89
Commentaires

Et le sondage le moins convaincant, est...

Des sondages, partout, tout le temps. Au sortir du "grand débat", diffusé le 20 mars sur TF1, BFMTV a passé une bonne partie de la nuit à commenter un sondage, où Macron apparaissait comme le "plus convaincant". Avant Macron, Alain Juppé, pendant la primaire à droite, et Arnaud Montebourg, à gauche, avaient aussi eu les faveurs de ce sondage réalisé sur internet. On connaît la suite.

Derniers commentaires

Europe 1 invente le panel représentatif de … 30 français !

Si ça se trouve je suis représentatif alors que je le sais même pas !
Euh, ce ne serait pas plutôt:

Avant Macron, Montebourg.
Et avant Montebourg, Juppé ?
Ceci dit je lis partout cette critique qu'il ne dit rien de tranché, mais dans la vraie vie, c'est souvent une qualité. Y a-t-il des données quelconques qui confirment que c'est électoralement une tare plutôt qu'une vertu ?

Comment a été réalisé ce sondage ? En interrogeant 1157 téléspectateurs, âgés de 18 ans et plus, par internet, dès la fin du débat. "L’échantillon de téléspectateurs est issu d’un échantillon national de 4 011 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas appliquée ..."


Même la méthode des quotas n'est pas capable de réajuster un échantillon où toute une partie de la population n'est pas représentée : à savoir tout ceux qui n'ont pas internet, où qui n'en ont pas une maitrise suffisante pour faire partie de l'échantillon. C'est à dire essentiellement une population âgée et rurale. Mais ça, confortablement installé dans ses bureaux parisiens raccordés au net par fibre optique, BFM n'en a rien à talquer.

PatriceNoDRM
Khoâââ !
Bruno Leroux a démissioné ?

Mais qui va nous protéger du péril islamiste ?

Spécial dédicace à Julot : J'en fais presque caca dans ma culotte.
C'est un fait que BFN-TV a beaucoup de mal avec les chiffres.
Et ça doit être contagieux :
Citation : Marine Le Pen et François Fillon occupent la dernière place, avec 19% chacun.
Hamon à 11%, il est où? C'est vrai qu'il était un peu transparent hier, mais quand même!
Démonstration inepte. Il s'agit ici d'une enquête d'opinion, pas d'un sondage d'intention de vote. Comment pouvez-vous confondre un candidat convaincant, et celui pour lequel on a l'intention de voter ? Article très décevant: au lieu du bleu comme code couleur, j'aurais plutôt vu du rouge et jaune à petits pois. Manifestement, Arrêt sur image souhaite taper au marteau sur les sondages à tout prix, mais ne réussit qu'à traumatiser ses propres phalanges. En plus d'avoir mal, vous devriez avoir honte.
Extrait de la notice de sondage fillon Elabe (au hasard) :
Methode:
"Echantillon de 957 personnes représentatif de la population
française âgée de 18 ans et plus, constitué d'après la
méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne
interrogée) après stratification par la catégorie
d’agglomération et la région de résidence."

Criteres redressement:
"L’échantillon brut a été redressé sur les variables
sociodémographiques et professionnelles utilisées comme
quotas (données Insee issues du recensement de la
population labellisé 2012) ainsi que sur le vote au premier
tour de l’élection présidentielle 2012 (données du Ministère
de l’Intérieur pour la France métropolitaine)."


Donc on "stratifie" (on n'en saura pas plus), on prend quelques personnes ( 0.0017% de la masse a sonder), on les paye (pour qu'ils disent ce qu'on attend d'eux, au cas où), on redresse a la baguette magique (quota, variables sociodemographique et professionnelle, on n'en saura pas plus), puis on corrige encore suivant les résultats du premier tour (methode du doigt mouillé), et on obtient un oracle. Oui mais scientifique monsieur! De la magie, mais sci-en-ti-fi-que!

Pffff qu'est ce qu'il ne faut pas faire pour manipuler l'opinion de nos jours....
Mais non, c'est Hamon qui gagnerait puisqu'il est à 11%! Ou est ce que je lis mal...?
Macron est bidon c'est un fait, mais actuellement nonobstant le talent de Mélenchon et la compétence de Hamon c'est Macron le rempart contre l'infâme le plus solide qu'on a, pour des questions de système électoral (qui avantage l'homme providentiel : difficile de voter pour qui promeut la VIe dans le cadre fixé par la Ve république) et de culture politique du pays (dont un gros quart est prêt à se jeter dans les bras du lepénisme qui est un fascisme : ce qui peut faire une majorité, encore une fois, si les 3 autres quarts s'entredéchirent).

