101
Commentaires

Dix pour cent : "La drogue et le sexe, ça faisait beaucoup pour la saison 1"

Le salaire mirobolant des stars, la drogue, le poids de la télévision sur la production de films : le milieu du cinéma charrie depuis toujours une masse impressionnante de fantasmes. Autant dire qu'en faire le sujet d'une série télévisée, diffusée sur France 2 en prime-time, n'était pas gagné d'avance. C'est pourtant le pari réussi par la série Dix pour cent qui, depuis deux semaines, nous fait vivre de l'intérieur le métier d'agent de stars. Cette série nous montre-t-elle vraiment ce milieu tel qu'il est ? Nous avons posé la question à sa créatrice, Fanny Herrero, mais aussi à son co-producteur, Dominique Besnehardt, ex-agent le plus célèbre de France. Aussi présente sur notre plateau : Lena Lutaud, journaliste au Figaro, qui publiait jusqu'en 2013 le palmarès annuel des acteurs les mieux payés de France.

Derniers commentaires

J'ai trouvé dommage qu'on ait pas tenté la comparaison avec la série américaine Entourage (8 saisons) qui aborde sensiblement les mêmes problématiques. Influence ? Décalage culturel ? Ca aurait pu être fertile.
Sinon l'émission est intéressante, même si un peu lisse (quid du syndrome "fils de" qui n'a son équivalent dans aucun autre pays ?) .
Le concept de la série ( des acteurs jouant sous leur propre nom) donne à penser que l'on est devant une sorte de documentaire. Du moins, une fiction solidement charpentée et documentée, pour découvrir un milieu professionnel peu connu.

Aussi, on est un peu étonné de voir comment sont traités d'autres métiers que ceux d'agents ou d'acteurs.

En particulier, les rapports à l'impôt semblent extrêmement fantasmés. Le citoyen lambda, en cas de souci, consulte son avis d'imposition et y trouve l'adresse du Centre des Finances Publiques.
Mais, pour les "talents", c'est autre chose : leurs impôts sont gérés directement à l'Administration Centrale, à Bercy.
Pour demander un délai, le "talent" ne se commet pas à une démarche personnelle. C'est son agent qui lui ménage un rendez-vous avec une personne influente. On croirait voir la marraine de Cendrillon, la bonne fée, qui lui arrange ses bidons pour aller au bal.

Le contrôle fiscal, c'est pas mal non plus. Une liaison amoureuse avec la personne contrôlée, pour l'inspectrice qui n'a jamais entendu parler d'indépendance, d'éthique, de conflit d'intérêt ou d'annulation de la procédure.
Au final , un redressement sévère avec un risque de poursuites pénales. Devant quelle juridiction ? Voici le quart d'heure de poésie : le "Tribunal Pénal des Affaires".

On connaissait la Cour d'Assises, le Tribunal Correctionnel, le Tribunal de Police, selon le degré des infractions.
Mais ce nouveau tribunal, c'est new look.

D'où ça sort ? Une hypothèse. Dans le bureau d'un avocat ou sur le catalogue Dalloz , on peut trouver des ouvrages de"Droit Pénal des Affaires". De là, pour un esprit simple, à concevoir un" Tribunal Pénal des Affaires " ?


Qu'un scénariste imagine, brode, invente, on ne demande qu'à le suivre. Mais ce n'est pas plus mal avec un socle de référence solide et incontestable !
émission sans grand intérêt car on n'y a pas abordé,ou très peu, les sujets de fond sauf dans le forum;salaires des acteurs etc...Il faudrait compenser par une émission sur les intermittents et leurs galères ,ça serait plus intéressant.

