne produisant en général que des des copies vulgaires et instables avec vingt ans de retard. Comparer The GIMP avec Photoshop est une expérience édifiante et douloureuse.

En face de cela, la position d'hégémonie de Google en tant que porte d'accès au savoir me semble bien plus préoccupante.
Les natifs de numériques ( les enfants ) ne savent plus utiliser un dictionnaire, sans que cela ne semble préoccuper la plupart des enseignants. Désormais le mot "chercher" est en passe de devenir "chercher dans Google", en oubliant que l'on peut aussi chercher dans sa mémoire ou dans son imagination.

La question de la religion est ainsi pertinente, rapport à l'étymologie, relire ou relier l'humanité dans un accès unique au savoir ...

Internet ne remplace pas le réel mais l'imaginaire.
Vous m'obligez à une relance de di{x,ce}.

> Des énergumènes ont décidé dans le passé qu'une clavier de piano devait être constitué de quatre-vingt huit touches en alternant sept blanches et cinq noires, du grave vers l'aigu.
> Qui se soucie d'avoir les plans de montage de ces machines ? Soit elles marchent, soit on en change. Quelle différence ?

>> L'harmonie est universelle, qu'elle soit majeure, mineure ou chromatique, et sans compter ses dissonances. https://www.youtube.com/watch?v=WAlRwhkjToU
>> Assimiler un objet connecté à celui de nos aïeux et grossier et dangereux. Mais comme je suis d'une humeur piteusement pédante j'marrête là.
"L'harmonie est universelle, qu'elle soit majeure, mineure ou chromatique ..."

S'il lit cela, Couperin doit s'en retourner dans son tombeau.
[quote=S'obnubiler sur l'aspect propriétaire du code est à mon humble avis se tomper de débat. Certes, les logiciels d'Apple sont propriétaires, mais ni plus ni moins que ne le sont des automobiles ou des réfrigérateurs. Qui se soucie d'avoir les plan de montage ce des machines ? Soit elles marchent, soit on en change. Quelle différence ?]

Il est rare qu'un gouvernement espionne ses concitoyens via leur réfrigérateur ou leur grille-pain. Faites ce que vous voulez, mais moi j'aime bien savoir ce que renferme mon ordinateur.

[quote=Ensuite, qu'un constructeur "décide pour nous ce qui est bien et mal", c'est bien son boulot ! Oui, ça peut surprendre. La devise des ingénieurs d'Apple est "design is choice". Imaginons que chacun puisse choisir la placement du volant de sa voiture ou le placement des lettres sur son clavier ...]

Je revendique le droit de décider moi-même ce qui est bien ou mal. Pour le reste, il y a des lois. Apple retire régulièrement de sa propre initiative des applications de l'App Store quand il les juge non conforme à SA morale (où à ses intérêts).

[quote=Un autre point ( qui risque de m'attirer de sévère critiques ) est que l'innovation semble bien être portée par le propriétaire, le "libre" ne produisant en général que des des copies vulgaires et instables avec vingt ans de retard. Comparer The GIMP avec Photoshop est une expérience édifiante et douloureuse.]

Vous oubliez Linux qui a éclipsé les versions originales d'UNIX, le logiciel 3D Blender qui n'a pas grand chose à envier à ses concurrents propriétaires, Firefox etc. Sans oublier la myriades de "petites" applications dont les parts de marché n'intéressent pas les gros éditeurs de logiciels.

[quote=En face de cela, la position d'hégémonie de Google en tant que porte d'accès au savoir me semble bien plus préoccupante. Les natifs de numériques ( les enfants ) ne savent plus utiliser un dictionnaire, sans que cela ne semble préoccuper la plupart des enseignants. Désormais le mot "chercher" est en passe de devenir "chercher dans Google", en oubliant que l'on peut aussi chercher dans sa mémoire ou dans son imagination.]

Je suis d'accord avec vous sur le constat. Mais ce n'est pas Google et le numérique qu'il faut remettre en cause, c'est notre enseignement incapable d'adapter ses méthodes pédagogiques aux évolutions technologiques. Rechercher et qualifier de l'information ne dépend pas du support.

