124
Commentaires

Dieudonné, ou comment l'appeler ?

Parmi les innombrables problèmes qu'il pose aux journalistes chargés de traiter son cas, Dieudonné en pose un de taille :

Derniers commentaires

J'ai trouvé la chronique de Daniel dans Libé, complètement alambiquée...pour tout dire...particulièrement nulle.

Elle m'a même passablement énervée, puisqu'elle entretient une confusion groteste et inutilement compliquée - "plongée dans l'extrême", "conditionnement", "sacré" agrémentent un raisonnement pour le moins fumeux, voire incompréhensible.

http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2014/01/12/rire-avec-dieudonne_972249

Ayant modestement tenté ici même de montrer longuement et laborieusement que le problème ne se pose pas en ces termes - "rire avec" untel ou pas - comme si c'était une question de "pedigree" - j'ai réagi à chaud sur le site de Libé, mais mon post a fini - j'ignore pourquoi - dans l'Enfer de la censure - un effet de la nouvelle politique de modération à Libé dont j'ignore les ressorts?

Je livre donc ce post ici-même, parce que d'expérience la rédaction d'@si a toujours montré qu'elle était ouverte à la critique, certains chroniqueurs prenant la peine d'ailleurs d'y répondre parfois:

Daniel avait déjà fait cet aveux naïf sur le plateau d'@si, ce qui avait provoqué des réaction passablement navrées...[il s'agit du sketche mettant en scène Dieudonné et Faurisson, où les rôles sont inversés, qui avait bien fait rire Daniel, selon ses propres termes].

Il dit "on" a ri à ce sketche: non, lui peut-être, pas d'autres. Pas moi en tout cas: ce sketche ne m'a pas fait rire et au contraire m'a mis très mal à l'aise et en colère - du fait même de sa perversion haineuse et manipulatrice.

Bien sûr on peut dire que c'est pas bien méchant, mais en réalité ça n'est que cela: méchant.

Daniel a l'honnêteté de s'interroger sur son propre rire et la petite honte qui l'accable.
Mais son petit essai d'autojustification est plutôt tordu et alambiqué.
Il découvre en lui "une sorte de monstre d’innocence et d’insoumission." alors que son rire est juste une manifestation triviale d'infantilisme régressif: des "monstres" comme lui, les cours de récréation en sont pleines.

Daniel le dit lui même: "le dispositif est donc particulièrement pervers."
Un adulte normalement socialisé ne rit généralement pas du spectacle de la perversion: ça le consterne.
Daniel est un grand enfant, et sa rationalisation a posteriori est pour le moins obscure (j'ai rein compris au dernier paragraphe a propos du "sacré" et du "conditionnement": mais qu'est-ce que c'est que ces conneries?) et se fait passer pour une auto-analyse pascalienne alors qu'on dirait plutôt une tentative bien pathétique de restauration de l'image de soi - ce qui est aussi passablement infantile au regard de la gravité du sujet.

Seuls les enfants rient de la mise en scène de la perversion - en général après avoir humillié un petit camarade ou après avoir arraché leurs ailes à des mouches - on conviendra que c'est toujours plus bénin que rire du gazage des juifs...


Rien de bien méchant, juste une façon de dire que Daniel peut bien rire de ce qu'il veut avec qui il veut, c'est son affaire, mais qu'il aurait du s'abstenir de se lancer dans cette auto-justification maladroite et confuse, sachant que l'espace laissé dans les "chroniques" de Libé est à la fois rare et précieux: on aimerait y lire des raisonnements de meilleure qualité.

Les choses ne s'arrêtent pas là puisque je viens de voir que P Corcuff n'a pas eu l'air non plus de goûter la chronique de Daniel, dans une chronique intitulée "Arrêt sur Schneidermann" - http://www.liberation.fr/societe/2014/01/16/arret-sur-schneidermann_973385

L'article de Corcuff étant pour l'instant en édition abonnés, je n'y ai pas accès, et ne peut rien en dire, sinon qu'il raille lui aussi la prétention de Daniel à se faire "reporter de guerre embedded dans… la tête d’un dieudonniste".

Au delà de la satisfaction bien dérisoire de me sentir moins seul dans la critique de ce qu'il faut bien appeler un "mauvais papier" - celui de Daniel - je suis impatient de lire le développement de Corcuff - qui si ça se trouve est aussi "mauvais":)

Je précise: je ne suis ni "schneidermannien" ni "corcuffien" ni quoi que ce soit, et ne cherche en rien à attiser une polémique personnalisée entre deux figures médiatiques "de gauche" - la guéguerre à la twitter ou par chroniques interposées - où la question de "perdre la face" ou pas l'emporte sur toute réflexion - ne m'intéresse pas.

Je ne sais pas si Daniel prendra d'ailleurs la peine de répondre à ces critiques: personnellement, je pense qu'il s'honorerait à reconnaître que son papier était mauvais - ce qui n'est pas bien méchant - et est inévitable dans le cadre de l'exercice de la chronique.

Lordon avait dit un jour qu'il ne serait jamais chroniqueur, car cela rend forcément con n'importe quelle personne "intelligente", pour la bonne et simple raison qu'on ne peut pas écrire toutes les semaines quelque chose d'intelligent - ce qu'impose de dispositif de la chronique.
Les plus laxistes jugeront sans doute la sanction excessive, il n'empêche que si cette justice expéditive était plus souvent appliquée, il y aurait moins d'incivilités.
Le type qui jette un papier gras sur le trottoir, celui qui vous passe devant dans une file d'attente, cet autre qui esquisse une quenelle... Pan ! Une bastos en guise d'avertissement. Dans le mollet. On est pas en Floride, non plus.
Pendant ce temps, Charles Begbeider se fait lyncher sans que cela suscite la moindre réaction indignée. La griffe du CRIF est difficile à masquer.
Comment l'appeler? Mais c'est tout à fait simple: Propagandiste
Une décision catastrophique à Nantes... Valls, le Président populiste de demain...
L'antisémitisme de Dieudonné séduit des jeunes musulmans français.
Tu m'étonnes.
Avec un Tarik Ramadan toujours aussi franc du collier.
Rien de nouveau sous le soleil d'hiver.
"Dieudonné, ou comment l'appeler ? "
Je dirais plutôt: pourquoi l'appeler ?
J'espère que la cargaison d'@sinautes récoltées grâce à ce "dossier" racoleur en valait la peine, M. Schneidermann.
Le terme le plus adapté pour définir l'"oeuvre" de Dieudonné depuis quelques années est celle de pamphlétaire antisémite abusant de la forme satirique - et certainement pas celui de "polémiste" (sans parler de celui d'"humoriste").

Certes un pamphlet est un texte court, mais les sketches que Dieudonné livre lors de ses spectacles ne sont finalement qu'une série de textes courts énoncés oralement.

L'article de Wikipedia, mal fichu, permet néanmoins d'énoncer les caractéristiques du pamphlet qui s'appliquent très bien à ses sketches:

-"texte à la fois court et virulent qui remet en cause l'ordre établi [...] Il se caractérise le plus souvent par une critique du pouvoir en place":

La virulence des sketches ne fait aucun doute, et ceux-ci n'ont de cesse de dénoncer un ordre prétenduement "sionniste", c'est-à-dire confusément entièrement aux mains d'un axe israélo-américain dominé par les juifs.
La "quenelle" et le "petit doigt en l'air" symbolisent de façon récurrente et systématique cette "critique du pouvoir en place": une quenelle enfoncée dans le "fondement" du systême, et un petit doigt désignant le "soleil", symbolisant le caractère inatteignable du "pouvoir sionniste" à travers la figure supposément ultime et sacrée de la "shoah" - dont on ne peut rien dire et qui justifierait tout les abus de pouvoir.

