49
Commentaires

Ebdo accuse Hulot : mais de quoi, exactement ?

Emballement sur les chaînes d'info, pour une enquête...qui ne cite aucun fait. Le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, est venu sur le plateau de BFMTV démentir des accusations de harcèlement sexuel et de viol évoquées dans un article... pas encore publié. L'article en question doit paraître ce vendredi dans l'hebdomadaire Ebdo. Qu'importe : sur BFM et cie, on déroule les rumeurs et on "décrypte" l'affaire, encore incomplète. Nous avons lu l'enquête de Ebdo.

Commentaires préférés des abonnés

Avec toutes ces révélations, moi qui suis arrivé à l'âge de 40 ans sans avoir jamais harcelé une fille, j'ai la désagréable impression d'avoir raté ma vie.

Je pense qu'il aurait été opportun de parler AUSSI de l'édito par lequel s'ouvre ce numéro d'Ebdo, il était déjà en ligne au moment où vous avez publié, je viens de le voir sur le compte Twitter d'une de vos anciennes collègues. c'est ici 


Et je (...)

Ça serait bien d'attendre que les lecteurs aient pu lire l'article pour commencer à en parler ? A trop vouloir coller à l'actualité au point de la précéder, on en arrive à écrire des articles dont on ne connait pas le contenu.

Derniers commentaires


''Ebdo accuse Hulot : mais de quoi, exactement ?''


Il faut vraiment vous faire un dessin?

(Bon, d'accord, c'est prescrit...)

Franchement, plutot que de s' interesser  à Ebdo  ( et alors que j' aime XXI  je ne l' acheterai pas) , plutot que le microcosme parisien televisuel des dernieres  chroniques, j' aurai preferé que vous  vous interressiez  au non traitement par les  media nationaux des  blocages paysans dans le sud ouest . Que l' on soutienne ou pas la FNSEA , les blocages ont paralysés Montauban,  pendant une semaine,  Toulouse  trois jours  , et c ' est pas fini, faut reparer ,  Auch,  les autoroutes, les chemins de fer   etc ..Mais on  ne devrait jamais quiotter Montauban comme  a dit un Tonton  flingueur, ni s' y interresser,  ni parler de Toulouse,  quatrieme  ville de France ..  Si je ne regarde pas la telé, ,  et ce n' est pas pour m' interresser à des  animateurs   egotistes , superficiels, et a des ressucées ( excusez le terme)  de procés qui n' ont pas eu lieu.

Pour info, voici comment Ebdo communique auprès de ses abonnés aujourd'hui


"Chère lectrice,
Cher lecteur,


Depuis six mois vous avez cru en Ebdo avant tout le monde, vous nous avez lus et nous avez soutenus. Depuis hier le visage d’Ebdo qui apparaît sur la place publique n’est peut-être pas celui dont vous rêviez. Nous en sommes désolés.

Le numéro 5 d'Ebdo est sorti aujourd'hui. Vous pouvez enfin lire cette enquête.

Le communiqué du parquet de Saint-Malo qui est tombé hier confirme les investigations de nos journalistes : le dépôt d’une plainte pour viol, l’audition de Nicolas Hulot et le classement sans suite pour la seule cause de prescription. Contrairement à ce qu’affirme Nicolas Hulot dans Ebdo, il n’y a donc pas eu d’« enquête » qui aurait « permis de constater [...] l’absence de tout agissement répréhensible ».

Nous avons pesé le pour et le contre, longuement, avant de trancher et de publier cette enquête d’Anne Jouan et Laurent Valdiguié sur Nicolas Hulot.

Nous aurions aimé en discuter longuement avec Nicolas Hulot, entendre sa version des faits pour corriger, amender voire revenir vers le témoin si d’éventuelles contradictions étaient apparues. Il a choisi de fermer la porte et d’attendre la veille de la parution du journal pour s’expliquer à la télévision, sans qu’il puisse être contredit par un journaliste connaissant le dossier, avec la force de conviction d’un homme habitué aux médias depuis quarante ans.

Dans cette tempête, les interrogations de certains d’entre vous sont légitimes. Nous prendrons le temps d’y répondre, dans la mesure de nos moyens et du temps disponible.