PatriceNoDRM
[quote=TCHD]Certes, les logiciels d'Apple sont propriétaires, mais ni plus ni moins que ne le sont des automobiles ou des réfrigérateurs. Qui se soucie d'avoir les plan de montage ce des machines ? Soit elles marchent, soit on en change. Quelle différence ?

Ils s'agit de deux technologies relativement simples ( les frigos et les automobiles ), Pour les auto la documentation est disponible très rapidement par l'intermédiaire de l'ETAI. De plus on nous suggère mais ne nous impose pas, une marque d'huile, de lave-glace, de carburant, de pneumatiques. La seule contrainte actuelle est la fameuse " valise" qui peut se contourner ( pour avoir en qq sorte une voiture rootée, comme on dit chez les possesseurs de smartphones android ). Et, à mon avis un des avantages des matériels informatiques "libérés" est de pouvoir repousser l'obsolescence. Par exemple je possède un smartphone samsung Galaxy S2 payé 60€, tout à fait à jour malgré l'abandon du constructeur ( on en est au S5 ), un ordi dell XPS M1530 payé 110€ ( je n'ose même pas imaginer la valeur du neuf !!! ), une vieille xantia TD de 1994 totalisant fièrement 400 000 km ( et 6,2 L aux 100 km après bidouille ) dont j'ai appris quasi par coeur la doc de l'etai, payée 1500 € il y a 10 ans et qui bizarrement n'émet pas un grand panache de fumée noire à chaque accélération...
Evidemment, j'ai du temps, travailleur précaire, pas de télé, de la place car rural, en plus on vient de me voler Mermet.
Mais combien sommes nous de "pauvres" ( ou pas ), avec tout un tas de compétence et du temps pour justement se soucier de l'ouverture des matériels ?
La citation exacte:

"La virtualité ne remplace pas la réalité comme les réacs s'en plaignent, elle est là pour remplacer l'imaginaire."

Marc-Edouard Nabe, L'homme qui arrêta d'écrire
A moins que vous ne communiquiez içi dans vos rêves, l'Internet est numérique et non virtuel.
Je pense que monopole est un abus de langage. oligopole me semble plus approprié.
Si l’on excepte Youtube, je crois, mais je n’ai pas déclanché le chronomètre, me passer de Google depuis presque trois ans.

Je ne revendique aucune pureté (coucou Gondalah). Simplement et sans être un virtuose du clic, on peut très bien vivre sans Google.
Vidéo impossible à regarder en ce moment.
Erreur 1003.

Zut alors.
L'initiative de Framasoft est sympathique mais pas vraiment à la hauteur des enjeux. La question d'une alternative au produit phare éponyme de Google est éludée: le moteur de recherche. Et pour cause ! Pour y parvenir, Google ne développe pas seulement du logiciel mais mobilise une infrastructure matérielle impressionnante. Bienvenue dans le monde fabuleux du pétaoctet. Aujourd'hui, pour entrer dans le petit club des grands acteurs de l'immatériel, il faut être capable de d'assumer les factures électriques pharaoniques pour faire tourner les climatiseurs. Ce n'est pas à la portée de tout le monde ! En faisant l'impasse sur cette question, on ne traite pas sérieusement la question du modèle economique.

Quant à l'idée d'installer un serveur chez soi, elle semble réservée à quelques geeks motivés ... Les autres suivront la pente du moindre effort, ce qui tout de même le premier facteur de succès de ce type de service. Et l'installer sur le disque de sa box pose quelques questions sur la sécurité des données: sont-elles sauvegardées en prévision d'une panne ? Le fournisseur d'accès n'y a-t-il pas accès ?

Pour la suite, il va bientôt falloir vous entourer d'interlocuteurs dotés de solides connaissances en théologie.

Si seulement c'était une boutade ...
Entre vouloir se passer de google et se passer de google, il y a à peu près le même écart qu'entre vouloir changer son alimentation via une amap et le faire vraiment sur le long terme. ça ne coule pas de source, et mieux vaut être convaincu et motivé. Il y a le changement d'interface, de logiciel, auquel il faut se faire, mais là, ce serait la même chose dans l'autre sens. Mais il y a aussi malheureusement encore des progrès à faire (il me semble) du coté de la pédagogie, à destination des non comprenants, j'entends par là des non informaticiens/développeurs.