-"Le verbe est violent, le ton virulent, la forme courte et élancée.":

Ici la violence du verbe n'apparaît pas de façon immédiate, pour cause de contournement des lois Gayssot. Jamais Dieudonné n'appelle directement à s'en prendre physiquement aux Juifs, il se contente au mieux de rire des traitements qu'on leur a fait subir dans l'histoire et au pire de regretter que les nazis n'aient pas eu le temps d'achever leur oeuvre, dans le cas de P Cohen.
Mais la violence est bien là, extrême, consistant à tourner systématiquement en dérision le martyre et le massacre à grande échelle qu'ont subi les juifs durant la seconde guerre mondiale, comme l'illustre, entre autres, la chanson "Shoahnanas". Nul besoin d'être soi-même concerné directement par la shoah pour éprouver simplement l'extrême violence que Dieudonné inflige ainsi aux survivants du génocide des juifs d'Europe ou à leur descendants - ainsi qu'à n'importe quelle personne normalement douée d'empathie.

-"Le caractère explosif du pamphlet tient du fait que son auteur a l'impression de détenir à lui seul la vérité ; il jette un regard indigné sur le monde."

On touche ici un des aspects essentiels de la rhétorique de Dieudonné - qui rejoint celle de Soral et d'autres - propres aux théories du complot, qui explique en premier lieu son succès. Dieudonné prétend dire à son public la "vérité cachée" du pouvoir, en l'occurence celle de la mainmise de l'axe israélo-américain sur la marche du monde, qui serait au principe générateur de toutes les injustices du monde. Dieudonné est un "indigné", qui, à la manière d'un prophète, délivrerait à ses ouailles la vérité de la marche du monde et son caractère fondamentalement injuste.
Comme toute religion ou toute secte, l'effet de délivrer une "vérité révélée", pour peu qu'elle rencontre un affect confus chez son public que bien des choses ne vont pas comme elles devraient aller, produit des effets d'adhésion puissants, en particulier lorsqu'il s'agit de désigner un "ennemi" commun. Le fait de détenir et partager avec une minorité une vérité ignorée des autres confère à leur détenteurs une image réconfortante de soi, particulièrement efficace auprès d'individus déjà rongés par des affects de ressentiment, souvent légitimes par ailleurs.

- « Le pamphlétaire doit rétablir le vrai sens des mots qui, selon lui, a été dépouillé. Il veut faire éclater une évidence (d'où une absence de nuance) ; pour cela, il use d'un discours maximaliste et hyperbolisé. »

Ici, tout l'enjeu de langage et de définition concerne la possibilité de « nommer » l'ennemi, à savoir le « lobby juif » et l' »évidence » du contrôle qu'il exerce dans toutes les sphères du pouvoir : faute de pouvoir l'appeler par son nom, le Juif, on le désigne par un courant politique, le « sionnisme » - qui n'est qu'une autre façon de désigner le même ennemi.
En nommant – contre toute logique historique et sémantique - « antisionnisme » l'antisémitisme ordinaire, sentiment fondé sur l' « évidence » historique que les juifs contrôleraient tout et partout et qu'il faudrait d'une façon ou d'une autre mettre fin à ce scandale – ce qui était le propre de l'antisémitisme des années 30 - Dieudonné cherche simplement à restaurer l'antisémitisme, sentiment qui aurait injustement été frappé d'indignité à la suite de la libération des camps de la mort.
De ce fait, cette stigmatisation officielle de l'antisémitisme ne serait que le prolongement de la stratégie millénaire du pouvoir « sionniste », comme si les juifs avaient eux-même construit les conditions de leur propre destruction en Europe, afin de mieux étendre leur pouvoir et leur immunité par la suite – notamment en obligeant l'Occident à les installer par la force en Israël tout en légitimant cette installation par un principe moral supérieur.

Quand à la pratique de l' « hyperbole » chez Dieudonné, elle s'applique principalement à exagérer la censure et l'oppression dont il serait victime de la part du "pouvoir sionniste" – cf le doigt pointé vers le « soleil » - alors qu'en réalité le « systême oppresseur » s'est avéré bien impotent dans son oppression, puisqu'il n'a pas réussi – pour l'instant – à empêcher ni spectacles ni ses video sur Internet, et est seulement parvenu a lui infliger laborieusement de modestes amendes qui n'ont apparemment pas été encore recouvrées. Les relations diplomatiques de la France vis-à-vis d'Israël sont elles aussi systématiquement hystérisées: Hollande et ses ministres iraient ainsi se "prosterner" devant Israël dès que l'occasion leur en est donnée.

-"Ainsi, il repose sur une vision du monde catastrophique annonçant la mort de quelque chose (une notion, une valeur...)"

Curieusement, cet aspect qui caractérise les pamphlets réactionnaires, est absent des sketches de Dieudonné, qui laisse le soin à Soral et aux autres théoriciens antisémites d'enrichir son discours de dénonciation du pouvoir Juif d'un discours de déploration de la disparition des "valeurs traditionnelles" au profit du consumérisme, du mercantilisme, du cosmopolitisme et plus généralement des valeurs associées à l'argent comme seul principe d'existence, dont les juifs seraient les vecteurs principaux. Il s'agit ici d'une simple division des tâches dans le travail idéologique de l'activisme antisémite.

-"Le pamphlétaire n'utilise ni argument ni preuve, il recherche l'action immédiate."

Dieudonné aurait bien du mal à démontrer sa thèse d'un pouvoir sionniste omnipotent passant son temps à instrumentaliser la Shoah, qu'il ne prend pas la peine d'argumenter, mais seulement celle d'exhiber les défenseurs émérites de celle-ci, à commencer par Faurisson. L'effet poursuivi n'est pas celui de la réflexion mais celui de la "subversion" immédiate de l'ordre établi, qui commence par l'administration tous azimuts de "quenelles" symboliques.
Il se garde bien toutefois d'appeler à l'action violente, laissant entendre que c'est ensuite à chacun de prendre ses responsabilité et d'agir en conséquence de sa "démonstration". C'est le mode d'action classique de l'"agitateur" qui délègue aux autres la responsabilité de l'action concrète et les risques afférents. Une armée de gens ordinaires, salariés, militaires ou pompiers se sont empressés d'appliquer son mot d'ordre: distribuer des "quenelles" un peu partout, si possible dans des lieux où il est fait référence aux Juifs ou à la Shoah. Il s'agit bien de uniquement provoquer l'action d'autrui en s'exposant le moins possible.

« Différences avec la polémique et la satire :
-la polémique engage un débat et suppose un discours adverse lacunaire. Le pamphlet est, lui, plus direct. »

Ce passage illustre à mon avis les errements et les hésitations bien timides de Daniel vis-à-vis du discours de Dieudonné. En aucun cas il ne se livre dans ses sketches à une "polémique" - au sens de "débat houleux" - il se contente de la provoquer. De "polémique" dans l'histoire nous n'avons affaire qu'à son apparence, c'est-à-dire le sens qu'a pris ce mot dès qu'il est question d'un conflit de discours dans la sphère politico-médiatique. Il s'agit évidemment de provoquer, de "faire parler" ou "faire le buzz", et provoquer comme on l'a vu des réactions spécifiques à la fois chez ses admirateurs et chez ses contempteurs - ce en quoi il a parfaitement réussi.
Il ne viendrait à aucune personne sensée de "polémiquer" avec Dieudonné pour la simple raison que son discours échappe à la raison et se situe essentiellement dans l'affect.
Le seul sujet de "polémique" dans cette affaire est celui de la liberté d'expression, et le moins qu'on puisse dire est qu'avec la réaction de Valls et de plein d'autres, Dieudonné a en effet déclenché une polémique: faut-il l'interdire ou non?
Mais il y a plus qu'une nuance entre un discours "polémiste" et un discours simplement déclencheur d'une polémique: ce serait lui faire beaucoup trop d'honneur que de le faire entrer sous l'espèce de la première catégorie.
Le propos de Dieudonné est de ce fait effectivement "plus direct": les juifs sont partout, ont tous les pouvoirs et m'empêchent, moi et d'autres, de dénoncer cet état de fait.

