42
Commentaires

Eh ! Toi ! Oui, toi !

Derniers commentaires

On vous l'a jamais dit?
cet article illustre la puissance persécutrice de l'image.La télé est au cœur de ce système qui ne laisse aucun répit .
j'ai apprécié cette compilation on aurait pu voir son pendant dans l'univers religieux . a bientôt de vous lire
Et Raphael? On boude la renaissance?
http://www.oceansbridge.com/paintings/collections/The_Artist_Revealed/big/Raphael_1518_XX_Raphael_with_His_Fencing_Master.jpg

PF
Avec cette chronique, on voit l'étendue de représentation de ce raccourci pas évident, d'ailleurs assez inégalement réussi !
Mention spéciale pour l'affiche juive, particulièrement mal dessinée :)
c'est p'tet ben passqu'il a bu trop de martini onzeroque and roll qu'Andy l'a doublé son Elvis hips : ???

l'affiche qui me terpelle dans cette chronique c'est quand même celle du Pétain : "Vous n'êtes ni vendus, ni trahis, ni abandonnés" !!! poil au nez !....
on connait la suite pfff
justement hier j'en ai entendu parler du Pétain sur le net, alors j'disperse, j'ventile : Militant UMP à la sortie du meeting de Sarko à Strasbourg..... ah on en redemande !!

eh bien bonne transat alors m'sieur Korkos, tout nu et tout bronzé on est bien, on est beau quand revient l'été, tout nu et tout bronzé, au soleil, sur le sable ou sur les galets, tout nu et tout bronzé, depuis la mer du Nord jusqu'aux Pyrénées, tout nu et tout bronzé, on prend le temps de rêver.....etc etc
chanceux....
De retour de vacances, le Turbo Media tu chroniqueras. Car la vraie révolution numérico-graphique est là. Même Marvel s'en est rendu compte.

J'adore les affiches russes... merci Magic Korkos !
Les cinq doigts de la main

Le pouce est ce gras cabaretier flamand, d'humeur
goguenarde et grivoise, qui fume sur sa porte, à
l'enseigne de la double bière de mars.

L'index est sa femme, virago sèche comme une merluche,
qui, dès le matin, soufflette sa servante dont elle est
jalouse, et caresse la bouteille dont elle est amoureuse.

Le doigt du milieu est leur fils, compagnon dégrossi à
la hache, qui serait soldat s'il n'était brasseur, et
qui serait cheval s'il n'était homme.

Le doigt de l'anneau est leur fille, leste et agaçante
Zerbine, qui vend des dentelles aux dames et ne vend pas
ses sourires aux cavaliers.

Et le doigt de l'oreille est le Benjamin de la famille,
marmot pleureur, qui toujours se brimbale à la ceinture
de sa mère comme un petit enfant pendu au croc d'une
ogresse.

Les cinq doigts de la main sont la plus mirobolante
giroflée à cinq feuilles qui ait jamais brodé les par-
terres de la noble cité de Harlem.

Aloysius BERTRAND (1807-1841)
Le dernier plan du film de Porter a été repris par Scorsese himself dans Goodfellas (l'avant dernier plan).

Joe Pesci y vide son chargeur sur le pauvre spectateur.

http://www.youtube.com/watch?v=D2DuZnhc6ro
Tout ça me fait penser aux travaux de Normand Baillargeon sur Edward Bernays, un membre de la commission Creel en 1917 !
Bravo pour cette belle rétrospective.

J'ai rapporté une affiche chez moi piquée là-bas et faite par US Postage. Une de plus dans votre collection des services publics qui ont su réutiliser les vieux trucs.
J'ai toujours pensé que ce doigt est le surmoi amerlocain, où chaque américain est sommé de faire. Demande-toi ce que tu peux faire pour ton pays.

http://anthropia.blogg.org
http://www.youtube.com/watch?v=9r2pEdc1_lI
Une autre affiche me revient en mémoire, avec le même doigt pointé: "C'est VOUS qui élirez le président de la république", au moment ou De Gaulle a fait passer cette réforme constitutionnelle. Ce serait sympa de nous la retrouver, ce qui ne devrait pas vous poser de problème vu la vastitude de votre culture iconographique.

PS: une faute de frappe juste avant les trois photos finales: "ZéRazunis"
hein !!? qui ? moi ?
Well you're a good man Albert Brown
And you was wounded in the war
And though you shot some people down
You're still a good man Albert Brown
Jean-Jacques Sempé a coché oui. Marcel Gotlib a coché non. (À la question "nous autorisez-vous à utiliser votre patronyme en mot-clef?)

Il y a d'autres choses à piquer que le doigt pointé dans l'affiche de Borisov, le cadavre vivant, brrr.

Je me sens bizarre, Alain Korkos nous jetterait-il pas un mauvais yeux en pointant tous ces doigts sur nous?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.