15
Commentaires

Esclaves sexuels dans la police afghane : l'AFP enquête sur un sujet tabou

Dans la province afghane de l'Uruzgan, tous les commandants de police ou presque possèdent un jeune esclave sexuel. Certains de ces garçons sont ensuite recrutés par les talibans pour commettre des attaques contre la police afghane. En enquêtant sur le sujet, l'AFP s'est attaquée à un tabou : à chaque fois qu'un média s'est penché sur la pratique du "bacha bazi" au sein de la police afghane, le gouvernement afghan et ses alliés ont tenté d'étouffer ou de minimiser l'affaire.

Derniers commentaires

Je vous conseille la lecture des "Cerfs volants de Kaboul" de Khaled Hosseini, il y est, notamment, question de ces enfants martyres. Inoubliable, et inoubliables.
Je ne me considère pas comme particulièrement émotif. Je suis même adepte de l'ironie, la provocation et l'humour noir. J'aime jouer avec les sensibleries, les tabous et les limites morales. J'ai l'habitude de me forcer à prendre du recul sur le poids des mots et des images.
Toute la capacité de distance dont je peux être capable n'a cependant servi à rien devant cet article d'Anuj Chopra. Pas de détails scabreux, non, juste la description d'une tradition innommable, perpétrée par des hommes tout-puissants, protégés de tous, y compris des instances internationales au nom de la lutte contre les talibans.
Et puis ce regard. Le regard du jeune garçon rencontré par Anuj Chopra, assis aux côtés de son "maître", condamné à la pire existence qu'on puisse imaginer, et que personne ne pourra jamais aider...
Je n'ai pas cessé de vivre depuis le lecture de l'article. Pas cessé d'être heureux ou triste pour des raisons dérisoires. Je ne me suis pas engagé dans l'humanitaire, je ne suis pas parti en Afghanistan pour tenter de sauver cet enfant. Mais, régulièrement, mon cerveau, sans raison, sans prévenir, me renvoie au regard de ce petit garçon. Me rappelle qu'à cet instant précis, là-bas, cet enfant vit et endure son calvaire.

Merci, asi, de relayer cette information.
En souhaitant du plus profond de mon coeur que cette barbarie cesse...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Vous pourriez modifier votre texte, c'est insupportable 'dont ils ont obtenu des faveurs).' FAVEURS vous etes malade ou quoi , ou pedophile, un adulte n'obtiens PAS LES FAVEURS d'un enfant, IL VIOLE , bordel , le momes ne lui céde rien. Franchement la pedophile, le viole est tellement normale pour les gens, que vous n'avez aucun tact, et par ces mots vous mettez les enfants en position de force, comme si eux pouvait ne pas subir . Mais bon ici c'est comme partout , on est pas la pour respecter les victime , mai faire du buzz.

Un terroriste lui n'obtient pas la mort, il l'impose et la vo sen vous trompez pas, pour des gosses ...
une des définition d'obtenir : Se faire accorder par tel ou tel moyen une chose que l'on désire.
Alors qu'a chaque moment les enfants sont contraint .
Faveurs : C'est sans doute une traduction de "this crime of purchasing a service from a child" qu'on peut lire dans le câble diplomatique
Ce n'est pas une raison pour que Mme Brabant garde cette formule indigne.

Lundi, sur misentrop2, article contre le silence des médias (et d'ASI) sur l'affaire des naturistes violemment agressés en Allemagne par un commando de barbus. C'est vrai qu'entre des vicelards de cul nus et un saint homme de Dieu, il n'y a pas photo...
Pour info, j'avais le souvenir d'avoir vu un documentaire en français sur ce sujet, et il semble que celui que vous indiquez a été diffusé sur France5.
La présidence afghane a ordonné une "enquête minutieuse" et promis de "poursuivre et punir" les auteurs de telles pratiques.
Espérons seulement que ce ne sera pas comme en France, où on nomme une commission d'enquête parlementaire, qui remet un rapport que personne ne lit... (ou qui est enterré).
Dire que les Américains bushés à donf avaient dit qu'ils apporteraient la civilisation à ces bou...* Doivent pas être Américains, ceux-là.

Il ne semble pas que l'opinion publique amerlocaine, si prompte à détecter le moindre abus sexuel et même à en voir là où il n'y en a pas, ait bougé. C'est vrai, des sauvages, pires que nos nèg...*

Dans La blanche morte, Henri IV laisse un de ses mignons se taper Louis XIII enfant avec ce commentaire : pour les princes de la terre, il n'est pas de fruit défendu.

* Second degré.
Merci Justine.
Merci pour cet article sur une info importante qui m'avait échappé.
Je regrette l'utilisation de l'expression " dont ils avaient obtenu des faveurs" : concernant des viols, elle me semble inappropriée. On " obtient les faveurs" d'un partenaire consentant. Dans tous les autres cas, on abuse, non ?
Le coeur du propos dans cet article n'est pas du tout là, et je salue le choix d'@si d'aborder ce sujet, en regrettant ce qui à mes yeux est une maladresse de langage regrettable.
// Le général américain John Campbell (commandant de l'Otan en Afghanistan)rappelle qu'en théorie, "tout soupçon d'agression sexuelle [est] immédiatement signalé à la hiérarchie, indépendamment de l'identité des auteurs et des victimes présumés", et assure qu'il est "absolument convaincu qu'une telle politique n'a jamais existé".

Tout est dit des charmes vénéneux de la realpolitiik.

Remarquez, on a bien ça en Europe avec nos gouvernements qui se limitent aux (timides) paroles verbales devant la dérive dictatoriale d'Erdogan.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.