104
Commentaires

Et les libraires, dans tout ça ?

Je vais vous rendre jaloux : le livre, notre tout premier livre, Crise au Sarkozistan, on l'a en mains depuis vendredi soir.

Derniers commentaires

Je réagis au 9h15 de DS à propos du 'plagiat' de p poivre d'arvor et je souscris à 100%. J'entends déjà des voix qui viennent minimiser le problème; pourtant il est symptomatique de ce monde de fric et de toc. (M'est revenue en tête cette chanson: G.Brassens/ Le faussaire. C'est pourquoi je souhaiterais une émission entière consacrée à ce qu'a été l'édition et ce qu'elle est devenue : un système "vermoulu" ?
Ah bon, il reste encore des libraires ?!

Ca n'a pas disparu déjà ?

Moi je ne vois plus que des Fnac, Virgin & Co, vous savez ces espèces d'espaces froids éclairés au néon, les supermachés du livre aussi à Carrouf ou Leclerc...

Pour une démarche écolo-littéraire qui allie plaisir de l'objet livre et recyclage - et si vous êtes fauchés comme moi - furetez donc chez les bouquinistes plutôt !

Il faut les traquer mais il en reste.
Attention Monsieur DS, R 89 cambriolée, cela se rapproche dangereusement, protégée les 4000 exemplaires coûte que coûte.

T'chô.
OMFG Vous l'avez fait avec LaTeX !!!
Je l'achète dès ce soir !
En tant qu'universitaire dissidente, je vous félicite pour le magnifique choix du Latex!Et à quand le .tex en open source ?
A quand "Crise au Sarkozystan" à "d@ns le texte"?
De mon point de vue, c'est plutôt Word™ le logiciel des universitaires dissidents — déviants, même, hin hin ! Enfin, j'me comprends\dots
Pour ce qui concerne la diffusion, et le shuntage des libraires, wellbeck vend son dernier book chez un charcutier, d'après ce que j'ai vu dans un journal parlé, l'autre jour. Et puis je me souviens d'avoir discuté avec feu Bernard Couraz, d'Harmonia Mundi, qui m'expliquait qu'il avait un réseau de distribution parallèle auprès de commerçants (en plus de ses boutiques à lui), dont un marchand de vin qui vendait ses disques. Je ne sais pas si ça concernait ses livres aussi. Coutaz était un sacré bonhomme, parti de rien, et qui a monté une superbe maison d'édition en Camargue. C'était mon voisin, et je l'ai vu mourir dans une rue de mon quartier, foudroyé par une attaque (j'en ressens encore une cruelle oppression, rien que d'en parler). Mais comme modèle de réussite éditoriale, je vous le conseille.
Youhouuuuu!!!

La rédaction d'@si experte en LaTeX, ça fait plaisir! Mais pour travailler le code de manière collaborative comme précisé plus haut, nul besoin de Google docs, des outils libres existent, l'idéal étant qu'ils soient installés chez vous, sur vos serveurs.

L'avantage de LaTeX est que vos documents sont essentiellement constitués de fichiers texte. Pour le travail collaboratif sur du code, un gestionnaire de version de code : git existe et est parfaitement adapté pour ça. Pour bosser à plusieurs mains sur du code c'est redoutablement efficace.

Mais bon, quelle bonne surprise de voir que les logiciels libres ont été à l'honneur ici malgré la tâche Googledocs. Bravo!
Youpi j'ai enfin fini mon emblème du Sarkozistan !

http://www.facebook.com/photo.php?pid=5582350&l=b8d8afb138&id=716211682
Cher Daniel Schneidermann,