- « La satire s'appuie sur une rhétorique du mépris et cherche à faire rire ; nullement l'intention du pamphlet dont le ton est grave. »

S'agissant d'un article de Wikipedia, je laisse aux linguistes le soin de trancher, mais il me semble clairement que cette opposition de pure forme entre pamphlet et satire est à l'origine de bien des confusions à propos de Dieudonné. Comme je l'ai dit, Dieudonné use et abuse de la forme satirique, fondée sur le « mépris » et la provocation du « rire » : il exerce indéniablement le métier d'humoriste.
Mais là où nombre de ses adversaires se trompent est lorsqu'ils tentent de lui dénier cette capacité, en prétendant par exemple « qu'il ne fait plus rire personne depuis longtemps ». Ce n'est pas sur la qualité – critère subjectif s'il en est – du rire qu'il provoque ou non qu'il s'agit de se prononcer, mais sur le fond de ses spectacles : il faut bien admettre qu'il fait rire beaucoup de gens, y compris lors de ses saillies antisémites, ce qui est certes en soi assez inquiétant...des philosophes seraient mieux avisés que moi pour distinguer des nuances permettant de distinguer ce qui relève du « rire » et du « ricanement »  cynique ou sardonique, je pense que ce n'est pas la question ici.

Ce qui semble intimider bien des adversaires de Dieudonné réside dans la volonté légitime de préserver cette parenthèse précieuse du « rire » qui permet en principe de s'émanciper de toutes les formes habituelles de la bienséance morale, et qui fait que Desproges et son sketche sur les « juifs présents dans la salle » est cité à toutes les sauces comme contre-feu à l'humour de Dieudonné, parenthèse qu'il faudrait préserver à tout prix puisque ce rire libérateur est la dernière arme des opprimés – contre la dictature, la pesanteur sociale et morale etc...et tout le monde est d'accord avec ça.

Or le lieu commun systématiquement invoqué pour résoudre cet apparent paradoxe provient d'une expression du même Desproges : « on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui ». Cette question de savoir « avec qui » l'on rit est à mon sens le prototype d'une fausse résolution d'un faux paradoxe : je peux très bien rire en présence d'un nazi notoire en assistant aux mésaventures de Charlot, pas dans le Dictateur évidemment, sans que cela ne pose aucun problème – le rire étant universellement partagé et de plus largement incontrôlé – c'est un réflexe des muscles zygomatiques.

Faux paradoxe car je peux effectivement rire de tout avec n'importe qui, mais à condition de rire, et de ne faire que ça. Or en l'occurrence, les blagues antisémites de Dieudonné ne me font pas rire, ce qui n'exclut pas qu'elles soient drôles pour d'autres. Et si je ne ris pas avec lui ou son public, ce n'est pas parce que je n'aime pas Dieudonné et son public, mais c'est bien parce que je pressens qu'il se joue dans l'histoire quelque chose de sérieux de de grave qui n'a rien à voir avec la seule gratuité transgressive du rire.

D'où aussi la fausse résolution du faux paradoxe car si je ris de bon cœur avec Desproges à propos des « juifs dans la salle », cela n'a rien à voir avec mes relations personnelles avec cette communauté ni avec les gens qui m'entourent. Nous voyons tous que Desproges est simplement en train de « faire le con». Il n'a strictement rien à nous dire sur les juifs. Et ce n'est pas non plus parce que je saurais a priori que j'ai le droit de rire de tout avec Desproges, personnage qui serait doté d'un certificat officiel de « rire propre » et pas avec Dieudonné, personnage avec lequel il serait au contraire a priori indigne de rire. Ses vieux sketches avec Elie sont d'ailleurs très drôles.

Si je ris de bon cœur avec Desproges et tire la gueule avec Dieudonné à propos des juifs, c'est parce qu'au moment et dans la façon subtile où Desproges énonçait ses blagues, j'ai le sentiment effectivement de transgresser quelque chose, mais dans un contexte où tout me permet de penser qu'il s'agit uniquement de rire et que rien de sérieux ni de grave se joue, même si c'est pas bien de rire des juifs...où là là c'est pas bien...et je ris de plus belle à cette idée, et tout le monde avec. Et pourtant tout le monde se sent bien, malgré la gêne implicite, qui au lieu de détruire ce sentiment, vient au contraire le renforcer. Que nous arrive-t-il ? Sommes-nous devenus brutalement antisémites ? Non, nous pressentons seulement que notre rire, et celui des autres, ne prêtera pas à conséquence, et ce rire est authentiquement libérateur car il est gratuit.

Or il se passe certainement un processus du même ordre au sein d'une majorité du public de Dieudonné, qui prétend sincèrement venir « seulement pour se marrer », et il faudrait s'interroger sérieusement sur ce niveau d' « innocence » historique et morale des ces gens-là plutôt que de se contenter de les dénigrer. Le fait est qu'à moi, et à bien d'autres, Dieudonné ne la fait pas, et il doit être possible d'expliciter simplement cette frontière.
L'explication simple est que le contexte des spectacles de Dieudonné ne m'offre pas autant de garanties que ceux de Desproges quant à la gratuité joyeuse de mon rire, et c'est pourquoi je trouve le premier spontanément sinistre à mesure que je trouve le second exceptionnellement drôle. Et il ne s'agit aucunement ici de la « qualité » du rire, mais exclusivement de sa fonction ou de sa finalité.
Pourquoi une telle différence alors qu'en apparence le contenu est le même – après tout, on se moque en réunion des juifs?
Parce que Dieudonné, sous couvert d'humour, délivre de façon transparente un discours grave et qui plus est dangereux, traversé de bout en bout par la haine: c'est avant tout un pamphlétaire grimé sous les traits du satiriste. Ce sentiment là est immédiatement accessible, avant même d'y réfléchir : les sketches de Dieudonné ne sont en aucune manière des scènes gratuites, et en ce sens n'ont rien à voir avec l'humour ou la satire.

Ses sketches et ses récitals, que toute l'équipe consomme à haute dose sur le temps de travail depuis quelques jours, ne nous font pas particulièrement rire.


Misère du journalisme !
Je plains sincèrement l'équipe d'@SI de regarder des spectacles d'un humoriste que l'on ne trouve pas drôle. J'imagine être obligé de regarder des spectacles de Bernard Mabille...
Une dépêche AFP vient de tomber, Nicolas Hulot a déclaré soutenir Dieudonné après que ce dernier lui ait glissé une quenelle de l'environnement.
On peut l'appeler "machin", sinon.
Dieudonné veut rouvrir les chambres à gaz ET pense qu'elles n'ont jamais existé.
Pour moi il n'y a pas photo, antisioniste lors du sketch chez Fogiel, antisémite désormais. A mon sens il y a un réel problème, le linchage dont il a fait la cible après le sketch l'on amené où il est aujourd'hui, ça n'excuse rien, mais ne faisont pas semblant d'être surpris. Les médias on leur part de responsabilité du fait d'avoir été membre actif de ce linchage. Les aggressions physiques dont lui et ses amis ont été plusieurs fois victime ne sont jamais relayées, il me semble qu'une fois de plus les médias sont aux abonnés absents. Ces actes de vengeances sont tout autant condannable, personne n'en fait état... En démocratie, on ne se fait pas aggressé en toute impunité pour ses convictions.

De plus, nous vivons dans une société pluriethnique, il serait bon de ne pas crier au racisme et à l'antisémitisme au moindre fait divers, ça banalise le sujet et quand il en est réelement question, plus personne n'est surpris.

Je ne le soutiens pas, je regrette juste qu'il en soit arrivé là.
Mon humble avis :

La critique de la communauté juive par Dieudonné dépasse de loin et depuis longtemps l'antisionisme.
Il dénonce la religion Juive comme vecteur de tribalisme, d'intolérance, et de racisme. Et il considère que la culture juive (même laïque) reste imprégné de cette intolérance religieuse primordiale.
C'est ce que l'on appelait pendant longtemps de l'anti-judaïme.
Bien que très admiratif de sont talent d'humoriste (ses premiers spectacles solos sont de loin ce qui ce fait de mieux depuis 30 ans) Je n'aime pas sa dérive essentialiste.
Concrètement je pense que c'est Soral qui lui a mis ça dans la tête.
Dieudonné était très bon (et drôle) quand il était anti-sioniste et anti-communautariste. En revanche sa lecture : axe Chrétien / Musulman contre Juif / Protestant est chiante.

