22
Commentaires

Elise Labott, suspendue d'urgence de CNN

Il y en a au moins une qui va apprendre à se la boucler, c'est notre consoeur Elise Labott, journaliste à CNN.

Derniers commentaires

La Statue de la Liberté courbe la tête prise par l'angoisse... bon pas de quoi fouetter un chat, rien à voir avec la suspension d'un de ses journalistes par la CNN pour avoir plagié d'autres articles qui n'était pas de lui. C'était en 2012 et il est certain que le sujet était le contrôle des armes et étant donné la pression d'un lobby au mètre carré... une expulsion de six jours était peu chère payée.

Pour ce qui est de Elise Labott, il faut mettre les choses dans le contexte de la campagne résidentielle. La Chambre des représentants était encore vibrante de l'écho venu d'ailleurs des appels de Donald Trump à créer une base de données pour "track" pister les musulmans vivant sur le sol US et de l'écho de son archi rival Ben Carson qui qualifiait les réfugiés de "chiens enragés" (ce mec est neurochirurgien, de quoi craindre pour les gens qu'il a opérés, il a dû en faire des Frankenstein).

Le contexte est donc celui-là, et tout comme ici en France on voit les médias se "carpéter" devant la fille du père la haine, et les politiques montaient entre eux l'enchère au point que si Jaurès revenait, il se trouverait bien le seul à réécrire ces mots "J'aurais honte de moi-même, citoyens, s'il y avait parmi vous un seul qui puisse croire que je cherche à tourner au profit d'une victoire électorale, si précieuse qu'elle puisse être, le drame des événements."
Il y a quelques heures, le vice-président américain Joe Biden a répondu de façon impromptue à un journaliste, alors qu'il avait fini un discours (conférence de presse ?), sur la question des réfugiés syriens. Il s'est arrêté et à distance, sans micro, a lancé en direction des journalistes le message :

"Une façon d'être sûr que les terroristes gagnent, c'est que nous changions notre système de valeurs... Tourner le dos aux réfugiés, c'est tourner le dos à nous-mêmes. La seule façon pour la terreur de gagner c'est de vous forcer à changer votre système de valeurs..."

A voir ici
Avec des sous-titres en VO

Une leçon de politique et une image rare, en termes médiatiques (la dramatisation involontaire renforce la solennité du message).
ce n'était pas si polémique que ça, étant donné que la statue est le symbole de l'accueil des immigrants, surtout depuis qu'en 1903, une plaque de bronze sur le socle de la statue contient un extrait d'un poème d'Emma Lazarus (traduction fournie par Wikipedia, non créditée):
Garde, Vieux Monde, tes fastes d'un autre âge, crie-t-elle
Donne-moi tes pauvres, tes exténués,
Qui en rangs pressés aspirent à vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête m'apporte
J'élève ma lumière et j'éclaire la porte d'or !
La statue est tournée vers l'Europe, à un kilomètre à peine d'Ellis Island, le point d'entrée de millions d'immigrants européens entre 1882 et 1954.
100 millions d'américains ont au moins un ancêtre venu par Ellis Island...
Moi, c'est ça que je ne comprends pas et qui m'inquiète : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/11/17/la-question-indigne-de-cnn-a-un-musulman-francais/
Merci pour cet éclairage glaçant sur la contagion de l'état d'urgence.

Nous voilà tous enjoints à écrire droit, à penser droit ou à nous taire.
Daniel, sur le sujet du courage des journalistes, vous avez evidement lu la reponse de Berruyer a votre edito de l'autre jour. Qu'en pensez vous ?

Cordialement,
Il y en a au moins une qui va apprendre à se la boucler, c'est notre consoeur Elise Labott, journaliste à CNN.
Pour nos journalistes mainstream à nous, pas de risque! Ils apprennent à se la boucler dès l"enfance, on dirait.
(re)lire Le discours de la servitude volontaire, vieux de 5 siècles, étonnant d'actualité. En particulier pour les journalistes des médias dominés et la plupart des politiques de ce pays.
"Le pire, quand l'état d'urgence s'empare des medias, ce n'est pas Fox News. C'est quand tous les autres se sentent obligés de s'aligner sur les standards Fox News."
s'applique aussi à la politique :(
C'est assez incompréhensible.

Est-ce que les journalistes de CNN ne doivent pas donner leur avis? Ou un avis qui ne plait pas à CNN? Est-ce que CNN a une ligne de conduite que ses journalistes doivent approuver?

Quelle est la ligne jaune pour ces journalistes?

On aimerait comprendre.
Tout à fait d'accord. Cependant dans un souci d'exactitude, la version originale de la deuxième phrase ("Statue of Liberty bows head in anguish" qu'on peut traduire par "La statue de la Liberté courbe la tête dans l'angoisse") peut être perçue comme un peu plus polémique que votre traduction.
Le sujet qui peut intéresser @si c'est le glissement progressif de l'expression sur les réseaux sociaux: Facebook a commencé comme trombinoscope de fac, maintenant les entreprises y mettent leur page d'accueil, très "corporate" pour reprendre le terme de l'article (Daniel va se faire mal voir par Alain?), à se demander s'ils vont conserver encore longtemps une partie consommateur à leur site en .com.

Twitter a démarré par des gazouillis de statut instantané limite "je suis parti à la piscine" pour devenir le canal d'information officiel, voir ce week-end les tweets de la Police Nationale, on vise à remplacer la radio, et s'il y a un jour (j'espère plutôt l'autre) une alerte au gaz de combat je parierais bien que l'oiseau bleu sera encore de la partie pour alerter le maximum de monde.

Donc le statut du compte "ma pomme" connu et suivi parce que journaliste chez Tartempion a glissé de "représentant ma pomme" à "source proche de Tartempion" au fur et à mesure que la chose prend de l'ampleur, mais au fait qui relaie aussi comme des communiqués de presse les tweets affligeants de Morano, les gazouillis martiaux de Valls ou réglementairement carrés de Cazeneuve?
Le raisonnement de la chaîne se tient: combien de suiveurs (non je le dirai pas à la mode amerlocaine) de la personne Elise et combien de la journaliste de Fox ou de CNN? Si le motif pour l'écouter c'est son poste ou sa carte de visite, la communication engage l'employeur.

L'expression personnelle de l'opinion du journaliste, va peut-être falloir lui trouver un statut, parce que le blog est devenu institutionnel, Facebook officiel, Twitter engageant la responsabilité du journal, et Maître Eolas s'est aussi fait taper sur les doigts.

On va en revenir au pseudo plus ou moins transparent, connu des initiés et murmuré sous le manteau?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.