30
Commentaires

Et maintenant, le marché aux yaourts périmés

Derniers commentaires

[quote=Pourquoi Pujadas et Ferrari le découvrent-ils exactement le même soir, à la minute près ? Ce sont quelques uns des nombreux mystères de l'information.

Peu importe. Le temps n'est pas à l'enquête.]

Ben si quand même! Si c'est pas ASI qui nous le dit, qui le fera?
Ma mère a travaillé plus de 17 ans dans une épicerie solidaire du nord de la France. Là-bas on ne donnait pratiquement que des produits périmés, fournis par les supermarchés du coin. Mes frères et moi avons mangé régulièrement ces produits périmés pendant toute notre enfance... ça arrangeait bien les finances de ma mère et ça ne nous a pas tué... (bon certes, j'ai contracté une maladie de crohn à 15 ans, mais est-ce vraiment lié ?)
Bref, tout ça pour dire que le phénomène de la bouffe périmée qu'on donne/vend/récupère n'est absolument pas nouveau, c'est clair et net ! Alors pourquoi faire mine que c'est une découverte ? Ça me fait vraiment bizarre de voir ce genre de reportage alors que j'ai connu ça toute ma vie... On cherche à nous affoler ou quoi ?
C'est vrai que le fait que les deux chaines fassent le même sujet en même temps est plutôt bizarre... Ils doivent se surveiller de près.

Si la loi interdit aux supérettes et autres de donner ces produits pourtant parfaitement consommables vu la marge de sécurité pour les dates de péremption... Changeons la loi alors.
Il me semble que l'agité de l'Elysée est très friand de remodelages législatifs en tout genre, mais peut-être n'est-ce qu'un sujet secondaire au regard de tous les importants week-ends dont il a à s'occuper...

Vous me direz, si on change la loi là-dessus, les patrons de la distribution ne tarderaient pas à dire que " puisque c'est encore bon, on peut continuer à le vendre." Et le petit Nico leur donnerait raison tout en se gobergeant de macaronis farcis à la truffe et au foie gras dans sa cantine du Bristol... C'est quand la révolution ?
Je voudrais juste rappeler que les "glaneurs" existent depuis très longtemps. Dans les années 80, j'avais déjà vu des reportages télé sur les petits vieux qui ramassaient les fruits et les légumes abîmés en fin de marchés.

La seule question, et à mon avis la plus intéressante, c'est pourquoi reprend-on aujourd'hui cette info, partout dans les jités ?

Si ce n'est pour suggérer "vous qui regardez ces images, qui en êtes horrifiés, ne vous plaignez pas trop, ne vous révoltez pas, vous voyez, il y a plus malheureux que vous...Vous avez (pour le moment) encore un travail, un toit, et vous pouvez (encore un peu) aller promener votre caddie chez carrefour le samedi après-midi"...

Tant que la misère ne concerne que "les autres" ... le pouvoir peut continuer à nous tondre la laine sur le dos.
Le décrypteur décrypté :

Daniel, vous vous souvenez que je vous avais qualifié de pamphlétaire.
Je reprendrais volontiers ce qualificatif pour cette chronique. Que nous dites-vous ? une réflexion de décryptage ou une descente en règle (une de plus) du fonctionnement des JT ? Je n’ai pas besoin d’@si pour les descentes en règle. Il suffit d’écouter n’importe quelle émission type Les fous du roi et autres pour entendre d’excellents pamphlétaires qui nous font rire sur les travers des journalistes.
Vous excellez, il est vrai, à mettre en scène ces travers avec des figures à prendre au second degré comme :
Légitimement sidérés par ces scènes, …

Ensuite vous mélangez l’air de rien des questions sur ce marché de la misère, auxquelles ne répond pas le reportage, et une interrogation sur la simultaneïté du traitement de l’info par deux chaînes de télé.

Ce sont quelques uns des nombreux mystères de l'information.
Dites-vous.
Quel mystère ? celui de ne pas s’être lancé dans une enquête exhaustive de tous ces marchés en France ? de la proportion de ces produits périssables ? depuis quand ils existent ?

Ces reportages n’ont pas vocation à être exhaustifs, ils pointent un fait de société sur quelques minutes. Il reste effectivement à faire l’enquête sur une durée plus longue ce qui arrivera peut-être dans un de ces magazines de début de soirée.

Autre pique facile : les envoyés spéciaux de TF1 et de France 2 ne le savent peut-être pas, ou l'ont oublié ce vide-grenier de la misère se tient de toute éternité (…)
Facile en effet, ce n’est pas le vide-grenier de la misère que les journalistes (les « envoyés spéciaux » cela les ridiculisent définitivement, non ?) découvrent mais la vente de produits avariés, il me semble. A moins que vous n’ayez l’information que cela existe aussi de toute éternité ? Dans ce cas, le sujet tombe et n’a rien à voir avec la crise . Alors dites-le.

Le seul mystère justifié au fond , c’est cette simultanéïté. Pourquoi le même jour, le même sujet ?
Je n’ai bien sûr pas de réponse.