Je vous ai déjà par deux fois brièvement exprimé ma réprobation pour vos "chroniques du Sarkosistan", mais sans vous en donner la raison de fond. La voici: je trouve extravagant que vous traitiez la France d'"État voyou" et inadmissible par conséquent que vous prêtiez cette "pensée" à l'ensemble de vos abonnés avec le "nous" que vous employez pour vous enchanter du "livre" que vous publiez. Souffrez donc qu'il y en ait encore au moins un qui fasse exception à cette unanimité abusivement présumée.
hoh j'ai bien envie d'utiliser l'image "république oligarchique du sarkozistan" sur mon site :)
je peux?
Très amusant, le "how-to" de fin de chronique avec ces "pas cher", "gratuit", etc. Il manque juste le tarif des auteurs. Celui qui écrit, qui dessine, il est payé comment ?
Je rajoute quelques points à votre didacticiel :
- Avoir un nom médiatiquement connu grâce à la télé
- Gérer un site avec pleins d'abonnés et en faire la promo tous les jours

Je charrie un peu, mais je ne suis pas certain que cela puisse être pris comme un modèle transposable à tous.
Quant au processus fastidieux pour éditer en librairie, il permet justement d'éviter de publier n'importe quoi dans l'urgence pour les fêtes de Noël.

Bien sûr, je ne critique pas l'ouvrage en soi, je n'ai aucune idée de sa consistance (justement, impossible de le feuilleter).

Je me rappelle d'un type (mais je ne sais plus qui) qui avait mis gratuitement son livre sur internet. Des gens qui ne l'aurait pas acheté l'on téléchargé, lu et apprécié, et l'ont commandé en version papier pour offrir (on offre pas un fichier texte). Il me semble qu'il y a là une démarche plus courageuse et avant-gardiste : miser sur le contenu et le bon sens des lecteurs qui savent très bien qu'il faut rémunérer l'auteur pour son travail s'ils l'ont apprécié.

J'ai peur que le modèle que vous vantez ne soit qu'une simple transposition de "vu à la télé et disponible sur amazon" en "vu sur @si qui était à la télé et disponible sur publieur.com", et non une alternative crédible au schéma de production/sélection/diffusion actuel.
Allez Daniel ...
Une petite reponse sur le nombre d'exemplaire...
Sur le cout...
La derniere et premiére fois que j'ai imprimé un truc, je suis passé par un imprimeur Taiwanais...
Oui,oui...niveau qualité...c'etait impeccable...vraiment....ils sont trés forts..et pas cher.
Par contre ce que l'on gagne sur l'impression, on peut le perdre en transport si on est préssé.
Mais au moins c'est toute une aventure !
Je vote pour dura lex, rolex
c'est trop bon.

Avez-vous accompli vos devoirs d'éditeur : un objet social qui le permet, le dépôt légal, etc., etc. ?
Et si c'est fait, pourquoi ne déposez-vous pas des livres en librairie ? Les 20 grandes de France + les petits libraires qui le demandent ?

http://anthropia.blogg.org
Sur la question des libraires et de la vente par internet, il faudrait demander à l'auto-editeur auto-proclamé ( Nabe ).
Il a, paraît-il, un avis plutôt arrêté sur la question.
Et je dis ça, mais je ne fais pas parti de ses fans.
Je vais envoyer la détresse ici d'une pov' fille qui n'a jamais pratiqué la vente par correspondance. Et puis ma boîte aux lettres ferme pas ; et puis je vais jamais chercher les colis qu'on m'envoie à la Poste, parce que je suis pas là aux horaires d'ouverture.
Y aurait pas moyen d'aller les chercher quelque part quand même ? pas une librairie, mais, je sais pas, moi...
Bon, je m'arrangerai.