Donc ne tapons pas trop dessus et imaginons la suite... (les législatives : quelles majorités de 2nd tour ?)
Dans convaincant, il y a vaincant.
Il manque cruellement un "qu"
Il reste heureusement un con.
Ce sondage est repris sur la page d'accueil de Bloomberg cet après midi qui titre "Macron on Top After First Presidential Debate of French Race". Étonnant quand je vois que LeMonde titre "Aucun candidat n'est sorti gagnant" ou encore "Emmanuel Macron vivement critiqué au lendemain du débat présidentiel". Pour libé, c'est plutôt Fillon qui l'emporte.

Bref, moi je sais plus quoi penser ! Macron, il a gagné ? Il a perdu ? Personne n'a gagné ? Fillon ? Peut-être qu'en cherchant mieux je verrai que tout le monde a gagné. Ou perdu. Ou pas. M'enfin, ils sont chiant ! Ils pourraient au moins ce mettre d'accord parce que moi je sais plus quoi penser !
Il faut reconnaître que Marine était très à l'aise, sauf à quelques rares moments où elle était en difficulté. Et ce malgré la série d'absurdités qu'elle a débitées sans beaucoup de contradictions ("préférence nationale", "patriotisme économique" n'ont jamais été contrés ni même interrogés par les autres).

D'autant plus glaçant pour la suite...
"Il faut reconnaître que Marine était très à l'aise, sauf à quelques rares moments où elle était en difficulté"

C'est du Macron ?
j'avoue que je n'ai pas relu, désolé. Ce que je voulais dire c'est que même sans maîtriser les sujets elle déroulait avec aplomb, écoutait impassible... pour à la fin conclure de façon magistrale en proposant un référendum sur l'UE. Très fort, populiste et bonapartiste en diable, je ne veux pas paraître enthousiaste, oh non, je suis juste abasourdi (comme Dominique Vidal sur le blog de Mediapart) par la façon dont les mélenchonistes refusent, avec leur césar-tribun, toute réflexion sur la possibilité même du succès fasciste à cette élection.
Moi je l'ai trouvé, en toute objectivité, palote, agressive et sur la défensive. En toute subjectivité, à gerber. Non je ne l'ai pas trouvé bonne, au contraire. Là où JLM argumentait de façon précise, elle ramenait toujours tout à l'immigration, comme si le replie identitaire était la réponse à tout. Même Fillon était plus crédible qu'elle, c'est dire...

Vivement le droit de vote à 16 ans.
Idem. Autant Mélenchon m'a semblé bien corriger l'image médiatique de bolchévique agressif, autant Le Pen était en plein dans ce qui fait fuir, loin d'un Philippot qui maîtrise la nouvelle image de respectabilité qu'ils cherchent.
Et les macroniens, les fillonistes, les hamoniens, ils ont quoi en réflexion sur la possibilité du succès fasciste à cette élection ? Pourquoi ce ne pourrait être que le fait des mélenchonistes ? C'est tout de même curieux qu'on se permette des injonctions de ce type sur les mélenchonistes . Voilà, je propose que les trois premiers se désistent en faveur de Mélenchon. Et hop, c'est envoyé, il n'y a plus qu'à .
Je ne puis que vous approuver. A une petite nuance près.

Que vous remplaciez Mélenchonistes par France Insoumise.

C'est beaucoup plus qu'une nuance.
Pareil même chose.
Je vous réponds Anabase. Et à vous les mélenchonistes (terme qui signifie simplement qu'à cette élection, qu'on le veuille ou non, on vot e pour une tête - et un programme certes, mais d'abord pour une tête).

