158
Commentaires

"Désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit"

"Combien de TER circuleront en région parisienne ? Les transports marseillais seront-ils affectés ? Et vous, comment vous organisez-vous ? Covoiturage ? Travail à domicile ?" : la grève de jeudi 29 janvier accapare les journalistes.

Derniers commentaires

Bonjour , j'ai bien aimé votre article sur le "jeudi noir" et j'aurais aimé vous faire parvenir un dessin humoristique qui va très bien avec ... mais comme ce n'est pas possible je le décris : un couple de français moyens se désole : "jeudi il n'y aura plus d'école, plus de service public, plus de fonctionnaires, plus d'hopital..." en face d'eux il y a Sarkozi qui dit à Fillon :"c'est pas une grêve, c'est notre programme!" Je n'arrive pas à bien déchiffrer la signature : Rareon ???
Bon courage pour la suite de vos chroniques !
Sylvie
réponse à Vincent Rousseau pas placé où j'aurai pensé ! :
Moi j'ai appris ça via Libération, le 22 janvier. J'étais un peu étonnée, d'ailleurs, mais il est vrai que je n'avais pas regardé le JT (à La Réunion) la veille. Les DOM ont toujours un oeil sur les autres DOM. En général l'info passe bien. Et en effet, au premier JT réunionnais que j'ai regardé ensuite on en parlait.
Rue89 aussi en a parlé, au moins dès la semaine dernière.
Donc la presse en ligne a fait son boulot, au moins "une certaine presse en ligne". Quant à la télé nationale, toujours à la traine. Maintenant que le secrétaire d'état à l 'outer-mer est là-bas, sont bien obligé d'en parler. Parait qu'il ne partira pas tant que la crise ne sera pas terminée. On verra bien, et surtout dans quelles conditions.
Lors de son passage à La Réunion, on ne peut pas dire qu'il ait cherché à rencontrer les mécontents.
Il s'est barré à l'autre bout de l'ile pendant les manifs du 29 et une AG aurait été dispersée manu-militari à l'IUT de Saint-Pierre en prévision de la visite dudit secrétai!re d'état, pour l'inauguration du bâtiment à énergie positive (nom pompeux pour désigner un bâtiment très économe en consommation d'énergie, qu'il est capable de produire lui-même voire de dépasser via les énergies renouvelables) - si j'en crois un communiqué de presse furibard de la FSU locale ...
Donc le style Jego (il a dit lui même qu'il avait "un style"), c'est "dans la ouatte". Je ne sais pas si ce sera aussi le style Guadeloupéen !
Bien sûr, le petit N. ne risquait pas de se trouver ce jeudi dans un musée des Beaux-Arts où l'on ferme deux salles sous votre nez pour cause de grève !!
Chouettes, les vacances culturelles en sarkozie ! Pfff
C'est pas tout à fait faut !

J'ai appris aujourd'hui, lundi 2 février 2009, qu'il y avait une grève générale à la Guadeloupe, depuis le 20 janvier dernier !

C'est un témoignage direct, une personne qui arrive de Guadeloupe, qui me l'apprend !

Je n'ai pas la TV, mais je consulte chaque jour les sites de Presse. Je n'ai rien vu passer depuis le 20.

Cette grève a-t-elle donc été à ce point délaissée par la presse ? Quelque occulte occultation ? Serais-je atteint de quelque mauvais syndrome post-colonial sans le savoir ? Mine de rien, c'est quand même inquiétant…
après le Préfet de Corse voilà le Préfet de Saint Lô : http://www.lepoint.fr/actualites-politique/sarkozy-chahute-a-saint-lo-une-deuxieme-mutation-apres-le-prefet/917/0/311613

"Désormais en France quand le suprême a ses nerfs ça se voit" !!!!!

bienvenue dans la france de l'autocrate...........
C'est quoi ce bazar ? c'était pas seulement une grève des lycéens que je sache ....

C'était "la grève pour la défense de l'emploi, des pouvoirs publics, et du pouvoir d'achat" entendu toute la journée sur France-Info, le fameux pouvoir d'achat pour lequel Sarko a été élu, entre autres belles promesses.

Plutôt pertinents les motifs pour faire grève, si tout cela est vrai (je veux dire dans la pensée de chaque gréviste, et en toute solidarité avec les autres).

Ne nous battons pas, rassemblons-nous pour que ce "pouvoir de ruiner" ne mine pas complètement notre démocratie vacillante.

2 millions de grévistes selon les syndicats, 1 million selon la police, et des petits entrepreneurs, des petits patrons, si vous préférez ont manifesté aussi. Pour moi c'est du positif. A voir les analyses dans les jours qui vont suivre.