Mais ce n'est pas condamnable ! On a le droit de critiquer et même de condamner une religion et ses implications culturelles.
Enfin combien de fois entend-on, dans la bouche de politiques, d'éditorialistes ou d'intellectuels que la religion Musulmane qui imprègne la culture Arabe est par essence incompatible avec la République ?!

En revanche, Il n'a jamais été pris en flagrant délit de racialisme (à ma connaissance). Dire de Dieudonné qu'il est raciste est faux. Il n'est donc pas antisémite.

Bon, ceci étant dit je ne comprends pas pourquoi ce sujet est tellement discuté…
Enfin depuis 10 ans, tout le monde s'en fout de Dieudonné !
Qu'est-ce qui explique cet emballement soudain ? Il aurait dépassé une limite ? Non non non ! Il y a beaucoup d'autres gars qui explosent les limites de l'acceptable et on les laisse tranquille.
L'énorme différence c'est :
Sa tournée des Zéniths de France l'année dernière sans un seul passage télé et sans publicité.
Et puis il rempile cette année et ce sera plein.
Et ses vidéos : entre 1 et 2 millions de vues à chaque fois !

Regardez cette photo :

http://img.over-blog-kiwi.com/0/42/96/05/201310/ob_feac5bebc361c7c25b50cb4dc53f0299_quenelle.jpg

Cette photo a été prise lors d'une de ses convocation à la 17eme chambre cette année.
Regardez ces visages. Nazillons ? Racistes haineux ? Crétins acculturés ? Franchement ? C'est tenable une seule seconde ? C'est le visage de la haine qui revient ?

Des millions de vues sur le net, des zéniths pleins. Ajoutez à cela la manif pour tous (des centaine de millier de sympathisants). Les vidéos de Soral (2 à 300 000 vues chacune).
Ça commence à faire beaucoup beaucoup beaucoup de gens qui risquent sérieusement de ne plus jamais voter ni pour le PS ni pour l'UMP.

C'est ça qui fait paniquer le gouvernement !

De quoi Dieudonné est-il le nom ? On s'en fout. Le rôle d'asi n'est pas de sonder le cerveau d'un Bouffon.
En revanche de quoi le PUBLIQUE de Dieudonné est-il le nom ? Voilà une question interressante !
Et je me permettrai d'y répondre. Le publique de Dieudonné est le Nom de l'électorat perdu du PS et de l'UMP !
C'est bien foutu votre scénario, dès qu'un forum sur Dieudonné arrive à 1000 messages, paf, un nouveau apparaît. Comme quand dans ma cheminée, quand une bûche est consumée, j'en mets une autre, pour entretenir le feu (je pèse mes mots).
J'ai écouté la matinale de France Culture hier matin. Il était intéressant de voir l'exercice des différents chroniqueurs de l'émission, qui ont tous parler de Dieudonné, et et le mal qu'ils ont eu à trouver les adjectifs adéquates. On sentait bien que ce n'était pas simple...
C'est dans ces moments là que l'existence d'un appareil et d'une logique judiciaire sont une bénédiction. Excusez moi, hein, mais votre papier, là, il est zinzin. Dieudonné gagne sa vie en jouant des textes qu'il écrit racontant des fictions. C'est donc un artiste, et c'est ça la nuance qui a du faire retirer au point sa vidéo au Point, pas le fait qu'il soit humoriste (et à mon avis, ils se prendront un procès, et ils se feront pulvériser - en tous cas à ce niveau de forfanterie et auteur moi même, c'est ce que je souhaite de tout coeur). L'écrivain ou le poète ou le chanteur ont la même license. La justice, dieu merci, comprend assez nettement ce qu'est une création fictionnelle. Je ne sais pas pourquoi il est si dur pour le reste de la société de le comprendre, et en particulier un site qui a produit ses propres créations littéraires et en commente d'autres.

Bon, les autres questions sont moins nettes. L'antisémitisme, ce que je vous recommande c'est d'établir une définition précise et de vous y tenir. Est ce de l'aversion aux juifs ? Est ce un projet politique anti juif discriminant ? De là voyez si vous pouvez remplir les petites cases... ou pas. Attention, jeu frustrant, vous pouvez faire le même avec "Lepen" et "raciste". Mais en même temps, Lepen c'est ce gars qui commençait sa carrière politique en appelant à voté pour un député d'origine algérienne à Alger. Il sera intéressant de voire quelle définition fait de Lepen, mais de Valls et ses whites et ses blancos un raciste.

Et tant que vous y êtes, et puisque vous aimez bien Todd, posez vous sa question du racisme des élites que lui dénonce. Manuel Valls donc, et ses white et ses blancos, est devenu notre ministre de l'intérieur. Dieudonné et Soral reprochent à Valls l'asymétrie de ses discours aux communautés juives et aux autres, qui s'incarne dans son propre mariage etc. De manière générale gouvernement de gauche est exclusivement composé de gens exprimant une sympathie marquée pour un état et pour son gouvernement qu'on qualifie au mieux pudiquement de droite dure dans la gestion notamment de ses immigrés. A quel moment mettra-t-on, ici, les choses dans l'ordre pour se poser la question à portée réelle du racisme de fait des gens aux manettes avant de spéculer sur le racisme implicite de déclarations d'humoristes et pamphlétaires? On marche un peu sur la tête, à mon avis. Bombarder des arabes au nom de ce qui est bon pour eux, ce ne sont ni Soral, ni Dieudonné, ni d'ailleurs les Lepen qui se sont mouillés là dedans. E&R ou les équipes de Dieudonné sont beaucoup plus diverses dans les gens qui touchent des salaires que les gouvernements, les rédactions, ou même le CRIF, dont il faut bien dire que la composition indique clairement que c'est effectivement autre chose que ce qui est écrit sur l'étiquette. J'en ai vraiment marre que les problèmes *réels*, qui sont très graves, soient si facilement enfumés dans des choses qui n'ont manifestement aucune importance.
J'avais aussi remarqué cette répétition du patronyme, insistante et suspecte (de racisme) par M. Valls au Grand Journal, j'ai même cru détecter une petite pause à chaque reprise entre prénom et nom de famille. J'étais un peu dégoûté mais aussi me senatais un brin parano. Il paraît que da'utres l'avaient perçu, ça me rassure.

Quant aux discussions en boucle entre les "pour" et les "contre", chacun va continuer de camper dans ses positions, je m'abstiens donc de partager mon opinion, tres formée par ailleurs.
http://odieuxconnard.files.wordpress.com/2014/01/extrc3aame-final-2.jpg
Non à l'abject lynchage des antisémites !
Bonjour
Son nom est personne … et pi c'est tout.
Dassault, ou comment l'appeler ?
Un malfaiteur ? Un pourri ? Un mafieux ? Un tueur par procuration ?
Ses amis sénateurs ont décidé qu'on ne devait pas poser ces questions.
A vous maintenant, muni de la grille, de procéder aux décryptages souhaités...

La grille? Vraiment?
C'est vraiment frappant que le plus intéressant dans le cas "dieudonné", c'est effectivement la communication de Valls et autres qui se posent en chevaliers blancs contre l'anti-sémitismes, eux sont clairement islamophobes et racistes anti-roms.

Pire, ils sont en train de se servir du cas "Dieudonné" pour tenter de faire accepter la censure la plus crasse contre un "humoriste". C'est la même mécanique utilisée contre les libérations conditionnelles (dont l'effet sur la récidive est PROUVE) en se servant du cas "Dutroux", par exemple.

Effectivement @Si me fait l'effet de l'idiot qui regarde le doigt du sage, et non la Lune pointée du doigt.
Un trés bon article du Gorafi sur Dieudonné avec la distanciation qu'il faut http://www.legorafi.fr/2014/01/07/dieudonne-je-travaille-pour-le-mossad-depuis-2003/

Un pro sioniste disait sur un réseau social que grace a Dieudonné, le sionisme avait bonne presse en Israel, je crois que tout est dit.