Et pour finir :
. Ces Puces sauvages aux produits avariés tombent trop bien. Le vide-grenier des vieux yaourts offre un trop beau contrepoint à l'éternelle langue de bois lénifiante sur la crise.
Qui parle l’éternelle langue de bois lénifiante ? Les journalistes ? les politiques ? Que dit-elle cette langue de bois lénifiante ? que les pauvres sont encore plus pauvres ? C’est cela que vous dénoncez ?
Avec l’emploi à deux reprises du terme « éternel » : nous sommes un monde bien vieux à vous lire.

Le feuilleton d'abord, l'enquête viendra ensuite.

Je suis critique,comme tous les @sinautes ,de nos médias mais à dénigrer sans analyse, vous donnez raison au mépris de Sarkozy pour la presse. Et ce n’est pas la vocation d’@si de donner raison à ce monsieur, non ?
C'est pas vraiment étonnant, les yaourts ne sont pas dangereux même consommés un mois après la date de péremption. Principe de précaution oblige .... Peut-être sont-ils un peu moins goûteux.

Ce qui est le plus effrayant c'est que ces produits ne soient pas donnés tout simplement par les grandes surfaces plutôt que de les jeter à la poubelle et parfois de les rendre inutilisables en y versant du chlore.

Quand la misère est organisée, au plus haut du pouvoir, c'est normal que la misère s'organise.
TF1 et France 2 ont des "envoyés spéciaux" pour aller filmer le périphérique nord!
Le sud ils le voient de leurs terrasses.
Mais quelle découverte: le marché de la misère sous le périphérique de la porte Montmartre,
demain ils nous font celui des "voleurs" sous celui de la porte de Clignancourt?
Et les touristes fortunés à deux rues de là...mais Paris ressemble à Calcutta!
Quel scoop!
Ce sujet me semble à rattacher avec la hausse honteuse (et totalement injustifiée) des produits alimentaires. Il y a un très copieux dossier à ce sujet - à partir d'un article de 60 millions de consommateurs - sur @si.

Comment s'étonner que lorsque le prix des produits de base augmentent beaucoup plus vite que les revenus, les plus démunis n'aient plus le choix : tous aux poubelles ! (excepté l'homoncule je ne vois pas bien qui a augmenté ses revenus de plus de 50% en 3 ans)

Pendant le même temps Total licencie froidement malgré ses quatorze milliards de profits obtenus l'année dernière en rackettant les utilisateurs de moteurs à explosion déjà amplement essorés par la TIPP.

Youpi ! 500 clients de plus pour les marchands de produits périmés !

Pour ce qui est de la coïncidence, une petite dépêche AFP, peut être, je n'ai pas entendu dire que ces sympathiques chaînes aient des idées individuelles, et je vois mal les présentateurs faire leurs courses sur le trottoir, ni même fréquenter les quartiers qui abritent ces marchés...

Illégaux, mais pas parce que les produits sont périmés, de plus en plus de magasins en vendent en toute légalité...

Seulement sur les trottoirs les marchands ne paient pas de patente, d'impôt sur les sociétés ou même d'impôt sur le revenu. Nous courrions à la faillite ! Ah ! Pardon, c'est déjà fait !

L'État est donc frustré des divers rackets dont il vit. Et bien que responsable de la crise par incurie (ne pas encadrer les banques par exemple), ou dépenser beaucoup trop, accessoirement, les pandores de la République tentent de mettre un terme à ces pratiques.

Plutôt que de faire crever les gens de faim, ils pourraient tirer, ce serait plus franc, plus simple, plus court et moins douloureux...

A propos, en 1802 le troisième Président des Etats-Unis, Thomas Jefferson avait compris un petit détail qui semble au-delà de l'entendement de nos dirigeants actuels :

“I believe that banking institutions are more dangerous to our liberties than standing armies. If the American people ever allow private banks to control the issue of their currency, first by inflation, then by deflation, the banks and corporations that will grow up around the banks will deprive the people of all property until their children wake-up homeless on the continent their fathers conquered.”

“Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquise.”

Thomas Jefferson 1802

Il n'est pas interdit de méditer sur ces lignes prémonitoires, au moment où beaucoup de gens croquent à belles dents des aliments potentiellement avariés...

Et puisque notre sujet est : lémédia, voici ce que pensait le même Jefferson à ce sujet :

"Les petites annonces contiennent toute la vérité que l'on puisse trouver dans un journal."

Où l'on voit qu'il avait oublié d'être idiot !

P.S. : Dernière mauvaise nouvelle (pour aujourd'hui) J.C. Trichet annonce la fin de la crise pour 2010, pour qui connaît son habituelle pertinence c'est très inquiétant

***
Des touristes américains qui "chinent les antiquaires" !?
Qui ne se contentent pas de marchander, mais se permettent des réflexions genre "elle est môche ta vase ming" ?
C'est bien les Amerlocains, tiens !
lavoisier n´avait rien compris. il aurait du dire :

rien ne perd, rien ne se créé, tout est profit
La clochardisation des JTs, c'est quelque chose
Le message ma parait clair:
"Ne vous plaignez pas, vous qui n'en êtes pas là, et contentez-vous de ce que vous avez."
Ségolène Royal a décidé de bien appuyer sur ce thème lors de son itw dans le 7-10 du jour.

Une énorme surprise à ajouter aux mystères énumérées dans le billet de ce jour.

:-|
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.