Chabot fait la tronche sur la 2, Bernard Thibault était en direct tout à l'heure quand j'ai fait un brève passage devant ma télé, je n'ai pas de temps à perdre .... Avec ou sans pub, Carolis et Chabot et des tas d'autres vont sauter, je veux dire vont prendre la porte, et nous allons peut-être continuer à jeter nos télés pour éviter la redevance. Evidemment il faudra prendre le pognon ailleurs .... On (Ministres et journalistes) nous dit de façon presque subliminale que la grève c'est ringard démodée. Ne tombons pas dans ce piège.


Signé la bisonne qui ne pense pas qu'à sa petite retraite, qui n'a pas voté pour l'agité (aJT) .
Ce soir sur " A vous de juger " sur A2 on apprend la troublante similitude entre Sarko et Bonanaparte ( cf. Duhamel). Qu'en pense nos voisins européens?
Angela Merckel a dit que pour comprendre la psychologie de Sarko elle allait revoir l'ensemble des films de Louis de Funès. Propos censurés par nos médias nationaux.
Comme je ne sais pas où l'écrire, c'est hors sujet mais tant pis, j'écris ici... merci au webmaster de déplacer ailleurs, s'il y a un ailleurs que je n'ai pas vu...

Plus de pub à la TV public à partir de 20h30 ??? !!!

Hier, et presque tous les jours: Darty, Jet tours, Française des jeux, Groupama... on se fout de notre gueule... si j'avais de l'argent et si j'étais à la place de Boulanger, Nouvelles Frontières, AXA ou autres... je ferais un procès... c'est quoi ce merdier... pub interdite sauf pour certains !!!

Yves
Les journalistes savent-ils compter ?

Sur n'importe quelle chaine, pas un pour rattrapper l'autre...

Juste capable de dire: 10 selon les forces de police (ou la Préfecture) et 100 selon les syndicats...

Et c'est quand que les journalistes, ils bossent ? !

Ils osent se prétendre être des journalistes et donner ce genre de non information !!! c'est pourtant pas bien compliqué... un petit comptage sur 10 mètres et une multiplication par la longueur de défilé... même un môme de CM1 serait capable de le faire !!!

De clowns ! pas mieux.

Yves
J'ai zapé sur trois JT à 13 h (à propos de la grève):
La 2, sans odeur, sans saveur ;
La 1 (l'inénarrable JPP), un micro-trottoir : des râleurs, des contre-la-grève, des ils-ont-peut-être-raison-mais-je-perd-quand-même-une-journée...
Canal+, un autre micro-trottoir : des gens solidaires, des contents de rester chez soi avec les enfants, des tout-à-fait d'accord...
Bon il me reste le net pour des analyses plus fouillées.
Esperons seulement qu'il n'y aura pas de debordements, ni par des casseurs ni par d'eventuels provocateurs, parce que sinon le medias vont vraissemblablement tout faire pour qu'on s'apercoive que les mouvements de greve ne provoquent que de la violence, et le message va etre totalement detourne.
"Près de 300.000 manifestants selon les syndicats, plus de 20.000 selon la police, ont manifesté jeudi à Marseille" (l'express.fr, il y a moins d'une heure)

Hallucinant la différence entre les deux estimations ! On s'en rend compte à partir de combien ? 20000 personnes pour une ville comme Marseille, c'est peanuts, par contre 300000, c'est du sérieux. Sarkozy voulait-il dire à l'époque que grace à la désinformation, les grèves passeraient inaperçues ? Faut pas compter là-dessus.
Dans mon bled en province, pour une commune de 120000 habitants, nous étions 25000 soit plus de 20% de la population totale. Je n'avais pas vu une telle affluence depuis les manifs contre le CPE. Le parcours de la manif fait une boucle d'environ 3km dans des rues de 10m de large maxi. La queue du cortège n'avait pas encore décollé du point de départ que les premiers avaient déjà atteint le bout.
Nous dira-t-on demain que ça n'est pas visible ? Une chaine humaine de 3km de long sur 10m de large, ça se voit même depuis l'espace... Allez, charrions un peu, depuis la lune aussi... :-)
" désormais, quand ptit préz parle, personne ne s´en aperçoit"
Je mets un lien vers une vidéo marrante, histoire de détendre un peu, hein,
N'importe quoi. C'était de l'agression verbale. "Voilà qui devrait vous plaire...": sous entendu que j'adhère à ça. A mettre en parallèle avec le "monsieur", histoire de faire passer l'autre pour le dernier des vantards.

Et maintenant, vous tentez de vous faire passer pour celui qui cherchait à "détendre l'atmosphère". Votre point de vue sur ceux qui critiquent certaines manifestations est peut être clownesque mais vous n'êtes pas drôle. oOOoO
Votre vision manichéenne et réductrice de la société vous empêche de comprendre qu'être contre une opposition aussi pathétique ce n'est pas nécessairement être de droite.