Pour l’instant ce sera par mail, ensuite dans nos colonnes et lors des tournées de la rédaction avec le bus Ebdo. C’est une occasion de débattre avec vous de notre métier, de ses contraintes, et des choix difficiles que parfois il faut faire, quitte à mettre en jeu sa réputation et la vie même du journal.

Merci de nous lire et merci à tous ceux qui nous adressent des messages de soutien depuis deux jours.

Laurent Beccaria"




Franchement, Hulot, je n'ai rien à battre de sa sexualité en 97... J'ai à battre qu'il ne respecte pas la parole qu'il a donnée... concernant le domaine  dans lequel il se déclare investi : l'écologie ! Alors bon, mauvais point pour cet EBDO que je n'achèterais jamais... de toutes façons, je n'achète plus de presse écrite (à part Fakir de temps en temps), je ne regarde plus les JiTés à la téloche... et j'apprends ces affaires qui daubent dans des talk-shows devant lesquels je m'installe pour exercer mon esprit critique et voir combien les animateurs de ces émissions sont cons (et connes).

Et bien, avec un tel buzz avant sortie, les ventes du EBDO de cette semaine vont exploser.

Excellente stratégie !

elle 20 ans lui 42 ans ... voila les porcs, le patriarcat dit aux mâles , les seules femmes désirable ont 16 ans et sont mince .... et c'est plus facile de harceler qq de jeune qui peut être impressionnée qu'une femme de son âge, qui elle peut agir. Des que qu'une femme passes 40 ans, ou que n'a pas le physique, elle n'est pas grand chose (déjà quand elle est dans la 'norme' pour la société, elle n'est qu'une pondeuse, ou qu'une pute, pas d'autres choix dans la tete des mâles et de femmes), et elle propage le patriarcat en jalousant celle plus dans la 'norme'. Tres peu de femme ne s'insurge contre la libido pédophile des mâles. A 50 ans draguer qq de moins de 40 est lamentable, ce n'est absolument pas 'naturel' juste culturel. La polygamie aussi a été inventé (le couple originel homo sapiens est constitué de deux personnes et les enfants, travaux E Todd),  pour palier a l'infidélité et aux besoin de domination des mâles. Les mecs veulent garder leur vielle femme et leur jeune maitresse , enfin ceux qui peuvent, par leur richesse ou par leur beauté, la plupart des autres aimeraient bien, mais ne peuvent pas, d'ou en plus,  leur jalousie qui est évidement déversé sur les femmes. Ce qui est déprimant c'est que ces faits sont facile a comprendre, une jeune femme qui a envie de faire l'amour n'a nul besoin d'un vieux, ni de drague, les femmes draguent plus que le males, et ont sais parfaitement si on a envie de sexe ou d'amour, et les jeunes mecs sont plus attrayant pour une jeune femme, ils ont une sexualité parfaitement développé (rien a apprendre des vieux, qui bandent mou souvent, donc pas de préservatif ..) et sont au meme niveau de maturité . Cette façon de concevoir les rapports aux femmes est aussi très déprimant pour les vielles, ne plus être désiré (respectueusement) , ou aimé a cause de la vieillesse,  est extrêmement dévalorisant et impossible a contrer, du coup les vielles deviennent les gardiennes du patriarcat, faut bien s'occuper et être en vue, l'ambition des femmes est la meme que celle des mâles, la reconnaissance de la société nous est primordiale, comme pour tous .... en Afrique c'est les vielles femmes qui excisent les jeune femmes.