Les électeurs/militants de Macron et Hamon avec qui on discute, par comparaison avec ceux de Mélenchon (ça m'arrive, à Dominique Vidal aussi, et personnellement j'évite les vannes et les insultes, elles n'apportent rien au débat) ne défendent pas une vision "moi c'est mon candidat ou rien, au 2nd tour il y sera mais s'il n'y est pas je ne voterai pas" qui est un vrai poison pour notre démocratie dans le contexte actuel. C'est la position de bien des mélenchonistes et elle rappelle franchement celle des communistes staliniens dans les années 1930 en Allemagne, ou pour éviter le point Goldwin celle du PCF dans les années 1950 qui a empêché la IVe République de s'en sortir (la responsabilité principale revenant au "socialiste" Guy Mollet qui a fait voter les pleins pouvoirs pour amplifier la sale guerre en Algérie, suivi par la SFIO d'alors). Résultat : on a eu la prise de pouvoir gaulliste, une monarchie républicaine dont Mélenchon et d'autres veulent sortir aujourd'hui (je le crois sincère là-dessus, mais il n'est pas le premier : Montebourg, les Verts parlent de la VIe république depuis plus de dix ans, ne l'oublions pas).

L'obsession de Mélenchon à détruire le PS (on peut comprendre sa motivation politique et personnelle : il veut réussir son projet) le conduit lui et ses soutiens à adopter une litanie "Le PS est mauvais, le PS est mort" qui nie tout débat interne à ce parti (il avait pourtant des motions, ce que n'a pas le PG, à la différence aussi du PCF et d'EELV si je ne m'abuse) et surtout qui nie le résultat de la primaire à gauche (la ligne Hamon donc Aubry l'a emporté sur Valls). Mélenchon par ce mantra anti-PS s'interdit tout compromis avec ce qui reste de son ancien parti, y compris sa fraction authentiquement social-démocrate progressiste. Il est vrai qu'il est en désaccord avec la vision ouverte de la laïcité propre à Hamon et son courant + à EELV (cf. Dominique Vidal, encore une fois, sur le sujet). Mais vu ce qu'ils ont en commun (lire tous les appels, de Reporterre et autres), c'est aberrant. Ou plutôt c'est la logique du cavalier seul envers et contre tout, de la prétention hégémonique à la victoire = en contradiction totale avec le changement institutionnel qu'il propose, la VIe République. Donc pour moi, si Mélenchon veut sincèrement quitter la Ve, son parcours et son caractère font qu'il n'est pas certain qu'il soit capable de nous faire passer à la VIe république. Pour cela, il faut une large coalition de l'opinion (et pas seulement un vote majoritaire ricrac) et dans les forces politiques qui peuvent la conduire. C'était la position de Mendès France en 68 par exemple.

Pour répondre à votre proposition-boutade, il ne s'agit pas de balayer la candidature de la France insoumise, elle est respectable, et on ne parle donc pas de désistement maintenant, que le meilleur gagne et convainque (bien que sur l'UE je sois en désaccord avec ce que dit et propose Mélenchon) ; on parle de préparer la suite qui sera forcément une recomposition d'un front républicain pour un vote utile, qu'on le veuille ou non. C'est là ce qui m'inquiète fort en vous lisant, mélenchonistes.
Vous partez du principe que c'est Mélenchon qui mène les troupes alors que c'est l'inverse. Le désir de rupture est celui de la base militante, c'est un élément essentiel du fait qu'elle soit avec lui, qu'elle se dise "insoumise", que Mélenchon soit là où il est après avoir rompu avec les partis.
C'est (c'était ?) à Hamon de convaincre cette base qu'il fera ce qu'il faut pour que les mêmes ne se retrouvent pas aux manettes. Où en sont les candidatures PS aux législatives ? Les courants vallsistes-hollandistes sont finalement en minorité ou bien toujours majoritaire et donc c'est avec eux qu'au final il faudrait faire une majorité parlementaire, gouverner ?

A mon avis, rien ne peut bouger avant la présidentielle, il faudra un choc dans un sens ou dans un autre, soit que Hamon ou Mélenchon parviennent au 2nd tour, soit que pointe la menace d'une annihilation des forces de gauche dans les institutions.

P.S. : bon, après, il y a aussi des divergences de fond importantes sur la géopolitique, il me semble difficile de concilier leurs visions du rôle de la France et de l'U.E., je ne sais pas comment ils pourraient gérer ça dans un gouvernement.

Vous partez du principe que c'est Mélenchon qui mène les troupes alors que c'est l'inverse. Le désir de rupture est celui de la base militante, c'est un élément essentiel du fait qu'elle soit avec lui, qu'elle se dise "insoumise", que Mélenchon soit là où il est après avoir rompu avec les partis.