Ou même: qu'être de droite c'est pas forcément être le dernier des imbéciles. C'est votre syndrome de compensation ça... "je suis pas de droite, donc je fais partie des bons, des gentils, des supérieurs.".

Ne chercher même pas à me plaire, avec votre vision bijectif et pétri dans les préjugés, c'est raté d'avance.

Bien d'accord sur ce coup et je vous renvoie la balle: évitons, nous tous (et donc vous aussi !), les généralisations et nous découvrirons certainement certains lycéens tout à fait mûrs pour le débat voire la confrontation politique ou des retraités totalement dégoûtés par la logorrhée sarkozyste...
Ah mais tout à fait ! Je l'ai amplement souligné, et ce dès mon premier message.

J'ai même dit, d'ailleurs, que de tels personnes étaient trop digne pour s'associer à des mouvement aussi cons. Je vais pas critiquer ceux qui font la grève en sachant de quoi parle la réforme, objectivement et alors qu'ils s'y intéressent. Ces gens là sont intéressants et ils ont une certaine légitimité.

Je vois pas pourquoi les blâmer. Ils sont plus à plaindre qu'autre chose... dur d'être lucide quand on est entouré de personnes qui sont là pour faire la fête ou avec de pseudos-convictions recrachables à souhait. Ça c'est le genre de personne qui manifestent sous la pluie, ça c'est le genre de personne qui s'oppose pas bêtement, parce que "c'est la droite", ça c'est le genre d'opposition qu'il faudrait à ce pays.

Nan vraiment, j'aurais trop honte de les inclure dans le même groupe, même si ils sont une infime minorité et que j'en ai jamais rencontré un seul. Un comme ça, ça a les idées d'au moins 200 moutons.
Vous faites vraiment une fixation sur le moutonisme (supposé) de la jeunesse.
Vous savez, si je parle à un spécialiste de la physique quantique, je ne puis qu'hocher la tête quand il me dit quelque chose.

Il n'y a pas beaucoup de jeunes qui s'intéressent là dedans, le souci n'est pas tant de ne pas comprendre que ne pas chercher à comprendre. La moindre des choses avant de participer à un mouvement, c'est de se bouger un minimum le cul pour savoir de quoi ça parle. Pas de le récupérer pour en foutre le moins possible et se targuer ensuite d'être un Don Quichotte luttant pour la grandeur de l'éducation national.

Si on poursuit le raisonnement, contre qui dois-je m'en prendre le plus, moi citoyen salarié majeur, contre les jeunes qui manifestent sans trop savoir pour quoi ou contre les vieux qui ne manifestent jamais mais vont voter comme des moutons pour un programme dont ils n'auront jamais à supporter les conséquences et qu'ils ne jugent qu'à travers l'épais miroir de leurs préjugés en total décalage avec la réalité du pays ??
Depuis quand un abus en justifie t-il un autre ? Si vous critiquez ceux qui votent bêtement ou qui font de Sarkozy le combattant de la délinquance alors que c'est le dernier des braquignoles, bah vous avez bien raison.

Ne craigner pas qu'en disant de manifestations débiles qu'elle sont débiles vous excusassiez du même coup tout ceux qui font n'importe quoi politiquement dans notre société.

Note: Éviter les généralisations. Il n'y a pas d'entité homogène incarnant l'ensemble des vieux ou des jeunes. Et ce n'est pas parce qu'on vote Sarko qu'on adhère totalement à Sarko, on peut aussi craindre encore plus les alternatives. A défaut de partager ce point de vue, nous pouvons tout du moins le respecter.
PS: rappelez-vous le CPE et merci encore les lycéens et étudiants pour votre mobilisation à cette occasion !! Vous ne compreniez peut-être rien aux arcanes du droit mais votre saine révolte a été confirmée presque deux ans plus tard par des décisions judiciaires s'appuyant sur le droit international du travail (illégalité de contrats de travail qui allongent de manière excessive la période d'essai).
Je le connais suffisamment pour avoir vu le point d'Eolas là dessus: http://maitre-eolas.fr/2006/03/25/309-faisons-le-point-sur-le-cpe.

Mouarf... je me rappelle aussi de la LRU vous savez. Et de tout ces jeunes qui scandaient que ça allait augmenter les frais de scolarité alors que le budget des universités augmentaient de 50% et que les frais restaient à la charge du ministère. Aucun d'entre eux n'aurait put vous expliquer sur quoi ils s'appuyaient pour affirmer ce qui étaient affichés sur leur pancarte.

C'étaient même pas des lycées, c'étaient des étudiants ! Peut être que si l'opposition était pas aussi minables on se retrouverait pas avec des Nicolas Sarkozy en président de la République. Vous croyez quoi ? Ils sont récupérés par qui les bergers que sont les leaders lycéens ? Par le partie socialiste. Ce parti qui conteste pour contester et qui n'a pas la moindre idées sur l'éducation autre que celle des questions budgétaires.