Daniel ça suffit de nous refourger votre journal de bobo l'ebdo ont s'en fou .. et les entretiens de Aude Lancelin sur LE Media c'est pas plus enrichissant. Et le journal de 20h du Media ??? sur Macron en 2014, ce type agissait déjà pour son ambition de président... https://youtu.be/61FPs4A8SMA

Après réflexion, je trouve que ce n'est pas complètement idiot de faire le récit d'une agression sexuelle, sans donner le nom de la victime, et sans préciser ce à quoi elle a été contrainte.
Tout le reste peut confirmer la véracité des faits et l'objectif n'est clairement pas d'emmener Hulot au tribunal. L'objectif est de dire la limite de ce que la victime peut supporter de l'ascension d'un homme qui, après avoir meurtri et bouleversé sa vie, reçoive autant de lumière et de reconnaissance.
Je précise que j'ai été tout d'abord exaspérée par cette information en espérant qu'elle soit très rapidement démentie. Puis en écoutant Anne Jouan à Quotidien et d'apprendre que Ebdo recevait d'autres témoignages depuis l'annonce de cet article, j'ai été plus perturblée et je pense maintenant que c'est un cauchemar qui s'annonce pour Nicolas Hulot. C'est gravement triste voire complètement déprimant.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur


A défaut de répondre à d'autres questions, la question qui se pose est ici est celle de la nature des relations entre une agence de photos reportages et une émission de télévision .


année 1997  : la gauche revient au pouvoir après la dissolution de l'Assemblée Nationale : Jospin est 1er ministre .



Selon Wikipédia, l'agence SIPA ( fondée en 1973) s'adapte aux réalités du marché en vendant "des photos lucratives de personnes célèbres" et en  signant des contrats avec des émissions de télé-réalité .


Nicolas Hulot lance une nouvelle émission . C'est un ancien photographe reporter de l'agence Sipa  .


Quel était le projet du patron de l'agence Sipa en envoyant pendant 8 jours au coeur de l'été une toute jeune femme de 20 ans, petite-fille de Mitterrand au domicile privé de Nicolas Hulot ?



(Finalement l'agence a été vendue en 2001)




Très belle émission hier de La Grande Librairie autour de ces thèmes avec Elisabeth Badinter et trois autres invités très intéressants à mon humble avis

La bonne manière de dénoncer les violences? Il n'y en a pas.

Emission ASI du 13 mai 2016 autour de l'affaire Baupin.

Les 12 premières minutes abordent les questions qui se posent à nouveau dans le cas évoqué ici :  la journaliste a 4 témoignages de personnes qui souhaitent garder l'anonymat : en parler, ne pas en parler ?


Quand Quatremer parlait de DSK en 2007

Extrait :

 "Le seul vrai problème de Strauss-Kahn est son rapport aux femmes. Trop pressant, il frôle souvent le harcèlement. Un travers connu des médias, mais dont personne ne parle (on est en France). Or, le FMI est une institution internationale où les mœurs sont anglo-saxonnes. Un geste déplacé, une allusion trop précise, et c’est la curée médiatique. "

DSK, falliat-il dire ou taire ?  

Une chronique de DS en 2008.


( les commentaires qui apparaissent sous la chronique en question ne sont pas les bons, il y en a 46, mais qui commentent une autre chronique)

C'est moi ou ASI cherche tout particulièrement des poux à l'Ebdo ?


Cela dit, je viens de repérer une sacrée bourde dans le dernier numéro de XXI (d'une journaliste primée, qui plus est, et justement pour cet article-là, qui en-dehors de cette erreur est très bon). Parlant de la mainmise des milliardaires sur la Pampa argentine, la sociologue/journaliste nous explique qu'elle est qualifiée de "seconde invasion anglaise" en référence... À la guerre des Malouines !! Bon, alors je veux bien qu'on ne connaisse pas l'histoire de l'Argentine et des invasions anglaises dans le monde en général (je crois qu'il n'y a guère que 2 ou 3 pays qui y ont échappé), mais il aurait suffi d'ouvrir Mafalda de Quino pour savoir que non, les invasions anglaises, ce n'est pas la guerre des Malouines. 


Ça n'empêche pas cette revue de compter parmi ce qui se fait de mieux. Ebdo doit peut-être encore se roder. Attention aux jugements trop rapides, on se souvient encore d'Apathie se moquant de Médiapart et exigeant "des preuves, des preuves !".  



Ça serait bien d'attendre que les lecteurs aient pu lire l'article pour commencer à en parler ? A trop vouloir coller à l'actualité au point de la précéder, on en arrive à écrire des articles dont on ne connait pas le contenu.

Je n'ai aucune sympathie pour Hulot. Mais la chasse aux sorcières commence à avoir un goût amer !

