21
Commentaires

Douleur unanime de la presse belge après la mort de 22 enfants

Pudeur photographique ? Aucun quotidien belge ne publie à la Une la photo de la carcasse de l'autocar, dans lequel vingt-huit personnes, dont vingt-deux enfants belges, ont trouvé la mort dans un tunnel en Suisse le 13 mars. Les enfants revenaient des sports d'hiver. Journaux francophones et néerlandophones consacrent une grande place à l'événement. Par ailleurs, un article du correspondant du Monde en Belgique évoquant l'impact de l'affaire Dutroux a choqué en Belgique.

Derniers commentaires

Et si les médias parlaient un peu plus des 25000 enfants qui meurent de faim dans le monde, tous les jours?
il n' y a pas de mot pour le drame qui c'est passé, le journaliste a parlé de dutroux, qui est encore une plaie pour la population belge, peut être pour dire que l'affaire n'est pas complémentement terminé,
mais je comprends pas trop le rapport avec l'accident d'autocars, c'est pas le même contexte, comme un certain humoriste disait(guillon), il y a un délai a respecter avant d'aborder un drame avec des enfants, il aurait pu se donner la peine de respecter la douleur des proches, qui peuvent se sentir concerné, bref, je trouve nul, l'intervention de ce journaliste.
J'enchainerais en disant que là, ça commence vraiment à bien faire, d'entendre les journalistes se lécher les babines et faire en sorte de filmer les larmes et la "grosse émotion" et d'être témoin des recherches voyeuses de parents éplorés par des caméras !
Ca tartine et ça tartine... et l'émotion par-ci, et l'émotion par-là, et gros plan sur un nounours par-ci, gros plan sur un enfant qui porte des fleurs...
Franchement, je trouve ça exagérément dégoulinant de bons sentiments ! Et ça m'insupporte !
Des hyènes lorsqu'ils cessent chiens de garde !
Et si la presse balayait devant sa propre porte en évoquant les éditions spéciales “choc”et les longues heures d’émissions en direct pour ne rien dire sur ce qui est un tragique incident, point? Un martèlement qui, de surcroît, ne sert à rien d’autre qu’à entretenir l’angoisse de tout un chacun. Ce bain dans un flot d’émotions est bien compréhensible pour tous les proches mais, pour les autres, quelle utilité peut-il avoir si ce n’est une fonction qui entrave la pensée ( par exemple que la mort fait partie de la vie, même s’il n’est pas “naturel” que les enfants meurent avant leurs parents) et complique le quotidien, déjà souvent si complexe?
Quant à la “sensibilité à fleur de peau” à propos des enfants, il est raisonnable de penser qu’elle n’est pas confinée aux frontières belges: depuis quelques dizaine d’année, l’avènement de l’”enfant désiré” en a fait un objet sacré qui fait consensus de nos sociétés par ailleurs si morcelées. A quel prix pour certains enfants?

Education aujourd'hui
Pudeur photographique ?
J'ai du mal à voir où est la "pudeur" d'une une qui, certes, ne montre pas le bus, mais publie en pleine page les portraits de toutes les victimes. Ca me semble bien plus voyeuriste, en fait.
Assez d'accord avec Winston... lémedia adorent nous montrer la douleur qui suit ces terribles accidents, surtout lorsqu'il s'agit d'enfants... Et pour ça, les Suisses m'ont l'air de savoir rester sobres...
N'empêchent que je me souviendrai longtemps de l'image terrible, à la fin d'une vidéo prise en Afrique (Ethiopie ?), au cours d'une sécheresse (et il y en a, en Afrique, régulièrement)... on y voyait un enfant tout amaigri se battre avec une poule bien famélique elle aussi, pour picorer les derniers grains de riz du repas proposé par la mère... Souvenons-nous aussi de ce que nous répète Ziegler depuis des lustres : en Afrique, les enfants meurent de maladies guérissables !
Scène ô combien réaliste, quotidienne ou en tout cas récurrente, qu'on ne voit jamais à la télévision. Les enfants africains sont moins "bankable" au niveau de l'émotion que des enfants européens. C'est horrible mais c'est la vérité ;o(.
que dire? c'est terrible, les mots nous manquent....
Pensons juste à ces pauvres enfants et à leur famille sans oublier les autres enfants, ceux qui meurent de faim à l'autre bout du monde à cause de notre incapacité à mettre à bas le capitalisme.
Le journaliste belge le plus con de Belgique (J. Quatremer n'est pas belge), et qui c'est qui l'a embauché ? Le Monde, évidemment.
Il faudra vraiment faire un sort à ce journal, jadis de référence, et aujourd'hui sclérosé de tout ce qui est abject dans la profession de journalisme.
Tiens, qu'aurait-il dit ce M. Stroobants si cela avait été 22 journalistes du Monde, tués carbonisés dans un tunnel en revenant d'un We d'entreprise ? Que ce serait la mort récente des journalistes français en Libye qui expliquerait l'émotion immense de la classe médiatique française qui aurait eu lieu ? Abject ! C'est une négation incroyable de l'universalité de la condition humaine.

Ce M. Stroobants choque les Belges, mais vu sa mise au point, c'est finalement surtout les autres peuples (d'Europe si j'ai bien compris) qu'il injurie, en pensant que les Français, les Italiens, les Allemands etc. auraient moins de compassion et de tristesse en apprenant la mort soudaine d'enfants qui auraient pu être les leurs ou ceux de leurs proches.

Il faudrait enfermer ce sous-homme (car il faut avoir perdu une part de son humanité pour penser ainsi) dans une pièce close comme dans Orange Mécanique et lui repasser en boucle le clip de Sting "Russians [love their children too]" jusqu'à ce qu'il devienne fou ou revienne au stade humain. J'ai peu d'espoir quant à la seconde alternative.
Bah ! C'est certainement vrai, mais il fallait attendre quelques jours pour le dire. Là, ça passe mal. Le choc et le deuil sont encore trop rudes.

Vous souvenez-vous qu'il y a 30 ans, il y a eu un car qui a eu un accident en France, et 44 enfants sont morts.
C'était en France avec des enfants français, ça n'a pas fait de si grands titres, et peu à l'étranger. Qui peut me dire où s'est produit cette catastrophe ?

De plus, pour les Belges qui il n'y a pas si longtemps projetaient de séparer définitivement leur communauté, c'est une occasion de se rassembler dans l'épreuve, et de se sentir Belges ensemble. Commencer à parler de ce qui fâche n'est pas une bonne idée.

Les Belges sont comme nous, mais ils ont une histoire collective différente de la nôtre.
Voté pour Ulysse, bien sûr ;o))
J'ai pensé, dès l'annonce de cette information : ah, enfin, les journalistes, frustrés par cette campagne au ras des pâquerettes, vont pouvoir ENFIN arracher les larmes... travailler dans l'émotion...
Si ça s'était passé en France, Sarko serait déjà en train de proposer une Nième loi pour agrandir la largeur des tunnels sous les montagnes ! ;o((
Quelle sensiblerie, ces Belges !
Et leur presse, unanime dans la douleur...
Ce serait arrivé à des petits Français, Libé, au moins, aurait torché un titre en forme de calembour.
Faut admettre, y réagissent pas comme nous.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.