La logique du gouvernement c'est: "quitte à avoir une éducation minable, autant qu'elle coûte pas cher". Pas étonnant qu'elle triomphe ou qu'on l'a laisse faire quand on voit le peu d'idéaux qu'incarne l'alternative. C'est pas un Sarkozyste qui vous dit ça, c'est un gauchiste. La gauche vaut mieux que d'être vide de sens et de convictions.

Bien vu Aikoa.
Mais il n'y a pas de pire sourd etc.
Le plus inquiétant c'est pas tant d'être en désaccord sur le fait que ces manifestations soit débiles ou pas. Ce qui est extrêmement grave, c'est qu'on en soit à ramener les jeunes à ça. A des hordes de moutons bêtes et ignares qu'il faut manipuler pour faire céder le gouvernement.

Si c'est ça la nouvelle génération, une génération qui votera selon l'étiquette et s'inscrira dans la continuité de la précédente en matière de socialisme, bah c'est sûr qu'on est pas prêt de sortir de cette opposition bête et crasse.
Et vous pouvez être sûr que le système éducatif n'ira pas mieux qu'avant. Il ne fera que se gangréner, avec ou sans cette réforme, si tout le monde continue à ne s'en préoccuper que quand on traite des questions budgétaires (c'est un pan, mais ce n'est pas tout).
@yannik:
Je ne répond pas, c'est profondément inintéressant. Un mélange de ad hominem et de n'importe quoi (première phrase: constater que le privé subit moins de blocus que le public, ça devient le sacraliser...). Tout ceux qui ne mettent pas des œillères le savent que c'est n'importe quoi ce genre de manifs/blocus.

Tout le monde le sait que les lycéens n'ont pas toujours une conscience politique très développée mais il faut bien commencer par quelque chose !

Dans un pays de vieux retraités, groupies de Sarkozy (qui n'aurait jamais été élu si le droit de vote avait été interdit aux plus de 65 ans), que la jeunesse rappelle son existence, son énergie et son envie de vivre, moi cela me paraît la moindre des choses...

Il n'y a pas de commencement. Commencement de quoi ? Depuis quand partir manifester c'est obtenir une conscience politique? Une conscience politique, c'est par définition s'intéresser, s'impliquer dans la politique, point.

La manifestation est justement censé être l'expression de cette conscience. Si elle est détournée à d'autres profits, c'est qu'il y a justement un gros problème en terme d'implication politique. Quel vision leur en donner vous alors ? Allez dans la rue sans même avoir jeter un coup d'œil à l'actualité ? C'est "bien", c'est "la moindre des choses" et ça mettra en avant votre existence, énergie et envie de vivre..

La jeunesse mérite mieux que d'être manipulée par les uns, par les autres ou par sa flegme. Rien ne justifie ça, pas même une réforme bâclée et faîtes en catimini.
Le premier malaise de l'éducation, c'est le peu d'importance que le peuple lui accorde.
euhhhhh et "quand il y a un gros mensonge désormais ça se voit"......

http://actu.dna.fr/090128211823.84j1zfa4.html

y a t il quelqu'un dans cette salle pour me retrouver le moment où la lumière clignotante de notre pays nous avait balancé qu'il n'y aurait PAS d'augmentation de la redevance ???

quand j'vous disais qu'il avait pas l'argent....

"......................désormais quand il y a [s]une réforme[/s] [s]une promesse[/s] une grosse daube ça se voit"
Sarkozy a en partie raison, ça fait quand même plus de 12 jours qu'il y a une grève générale en guadeloupe et c'est vrai quand on en s'aperçoit pratiquement pas...
En quoi un blocus bousille l'éducation, vous l'affirmez sans le démontrer. Un blocus ne nuit que temporairement à l'éducation de certains, et encore, puisque tous sont à la même enseigne, grévistes et non grévistes et devront passer les mêmes examens.
Le public est toujours bien plus bloqué que le privé. A croire que tant que les gens ne paient pas, ils ne leur vient pas à l'esprit de respecter ça.

Donc oui, ça nuit au public et ça encourage le privé. Libre à chacun de cautionner ou pas ce genre de mécanisme.

Au contraire, c'est vous qui ne cessez de les infantiliser en leur déniant la capacité à faire grève en connaissance de cause. Moi, je relativise, ils sont jeunes, ils peuvent avoir des lacunes, des hésitations dans leurs argumentaires politiques, mais pour autant, on ne peut les traiter avec le dédain que vous leur accordez, quoi que jeune vous-même.
C'est meugnon. Se torcher de l'éducation, utiliser un mouvement pour en foutre le moins possible, bloquer un bahut sans avoir pourquoi ça devient une "lacune".

