21
Commentaires

Espagne : "Ce n'est pas un abus sexuel, c'est un viol !"

Des manifestations dans tous le pays, le soutien de la gauche espagnole, mais aussi de la police nationale, de religieuses et de simples anonymes... Après un jugement qui disculpe de viol cinq hommes ayant "abusé" d'une jeune femme, la contestation ne faiblit pas.

Commentaires préférés des abonnés

Pour une autre affaire, le procureur de Lille vient mallheureusement d'apporter sa contribution à ce débat .


Il a déclaré cet après-midi : "Quand elle a commencé à se débattre, il a su qu’il fallait la tuer"


En Espagne, à cinq contre un , le rapport de(...)

Il y a plusieurs aspects effectivement dérangeants dans cette affaire, notamment le fait qu'on ne retienne ni "violence" ni "intimidation" (alors que la femme s'est retrouvée seule avec 5 hommes, comme si cette situation en soi n'était pas déjà const(...)

Vu leur mode opératoire ces criminels n'en étaient pas à leur coup d'essai. Depuis quand sévicent-ils ? N'ont-ils pas des potos adeptes de la même pratique ? Quels sont les réseaux qui leur ont permis de penser que ces crimes étaient fun et légitimes(...)

Derniers commentaires

merci l'Espagne, ou sont nos mania nous quand un violeur de petite fille prend du sursis .. on et dans un pays de macho et de droite a gauche , qq sois la classe sociale , en France les femmes (non bourgeoise) sont la soupape de violence des mecs.. dans les débats, dans les rapport de camarades, de collègue et meme entre femmes , la solidarité n'existe pas en France.. 

La Justice de la rue s'appelle un lynchage.

Je suppose que les Juges, qui EUX savent de quoi il retourne vraiment, n'ont pas jugé cette affaire - grave - à la légère.

Maintenant, ya pas d'raison, dans ces temps de déraison, de s'étonner que la Rue (via facebook et et les autres...) s'emploie à exercer un pouvoir politique (organisation de la Cité) qu'elle n'est plus en mesure d'exercer par ailleurs...

Je dis ça...

C'est cool la Déglingue! On en voit une nouvelle chaque jour...

Merci pour cet article, ça m'a permis de signer la pétition. La 3e en 2 jours alors que je n'en signe quasiment jamais.


Ne jamais oublier que la justice est formidable. Elle est totalement neutre, sans aucun à priori et il n'y a jamais discrimination, non, non...


Pour ma part, je serais assez satisfait que les juges puissent rendre des comptes devant la justice. C'est un peu une boucle, mais bon. Pour l'instant, ils sont juste intouchables et c'est frustrant.

Le défenseur des droits répondait à ma 1ere lettre, il y a 2 ans, par ces mots : "J'ai bien conscience de votre désarroi face à la situation. J'ai néanmoins le regret de vous informer que le Défenseur des droits ne peut remettre en cause une décision juridictionnelle". La décision en question mettait potentiellement en danger mes enfants et moi-même, ce qui est moins grave. La décision suivante a voulu corriger le tir, mais elle ne protégeait malheureusement pas plus mes enfants contrairement à moi. C'est peut-être même pire si on y réfléchit 5 minutes.

J'en suis au 3e courrier que j'ai transféré cette fois-ci au ministère. Aucune réponse de personne.


Concernant la police, il est probable qu'elle soit agacée de passer son temps à trouver, arrêter et collecter des preuves pour que la justice passe son temps à minorer les faits. J'ai l'exemple récent d'un ancien médecin qui vient d'être condamné au pénal. Il y a juste 20 ans entre les premières alertes et la condamnation.


A notre époque les juges s'expriment avec suffisance (et de manière, me semble-t-il, assez inappropriée vue leurs responsabilités) sur Twitter, et tout le monde applaudit : https://twitter.com/Mme_le_Juge?lang=fr

"I am the law" en bannière - Le pouvoir quel qu'il soit monte décidément à la tête.

Il y a plusieurs aspects effectivement dérangeants dans cette affaire, notamment le fait qu'on ne retienne ni "violence" ni "intimidation" (alors que la femme s'est retrouvée seule avec 5 hommes, comme si cette situation en soi n'était pas déjà constitutive d'une forme d'intimidation.

Mais il y a un gros MAIS.

J'ai vu plusieurs articles dans la presse francophone qui insistent sur le fait que les accusés ont évité la condamnation pour "viol" sans mentionner la peine prononcée (ou alors on l'évoque tout au fond de l'article).

Or ils s'en sont pris pour 9 ans. Ce n'est pas une peine légère.


Pour comparer, en Suisse il est arrivé qu'un viol avec violence soit puni d'une peine de 18 mois avec sursis...

https://www.24heures.ch/suisse/viol-crime-bagatelle-suisse/story/17499113

https://www.letemps.ch/suisse/realite-judiciaire-viol-suisse


Sans arriver dans des extrêmes pareils, en faisant une recherche rapide sur le net, il me semble que dans d'autres pays, tels que la Belgique ou la France, il est fréquent de voir des peines bien moins lourdes dans des affaires de viol.


Faisons donc attention aux commentaires que nous faisons sur ce qu'il se passe "ailleurs".

wikipedia permet de repondre a vos questions au lieu de laisser le doute insinuer votre esprit et celui des lecteurs.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Viol_en_France#Prise_en_charge_des_victimes

En 2010, il y a eu 1 356 condamnations pour viols et 8 235 condamnations pour atteintes sexuelles. Les condamnations pour viol représentent, en 2010, 50,1 % des 2 706 condamnations prononcées pour crime. Dans 98 % des cas pour ces crimes, la peine privative de liberté est la règle. Les peines sont en moyenne de 8,9 ans (perpétuité exclue)


Oui. Il parait que la France est relativement sévère. Mais on voit don qu'une peine de 9 ans serait donc dans la moyenne de ce qui se fait en France (voire au dessus). 

En Suisse, la peine moyenne en cas de condamnation pour vion, c'est 3,2 ans. Et la Suisse a une définition très restrictive du viol : uniquement en cas de pénétration vaginale. Sinon c'est classé comme "abus". 

Je n'ai pas troivé de statistiques pour la Belgique (j'avoue ne pas avoir cherché très longuement). Mais la consultation des faits divers laisse entrevoir une pratique moins dure que ce que fait la France... Et l'Espagne. 


Bref, une peine de 9 ans, on ne peut pas appeler ça "disculper" 

Vu leur mode opératoire ces criminels n'en étaient pas à leur coup d'essai. Depuis quand sévicent-ils ? N'ont-ils pas des potos adeptes de la même pratique ? Quels sont les réseaux qui leur ont permis de penser que ces crimes étaient fun et légitimes ? 

Mon dégoût est atténué par la réaction forte de la société espagnole.

Pour une autre affaire, le procureur de Lille vient mallheureusement d'apporter sa contribution à ce débat .


Il a déclaré cet après-midi : "Quand elle a commencé à se débattre, il a su qu’il fallait la tuer"


En Espagne, à cinq contre un , le rapport de force n'était pas du côté de la victime .


Certains parlent de sidération . 


Peut-être pourrait-on ajouter "stratégie de survie" .



Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.