Si l'émission est sur le triste sire, ça sera sans moi merci
Chronique pas facile.
Quelqu' un aurait-il un lien vers l' enregistrement audio en question?
(Je sais, c' est mal, mais je viens de me retapper les spectacles de Dieudonné jusqu'en 2008 et je n'y trouve pas d' antisémitisme.)
Trop de Dieudo!
Valls mène la danse comme Sarko en son temps. Et les journalistes suivent.
Dieudonné est il le principal problème de la France? Pourquoi autant de temps consacré à ce sujet. Même si la réaction fut forte, les insultes envers Christiane TAUBIRA ont été largement moins commentées. A force de lui taper dessus ils vont finir par le rendre sympathique, même si en regardant les vidéo aux propos antisémites ont redescend vite.
Le vrai sujet est pourquoi les réactions sont elles aussi violentes lorsque l'on s'attaque à la communauté juive. Le ministre de l'intérieur a t il voulu faire interdire Civitas?
Celui qui me fait le plus peur dans cette histoire c'est Valls.
J'attendais autre chose de ASI.
Vous avez votre réponse Daniel. Humoriste

Petit rappel pour ceux que les articles de presse et diatribes des éditorialistes constituent le seul "bagage d'informations" :

- Dieudo fait des spectacles, remplit des salles (sous entendu - fait rire pas mal de monde - ) et depuis son 1er lynchage médiatique; a orienté son travail artistique sur le traitement médiatique et le fameux deux poids, deux mesures! Normal donc qu'il soit transgressif ...

- Dieudo est du même moule qu'un Coluche ou un Desproges; anticonformiste, grinçant et quelque part anarchiste. La société a besoin de gens qui s'attaquent à tout sans considération religieuse, politique ou ethnique. Il s'agit de soupapes qui permettent aux tensions de s'échapper le moment d'un spectacle, d'un sketch ou d'une blague...

Sur le fond, le vrai problème que soulève cette polémique est la liberté d'expression. Les historiens français les plus sérieux ont toujours condamné (et le font toujours) la loi Gayssot et en général les lois mémorielles. En effet celles ci sont dangereuses car non seulement elles empêchent le travail de recherche et de débat d'idées que la société devrait avoir, mais surtout il y a déjà tout un arsenal juridique protégeant contre la haine raciale, la diffamation et l'apologie des crimes contre l'humanité!

En conclusion; Je me rappellerai toujours du sketch de "la fine équipe du 11 sept"; il était au somment de la visibilité médiatique et considéré comme un Grand par la "presse de garde". Personne à l'époque ne s'est indigné ou l'a traité d'islamophobe ou de raciste. Il s'agissait tout simplement d'un humoriste qui avait le droit de faire rire son public. par souci de parité; je me bornerai aujourd'hui à penser la même chose ...
Lorsqu’ils sont venus chercher les activistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas activiste.

Lorsqu’ils ont enfermé les polémistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas polémiste.

Lorsqu'ils sont venus chercher les humoristes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas humoriste.

Lorsqu’ils sont venus me chercher,
il ne restait plus personne
pour protester.
Le gouvernement à besoin d'un élément de diversion pour que l'on oublie les problèmes sociaux et Dieudonné tombe à pic, que @si tombe dans le panneau est assé triste.
voila ce qu'il se passe par chez moi:
http://grenoble.indymedia.org/2013-12-29-pompier-sauvagement-agresse-et
Si vous écoutez ses sketchs en boucle, c'est sans doute parce que l'émission lui sera consacrée.
Vous savez, c'est une amie d'origine tunisienne qui me l'a dit parce qu'elle a passé les fêtes en Tunisie, que le parlement tunisien est en train de voter à marche forcée, avant le 17 janvier anniversaire de leur révolution, leur nouvelle constitution.

En voilà une vraie info qui va probablement changer la face du monde, dans un sens ou dans un autre.
Si la Tunisie parvient à créer, malgré les obstacles, un état de droit qui est de fait une démocratie, alors, les pays arabes vont bouger, et c'est toute les démocraties déjà existantes qui vont devoir muer. Déjà, une des lois votées fait référence à l'égalité homme-femme.

Si ça ne fonctionne pas....
Et la laïcité dans tout ça? Si j'étais athée, j'exigerais qu'on l'appelle Riendonné et si j'étais musulman: Allahdonné.
Cette affaire Dieudonné prend des tournures qui virent au n'importe quoi.

Premier postulat pour savoir où je me situe : oui Dieudonné est antisémite. Pourquoi, parce qu'il a les mêmes positions sur les juifs sur scène et en dehors de scène. ON peut toujours crier à l'humour sauf que lorsqu'il prend des positions en dehors de la scène qui rejoignent celle qui prend sur scène il n'y pas de doute à avoir. C'est là qu'on peut dire qu'il est antisémite comme lorsqu'il se rend à des meetings en Belgique pour soutenir un antisémite notoire.
C'ets évidemment ce qui le sépare de nombreux humoristes qui peuvent faire de l'humour sur scène et leur position en dehors de la scène. Enfin il joue sur les clichés et les stéréotypes sur les juifs qui sont des archétypes de l'imagerie antisémites (c'est d'ailleurs pour cela que je pense que les sketch de Michel Leeb sont racistes également).

Cependant, cette affaire Dieudonné est devenu du n'importe quoi. Qu'on l'on ait des l des lycéens en garde à vue ou qu'on accuse ce soir ou jamais ou que l'on voit des quenelles dans une vitrine de magasin, on est dans une sorte de délire collectif ou la quenelle devient l'ennemi numéro 1 (au passage merde laisser ce plat excellent en dehors de tout cela). La quenelle n'est qu'un épiphénomène dans ce que représente Dieudonné.

La cerise sur le gâteau : les politiciens qui vient nous donner des leçons de morale. Valls le mecs qui a tenu de propos dégueulasses sur les ROMS, le soutien de Copé, l'homme des pains au chocolat. Ce n'est pas parce que ces politiciens ont décidé de se refaire une santé sur le dos de Dieudonné que j'oublierai tous les propos dégueulasse qu'ils ont tenu sur les populations immigrés ou musulmanes.

Moi je n'ai pas l'indignation à géométrie variable. Quand je vois un raciste ou un antisémite je le dis et oui Dieudo est antisémite. Tiens pour finir un petit lien
Dieudonné-Soral l'anticapitalisme des imbéciles par Alternative Libertaire
Allo..? La-Haut...? ça-va...?

On fait bien tout comme y faut..?

Bises de Bastou mon vieux D.S.

Tendres pensées pour Yèza !
Dieudonné, ou comment l'appeler ?
Ne surtout pas l'appeler car, hélas, il vient tout seul !
J'attend le jour ou Valls poursuivra Michel Leeb pour ses dvd et ses spectacles contenant des sketches sur les noirs ou il les imite en faisant des cris de singe.
Et que la LICRA, les medias et tous les chiens de garde traiteront "l'humoriste" de raciste.
@si se posera alors la question de savoir si on met des pincettes, des guillemets, interrogeant son for intérieur sur le pourquoi du comment, sur les motivations cachées de cet homme.

Bizarrement j'ai comme l'impression que ça n'arrivera jamais.
Qu'il soit drôle ou pas, on s'en fout. Qu'il continue à faire rire ceux qui rient et que les autres aillent voir ailleurs.

Encore un article sur ce sujet, c'est encore un de trop. Pourquoi cristalliser l'attention là dessus, encore et encore ? On se croirait il y quelques mois quand tous les sujet traitaient des roms.
Plutôt que de nous rebattre les oreilles avec des considérations d'appellation sur la personne de Dieudonné ou sur les "trouvailles" des différents journaux sur le sujet, j'attendais d'@si une toute autre approche.

Pour quelle raison tous les médias se jettent-ils sur ce sujet en particulier ?
Peut-on faire un parallèle dans le traitement de ce sujet et les autres sujets du même acabit qui fleurissent dans les médias ?
En quoi faire du sensationnel décrédibilise ou pas les autres informations qui passent du coup au second plan ?
Quels sont les enjeux politiques, idéologiques, financiers qui favorisent ce traitement par les médias ?

Je me rappelle, au début du site d'@si un excellent sujet de Judith qui démontait la valeur informative d'un journal de France 2, qui jouait la proximité avec le téléspectateur plutôt que d'enquêter sur le fond du sujet. Ici vous sombrez dans le même travers, en n'allant pas dans le fond, qui ne se limite pas à ce sujet en particulier mais au sensationnalisme galopant, en gros, du "choquer pour vendre".