De mon point de vue, ces considérations étaient importantes il y a 6 mois, 1 an; lorsqu'il était temps de s'engager en tant que militant. Mais aujourd'hui il s'agit de convaincre des français indécis, qui n'ont pas ou peu de culture politique, et dont il serait une erreur d'attendre un engagement militant, mais dont on peut espérer, au mieux, arracher un vote d'adhésion.

Nous asinautes, vivons dans un monde où les abstentionnistes motivent leur choix par des références historiques et des justifications critiques sur les rouages constitutionnels de la Vème République. Il me semble que d'autres français vivent dans un monde où le héros national, Antoine Griezmann pour ne pas le nommer, déclare être loin de la Politique et qu'il ne sait même pas qui est candidat à l'élection présidentielle. Il m'apparaît que ce n'est pas en arguant des statuts de la FI qu'on raccrochera les wagons.

Dans cette idée, il me semble que parler de la France insoumise est quelque-peu excluant. Au mieux cela peut être considéré comme un club politique plus ou moins ouvert; au pire, comme un repaire plus ou moins fermé de bolchéviques ayant le couteau entre les dents. Si les gens ne savent ni les statuts, ni la démarche, ils ont par contre une certitude: c'est qu'ils n'en font pas partie.

Il n'est jamais trop tard pour faire de la pédagogie, mais à 1 mois du scrutin, réfléchir à une stratégie de communication serait une bonne idée. Le gros point faible de Mélenchon, c'est la perception qu'ont les français de sa "stature présidentielle", et dans une moindre mesure, la crédibilité du programme. En terme d'image, Mélenchon a d'énormes atouts: honnêteté, sincérité, autorité. Il tient le haut du pavé sur ces considérations, voire parfois en creusant des écarts conséquents d'avec les concurrents. Mais pour beaucoup, pour le moment, Mélenchon apparaît plus comme un délégué syndical amélioré que comme un chef d'état.

Concernant la stature, je pense que Mélenchon serait bien avisé de continuer sur sa lancée de lundi: de la sérénité flegmatique et de l'aplomb nonchalant. Je pense également qu'il devrait jouer un peu plus de sa culture historique et politique: montrer que c'est lui l'intellectuel, le référent. Les "commentateurs" ont toujours été d'accord pour louer ses qualités de tribun. Depuis lundi, des expressions très positives comme "le vieux sage", ou "le prof" sortent. Et cela participe à sa "présidentialisation". Mélenchon devrait, il me semble, creuser cette stratégie.

Pour les questions économiques, il me semble également qu'il faille "impressionner" en levant le pied sur la vulgarisation. Dire "nous mettons 100 milliards à un bout, ça fait le tour, et on en récupère autant à l'autre bout", ni ça n'impressionne, mais pire, ni ça ne convainc. Il me semble qu'il faudrait s'astreindre à employer un peu de vocabulaire technique, toujours dans cette idée d'asseoir une stature présidentielle et une crédibilité, en plaçant des expressions comme "opportunités dans un secteur en pleine croissance", ou "avantages concurrentiels intrinsèques de la France".

D'une manière plus générale, il me semble qu'il devrait également penser à n'employer des expressions qui ne parlent qu'à la France insoumise que de manière parcimonieuse, et s'adresser dorénavant à l'ensemble des français. Moins "d'insoumis" et plus de "français". Moins "d'avenir en commun" et plus de "notre programme", etc.

Mélenchon apparaît comme étant le candidat le plus honnête, comprenant le mieux les français, et faisant montre d'autorité. Aux yeux des français, il ne lui manque plus que la "stature présidentielle" et la "crédibilité" de son programme économique. Or, il a d'énormes atouts pour cela. Il sait afficher cette sérénité flegmatique, cet aplomb nonchalant, l'expertise géo-politique, une hauteur de vue historique, ou encore la maîtrise du vocabulaire des économistes. Et d'autant plus que les "commentaires des commentateurs" commencent à abonder en ce sens. Bref, s'il n'est pas possible de changer la représentation que les français se font du président de la république, en se poussant du col et sans avoir à trop se forcer, Mélenchon peut significativement améliorer sa "crédibilité" et sa "stature".
Pas mal, mais…

" "opportunités dans un secteur en pleine croissance", ou "avantages concurrentiels intrinsèques de la France". "

ça c'est le langage de Macron !
Sans compter que si on lui vole ça, qu'est-ce qui lui reste, le pauvre ?
ça c'est le langage de Macron !