Oh, comme c'est gentil de votre part, que vous êtes magnanime. Et après 18 ans, ils auront le droit de tout bloquer, le lycée (certains sont majeurs) et la fac ?
Chouette, vivement qu'ils aient tous 18 ans alors.
Pour vous engagement politique est peut être, synonyme de blocage pas pour moi. Et je ne vois pas là quelque chose de "chouette" à bloquer tout les bahuts de France.


Non, nous obtenons notre place dans la société juste en fonction du stupide et aveugle principe de l'offre et de la demande qui exclut de fait tout recours au mérite. Il suffit qu'on ait besoin de quelqu'un à tel poste, ce qui ne dit absolument rien de son mérite à avoir cette place.

Voilà, on en arrive: dénonciation du capitalisme. C'est une constance, quand on débat avec quelqu'un qui a des conceptions marxistes&co sur la société... on en aboutira toujours inéluctablement au débat capitalisme/communisme. Pour ça que j'ai dis très clairement qu'on ne peut pas débattre sur un point particulier du capitalisme. Ce n'est pas une critique de ta vision de la société hein ? Juste un principe dialectique, comme le point Goldwin quoi.

Toi tu pars de l'optique qu'il faut bouleverser, renverser le système, en faire "autre chose". Moi je pars du principe qu'on doit l'améliorer.
Alors, tout change: la conception de l'individu, de l'état, de la société...

On ne peut véritablement traiter d'autre chose que de ses trois conceptions en fait.

==

Alors moi, je vais te poser une question toute simple : qui es tu pour juger de la valeur des idées d'une personne que tu ne connais même pas et avec qui tu n'as jamais discuté ? (parce que c'est bien cela dont il s'agit, au final.)
Absolument pas. J'ai parlé à des leaders lycéens, j'ai parlé à des amis qui font le blocus ou la grève, j'ai regardé les gens qui y participer à la télé, j'en ai discuté avec des enseignants...au nom de quoi affirmes-tu que je n'ai jamais discuté avec quelqu'un adhérant à ça ?

J'ai participé à des grèves. Pas beaucoup, je peux les compter sur les doigts d'une main. J'ai rarement donné de la voix mais rien ne m'a jamais empêcher de PENSER et de me faire mes propres opinions. Qu'est ce qui me différencie moi, de la personne qui manifeste à côté de moi ? Qu'est ce que tu en sais qu'elle n'a pas de réelle idée ni de volonté de changement ? Tu te bases sur une simple affirmation qui n'est soutenue que par ton propre jugement personnel. Ça me parait un peu biaisé et partisan comme analyse.
C'est normal que tu me trouves prétentieux.
Déjà, tu crois que je parles de la grève en général alors que je ne parle que des grèves lycéennes. Ensuite, tu me considères comme appartenant à "l'élite" et comme ne fréquentant et ne parlant pas à ceux qui les font, ce qui est faux. Enfin, tu me fais plus généraliste que je ne le suis, je ne dis pas que l'un est inhérent à l'autre, je dis que les grève lycéenne sont souvent plus propice à la glandouille et à l'amusement plutôt qu'à l'expression de réelle conviction. Je dis pas que c'est le cas pour tous ceux qui les font, pour la majorité; oui.

J'avoue, j'ai pas beaucoup versé dans l'exemple. Je devrais peut être parler de toutes les conneries qu'on entend lors de ce genre d'évènements. Les gens qui croient que la limite d'élèves par classe atteindra les 100 élèves, ceux qui pensent que x professeurs vont se retrouver au chômage, ceux qui confondent le contrat première embauche avec le conseiller principal d'éducation...
Alors minoritaires ou pas ? Extrêmes ou pas ? Empirisme ou constat révélateur de la véracité de ce qu'est réellement une manifestation ou un blocus lycéen dans ce pays ?
Dans mon bahut, c'est pétard sur pétard. Tu as des gens qui vont chiper des poubelles/barrières et qui les balancent devant le bahut, si les flics interviennent, ils se font traités/insultés quand c'est pas des cailloux qui leur sont jetés dessus. Les organisateurs sont des perchés qui n'ont jamais travaillés de leur vie ou qui arborent des sacs avec le Che Guevara dessus (après tout c'est juste un assassin hein ?). Qu'on me fasse pas croire qu'ils ont la moindre foi ou même la moindre connaissance dans l'éducation. Le dernier a qui j'en ai parlé m'a plus ou moins dit ça: "Tu sais, moi je m'en torche, je regarde jamais l'actualité et je m'intéresse pas à la politique".

N'importe qui peut prendre la parole et gueuler "vous êtes d'accord avec moi"?, peu importe ce qu'il hurle, peu importe ce qu'il dit, une bonne partie du troupeau meuglera "oui". En tout cas pas "non", vu que si tu n'es pas d'accord avec ça, tu te fais lyncher. Tu la fermes et tu laisse parler les démocrates.
Je vous parle même pas des sms qui explique plus ou moins clairement que comme ça on "pourra prolonger nos vacances". Je vous parle pas non plus de toutes les imbécilités qu'on entend sur les réformes, c'est peut être une belle connerie (je rappelle que je suis contre, donc on repassera pour le "partisan".), reste que c'est pas l'eschatologie non plus !