Heureusement qu'il y a encore des émissions comme la dernière sur le revenu de base qui sont éclairantes, car côté chroniques et enquêtes, je ne vous suis plus ces derniers temps.

Rune
Le choix des mots conditionne notre façon de penser plus que n'importe quel autre outil de fabrique du consentement, et le glissement sémantique n'est jamais anodin, surtout lorsqu'il est repris à grande échelle dans les médias de masse.

La seule question à se poser est : ce glissement est-il une cause ou une conséquence du cirque médiatique qui se déroule en ce moment sous nos yeux ?
On recommence enfin à faire la différence entre antisionisme et antisémitisme : c'est une bonne chose , surtout que anti-sionisme peut signifier plein de points de vues différents (entre l'écrit d'Herzl et la vision du Grand Israel de certains, il y a de la marge pour s'opposer) Il reste qu'on ne peut pas être (plus-ou-moins) anti-sioniste, sans avoir prouvé au préalable qu'on n'est pas anti-sémite et là c'est nécessairement difficile.

Mais l'opposition pertinente à mon avis, à faire concernant Dieudonné serait de savoir s'il est antisémite (ce qu'on dit de lui) ou anti-communautariste (ce qu'il dit de lui) , si éventuellement si le second n'implique pas nécessairement le premier.

Autre question de qualificatif tant qu'on y est : est-t-il un humoriste négationniste ? Ses sketches ne semblent pas mettre la shoah en doute même s'il cherche à faire rire dessus, et il parait qu'il a écrit qu'il ne l'était pas. Mais cela suffit-il , vu ses fréquentations ?

(En tous cas il n'appartient pas à un ministre de la culture de décider qui est artiste, ou non, quoi qu'elle en pense à titre personnel.)
Plus ça va, plus j'ai l'impression qu'@si est complètement à côté de la plaque sur le cas Dieudonné. Vous mouiller ? Vous allez dans le sens du vent, ni plus ni moins.
Aucune finesse dans l'analyse du phénomène et ce qui me semble essentiel, le parcours, l'évolution du personnage qui l'a amené à sa triste condition actuelle, ni de pourquoi il est si populaire.
Car visiblement, ça vous arrache la gueule de dire qu'il est drôle (quand il ne mêle pas ses diatribes antisémites à ses pamphlets). Que ça ne soit pas votre type d'humour, soit. Mais "le cancer", pas drôle ? La vrai fin d'Hitler, pas drôle ? Gallilé pas drôle ? Les premiers et derniers squetchs de "Pardon Judas" ? Et la liste est longue...
Donc moi je l'affirme, Dieudonné m'a fait me marrer comme aucun autre humoriste. Et peut-être que vous devriez aller chercher les raisons de sa popularité là, et dans la dimension pamphlétaire de ses squetchs, où l'antisémitisme n'est venu se mêler que bien tard, plutôt que de vous entêter à ne le voir que comme un gourou de secte qui ne peut devoir son succès qu'à sa manipulation perfide des âmes simples.
On peut essayer " Cameroun Naze " ou le " Black spécialiste du blanchiment " ?
il me semble que beaucoup de gens présents sur le forum reconnaissent que Dieudonné a été très drôle... Je dois même avouer que sur sa dernière vidéo postée sur you tube (et qui est globalement à vomir) il m'a quand même fait rire quand il compare Arno Klarsfeld à "une petite chatte d'appartement".
@Roger,
Vous allez vous faire dévorer par les chiens de garde, qui ici, relaient la pensée étroite d' associations diverses et variées qui harcèlent cet humoriste.
Celles ci pratiquent à haute dose envers Dieudonné ce qu'elle sont censées combattre: La stigmatisation, la haine, le rejet, l'intolérance.
Au fait, Si Dieudonné était blanc, seraient elles aussi acharnées ?
"Plus ça va, plus j'ai l'impression qu'@si est complètement à côté de la plaque sur le cas Dieudonné."
Complètement d'accord avec çà, moins sur la suite : le "cas Dieudonné", c'est avant tout un énorme fumigène (terme naguère cher à DS), ensuite une arme politique qui vise bien au-delà de Dieudonné et de ses soutiens. On aurait aimé qu'ASI étudie l'affaire sous cet angle. Mais c'est tellement commode de hurler avec la meute, avec l'alibi de seulement "relater" ce qu'elle crie...
C'est sûr que comment on en est arrivé à cette affaire d'Etat, à cette hystérie médiatique sera un sujet intéressant à investiguer
Entre ambitions personnelles, élections municipales, besoin d'identifier un Méchant, et faire oublier tout le reste ...
Mais je pense que l'affaire est probablement loin d'être terminée, et si les spectacles sont finalement autorisés , ça va vraiment flinguer dans tous les sens ...
A mon avis, l'affaire est bien plus qu'un épiphénomène, et si au début ça ne m'intéressait pas, j'ai aujourd'hui l'impression qu'elle révèle énormément de choses.
L'aspect fumigène est un aspect non négligeable. Mais ça n'en n'est qu'un. Cela révèle à mon avis beaucoup de choses sur le rapport complexe et très complexé de nos sociétés sur la shoah, comment ce rapport parasite tout ce qui touche aux juifs et à Israël. Mais réduire le problème uniquement à l'antisémitisme serait aussi une autre grosse erreur. Pourquoi est-ce que le summum de la transgression aujourd'hui, c'est faire une quenelle ? Pourquoi malgrès toutes les injonctions qui disent "quenelle = antisémite", beaucoup de gens continuent à en faire alors qu'il se revendiquent non antisémite, ou du moins indifférents à la question ?

A mon avis, beaucoup de choses sont à analyser. Il y a pleins de facettes à cette affaire. Le personnage de Dieudonné lui même n'en est qu'une seule, et pas la plus intéressante.
Le rapport à la Shoah est simple: on veut nous faire sentir coupables alors que nous n'étions pas né, et que notre pays, rappelons-le, avait subi la défaite. Bref, je ne suis pas plus coupable de la Shoah que Gad Elmaleh ou je ne sais quel autre Juif Marocain dont aucun parent proche n'est passé près d'un camp de concentration n'en est victime. Au passage, croyez-moi ou pas, j'ai connu personnellement des rescapés des camps. Juifs polonais. Ils ne la ramenaient pas autant sur l'antisémitisme que le séfarade moyen.

Bref, la Shoah c'est de l'histoire. C'est de l'histoire en ce qu'on ne peut plus rien y faire. Il y a des tragédies auxquelles on pourrait faire quelquechose, parce qu'elles se déroulent maintenant. Certaines durent même depuis des décennies. Mais bien sûr nommer l'état concerné, c'est de l'antisémitisme.

Bref, la Shoah c'est de l'histoire. C'est de l'histoire en ce qu'on ne peut plus rien y faire.


Certes, la Shoah c'est de l'Histoire.
Mais la répression du nazisme et de l'antisémitisme fait aussi partie de cette Histoire là.
On croyait en avoir fini avec ça.
Mais à partir du moment où des types viennent nous expliquer aujourd'hui publiquement qu'il est regrettable qu'Hitler n'ait pas fini le boulot (et donc sans doute qu'il faudrait le faire) on peut légitimement considérer que cette Histoire n'est pas finie.

Dont acte.
Les antisémites considérent qu'il faut poursuivre l'éradication des juifs, sous une forme ou sous une autre. C'est leur choix.
Mais en conséquence, libre aussi à tous les autres de considérer qu'il faut poursuivre la répression de l'antisémitisme
et d'estimer que neutraliser les antisémites fait partie de l'Histoire d'aujourd'hui.