Et celui de Fillon. Et de mon point de vue, c'est bien par ces artifices qu'ils ont acquis leur stature présidentielle aux yeux des français. Glisser quelques expressions de ce genre, ça pose un bonhomme en "expert sérieux", tandis les apprentis Lenglet en entendant "économie de la mer" ne se privent pas d'évoquer l'Atlantide, Jules Verne, et la petite sirène...
nous asinautes, vivons dans un monde

Mais qui donc vous a permis ?
Parlez pour vous tout seul !
C'est objectif: il y a eu récemment une émission sur l'abstention. Peut-être que ça vous est désagréable, mais nous avons, vous et moi, des points communs à commencer par le fait que nous sommes abonnés au même média; et que nous regardons, par conséquent, les mêmes émissions, et lisons les mêmes articles. C'est abobiffreux, je sais.
Et je paie mes impôts, l'abonnement au gaz, à l'électricité, je fais mes courses là où sans doute vous faites les votres, und so weiter.

Mais je ne vous reconnais pas le droit d'énoncer des opinions en écrivant "nous asinautes".

Comme beaucoup d'autres je n'ai rien en commun avec vous.

Et de grâce évitez dans vos messages les expressions du type "c'est objectif".
Préférez plutôt "je pense que", voire "je crois que".
Vous en serez plus respectable à défaut d'être crédible.
Il se peut, je pense, je crois que dans une autre vie, en dehors du cercle d'arrêt sur image, vous côtoyez d'autres mondes où Kevin de 19 ans, allié droit en division honneur, vous explique qu'il s'abstient car, juste, il s'en fout de la politique.

Mais ici, et c'est objectif, nous, asinautes, vivons dans un monde où l'abstention est motivée par des considérations de droit constitutionnel et des références historiques.
Et Farida qui galère dans la vie et dépose chaque matin avec le sourire le courrier dans ma boite à lettres m'explique qu'elle ne votera pas parce qu'elle ne peut pas voter.

Votre Kevin, il n'est là que pour vous conforter dans vos petites élucubrations.

C'est objectf ?
Moi aussi j'ai une factrice souriante qui dépose le courrier dans ma boîte aux lettres. Non seulement vous et moi nous nous côtoyons dans le cercle relativement restreint d'Arrêt sur image, mais manifestement nous partageons encore plein d'autres points communs :-)
Tiens je vais prendre la défense du chien !

Les abstentionnistes qui se sont exprimés sur @si ont effectivement tous donné des arguments et références qui sortent du "je vote pas parce que je m'en fous, et je ne sais même pas qui se présente".

Donc dire "nous asinautes vivons dans un monde…" est assez réaliste, pour ne pas dire factuel. Les gens qui paient pour avoir une information ou un regard différent sur l'information, sont de fait des gens un minimum investis, "engagés".

Après, ça ne fait pas une communauté homogène non plus. L'expression "nous asinautes" peut le laisser penser, mais on n'est pas obligés de le prendre au pied de la lettre. De fait, nous sommes tous ici asinautes, même si différents.
Et tout est là.

Si je lis "nous asinautes" (hypothèse totalement irréaliste) dans un message de Al1, je ne saisis pas le même sens que quand je le lis dans un message de Le Chien voire de Julot Iglesias.

Je ne le prends pas au pied de la lettre. Je le prends au pied de celui qui écrit la lettre.
Oui, à peu près d'accord sur l'orientation pour parler à tous, mais je vois mal comment il se passerait de sa base militante allergique au PS, et donc on en reste à la division et que le meilleur gagne pour la présidentielle, à moins que Hamon décide de lui laisser la place (crédible ?).
Merci, Faab ! :-)
Marine Le Pen à l'aise ????
C'était la plus hésitante des cinq. Dès que le sujet sortait de l'immigration et qu'elle ne pouvait pas débiter que tout-est-la-faute des-étrangers, elle se mettait soit à bégayer des « euh », soit à parler plus lentement pour bien réfléchir à ses mots (notamment dans les sujets économiques, qu'elles ne maitrisent clairement pas). Elle m'a souvent donné l'impression de réciter des bribes de discours apprises par cœur. Y compris sa sortie finale contre Macron – je comprends rien à ce que vous dites) –, on sentait qu'elle la gardait en réserve pour le bon moment, car honnêtement elle aurait pu la placer à n'importe quel moment.

Pour ma part, j'ai été soulagé de voir que les deux favoris des sondages à la con se sont montrés comme de grosses vessies qu'on va arrêter de prendre pour des lanternes.
Comme quoi on perçoit souvent ce qu'on a envie de percevoir...