Pour moi,la meilleure série et de loin,c'est un village français
J'ai visionné ct'aprem les deux derniers épisodes (en replay et j'ai pas vu les autres)....
Ah oui, je crois que j'ai manqué l'épisode ou Hyppolyte et Camille ont "un peu pécho".
Soumettre le cas à Strumf ? Bon, ceci dit je vais pouvoir oublier.
Allez, pub pour une autre série française que je vais tester ce soir : Au service de la France, écrit par Jean-François Halin, ex-auteur des Guignols et scénariste sur les OSS117 de Hazanavicius.
Le sujet de l'émission ne m'intéressait pas, je n'ai pas regardé, pas de problème... mais je me lasse des "Vite-dits" quotidiens à ce sujet! "on aurait voulu Delon", "pourquoi pas de drogue?", etc. C'est censé émoustiller les non-abonnés? Vous comptez nous raconter toute l'émission, fragment par fragment, parce que c'est le sujet le plus incontournable du moment? Je ne râle pas souvent, mais là, j'en ai marre.
Bien luciférisée cette série. L'hyper, toujours dans l'hyper merveilleux ou le contraire. Faire de la publicité pour l'homosexualité féminine, pas terrible de voir se palucher deux femmes. Il aurait mieux valu laisser planer le doute, plus subtil, ne rien montrer. Il y a assez de film porno qui montre cela. Donc pour moi cette série, que je n'avais en aucune manière envie de regarder avec tout le raffut publicitaire que cela a occasionné, et que j'ai regardé. J'aurais dû me contenter de ma première intuition et m'abstenir.
De plus nous montrer l'univers de ces gens hyper célèbres, hyper privilégiés, hyper sophistiqués, hyper pédants, hyper ciniques, hyper cassants, hyper dévoyés etc......alors que la pluspart d'entre nous vivons dans un monde hypo modeste dans les hypers-marchés, les boites à prolots de l'ancien régime orléaniste qui dure et qui redure à cuire.
J'ai l'impression aussi qu'il y a un certain intérêt à notre époque et en France de faire une série sur les "élites" à une époque ou le climat social devient tendu. Faire une série sur les milliardaires aurait été indécent donc sur les acteurs qui peuvent être vu par certains comme de la petite bourgeoisie peut arranger. Le pont avec le monde des médias, très critiqué en ce moment (à juste titre) , peut être aussi un intérêt de mettre les acteurs à l'honneur dans une série.
J'ai cette impression car je vois que les sujets qui pourraient gêner (argent,drogue, millieu social, orientations politiques) ne sont pas traités dans cette oeuvre...

Je ne dis pas que c'est une mauvaise idée de faire une série sur le monde des acteurs "bankables", mais à notre époque, spécialement en 2015 cela sent pour une part l'opération de com même si je veu bien croire que ce n'est pas le but final de la série.
D.S. semble s'interesser a une serie qui s'interesse a elle même , dont le sujet est : elle même

ça , on peut dire que c'est de la mise en abime.....

A force de se regarder le nombril , la françe d'en haut va s'engloutir .
De loin l'émission la moins intéressante depuis longtemps. Léger, people, quelques aperçus de la production de séries en France, bon.
Je ne me suis pas ennuyé, j'ai fini de nettoyer ma cuisine en écoutant.
Le vite-dit publié aujourd'hui, lundi 265 octobre à 16h35, a-t-il une autre utilité que créer du buzz ???

J'imagine ( j'en sais rien), que@si en fait aussi un twitt ... que le but est de faire réagir ceux qui sont accusés de racolage, ce qui permettra de publier des "Suivi" ... Si c'est pas du racolage, ça !


L'émission, je l'ai trouvée pas mal, et du coup, j'ai regardé 2 épisodes de la série, en replay ( je ne connaissais pas du tout). Ni emballée ni déçue, je suis contente de savoir que ça existe et savoir ce que c'est, je passerai pour moins gourde.

Mais le Vite-Dit, ça, c'est vraiment, mais vraiment très très très minable à mes yeux.

Alors que le forum, critique et divisé, fait tout de même remonter une insatisfaction non partisane et tout à fait justifiée sur le fait que la Placement de produits n'a pas été abordé dans les questions, au lieu de faire un complément là-dessus vous tentez de créer une guéguerre à la con ... ce vite-dit n'a strictement aucun intérêt si ce n'est pas cela que vous visez.
Y'a des jours, vraiment, il est difficile d'être à l'aise pour vous soutenir ....