Sinon, elle est intéressante votre offre 4 pour le prix de 3, ça se comprend. Et vous savez quoi : on n'a pas besoin de Noël pour faire des cadeaux ; c'est un peu dépassé Noël. Ai arrêté de le fêter depuis 5 ans maintenant, et ça me manque pas. Mais du coup, je peux faire des cadeaux quand je veux ; alors vous pouvez continuer à faire des livres, même au milieu de l'année (quand j'aurais trouvé comment les acheter, mais je vous assure que je vais trouver ;-)

Ah, autre chose : vous ne tuez pas les libraires, ils vont survivre. Nous aimons trop les livres ! Ils vont s'adapter, sans doute, comme tout le monde. Mais je ne crois pas que vous fassiez partie des coupables...
[quote=Daniel Schneidermann]"Le libraire. Libraire de quartier, chef de rayon à la FNAC, peu importe. Le libraire qui conseillera. Le librairie qui disposera sur ses tables, et sur ses présentoirs, des titres choisis par lui. Le libraire qui organisera, entre une pile et celle d'à côté, le savant hasard des rencontres."

Petite méthode pour travailler avec les libraires que vous aimez.

1 : Prévoir la rémunération de ce médiateur. Pour choisir, mettre en scène, conseiller, animer, organiser ce savant hasard des rencontres il faut payer des salaires de libraires qualifiés, un loyer parfois cher, de l'électricité dans les vitrines, en ce moment du chauffage...voire même un site internet de libraire.

2 : Trouver quelqu'un qui vous assure la logistique et l'expédition vers les libraires. Une idée, vous pourriez vous adresser à http://www.lalibrairie.com/nous-contacter.html

[quote=Orion]
Une version .epub sera t'elle disponible?
J'imagine que pas mal d'asinaute ont déjà une liseuse de livre électronique."


Petite méthode pour travailler avec les libraires que vous aimez et qui vendent des livres numériques.

1 : A partir de votre PDF publieur, faire fabriquer un epub de qualité. Ce n'est pas difficile.

2 : Trouver quelqu'un qui vous assure la diffusion de votre livre numérique via les libraires, via FNAC.com et via Libraires de quartiers.

Une idée, pour tout cela vous pourriez vous adresser à ePagine.

Pour le 1er décembre, ePagine peut le faire.

http://www.epagine.fr/

http://blog.epagine.fr

http://blog.epagine.fr/index.php/2010/10/sans-attendre-godot-1/
Pas top de conseiller aux potentiels auteurs de passer par les Google Docs. D'autres outils (libres, non hégémoniques) existent et fonctionnent tout aussi bien, à l'image des etherpad, par exemple (rachetés aussi par Google, mais libres, eux !), installable sur son propre serveur, ou via ceux déjà installés pour le public.
http://ietherpad.com/
Juste une petite question ..
Est ce que l'on peut savoir combien vous avez commandé d'exemplaires ?
Et trés prosaiquement, à combien ils vous reviennent ?
A 10 €, j'imagine que la marge doit être assez faible..pour un livre de 96 pages...une couverture couleur et de jolies images pour enfants pas sages ..en noir et blanc ?
Est ce que c'est vous qui recevez les commandes et vous entrez ensuite en contact le Publieur qui se charge de les expedier ?
Ou est ce que Le Publieur recoit directement les commandes ?
Donc dans le cout il n'y a pas que l'impression, il y a aussi le travail d'expedition, de gestion ...du Publieur ?
Est ce qu'il vous a fait un tarif plus interessant ..avec la pub que vous pouvez lui apporter...
Peut être allez vous lui apporter de nouveaux clients !

[quote=Orion]J'imagine que pas mal d'asinaute ont déjà une liseuse de livre électronique.

J'en mettrai pas ma main au feu...
La moitié achetée par mot de quatre, c'est louche. Je soupçonne quelque libraire de vouloir les vendre sous le manteau. J'imagine bien, il fait passer le client de l'autre côté du comptoir, entrouvre un coin de rideau qui cache une étagère, "sinon j'ai ça, si c'est bien ce que vous cherchez...". "oh bin" fait le client en voyant la couverture.
Une version .epub sera t'elle disponible?
J'imagine que pas mal d'asinaute ont déjà une liseuse de livre électronique.
c'est bien gentil de causer avec Fontenelle, on peut en profiter ? dans une émission
les sujets ne manquent pas au sarkozistan ;o)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.