54
Commentaires

Et encore une semaine grecque !

Un Huffington Post en français, pas de journalistes en Syrie, un auteur vend un million d'e-Books en auto-édition, l'ONU n'aime pas Hadopi, la mascarade du procès Ben Ali, le cyber-lynchage de Vancouver, et dans la presse européenne, encore une semaine de crise grecque.

Derniers commentaires

Bien joue S&P : les bourses asiatiques ont dingringole, Moscou ouvre en baisse historique ...
On va voir ce qui se passe sur les marches europeens puis americains.

Incoryable de voir a quel point just une declaration d'une agence de notation peut faire s'ecrouler le systeme.

Montebourg a completement raison lorsqu'il dit que la degradation des notes de dettes publiques constitue une "attaque inadmissible contre les Etats, contre leurs libres choix democratiques et leurs contribuables" et qu'il faut demanteler ces agences de notation.

Edit : >< ><

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

wow ! Les USA passent de AAA a AA+ , et ce n'est pas une agence de notation chinoise, mais Standard & Poor's,

>< Ici sur la BBC ><

Comme si les marches ne faisaient pas deja assez le yoyo comme ca.
Mais bon, c'est les vacances ...
Et une semaine amerlocaine à l'issue de laquelle Démocrates et Républicains ont fini par trouver un accord qui, selon Baroin, "va dans le bon sens".
Au cas où les représentants des deux grands partis auraient persisté à se mettre sur la gueule, Baroin avait préparé un texte dans lequel il était question d'un désaccord qui va dans le mauvais sens.
Une des grandes forces de Baroin est de ne jamais être pris au dépourvu.
Sur le site des Echos ce mardi 19 juillet 2011, Trois options à l'étude pour la Grèce avant le sommet de jeudi

La seule solution qui n'entraîne pas de défaut sélectif du pays est de proposer "des taux plus bas et des maturités plus longues"

Voilà. Ca s'appelle restructurer une dette.
C'est pas très compliqué en fait.
mais en même temps c'est effectivement une cause majeure des problèmes grecs actuels.

C'est sûrement l'avis des gens qui sont dans la rue en ce moment en Grèce.

C'est aussi le reproche que d'aucuns avaient fait aux islandais sur le même sujet.
[large]@ la rédaction :

Je trouve le titre de votre vite dit "Des ados avec la carte platinum de nos parents" absolument lamentable.
Même si cette phrase figure dans l'article d'Owni, elle est totalement sortie de son contexte, et racoleuse.
Vous vous prenez pour Paris-Match, ou quoi ?[/large]
Devant le parlement c'est chaud dans tous les sens du termes (il y a eu un début d’incendie dans un immeuble) http://www.dailymotion.com/video/xjknq6_live-streaming-yyyyyy-yyyyyyy-yyyyyyy-yyy-yyyyyyyyyyyy-yyyyy-2y_news#from=embed&start=5
Les flics ont dégainé les lacrimos contre la foule pacifique.
"On a un Parlement qui est complètement assiégé, gardé par des dizaines de milliers de policiers, c'est du jamais-vu, ce sont des scènes de Révolution française, ce qui est en train de se passer", explique Stathis Kouvelakis.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110629.OBS6072/grece-l-atmosphere-devant-le-parlement-est-irrespirable.html
La Grèce vient, comme prévu, de ratifier officiellement son statut jusque-là implicite d'esclave de l'Europe. Juste pour le gag : Deux plombes de votes officiels au parlement. Le Pasok (de gauche) vote "oui" au rêve absolu de la droite, la Nea Demokratia (de droite) vote "non" pour contrarier le Pasok. L'hilarante procédure consiste à demander à chaque député son opinion individuelle, un à un, au lieu de simplement prendre en compte son appartenance à l'une ou l'autre famille politique (et quand je dis "famille" c'est quasiment au sens littéral). D'où petit malentendu : deux députés ont -haha- vraiment cru qu'il s'agissait de leur opinion. Ils ont voté différemment de leurs partis respectifs (l'une de Nea Demokratia a voté "oui", l'autre du Pasok a voté "non"). Ca n'a pas trainé, la journaliste avait a peine fini sa phrase sur le résultat des votes que cette information tombait : ces deux-là ont été illico exclus de leurs partis...