À voir toutes les réactions médiatiques depuis ce matin (« ah mais on le savait », une réputation de « prédateur », « ce n’est pas une surprise pour Mediapart »), je me dis que ce n’est pas plus mal que ça sorte, même si l’enquête n’est pas, d’après vous, aussi bien ficelée qu’espérée.

Ps: accessoirement, baser son lectorat sur le buzz hebdomadaire (qui à dit putaclic ?) me semble bien éloigné du contrat de départ de ce journal et va finir par ternir l'étoile des autres publications de ce groupe que je lis (encore) et qui, pour l'instant, ne suivent heureusement pas le même chemin....

J'avais déjà écrit a Ebdo lors de son premier numéro, concernant l'article sur la SNCF, pour leur dire tout le mal que je pensais de leur article et la déception de crowdfunder que j'avais été:  rempli de non dits, de conclusions hâtives, d'erreurs notoires et de témoignage orientés pour accoucher d'une souris (je connais personnellement certains des témoins cités et c'est loin d'être aussi simple que ce que l'article conclu): je sens que l'article de demain prend le même chemin...

Merci de ce décryptage

Je pense qu'il aurait été opportun de parler AUSSI de l'édito par lequel s'ouvre ce numéro d'Ebdo, il était déjà en ligne au moment où vous avez publié, je viens de le voir sur le compte Twitter d'une de vos anciennes collègues. c'est ici 


Et je ne dis pas ça pour "défendre" Ebdo, j'ai rien à défendre.

Simplement, pour un titre qui démarre, ça paraîtrait étrange de consacrer une Une et 8 pages si y'a rien de rien derrière, et en plus ils assument le fait que c'est "parole contre parole".


Et puis, y'a de la matière à critiquer et décrypter les récits médiatiques dans cet édito !! 

Ce qui y est dit de l'exercice du journalisme, ... l'éventuel projet de feuilletonner ( vous voyez, je ne "défends" pas, je soupçonne, même !).


En l'état donc, vous dressez 2 constats : 

- emballement médiatique ( auquel vous contribuez) sur un article pas encore publié 

- contenu de l'enquête assez creux d'après votre lecture

... mais sans mentionner que dès l'édito Ebdo assume une publication " parole contre parole" sur ce sujet-là.


Car n'oublions pas qu'il ne sera jamais à la portée d'aucun journaliste ni juge ni policier de trouver des "preuves".

Donc, je ne sais pas si c'est la bonne manière de poser les choses que de reprocher ( car c'est quand même un peu à charge votre article) que les faits précis ne oient pas rapportés, puisque avancer des faits c'est s'exposer à se voir sommer de fournir des preuves, qui par définition n'existent pas.


La vraie question, en l'espèce, n'est-elle pas celle que pose l'édito d'Ebdo : on reçoit un témoignage, on est journaliste, on en fait quoi et dans quel but et comment ?

S'en tenir à relater les faits, c'est parfois hyper pro, parfois du voyeurisme, c'est vraiment compliqué ...



J'adore!!!

La Déglingue s'accélère. 

Génial...!!!!

Demain on apprendra que Mitterrand sodomisait les mouches. Notez que je ne donne aucun prénom. MDR :-D

Ne boudons pas notre plaisir, cette revue de presse nous fait gagner un temps précieux.

Cet article permet aussi au passage de mettre une petite tape sur le museau de Ebdo.


Mais c'est sûr que ça décrypte pas des masses, quant à la déconstruction n'en parlons pas. ASI fait du journalisme comme d'autres la cuisine, par assemblage. Vous résumez, vous ironisez un peu, mais au final qu'apporte ce type d'article ?

Avec toutes ces révélations, moi qui suis arrivé à l'âge de 40 ans sans avoir jamais harcelé une fille, j'ai la désagréable impression d'avoir raté ma vie.

Souvenirs, souvenirs ...  une passe d'arme entre journalistes" dont ASI parlait le 10 janvier 2013.


Eh ben dis donc, en voilà, du décryptage, de la déconstruction des récits médiatiques!

Anne-Sophie revient !

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.