Car si passer d'une galerie d'images de Google + à Piwigo (libre) est une promenade de santé pour un informaticien, qui comprend les étapes à réaliser, personnellement j'ai galéré quelques semaines avant de tout rapatrier, légendes et tutti quanti dans piwigo, et les discussions sur les forums ne m'ont pas permis de résoudre mes pb (il a fallu transférer une par une les 47 galeries, le transfert global ne fonctionnant pas). Maintenant que je suis fière de maîtriser à peu près ce nouvel outil et de m'être échappée de google, il va falloir former ma tribu d'utilisateurs, dont nos irréductibles chères mères, en pole position pour s'entêter à ne pas comprendre et fermer (sans la lire) toute fenêtre permettant d'autoriser la connexion à la galerie de peur que ce soit un virus (les mêmes qui sont capables d'appeler à 10h du soir parce qu'une de leurs amies pourtant croisé avant hier a envoyé un mail de SOS depuis le Mali où elle aurait besoin de 2300€ en toute discrétion sans utiliser le téléphone, mais passons...).

Les add-ons d'un logiciel libre de SIG comme Quantum GIS sont très pratiques, mais à condition de savoir ce qu'on cherche, et de préférence avec les bons mots clés en anglais. L'interface de piwigo ne me semble pas aussi intuitive que celle de picasa, ne serait-ce que pour passer en mode plein écran et en ressortir. Sans informaticien sous la main, je crois que je n'y serais pas arrivée...
Un peu hors sujet desolé... mais suis-je le seul a penser que le generique du 14h42 et drole la premiere fois qu'on l'ecoute mais plus du tout apres.
Voir meme enervante???

Cela dit, supeeeerbe emission! Tres necessaire, voir meme d'utilité publique.

Cordialement

(pardon pour les fautes d'accents, j'ai un clavier qwerty et c'est pas evident)
J'utilise DuckDuckGo depuis plusieurs mois et seules quelques recherches complexes m'ont obligé à revenir sur ce cher Google.
Il est vrai qu'on ne bénéficie pas des services associés mais en l'utilisant comme moteur de recherche les résultats sont très satisfaisants.
Je profite de la présence de l’auteur de "Google God, Big brother n'existe pas, il est partout" pour rappeler l’existence d’un incroyable manga avant-gardiste de 1998 qui avait déjà tout prévu sous cet angle du « Dieu sans fil » dont parle l’auteur.

Une œuvre visionnaire que j’ai eu la chance de voir en son temps et qui avait déjà tout anticipé : les smartphones, l’utilisation future d’internet, les mmorpgs et même l’avènement de la noosphère : le fameux « Dieu sans fil ».

Ce manga se nomme « Serial experiments Lain » et, pour vous mettre l’eau à la bouche, en voici une critique vidéo pas trop mal foutue.


Le sujet de Matrix traité avec la profondeur de Stalker : à voir de toute urgence.
Belle émission avec Framasoft (association dans laquelle je milite à ma petite échelle : dons, participations à des fora à Paris sous leur bannière quand elle n'oublie pas de m'inviter).

Un petit oubli qui pourrait intéresser les @sinaute : Framasoft édite aussi des livres libres : http://framabook.org

Il y a une librairie à Paris qui en vendent : http://www.alivrouvert.fr
"Google a l'ambition de répondre aux questions que vous ne vous êtes pas encore posées"
@si nous donne la réponse par cette émission basée sur "42" dont on sait que c'est la réponse !

Merci pour cette émission, mais je me suis inscrit sur "framasphère" et il m'a immédiatement été proposé de coupler ce compte avec Facebook par Diaspora ou quelque chose comme ça. . Ai-je fait une erreur ?
Voila de quoi rafraîchir l'ambiance et, paradoxalement, recentrer @si.
très bon débat sur les façons d'échapper à l'armature envellopante et "sympatique" de cette modernité informée.mais quand on parle de logiciels libres(j'utilise linux),même si c'est un combat pertinent,on pense forcément à une transposition assez dépréciative par rapport à un homme libre.la liberté humaine se mesurant à l'aune d'une utilisation +ou- libre d'un logiciel.

les esclaves modernes utilisant un logiciel...libre.
yeahhhh!!!!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.