D'ailleurs, croyez-vous qu'il s'arrêterait au retrait de la réforme ? Bah non, il faut continuer... pourquoi ? Tout simplement parce que l'objectif
n'est certainement pas le retrait de la réforme. Il est profondément mercantile, pas idéologique.

Je ne fais pas d'empirisme, ce n'est (hélas) pas que mon bahut. Il est juste un peu au delà de la tendance générale; y en a des pires, y en a des mieux. Le mien a encore perdu 100 élèves cette année, année où il a été bloqué quelques dizaines de jours. Le privé a du en gagné à peu près la même somme.
Grâce à cette poignée de merdeux qui bloquent les portes du public sans chercher ni savoir pourquoi, on se retrouve dans des zones comme ça où l'éducation se fait à coup de professeur privées ou de lycée privée (qui n'est jamais bloqué).
Faîtes de tels personnes les incarnateurs des convictions si vous voulez. Moi je respecte trop le public pour faire autre chose que les mépriser.

Sur ce long message, je vous souhaite aussi une bonne nuit.

ps: Et honnêtement, détestez-moi si vous voulez, mais ne vous laissez pas emporter par le subjectif. Quand j'étais collégien, je me rappelle que je trouvais débile d'interdire à des collégiens/lycéens de manifester. Après avoir vu la réalité des grèves / blocus lycéens, j'ai bien vite compris qu'en fait cette loi était juste l'expression du bon sens. Sarkozy passe pour quelqu'un qui agit dans le bon sens parce qu'il gesticule, ne faisons pas la même confusion avec d'autres personnes.
Bon naniversaire , Monsieur le Président de l'Arrêt Publique , le bon appart de l'île de la Jatte...
En prenant votre hypothèse au sérieux, en quoi ceux qui veulent rentrer en sauraient plus que ceux qui bloquent ou manifestent ?
Ceux qui rentrent ne nuisent à personne. Il n'y a rien d'honteux à ça, ils ne déshonorent pas le droit de grève en l'utilisant bêtement et ne bousillent pas l'éducation des autres.

Les convictions se forment au contact des problèmes et de ceux qui les vivent, pas en les contournant les yeux sur sa copie pour rentrer sagement en classe. Bref, une fois de plus, si vous déniez la possibilité d'avoir des convictions pour les élèves grévistes, vous le déniez aussi pour ceux qui suivent docilement le règlement. Autrement dit, vous interdisez à la jeunesse la possibilité d'avoir des convictions. Je crois et j'espère qu'ils se passeront de votre autorisation.
Je vous remercie pour ces propos bêtes et déformateur de mes propos. Déjà, essayer de faire passer l'autre pour un anti-jeune primaire est une stratégie dialectique assez pathétique hein ? Je suis lycéen, et non, je ne dénie pas le droit à ceux qui adhèrent à la grève tout comme à ce qui n'y adhèrent pas d'avoir des convictions. J'explique simplement que la majorité de ceux qui adhèrent à ce genre d'initiatives n'en ont pas.

Et vous êtes bien drôle à relier des convictions à de l'agitation... tout ce qu'il ne faut pas entandre tout de même. Mon lycée est systématiquement bloqué lors de ces périodes, c'est le dernier de la région (et oui, on la vit en direct l'exode vers le privé et les élèves qui cumulent les profs particuliers).
Vous voulez savoir combien il y en a les jour où ils pleuvent de ces élèves emplis de convictions ? Zéro ! Nada ! A croire que les convictions c'est pas imperméables hein...


C'est votre opinion, je ne sais pas si elle est étayé, mais je note que vous ne semblez pas envisager que les lycées dit réputés aient pu sélectionner leur public en fonction justement de leur soumission et/ou indifférence sociale.
C'est une blague ? Il y a des gens qui veulent travailler dans tous les lycées, ces derniers ne sont pas homogènes en terme d'individus. Il est essentiel que chacun puisse travailler dans des conditions décentes, peu importe son bahut, il est essentiel de donner plus de moyens et d'outils, de possibilité d'accès à la connaissance à ceux qui en disposent le moins ! Vous dîtes clairement "mépriser le mérite", ça se voit.

Dès lors, vous n'avez pas à vous prononcer sur l'école qui est justement la seule instance de méritocratie d'une société. Si vous êtes communiste, expliquer clairement que vous souhaitez une société nouvelle se substituant à celle-ci. Précisez-le, car ça évitera de discuter sur des points particuliers inhérent à notre modèle actuel. On ne peut débattre qu'à échelle de société pour des visions de la société aussi antagoniste...
Ceux qui rentrent ne nuisent à personne. Il n'y a rien d'honteux à ça, ils ne déshonorent pas le droit de grève en l'utilisant bêtement et ne bousillent pas l'éducation des autres.