Que ces types fassent profession d'humoriste ou de plombier, peu importe.
On pourrait dire aussi : la génération née aux alentours de 1910-1920 a connu un antisémitisme politiquement reconnu, une partie y a adhéré, certains n'avaient que 60 ans en 1980 et on ne sait pas comment ils ont éduqués leurs enfants.
Il n'y a pas si longtemps, il y avait donc encore des gens à qui on pouvait (devait ?) montrer les conséquences de leurs engagements, et si aujourd'hui il n'y a plus que quelques marges du genre néo-nazi, on comprend le pourquoi du militantisme "mémoriel". Tout ça semblait déjà étrange à la génération née durant la guerre, devenue adulte dans les années 60 (Desproges avait l'impression qu'on lui parlait d'un autre monde) mais ça doit sembler beaucoup plus proche à quelqu'un qui n'a pas eu de père, de mère, de grand-père ou de grand-mère à cause de cette histoire.
Je dis ça parce que j'ai lu récemment l'histoire du père d'un camarade d'université, histoire dont il ne m'avait jamais parlé : enfant, il a été caché pendant 4 ans chez des paysans du Sud-Ouest, tandis que son père disparaissait dans les camps et que sa mère et son frère se cachaient en région parisienne. Là, si je revoyais ce camarade, j'aurais du mal à lui dire que cette histoire est lointaine même si je ne l'ai jamais vu en faire état de manière explicite, c'est celle de son père et de ses grands-parents.
La question n'est pas que ce soit lointaine ou pas, la question est de savoir si on peut faire quelquechose ou pas.

Pendant qu'Arno Klarsfeld nous donne des leçons d'antisémitisme, l'armée dans laquelle il a servi oppresse les Palestiniens et participe à leur spoliation par les colons.

Ça, c'est maintenant.

(1942, intérieur jour. "Putain les mecs, les allemands massacrent tous les juifs" -- "Arrête mec, on a pas fini de parler des arméniens, un peu de respect!")
Peut-on faire quelque chose si on oublie qui on a en face, ce qui le touche ?

Là, on a un dialogue de sourd entre des gens pour qui "antisémitisme" ne veut rien dire et d'autres pour qui c'est une histoire de famille récente. Il y a les stratégies "politicardes" de légitimation d'Israël mais il y aussi des sentiments qui sont le présent de certains de nos voisins.

Pour être plus concret : que se passerait-il si les zélotes d'Israël faisaient des quenelles devant des mosquées, des ruines de villages palestinien, le dôme du Rocher, dans une boulangerie devant des têtes-de-nègre, devant le panneau "route des esclaves" à la Guadeloupe etc. ?
Et si ils disent aux Palestiniens : "oubliez 1948, votre nakba et compagnie, c'est de l'histoire ancienne, passons à autre chose et merci d'accepter la réalité présente, les frontières de fait que nous avons tracé sans prétendre à quoi que ce soit au nom d'une soi-disant histoire" ?

Le présent, l'ici et maintenant vécu, c'est ce qui nous touche et ça ne concerne pas qu'une proximité temporelle ou spatiale, la meilleure preuve étant que vous vous préoccupez de ce que l'armée israélienne fait aux palestiniens (vous n'habitez pas la Palestine, je suppose...). Donc bon, chacun tend à rendre présent aux autres ce qui fait sa sensibilité, parfois c'est dans l'idée consciente d'en tirer profit et le plus souvent dans une tendance naturelle à rechercher l'empathie. Ca donne régulièrement des résultats contraire aux attentes ("il va nous lâcher avec ses histoires...") mais il faut faire avec, c'est une réalité anthropologique qu'on ne dépasse pas en disant simplement : "soyons objectifs, le passé est mort, le lointain ne nous regarde pas".
Et si ils disent aux Palestiniens : "oubliez 1948, votre nakba et compagnie, c'est de l'histoire ancienne, passons à autre chose et merci d'accepter la réalité présente, les frontières de fait que nous avons tracé sans prétendre à quoi que ce soit au nom d'une soi-disant histoire" ?

T'as pas l'air SUPER AU COURANT de l'actualité de ces 60 dernières années, mais les israéliens n'ont JAMAIS arrêté de niquer les palestiniens. Alors ce qu'ils disent, euh, si tu veux,...
Je crois que mon propos était assez clair : je ne parle pas des réalités objectives, je parle de ce que ressentent les gens, de la charge affective qu'ils donnent à certains événements.
Israéliens et palestiniens pourraient avoir fait la paix depuis 30 ans que certaines provocations symboliques passeraient toujours mal.
Ou pour le dire autrement : que la Shoah soit aussi utilisée comme instrument politique, ne signifie pas qu'elle n'est que ça pour ceux qui en entretiennent la mémoire. Idem pour les Palestiniens et la nakba, et tout un tas d'histoires plus ou moins anciennes (colonisation, esclavage, guerres franco-germaniques etc.).

A titre personnel, je suis plutôt insensible à la sacralité en général, qu'elle soit religieuse ou "mémorielle", mais bon, j'essaie quand même de prendre en compte ces sensibilités pour comprendre les réactions, aussi étranges puissent-elles m'apparaitre.
D'ailleurs, Dieudonné semble être passé d'un universalisme peu soucieux des "mémoires" à celui d'une mobilisation de celles-ci pour le combat. Il a du s'apercevoir que le poids des héritages, l'esprit de revanche voire de vengeance fonctionnait assez bien quand on voulait motiver des troupes. "Peuple noir" contre "négriers reconvertis dans la banque", ça marche chez certains...
Combien de millions de personnes, il ( Israël ) a tué depuis 1948 ?
provoc à 2 balles
gamma
Peut-on faire quelque chose si on oublie qui on a en face, ce qui le touche ?

entre rien faire pour ne pas froisser ,et faire des conneries débiles comme les quenelles pour montrer son indignation...le plus "criminel", le plus dangereux pour la justice, c'est quand même le consentement ,le "regardons ailleurs" .
Si on se mobilisait tous,par le vote ou autre ,contre les injustices du système,les deux apprentis sorciers n'auraient pas besoin d'aller au charbon en faisant les amalgames qu'ils font.
Pourquoi est-ce que le summum de la transgression aujourd'hui, c'est faire une quenelle ?

Je cois que cette phrase résume tout, ou plutôt qu'elle symbolise bien que les analyses que font la plupart des observateurs n'est pas bonne. On marche sur la tête. Les éditocrates délirent.
Les jours où je suis pessimiste, je suis inquiet pour Dieudo car je me demande comment il va se tirer de ce quêpier. La charge de ses adversaires est vraiment violente ces derniers jours. La pire des conneries qu'il pourrait faire serait de considérer que ces attaques sont la preuve de ce qu'il affirme et qu'il se laisse aller à un dérapage qui le discréditerait. Ses adversaires n'attendent évidemment que celà. Si on essaie de dépasser la personne de Dieudonné, on peut crindre que le résultat de ce tintamarre soit la création de nouvelles lois liberticides. Des lois aussi stupides que la loi Gayssot, par exemple.
Les jours où je suis optimiste, j'observe que sur les forums,de plus en plus les gens osent parler. Les inhibitions tombent peu à peu. Lentement, certes, mais on sent comme un frémissement. Quelque chose me dit (mais comment en être sûr?) que ceux qui osent sont le plus jeunes d'entre nous, ce qui donne de l'espoir. Peut-être vont-ils faire prendre conscience à ceux qui ne parlent pas qu'ils observent inconsciemment un tabou de manière quasi-religieuse en reproduisant des comportement automatiques dans lesquels la raison a peu de place.
Je voudrais faire un parallèle entre l'affaire Dieudonné et l'affaire Renaud Camus, ne serait-ce que parce qu'il existe une vidéo (une interview de Renaud Camus par Thierry Ardisson en présence d'Elie Semoun) assez plaisante à regarder qui illustre parfaitement mes propos (durée 16 mn).

Rappel de l'affaire Renaud Camus : cet écrivain aux idées très conservatrices (d'extrême droite diraient ses adversaires) avait causé un scandale en affirmant dans son Journal qu'il était agacé par la présence importante de chroniqueurs juifs dans l'émission Le Panorama de France Culture. Selon lui, en raison des origines de ces intervenants, certains sujets revenaient trop souvent. Cette affaire avait pris une ampleur considérable.