Déjà, les titres racoleurs, ça me gave, mais là, on atteint un niveau vraiment écœurant.

Heureusement que tout n'est pas comme ça sur le site.
Et vu ce qu'a dit Lena Lutaud sur le palmarès des acteurs les mieux payés, j'ai fait une petite recherche pour voir ce qu'on trouvait : son palmarès de 2013.
On y évoque l'épisode du producteur Vincent Maraval jugeant que les acteurs étaient trop payés, et ne serait-ce pas ce début de polémique qui aurait enclenché le changement de politique du CNC ?
C'est marrant le sectarisme et les procès d'intention

Ma série préférée c'est "the Shield" et je n'ai pas beaucoup de sympathie pour la "grande famille du cinéma français", assez déconnectée dans l'ensemble et très narcissique...

Mais là on a une vraie bonne série de comédie, intelligente, drôle, bien écrite, bien jouée, bien filmée

Alors on enlève ses petites oeillères de sa petite tête et on juge sur pièce

ça fait un moment que la fiction évolue en France (y compris sur le service public). Même si tout n'est pas parfait il y a de belles réussites et des formats variés : FPCFPC, Kaamelott, les hommes de l'ombre, certaines séries canal, etc.

10% est une très belle étape dans ce mouvement
J'ai beaucoup apprécié l'atmosphère sympathique et rigolarde de l'émission. M'étant fendu d'un commentaire très critique lors de l'émisson sur les néoréacs, je précise que j'ai aussi beaucoup aimé le rôle d'animation de DS et de Robin.

Cela m'a donné envie de découvrir la série. Merci.
Aucune émotion, rien, ni concernant la série dont je n'ai vu que le deuxième épisode par curiosité tellement tout le monde en parle (!!!), bof, ni ce débat promotionnel sans intérêt. Cela méritait-il une émission d' @si ? je me demande, mais on n'est pas tous pareil.
Bonjour,

C'est la 1ère fois que je poste sur le forum d'ASI, et pourtant, je suis abonné depuis le début ... et même avant ...
Mais là, non ... trop c'est trop, c'est vraiment de la promo grossière.
Autant regarder Ruquier et compagnie ...

Allez, Daniel, sans rancune, et trouves nous un bon truc pour vendredi prochain.
Le vendredi soir, c'est le seul soir ouù je peux me taper ma voisine qui n'a pas de connection, mais là, elle s'est tirée vite fait.

Pitié, avec des sujets de ce genre, je vais finir seul ... tout seul ...

Bravo pour tout le reste.
J’ai l’impression que le sexe et la drogue, ça va être dans WEI or DIE.