Outre qu'un droit ne se déshonore pas à être utilisé, pas plus qu'il ne s'use (la liberté de circuler ne se restreint pas à être employé à tort et à travers, soit librement), que la qualificatif de bêtement est systématiquement employé par le pouvoir contesté pour dénigrer une grève et ceux qui la soutiennent, je vous répondrai que si, ceux qui rentrent sagement nuisent effectivement à autrui, aux grévistes et à tous ceux qui s'opposent à l'organisation présente.

Bref, en rentrant, ils constituent de facto une force affiliée au pouvoir, qu'ils le veuillent ou non, c'est ainsi. Le bras de fer s'étend donc à eux aussi.

essayer de faire passer l'autre pour un anti-jeune primaire est une stratégie dialectique assez pathétique hein ?

Je vous signale d'une part que vous avez employé en premier lieu cette stratégie en parlant d'angélisme à mon propos, et d'autre part, que le fait que vous soyez lycéen ne garantie en rien votre anti-jeunisme. Vous ne faites que dénigrer vos camarades... est-ce pour mieux vous valoriser ?

J'explique simplement que la majorité de ceux qui adhèrent à ce genre d'initiatives n'en ont pas.

Ce qui n'explique rien, comme je l'ai déjà énoncé, puisque cela s'applique autant à ceux qui ne font pas grève.
So what

Mon lycée est systématiquement bloqué lors de ces périodes, c'est le dernier de la région

Pensez-vous une seconde que si cela ne concernait que les derniers lycées des régions, cela aurait une chance d'infléchir un gouvernement ?

on la vit en direct l'exode vers le privé et les élèves qui cumulent les profs particuliers).

Oui, et alors... la faute aux grévistes ou à certaines des dernières réformes de l'éducation nationale ?

Vous voulez savoir combien il y en a les jour où ils pleuvent de ces élèves emplis de convictions ? Zéro ! Nada ! A croire que les convictions c'est pas imperméables hein...

Au moins, ils ont assez de conviction pour venir les autres jours alors qu'ils pourraient rester chez eux.
Vous voulez quoi, qu'ils s'immolent ?

Il y a des gens qui veulent travailler dans tous les lycées, ces derniers ne sont pas homogènes en terme d'individus. Il est essentiel que chacun puisse travailler dans des conditions décentes, peu importe son bahut, il est essentiel de donner plus de moyens et d'outils, de possibilité d'accès à la connaissance à ceux qui en disposent le moins !

Et pour obtenir ce que vous dites, et qui est parfaitement respectable, il faut avant tout fermer sa gueule et écouter le gouvernement ?
Ce que vous mentionnez, c'est justement ce qui est au coeur de la plupart des conflits scolaires depuis des lustres, sous une forme ou une autre.

Dès lors, vous n'avez pas à vous prononcer sur l'école qui est justement la seule instance de méritocratie d'une société.

Aucunement, elle juge des acquis, pas le mérite.
Mais vous pouvez continuer à vous leurrer, cela flatte l'orgueil la méritocratie, ce n'est fait que pour cela d'ailleurs.

Si vous êtes communiste, expliquer clairement

Lorsqu'on pose des questions, on s'y soumet d'abord, à vous l'honneur donc.

yG


je vous répondrai que si, ceux qui rentrent sagement nuisent effectivement à autrui, aux grévistes et à tous ceux qui s'opposent à l'organisation présente.

Bref, en rentrant, ils constituent de facto une force affiliée au pouvoir, qu'ils le veuillent ou non, c'est ainsi. Le bras de fer s'étend donc à eux aussi.



Ah bon ?
Mais hier à l'heure des manifs vous postiez tranquillement sur @si, donc vous n'étiez pas dans les défilés, donc vous êtes sarkozyste. CQFD
Je rajouterais par ailleurs (ma limite d'édition étant dépassé) que vos propos sont extrêmement déplacé envers ceux qui suivent ou continue de vouloir suivre les cours. C'est le mérite que vous méprisez ou l'humanité ? Chaque individu n'a t-il pas le droit de chercher à s'élever culturellement ? Pour vous, c'est quoi un être humain ? Un mouton, condamné à suivre des bergers sans rien comprendre au monde qui l'entoure ? Pour quelqu'un qui prétend, de par son idéologie, vouloir une collectivité forte, vous êtes bien méprisant envers la somme d'individus qui la compose.

Moi j'ai toujours refusé d'aller dans le privé, je n'ai jamais eu de professeurs particuliers, je n'ai jamais suivi de prépa onéreuse ou autres. J'ai appris l'anglais sur internet, j'ai suivi ma scolarité dans le public et non, je refuse de m'associer à ça. Je suis pour l'éducation, je suis donc contre les grèves lycéennes qui font partie de ces ennemis, au même titre que la réforme. Eolas le disait sur son blog, c'est quasi-systématiquement n'importe quoi et ça ne sert pas l'EN.