C'est d'ailleurs pour cela que, sauf accident, ce genre de débat télévisé ne fait pas vraiment évoluer les positions.
Comme dirait Macron : oui et non.
Pour ma part, j'ai trouvé Fillon étonnamment bon, même si je suis diamétralement opposé à ses idées.

Sinon, tu as des arguments à proposer ?
Moi j'ai trouvé Le Pen, Mélenchon et Fillon plutôt "bons" (dans le sens de "consistants").
Et Macron et Hamon plutôt "mauvais", lors de cette prestation.

Mais en matière de perception subjective, je ne vois pas quel argument objectif pourrait permettre de trancher.
Je m'entendais a beaucoup plus de commentaires et d'articles après ce débat rarement vu durant la 5ème république. C'est comme si ils ont voulu vite passer autre chose parce que le vainqueur n'est pas celui attendu.
Et pour le Huffington post, c'est Mélenchon le grand gagnant et Macron le grand perdant...
http://www.huffingtonpost.fr/thomas-guenole/melenchon-le-pen-gagnants-debat-presidentielle_a_21904218/
"Pour ne plus se fourvoyer dans leurs pronostics et leurs analyses, les journalistes politiques, les experts, les candidats ainsi que leurs états-majors, doivent l'admettre et l'accepter: les sondages sont devenus des instruments inefficaces, cassés, obsolètes, pour mesurer les tendances dans l'électorat. Il s'ensuit qu'aujourd'hui, se fonder sur les sondages (ou sur l'immolation d'une vache) pour bâtir un pronostic ou une analyse politique, c'est commettre une faute professionnelle."

Copain, Thomas Guénolé ! :-D
Pour FranceTV il semblerait que la victoire soit partagée entre Macron et Lepen (ici).

Si vous pouvez trouver un article qui dit que Hamon est le vainqueur alors on aura bouclé la boucle ! J'ai hâte.
la démonstration est éloquente .

Néanmoins, concernant les intentions de vote, Elabe est l'un des rares à mentionner dans ses sondages, combien sont certains d'aller voter ( 59 %) et pour chaque tour combien n'ont pas exprimé de choix : c'est déjà un progrès par rapport à d'autres.

Ceci étant dit, le biais des sondages en ligne est le mode même de la collecte des réponses .

Quel agriculteur, quel ouvrier, quelle infirmière de nuit en rentrant du travail n'a qu'une hâte : aller sur internet pour participer à des sondages ?

On y gagne des cadeaux, ça peut être une motivation, mais enfin....
même Ruth Elkrief semble étonnée 

Haha, je me suis fait la même remarque. Genre "il va un peu trop loin là non?".

Bon après c'est difficile de dire si le sondage est bidon ou pas.
Il est vrai que je trouve ces résultats bizarres au regard de ce que j'ai pu lire sur twitter (vu que le live sur le site de TF1 ne marchait pas j'ai juste suivi sur twitter les réactions des gens qui regardaient). Même si Twitter n'est pas représentatif bien sûr.

Les résultats du sondage confortent tellement ce qui arrangerait la classe politiquo-médiatique-financière que c'est vrai qu'on peut se poser des questions. Même les résultats de JLM, qu'on pourrait trouver crédibles, peuvent aussi apparaître comme une sorte de contre-feu à l'argument du sondage-bidon.

Je ne préjuge de rien, à voir ! De toute façon les sondages devraient être interdits de publication pour la politique, car on connaît le fonctionnement social d'un être humain, et on sait qu'il y a un fort pouvoir d'influence par conformation. Nos pensées peuvent être facilement influencées par le simple fait de dire que la majorité des gens sont d'un autre avis que le notre. (quand je dis "on" je veux dire les sociologues qui ont fait des études/expériences/etc.)
Pour qui aurait le courage de creuser : d'après la loi, la notice devrait être disponible sur le site de la Commission des Sondages avec peut-être des indications plus précises (cf ce message, panel rémunéré etc.), elle n'y est pas encore (cf leur page dédiée) mais il pourrait être intéressant de jeter un oeil pour voir si on trouve les notices des primaires.
Arret sur image n'aurai aucun pobleme avec ces sondages si ils disaient que macron etait mauvais au contraire ASI utiliserait ces sondages pour nous expliquer que Macron c'est bidon!
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.