28
Commentaires

Elkabbach expliqué aux moins de 30 ans

Dans la nouvelle grille de rentrée d'une Europe 1 décimée, Jean-Pierre Elkabbach va animer deux interviews le week-end. Comme un retour en arrière, lui qui l'a dirigée pendant 15 ans tout en invitant le gratin politique français à son micro tous les matins. Avec Alain Duhamel, il est le plus ancien représentant du journalisme politique "à la française" et à l'ancienne. Connivence comprise.

Commentaires préférés des abonnés

Monsieur Elkabbach est un Grand Résistant.


Il a su résister, lutter, avec un courage inoui,  contre l'objectivité, l'indépendance, et la morale  du journaliste.


Certes, certains esprits, dotés d'une grande  malveillance,  auront , p(...)

" Taisez-vous ELKABBACH ! "

Comment vous pouvez appeler ce type encore journaliste ? Courtisan ça lui va tres bien et d'ailleurs il ne tient qu'a nous d'appeler ces gens par le nom qui leur va le mieux , courtisan .Et peut être qu'un jour on verra arriver de vrais journalistes (...)

Derniers commentaires

Mon grand-père ne voulant  jamais se défaire d'une vieille pelle à merde, même rouillée, disait qu'elle pouvait toujours resservir.

J'attends, avec une grande impatience, l'interview du futur Président Ciotti, par le Prince des Journalistes de choc, Elkabbach....

Un exemple d'intégration réussie ce Elkabbach.

Comme il est justement dit dans l'article, ce minable journaliste est ; "fort avec les faibles". Je me demande toujours pourquoi les "pseudo faibles" ne se lèvent pas pour lui mettre une paire de gifles et quitter l'interview.

Ainsi de faibles ils passeraient à forts.

Quand on pense que ce Grand Journaliste Indépendant est  commandeur de la légion d'honneur ... (   promu par un Grand Homme d'Etat  génial , désintéressé, et cosmopolite   : M. Valls ) ....


 (  " En France, le deuil des convictions se porte en rouge ... et à la boutonnière "  )

Vous comprenez maintenant pourquoi "la presse est libre en France" .... suffit de posséder des toutous qui ne tirent pas sur la laisse !

Merci pour cet article. Souvenir d'avoir regardé en direct l'Interview "Vichy" de F. Mitterrand par J.-P. Elkabbach en 1994, et je me rappelle en particulier d'un détail à la toute fin (si ma mémoire ne me joue pas de tour). On sort d'une heure éprouvante, Vichy, le Livre de P. Péan, F. Mitterrand affaibli, teint de cire, sonné, mais pas KO. Du très lourd, l'envie de faire Histoire est palpable partout, l'un en la marquant par ses questions, l'autre en godillant pour échapper in extremis à son tribunal. Arrive la fin, et au moment de rendre l'antenne, voilà que J.P. Elkabbach met sa casquette de président de chaine (ou de speakerine), et se met tranquillou à annoncer une nouvelle émission juste après, car c'était le premier numéro de "Ca se discute" de Jean-Luc Delarue.  On était en plein dans l'ère des animateurs-producteurs, les "voleurs de patates", où les deux étaient solidairement mouillés jusqu'au cou, le mélange des genres était fou, et en parler alors qu'il avait un président cancéreux en face de lui était juste indécent. En plus au lieu de faire sobre, il souhaite bonne chance à l'émission et ... demande à F. Mitterrand, consterné, de lui souhaiter aussi bonne chance ! Il n'a je crois, recueilli qu'un silence sévère (mais l'extrait est introuvable, à vérifier). Pour moi, J.-P. Elkabbach c'est ça, une médiocrité confondante qui se dévoile dès que le fin vernis de la culture et de l'entregent craque. 

Il est toujours là? 

Non seulement le Covid nous entraîne vers une société de plus en plus surveillée, mais il n'est même pas foutu de s'attaquer aux bonnes personnes!

Sert à rien ce virus...

Mais qui est donc ce fringuant jeune homme ?!

Bonjour
Une erreur s’est glissée dans votre article. « Jean-Pierre Elkabbach est présentateur du journal de midi de France Inter en 1974, avant d'en devenir rédacteur en chef. Il prend ensuite la rédaction en chef de Radio France tout entière, poste qu'il cumule avec celui de directeur de l'information d'Antenne 2 en 1977 », écrivez vous. Il n’a jamais été à la rédaction en chef de Radio France tout entière (quand il quitte Radio France en 1977, il n’y a que deux rédactions, celle de France Inter et celle de France Culture , les locales et France Info sont créées plus tard,; Michel Péricard puis Jean Lefèvre se succèdent comme directeurs de l’information ). Jean-Pierre Elkabbach n’a jamais remis les pieds à Radio France après sa nomination à Antenne 2.
Cordialement

Encore une fois ça fait vraiment plaisir de constater que la méritocratie est toujours appliquée.

Monsieur Elkabbach est un Grand Résistant.


Il a su résister, lutter, avec un courage inoui,  contre l'objectivité, l'indépendance, et la morale  du journaliste.


Certes, certains esprits, dotés d'une grande  malveillance,  auront , peut-être tendance, à émettre quelques doutes  sur l'immense droiture,  de ce Grand Professionnel, certains , même, iront jusqu'à penser, qu'il a été  :


- le lèche-cul de l'éminent  Président  Giscard ,

- le suceur de testicules du Grand Président  Sarkozy ( ce qui représente une performance, compte tenu de leur insignifiance )

- le frotte-manche du Génial Président Macron ( que certains ont l'audace scandaleuse  de surnommer : " Tête à  claques  "..


Nous retiendrons, surtout, qu'il a su débusquer Georges Marchais ( le révolutionnaire bolchevique ), s'opposer  ( avec une grande retenue )  au gauchiste Mitterrand ,  et se gausser de l'infâme marxiste-léninisme Hollande.


Nous sommes tous heureux de le voir donner toutes ses immenses qualités professionnelles  au Grand Capitaine d'Industrie , qui émerveille notre belle jeunesse : Vincent Bolloré.

ça va passer pour du jeunisme mais ce qui est soûlant surtout c'est qu'a l'instar d'un Duhamel et d'autres journalistes de cette génération (voir même de la suivante), ils semblent tous penser que la retraite c'est bon pour les autres..... 

Elkabbach parvient toujours, après 70 ans de carrière, à obtenir les petites phrases qui ont fait une partie de son succès. 


un tantinet exagéré 70 ans de carrière non ? Il en à 83 dixit l'article un peu plus loin...

" Taisez-vous ELKABBACH ! "

J'ai plus de 30 ans et je trouve cet article fort utile. 

Comment vous pouvez appeler ce type encore journaliste ? Courtisan ça lui va tres bien et d'ailleurs il ne tient qu'a nous d'appeler ces gens par le nom qui leur va le mieux , courtisan .Et peut être qu'un jour on verra arriver de vrais journalistes sur la tv. Ouais je sais c'est pas près d'arriver , mais bon ça coute rien de le dire.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.