Mais j’imagine que France TV va se limiter au ouèbe.
La scène (premier épisode) où Cécile de France se trouve dans la salle d'attente du médecin a dû poser quelques difficultés à la personne chargée du casting.
On l'imagine contacter les comédiennes qui jouent les autres candidates à la chirurgie : "Hum, voilà, en fait, vous devez jouer une personne tellement massacrée par la chirurgie esthétique que Cécile de France s'enfuit à leur simple vue..."
On peut se demander si elles n'ont pas découvert en quoi consistait réellement leur personnage au moment de la diffusion de l'épisode, même si on remarque que les trois personnes présentes dans la salle d'attente ne sont pas également défigurées (Dominique Besnehard emploie le mot "monstre" dans l'émission), ce qui autorise chacune d'entre elle à penser qu'elle n'est pas "le monstre".
Intéressante émission sur une jolie série vive, drôle et très maline. Pour les dédaigneux qui ne jurent que par les feuilletons amerlocains, je signale également l'excellente "Un Village français", qui s'égarait un tantinet dans les derniers épisodes, mais qui reste — pas besoin de remonter aux Rois Maudits (!!) — un très bel exemple de fiction historique honnête, complexe et passionnante.
Qu'est-ce qui m'arrive ? Voilà que je poste des commentaires positifs, maintenant ?
;-)
En tant que vieux con, j'aime assez " Monk", curieuse synthèse de " Columbo" et de Woody Allen. Je cours me cacher
Arte a diffusé une très bonne série "Ainsi soient-ils" ,avec d'excellents acteurs, mais elle suscite bien moins de commentaires, il est vrai que des séminaristes sont moins "bancable" que des acteurs.
Hier 42 personnes,ou plus, sont mortes, brûlées vives dans un bus et dans un camion. Mamère a eu le malheur de rapporter cet horrible accident à la décision de Macron de favoriser le bus pour le déplacement des pauvres et il semblerait que "les médias" aient pris fait et cause pour Macron,d'accord ils étaient pour la plupart vieux alors ! Le déplacement en bus est une aberration tant pour la sécurité que pour l'environnement et personne ne bouge le petit doigt pour dénoncer cette décision très libérale de Macron qui veut défaire le transport par train.
Série qu'@si m'a fait découvrir : de bons acteurs (surtout le jeune assistant) et l'agent avec le chien Jean-Gabin dont le rôle devrait être plus important. Une série sympathique mais sans plus pour le moment. On est loin des séries HBO.
DS coupe les participants, parle en même temps qu'eux, s'impose, étire ses questions,orient les interventions, en écarte d'autres mal à propos, empêche les participants d'approfondir ...bref,rend le visionnage insupportable
Très déçu de ce type d'émission sur asi. Pas d'analyse de ce qui est présenté ... Ou plutôt présentation de l'analyse fournie par le producteur de ce contenu, avec son discours répété sur tous les médias. Ses anecdotes ... Bref. Du Drucker bien lisse et commercial.
Sinon. Perso. L'anecdote 'mère fille' me fait plutôt réfléchir sur le fait que dans ce milieu une énorme proportion de ces peoples sont fille ou fils de. Symptomatique de quoi?
Amicalement.
Intéressante émission.
Je ne regarde plus la télé depuis un bail, et encore moins ce genre de programmes, mais le bouche à oreille ayant fait son effet, j'y ai jeté un oeil en replay et j'ai été agréablement surpris. Bon, on va pas crier au génie non plus, mais c'est bien joué, bien réalisé, bien ficelé, bref très agréable à regarder et sans doute la meilleure fiction française depuis longtemps. Je crains juste l'effet d'épuisement et de lassitude, sensation que j'ai un peu ressentie lors du 4ème épisode.
Le passage sur la position des auteurs mériterait peut-être une émission, à l'occasion, sur la différence entre système français et américain. Aux Etats-Unis, les auteurs semblent pouvoir facilement combiner les fonctions de producteur et scénariste ("executive producer", "showrunner"), c'est-à-dire être vraiment auteur d'une série, en assurer la cohérence artistique avec le succès qu'on sait.
Un article intéressant sur le sujet.
La série est effectivement digne d'intérêt et l'émission intéressante mais il me semble qu'un thème n'a pas été abordé : celui du placement de produit.

N'étant pas très habitué des diffusions télévisées, les avertissements sur le recours à ce procédé ont retenu mon attention en début de chaque épisode sans que je n'en vois vraiment l'impact dans le cours de l'histoire (c'est sans doute là sa grande force). J'ignorais notamment qu'il existait un constructeur de machine à café au portugal et j'ai donc été persuadé que la marque dans la scène de drague entre andréa et l'agent des impots était fictive.

Il aurait été intéressant de savoir quel impact ces placements ont eu sur l'écriture du scénario, quand ont il été intégrés, quel impact financier ça a eu pour la production, quels marques accepter, quels dosages choisir...

Le thème a pourtant été traité par d'autres médias par exemple ici http://rue89.nouvelobs.com/blog/drama-queen/2015/10/21/jeu-reperez-les-marques-qui-payent-pour-etre-dans-dix-pour-cent-235058 L'exercice réalisé par rue89 est d'ailleurs difficile : axer un papier sur cette technique marketing, n'est ce pas faire le jeu du placement de produit ?