Il est évident , lorsqu'on regarde cette vidéo, que Renaud Camus n'est pas antisémite et qu'on lui a fait un procès grotesque. Les attaques maladroites d'Elie Sémoun (manifestement aussi sincère que le sont beaucoup d'adversaires de Dieudonné aujourd'hui) permettent à Renaud Camus de présenter des arguments imparables. Elie Semoun lui rétorque par une vacherie stupide, faisant allusion aux préférences sexuelles de Renaud Camus (en substance : "Quelle serait votre réaction vous si on disait qu'il y a trop d'homosexuels sur France Culture ?), à laquelle Camus lui répond sans aucune ambiguïté.
Je parlais dans mon message précédent que j'ai l'impression que dans ce domaine les mentalités progressent. Cette affaire ferait probablement moins de bruit aujourd'hui. En ce sens, on peut dire que des gens comme Elisabeth Levy, Eric Zemmour, Bruno Gaccio, Frédéric Taddei, Karl Zero et ... DIeudonné font oeuvre utile.

Cela révèle à mon avis beaucoup de choses sur le rapport complexe et très complexé de nos sociétés sur la shoah, comment ce rapport parasite tout ce qui touche aux juifs et à Israël. Mais réduire le problème uniquement à l'antisémitisme serait aussi une autre grosse erreur. Pourquoi est-ce que le summum de la transgression aujourd'hui, c'est faire une quenelle ?


La France souffre de judéomanie.

Pour en savoir plus sur ce qu'est la judéomanie :
http://www.dailymotion.com/video/x3xkng_jean-robin-et-la-judeomanie-1-3_news
http://www.dailymotion.com/video/x3xjto_jean-robin-et-la-judeomanie-2-3_news
http://www.dailymotion.com/video/x3xi8n_jean-robin-et-la-judeomanie-3-3_news
J'ai regardé quelques sketches un peu au hasard de youtube et ne l'ai pas trouvé drôle (en particulier celui sur DSK). Mais ce ne sont pas ceux que vous mentionnez : j'irai y jeter un coup d'oeil.
Cela dit, sa drôlerie, hors des diatribes antisémites, constitue un indéniable piège : il nous / vous / les fait rire joyeusement, réellement, innocemment, crée une complicité entre le public et son personnage scénique, et, hop, par derrière, provoque d'autres éclats de rire qui ont le même son, mais pas du tout le même arrière plan idéologique : l'effet est particulièrement vicieux pour un public aveugle à cette manipulation. Les premiers rires légitiment et innocentent les seconds. Et Dieudonné use et abuse de cette ambiguïté pour rendre acceptables des idées abjectes. On pourrait imaginer un dispositif totalement inverse, si, en civil, ses opinions réelles n'étaient pas aussi confuses et terribles*, s'il n'était pas devenu un cyberprédicateur antisémite. Cette ambiguité du rire pourrait provoquer un sentiment de culpabilité chez les spectateurs et leur faire prendre conscience de la monstruosité de ces propos. Pour une grande partie de son public, il n'en est évidemment rien. C'est un rire qui fédère des colères, des aigreurs, des impuissances et des ignorances avec lui, contre ses cibles de prédilection.
Tout le problème du rire (qui dépasse largement le cas Dieudonné) est là. Il ne veut rien dire en lui même, et est perméable à toute manipulation. En tant que professionnel du rire, Dieudonné utilise forcément ce ressort en pleine conscience. Et c'est là qu'il est odieux.

* pour s'en convaincre, voici une des très rares interviews récentes de Dieudonné >> clic ! <<
Public aveugle à cette manipulation ?

Merci de nous éclairer de votre haute bienveillance de notre terrible et sombre médiocrité intellectuelle !
C'est un plaisir !
Interview très caractéristique du personnage ; tout en mensonge et en manipulation.

En vrac ;
-Son spectacle foxtrot ne parle pas de danse, par contre il y insulte 6 ou 7 personalités, toutes juives comme par hasard.
-Ses emmerdes n'ont pas commencé avec son sketch chez Fogiel mais avec l'interview l'année d'avant où ils disait que le judaïsme était une escroquerie.
-Il dis être allé à Auschwitz et dis qu'il a vu un camp de concentration, ce n'est pas un lapsus.
-Personne n'a reproché à Faurisson de nier la réalité de Gorée, vu qu'il n'a simplement jamais rien écrit à ce sujet
-Nier l'esclavage est aussi passible de la loi Gayssot, puisque les lois Taubira en font un crime contre l'humanité (Taubira qu'il traite au choix de "bonobo" ou de "cheetah"...)
-Faurisson n'a jamais été dans la résistance il avait 15 ans à la libération, et ceux
-Ses références littéraires, Céline, Nabe, Garaudy... Il a du oublier Brasillach
-"il n’y a même pas une impasse Toussaint-Louverture" alors qu'il y a un square et une rue...

Bref, ce pauvre type est un propagandiste très vicieux donc très doué.
C'est Valls le problème ! Il est carrément en train d'essayer de bâillonner ce qui reste d'impertinent, de politiquement incorrect, d'etouffer la raillerie du bouffon.
Valls crée le problème, pas Dieudo que j'appelle Dieudo, avec une certaine tendresse pour ce bouffon, malin, taquin, comique, a l'humour plein de tiroirs qui arrive a me faire pisser de rire.

Les pays ou les artistes sont stigmatisés, interdits, dénoncés comme des délinquants sont les dictatures.

Si Dieudonné est interdit, alors oui, nous entrerons dans une dictature qui ne sera plus seulement "molle" mais qui ouvrira la porte ouverte aux pires excès.

Dieudo c'est le seul qui n'est pas correct, c'est le seul qui remplit les salles sans passer par le système médiatique.

Je redoute que le système ne se débarrasse de lui, un accident (ou un cancer provoqué, c'est la nouvelle méthode discrète d’effaçage des gêneurs) est si vite arrivé de nos jours (une pensée pour Coluche, effacé lui aussi en son temps).
Peut-être qqn l'a-t-il déjà fait (je ne lis plus les forums sur Dd... je survole le + récent)... mais voici une opinion qui me paraît très pointue et très pertinente, celle d'un comique talentueux : Alexandre Astier :
http://www.youtube.com/watch?v=K0O-nqsY5jw&feature=player_detailpage
(sais pas de quand ça date mais j'imagine que c'est récent).
son point de vu est très intelligent
c'est étonnant de constater que ce point de vu est très rependu (en tout cas parmi les gens que je fréquente), mais repris par aucun journaliste
Il faudrait relire le beau livre de Linhart, l'Etabli... Pour ceux qui ne l'ont pas lu, c'est le récit d'un jeune "établi", ces intellectuels qui allaient dans les usines pour vivre la réalité de la chaîne, et essayer d'y pratiquer la politique, dans sa réalité humaine la plus entière. Il y a beaucoup de très belles choses dans ce livre, notamment ce moment où, cherchant entre ouvriers les vrais arguments susceptibles de convaincre les autres ouvriers de faire grève, ce n'est ni le salaire ni les conditions de travail qui l'emportent, mais la question de la dignité... C'est magnifique, mais c'est un autre moment du livre qui m'en est toujours resté, comme une énigme déchirante. A un ouvrier musulman noir, avec lequel il a noué un très beau rapport (taciturne et dans lequel l'amitié est pudique, presque timide) Linhart dit qu'il est juif. Cet homme ne peut tout simplement pas le croire. Pour lui, le Juif, c'est le mal, c'est métaphysique. Donc cet homme, Linhart, dont il connait le vrai fond (car c'est un homme clairvoyant) ne peut pas l'être. Jusqu'au bout, il ne le croira pas, plutôt que de devoir remettre en cause son image du Juif...
Tout ça n'avait rien à voir avec Islraël et la Palestine, du moins en termes politiques... Il me semble qu'on ne sait pas grand chose de l'anti-sémitisme d'origine religieuse islamique, et que plutôt que de pousser les hauts cris sur l'article du Monde (il semble que pousser les hauts cris soit une activité très prisée, d'autant plus qu'elle ne demande pas beaucoup de temps ni de réflexion) peut-être qu'il faudrait en savoir plus? Nos trois religions du livres sont pleines d'un imaginaire réciproque plus que violent.
On sait qu'il n'y a pas d'humour révérencieux. Peut-il y avoir un humour haineux ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.