20
Commentaires

Dôme de chaleur : les photos du déni

Une vague de chaleur ayant provoqué plusieurs centaines des morts frappe la côte pacifique de l'Amérique du Nord. Dans les médias, pourtant, les images choisies pour représenter cette catastrophe climatique évoquent plutôt les plaisirs de l'été. Ce récit iconographique du dérèglement climatique consterne la communauté scientifique.

Commentaires préférés des abonnés

Très intéressant, merci. L'iconographie négationniste est en effet un terrible moyen de désamorcer d'éventuelles prises de conscience. De façon générale le choix des images est bien plus puissant qu'on ne le soupçonne d'ordinaire (d'où mon amour pers(...)

Il manque des photos de travailleurs sous la canicule : dans la construction, l'entretien des routes, des espaces verts...

Comme il manque souvent les travailleurs qui ne travaillent pas dans des bureaux


Rappelons les 5 étapes d’acceptation du deuil :

  1. 1. le déni
  2. 2. la colère
  3. 3. le marchandage
  4. 4. la dépression
  5. 5. l’acceptation



Moi, perso, je suis entre la 4 et la 5.


Visiblement, ces journalistes, avec la moitié de l’humanité, en sont encore à l’étape 1. Il e(...)

Derniers commentaires

J’ai voulu partager cet article sur Facebook mai sa publication m’est refusée sous prétexte de contenu abusif....c’est la première fois que j’ai affaire à la police de la pensée...

Cela est d'autant plus surprenant que nous venons de vivre un période longue pendant laquelle nous avons été abreuvés de manière continue d'images d'hôpital, de salles de réanimation, d'images créant la peur, si ce n'est la panique.

Que dit la "communauté scientifique" la dessus? 

Ce lieu commun de communauté scientifique est surprenant.

Quand les scientifiques s'engageront eux mêmes à favoriser les recherches favorables au maintien d'un vie sur terre et non à jourer le jeu de ce système mortifère?

C'est bien de se relever les "récits figés, reconnaissables, probablement assez rapides à mettre en œuvre pour les rédactions" concernant la mise en image du réchauffement climatique... ça serait mieux de ne pas tomber dans le même biais en parlant de croissance "exponentielle" à tout va comme le fond beaucoup de media ("hausse exponentielle du nombre de victimes causées par la chaleur et les incendies")...


Une croissance exponentielle n'est pas une croissance générique, elle a une forme particulière ! Elle est proportionnelle à la quantité qui croit (le nombre d'infectés futurs est proportionnel au nombre d'infectés actuels). Ce n'est a priori pas le type de croissance à laquelle on s'attend à une croissance linéaire dans le temps (le nombre de gens qui vont mourrir de chaud dépend du niveau de chaleur uniquement, pas du nombre de gens qui viennent de mourrir de chaud).


Comme les images, les mots ont un sens :)

Et encore, ils ont évité d’illustrer les incendies par des gens qui en profiteraient pour faire cuire de délicieuses brochettes estivales.

Les photos présentent aussi un autre problème, c’est qu’elles incitent à se mettre en plein soleil déshabillé, ce qui n’est pas du tout recommandé.

Quand il y avait eu le record de température en 2019 en Île-de-France, les images m’avaient étonnée : Il ne faut pas se mettre en plein soleil comme ça !

Je m'étais effectivement fait cette réflexion en voyant les images des gens faire bronzette sur une plage au bord de l'eau... un choix d'images assez étonnant. 


Pour avoir vécu une belle canicule (Larzac 2003) dans le sud de la France (et pourtant ici on a l'habitude de la chaleur estivale), je dois vous avouer que jamais on aurait eu l'idée de se faire bronzer au soleil. On était plutôt totalement amorphes et on cherchait à rester le plus possible à l'ombre.


Rappelons les 5 étapes d’acceptation du deuil :

  1. 1. le déni
  2. 2. la colère
  3. 3. le marchandage
  4. 4. la dépression
  5. 5. l’acceptation



Moi, perso, je suis entre la 4 et la 5.


Visiblement, ces journalistes, avec la moitié de l’humanité, en sont encore à l’étape 1. Il est temps de passer à autre chose !


Certains décideurs en sont à l’étape 3 (croissance verte, croissance soutenable).


Je trouve qu’on a raté l’étape 2, qui me parait pourtant essentielle. Elle ne bloquera pas le processus, mais permettra de rebattre les cartes.

en allant chercher du matos cet aprem , je me disait regarde tout ces cons qui consomment comme si de rien n'était , avant de me rendre compte que j'en faisais partie, ça va être dur , c'est peut être même impossible de changer quoique ce soit a notre mode de vie , ça sera vraiment a la marge pour la grande majorité et seulement contraint. Achetez vous un parasol !

Très intéressant, merci. L'iconographie négationniste est en effet un terrible moyen de désamorcer d'éventuelles prises de conscience. De façon générale le choix des images est bien plus puissant qu'on ne le soupçonne d'ordinaire (d'où mon amour personnel immodéré pour la radio - mais pas Europe 1 - et ma détestation tout aussi immodérée pour la télévision).


Je me souviens d'un excellent et très long (14h30) documentaire de Peter Watkins, intitulé "the Journey", où le réalisateur expliquait en préambule que pour ne pas forcer la main et les émotions des spectateurs il ménageait volontairement des plages de calme de plusieurs minutes après chaque séquence pour leur permettre de réfléchir et de se repasser la séquence dans la tête. Ses longues plages étaient généralement des vagues déferlant sur la plage, des panoramiques de paysages, tout un tas de trucs sans rapport avec le film.


Watkins justifiait ce dispositif avec une longue explication intégrée au documentaire. Il montrait des journaux télévisés de plusieurs pays et mesurait le nombre d'altérations par seconde de l'image (incrustations, changements de plans, etc.) C'était une excellente mesure du degré de démocratie dans le pays d'origine. Plus les altérations étaient fréquentes et moins le pays était démocratique. Il avait même décortiqué un journal télévisé iranien (le documentaire est sorti en 1987 pendant la guerre Iran-Irak) où le commentaire annonçait les succès militaires formidables de l'armée iranienne et où s'enchaînaient à toute allure les images de canons en action. Malgré le cadrage très soigné, en faisant pause on voyait des piles de cadavres autour des canons. La démonstration était implacable : dès qu'on vous abreuve d'images bricolées n'importe quel commentaire apparait comme crédible.


Si vous mettez un jour la main sur ce film, regardez-le, c'est une expérience unique.


Retour au présent : ces images de piscine pour illustrer une canicule terrible sont, toutes proportion gardées, l'équivalent des canons crachant le feu pour illustrer une catastrophe militaire. En abreuvant les citoyens d'images de ce genre on obtient l'effet plus ou moins consciemment escompté par les rédactions : ce n'est pas si grave, inutile de crier au loup. Du Pujadas, en quelque sorte.


Ici même, sur le forum d'@SI, il y a des gens qui continuent à nier ou à minimiser le problème du changement climatique en expliquant que ces extrêmes sont "des chose qui arrivent naturellement". Ces images apaisantes les aident beaucoup, je pense, à éviter de se coltiner le problème en grand. Elles sont donc criminelles (les images) car elles retardent d'autant le moment où le conducteur du véhicule devenu fou va enfin se décider à appuyer sur le frein (de son propre chef ou avec le flingue des passagers sur la tempe).

Il manque des photos de travailleurs sous la canicule : dans la construction, l'entretien des routes, des espaces verts...

Comme il manque souvent les travailleurs qui ne travaillent pas dans des bureaux

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.