25
Commentaires

D'un porte-parole, et de paroles malheureuses

Exit donc l'amendement de Frédéric Lefebvre

Derniers commentaires

Dans cette Cour du pouvoir (il y a un dauphin, des disgrâces, un roi, etc.), Messieurs Darcos et Bertrand eussent mieux fait de prendre exemple sur l'attitude rusée du courtisan Copé, qui s'était borné à un "sans opinion" fort diplomate. C'est un habile, ce Copé! Par contre, il est pas près d'arrêter la langue de bois, comme il l'avait pourtant promis dans un douteux opuscule...

Un proto-journaliste de la Cour écrivait:

Ceci vous sert d'enseignement:
Ne soyez à la cour, si vous voulez y plaire,
Ni fade adulateur, ni parleur trop sincère,
Et tâchez quelquefois de répondre en Normand.


Le reportage en vers est ancien, mais résonne —raisonne?— toujours juste. Fabuleux!
Le métier de fayot est un métier difficile, qui mériterait bien, de temps en temps, un arrêt-maladie.
Certes , car le fayot entraîne des flatulences.
J'aime bien aussi ce petit billet dans Ouest-France :
Télétravail, télédéputé, téléprésident
moi, ce monsieur, je le téléporterais bien, loin très loin.
Il et à peu près certain que cet amendement va bientôt revenir par un chemin détourné car, au-delà de ses objectifs assez clairs d'alléger les comptes de l'Assurance Maladie et d'assujétir encore un peu plus le salarié au désidératas de l'employeur, il représente un outil essentiel de gestion du personnel et ses absences forcées dans l'épisode de pandémie massive prochaine de la grippe H1N1.
Le surgissement inattendu de ce texte il y a une semaine s'explique en grande partie par l'urgence de pré-traiter la situation désastreuse qui s'annonce pour dans quelques mois (automne 2009 - hiver 2009/2010) du point de vue des Ressources Humaines des entreprises.
.... l'histoire confirmera ....
OUF ! c' était donc une fève de lefebvre ! Au lieu de congé maladie pour nos éminents sinistres, j'opterais pour un congé en hôpital, cause manifeste de leur surmenage.
Bonjour,

Nous sommes bien dans la droite cassoulet : une petite saucisse entourée de fayots.
On pourrait parler aussi dans le genre fayot, de ce qui s'est passé pour la finale de la Coupe de France de foot.
Touptit 1er n'avait pas prévu d'y assister… juste les 2 ministres concernés avaient donner leur accord pour y assister.
Tout d'un coup, revirement du premier nommé (ce n'est pas le premier ni le dernier, voir sur Rue89 sa pensée évolutive sur la sécurité à l'école) et alors l'organisation est submergée de demandes pour assister à cette finale dans la tribune officielle…
Pour le fait présenté, je suis mort de rire sur l'attitude prise par Darcos et Bertrand qui leur revient en pleine figure (pour être poli !!!)
Mgr Lefebvre devrait proposer le télétravail pour les parlementaires.

Le problème d'absentéisme serait ainsi définitivement résolu et le palais Bourbon pourrait servir de musée.
Qu'il parle en son nom ou au nom de l'U.M.P., Lefebvre fait état d'une belle constance : il dit toujours des c***eries.
Pour mettre les pieds dans le plat, je vous dirai bien que si en France "la possibilité" ne virait pas tant à "l'obligation", ce ne serait pas une mauvaise idée. Je ne peux pas dire que c'en est une, j'ai travaillé pendant deux mois avec le bras en écharpe, ayant repris le travail bien en avance sur les trois mois d'arrêt de travail prescrit!! Trois mois à rien faire chez soit, avec horaire de sortie de sécu, whooouuuuu! Mais c'était une décision personnelle, et non une décision imposée.

Lefrèvre connaît donc très mal le droit et le monde du travail, puisque cette possibilité existe déjà, vous repassez une visite médicale du travail, qui donne un avis favorable avec réserve, et vous êtes bon pour recommencer ou négocier tout autre moyen de travail, dont le télétravail!
Pourquoi est-ce que les trois premières interventions sur le 9:15 n'ont de rapport qu'avec le vite-dit paru précédemment ? Un bug du forum ?
Mais n'est-ce pas une stratégie déjà bien rodée par ce gouvernement, de sortir un scud via un aboyeur de service, puis sentant venir la révolte populaire et médiatique, pacifier par une manoeuvre de retrait, puis six mois plus tard revenir et cette fois faire passer la mesure, sans trop de brouhaha, selon le viel adage qu'il faut faire cuire la grenouille en chauffant l'eau progressivement.

C'est la même stratégie qui a servi entre 1933 et 1940 en Allemagne, pour transformer le droit à l'égard des Juifs, on fait une petite mesure ici, une petite loi là, un décret et huit lois plus tard, on est bel et bien ficelé. Regardez l'état du statut du migrant et l'état du statut du travailleur dans notre pays, en quelques années, on a tout démoli.


http://anthropia.blogg.org
L'analphabète qui nous tient lieu de nain de jardin dans le jardin de l'Elysée-Bourbon vient de dire merdre à la reine d'Angleterre en oubliant que la moitié des soldats de la Libération débarquant le 6 juin en Normandie était britannique... c'est répugnant. Et l'entourage du petit monsieur est à mettre dans le même caniveau à commencer par "Monsieur K"...
On peut se demander si les Polonais n'ont pas été eux aussi oubliés ? Il y en avait quand même dix fois plus que de Français (le petit commando Kiefer) ce jour-là, sur la plage...
Qui nous débarrassera de ces incultes ?
PS. J'espère que la libération de Julien Coupat n'est pas une nouvelle farce des "guette-au-trou" ? La bombe norcoréenne ? On s'en fout... et le festival de Cannes a tenu les promesses de la mère Huppert.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.