Dois-je mentionner que la population se sent un peu lasse du politique, en Grèce ? En particulier ceux qui, de gauche, en sont venus à soutenir la Nea Demokratia comme dernier ex-rempart contre le néolibéralisme hystérique du Pasok...
La crise grecque, au delà de la mythologie

Et le pire, c'est que nous, ici, on avale toutes les couleuvres qu'on nous sert dans les médias. Sur ce sujet, et sur tous les autres.
Pas grave, la Grèce, c'est loin.
la semaine grecque ,c'est aussi le blocage de la seconde flottille pour gaza, où il apparaît que le gouvernement grec, conséquence de la situation économique du pays ? n'a même plus de politique étrangère propre . Pas grand chose là dessus dans les médias, à .ma connaissance .Sur asi un vite dit sur les menaces sur les journalistes qui s"embarqueraient pour couvrir le périple, mais rien auparavant sur l'empêchement du départ à Marseille du premier bateau français. lasuite mériterait une émission-débat.
je fais un pari :
il y aura compromis : les mesures qui doivent être votées aujourd'hui seront amendées d'une date butoir. On dira aux Grecs : c'est un plan de deux ans. dans deux ans on réaugmente les salaires. un tout petit peu. dans 2 ans ^^
Juste pour info, la correspondante d'itélé à Athènes vient d'introduire son sujet par "ici Sarkozy est un héros, c'est celui qui peut sauver la Grèce"... Si on est pas dans la désinformation là...
une guerre d'indépendance ?
les pays européens sont pratiquement les seuls à n'avoir pas connu ce genre de joyeuseté. l'inconvéneient, cette fois-ci est de ne pas avoir de soldats ni de colons facilement reconnaissables, sinon leurs porte-paroles "démocratiquement " élus après trente ans de lavage de cerveau télévisuel.
toutenbateau
et pendant ce temps là en Tunisie a Tunisian girl.....
et encore une semaine de guerre en Lybie .....
alors peut-être que le CNT est composé de tous les anciens complices des crimes de Khadafi mais il semblerait que la population soit bien déterminée, elle, à détrôner le psychopathe sanguinaire de Tripoli :
Quand les rebelles libyens se transforment en MacGyver
bravo à eux !
[large]Grèce et autres pays en panne....Les difficultés économiques de la zone Euro, la misère des pays en développement et le blocage du système financier international démontrent la nécessité d’abandonner les schémas anciens.
Masse monétaire. La thésaurisation par le bas (capitalisation de prévoyance) ou par le haut (paradis fiscaux), deux facteurs de blocage. L’argent doit circuler. Qu’en est-il des parités réelles entre les zones d’échanges ?
Programmes de développement. Leur financement ne peut être supporté par les Etats, endettés pour la plupart. La source naturelle est l’argent dépensé dans les hôtels, restaurants et clubs de luxe par ceux qui ont spolié le monde du travail producteur de leur enrichissement exagéré. Juste retour.
Si l’on est vraiment sincère dans la démarche solidaire on se doit d’établir une Taxe solidarité ( +/-1%) sur les hôtels, restaurants et clubs de luxe. Ce qu’il est difficile de faire en amont est plus facile à réaliser en aval. Indolore pour les milliardaires, facile à recouvrer, elle alimenterait en continu les programmes de l’ONU. On pourrait en octroyer un tiers au pays collecteur pour des projets sociaux-économiques, les deux tiers restants utilisés pour des programmes planétaires humanitaires et environnementaux. Quel pays demandera d’inscrire cette proposition au calendrier de l’ONU ?
Paupérisation. Le libre échange sans règles entraîne une concurrence destructrice des activités locales. Rétablir la règle des trois tiers d’une part, établir des bassins de production et des circuits courts d’autre part.
Le chantage à l’inflation dont l’apparition dépend d’un grand nombre de paramètres et les règles comptables du FMI basées sur la réduction des dépenses publiques sont à réexaminer dans l’hypothèse d’un meilleur circuit de l’argent induit par l’apport de cette TAXE SOLIDARITE.
[/large]
et c'est pas la dernière...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.