Est ce la raison pour laquelle il a été choisi de ne pas aborder cette question dans l'émission ?
Le "making-off" nous apprend que Fanny Herrero est abonnée à @si depuis sa création. Si ça se trouve, elle est l'un des piliers de nos forums et totalise des centaines de messages...:o)

Daniel et Robin ont su trouver le bon ton, à la fois léger et critique, pour commenter cette production. L'émission se regarde avec plaisir, les trois invités étant intéressants chacun à sa manière. On sent qu'ils sont familiers du monde de l'entertainement et semblent avoir à cœur de rendre l'émission vivante, comme s'ils se sentaient - déformation professionnelle? - un peu responsables de son succès. Je regrette d'autant plus de n'avoir loupé la plupart des épisodes diffusés à ce jour. J'ai vu le premier, celui avec Cécile de France, que j'ai trouvé remarquable à tous points de vue.
Hey ! Dans l'acte 4, la journaliste évoque un décryptage de la presse people .... ça ne pourrait pas devenir une chro ici ?
Très intéressant d'avoir les récits de Herrero et Besnehardt sur les coulisses de Dix pour cent.

J'ai découvert la série sur le tard, mais ça me plaît beaucoup. Même si, de tous les quatre épisodes que j'ai vus, il n'y a que le premier que j'ai véritablement apprécié, et où j'ai trouvé que Cécile de France s'en était très bien tirée.
Le gag éculé de la scène Nathalie Baye / Laura Smet ne m'a pas donné envie d'aller très loin dans cette émission.
beaucoup de complaisance et d'ennui pour un sujet tres "people"
Éculé? Dès exemples à donner. Le contrepoint de la réalisatrice plus ou moins scandinave est hilarant. Il ne faut pas bouder son plaisir pour on ne sait quelles raisons.
Je pense par exemple au film "La Crise" de Coline Serreau, la scène où le personnage de Lindon se retrouve au milieu d'une famille multiple et recomposée suite à plein de divorces. Lindon assiste à une scène de famille assez tendue, puis il finit par leur faire une confession, et les membres de la famille de lui renvoyer la balle.

Exactement le même canevas.
Non, ça n'a rien à voir. Là, c'est une mère et une fille contraintes à se retrouver à jouer ensemble sur un bateau dans l'Antarctique pendant 3 semaines et qui ont peur de pas pouvoir le vivre. Des films sur des histoires de famille, il y en a certes des milliers.
Un élément me semble original dans cette scène, c'est le fait la mère et la fille finissent par retourner leur colère contre la réalisatrice, ce qui apporte un élément de nonsense tout à fait burlesque.
Beaucoup de commentaires sur ce forum me surprennent par leur violence. On peut aimer ou ne pas aimer cette série. Mais mérite-t-elle cette hargne ? N'y a-t-il rient de plus choquant dans ce que la télévision nous fait ingurgiter en permanence ? Détendez-vous. La vie est belle.
Bah, tant qu'ils n'ont pas pensé à Valérie Trierweiler pour le rôle avec [s]Didier Morville[/s] Joey Starr, ça me va.
Je vois que je ne suis pas le seul à ne pas être du tout intéressé par la dernière série de France 2 avec Julie Gayet et Joey Starr (marketing people honteux, au passage...).
Ravi d'avoir l'occasion de saluer et de féliciter les personnes à l'origine de cette excellente série. C'est drôle, effectivement très touchant, et très bien filmé. A propos de l'argent, je ne suis pas vraiment d'accord avec DS pour penser que le sujet est escamoté. Il est est au contraire omniprésent à travers la peur vicérale des agents de perdre leurs "protégés". Qu'on ne parle pas explicitement de chiffres ne fait finalement que renforcer l'omniprésence du thème. Le titre de la série enfonce le clou. Mais ce qu'on retient aussi c'est que l'argent, s'il est essentiel, n'est pas l'essentiel.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.