Je ne vous autorise pas à me dire que je ne suis pas impliqué socialement ou que je me fous de l'éducation publique . Vous vous prenez pour qui ? Même malade comme un chien le glandu que je suis irais en cours par opposition à ces initiatives qui sont des insultes à l'humanité. Nous valons mieux que des moutons qu'on amènent à l'abattoir des convictions. Un lobotomisé ne marche pas; il suit. Quand aux quelques perles qui font ce genre de grèves et qui ont des idées, je leur conseille vivement de ne pas se joindre au mouvement.
Si les lycéens étaient vraiment engagés politiquement, avec de vrais idées, un vrai respect de l'éducation, alors c'est avec plaisir que j'irais manifester demain. Sauf que non, la dernière manif qu'on m'a proposé de faire c'était: "allez viens, on va pour se bourrer la gueule et faire la fête".
vos propos sont extrêmement déplacé envers ceux qui suivent ou continue de vouloir suivre les cours.

Dans la plupart des cas, oui, je les méprise et donc les combats, au moins verbalement. Ils expriment une opinion politique que je condamne, je n'ai donc pas à leur faire de cadeau.

Je dis dans la plupart des cas, nous ne pouvons exclure le cas d'école, fort rare ici pour l'heure, de blocages de cours par des groupuscules anti-ivg ou religieux de droite qui interdiraient un cours de sciences naturelles sur la sexualité ou la théorie de l'évolution.

Je sais, c'est un peu de la politique fiction, ici, en France, mais la menace est à prendre au sérieux néanmoins.

Chaque individu n'a t-il pas le droit de chercher à s'élever culturellement ?

Tant qu'il ne le fait pas au détriment de la collectivité. Mais lorsqu'on fait passer son petit confort d'étude personnel, le "moi-je veux étudier tranquillement", avant l'intérêt général, on ne doit pas s'étonner de se voir collectivement rabroué.

Pour quelqu'un qui prétend, de par son idéologie, vouloir une collectivité forte, vous êtes bien méprisant envers la somme d'individus qui la compose.

C'est évident, pour la simple et bonne raison qu'une collectivité n'a rien à voir avec une somme d'individus et leur désidérata.

Je suis pour l'éducation, je suis donc contre les grèves lycéennes qui font partie de ces ennemis, au même titre que la réforme.

Oh, tout le monde dans le même sac, pouvoir et contre-pouvoir, c'est bien pratique, et comment on évolue, sans faire de vague, naturellement...

Eolas le disait sur son blog, c'est quasi-systématiquement n'importe quoi et ça ne sert pas l'EN.

Servir l'EN, je ne vois pas ce que cela veut dire, c'est son ministère et son ministre ou les relations pédagogiques entre enseignants-élèves ?

Je ne vous autorise pas à me dire que je ne suis pas impliqué socialement ou que je me fous de l'éducation publique . Vous vous prenez pour qui ?

L'un de vos lecteurs, c'est bien assez, assumez donc vos propos et ce qu'ils peuvent signifier.

Même malade comme un chien le glandu que je suis irais en cours par opposition à ces initiatives qui sont des insultes à l'humanité.

Et vous voulez quoi, des applaudissements, de l'admiration ?
Vous n'en aurez pas de moi avec un tel discours de "winner".
Vous me demandiez ce que j'estimais être l'humanité, je vois au moins ce qu'il en est pour vous.

Si les lycéens étaient vraiment engagés politiquement, avec de vrais idées, un vrai respect de l'éducation, alors c'est avec plaisir que j'irais manifester demain.

Mais oui, mais oui, je n'en doute pas une seconde... quand bien même votre discours pourrait s'appliquer aux ouvriers (après tout, qu'est-ce qu'ils peuvent comprendre au fonctionnement d'une grande entreprise ces gens-là, hein...), et qu'il porte en lui le germe d'un refus systématique de la grève qui tente de se légitimer derrière l'argument classique, "ah si les autres"...

Mais si vous êtes engagés politiquement et avec des idées que n'attendez-vous pour descendre dans la rue, n'attendez pas que les autres soient à votre estimable niveaux, vous l'êtes déjà, vous devriez être le premier à manifester, à éduquer vos camarades, à les guider, les éclairer, etc,, alors, arrêtez avec vos faux fuyants. Pourquoi n'y êtes-vous pas, vous, dans la lutte, hein ?

Sauf que non, la dernière manif qu'on m'a proposé de faire c'était: "allez viens, on va pour se bourrer la gueule et faire la fête".

Oh, cela devait être un mec de la CGT, de Sud, ou du Medef, ils adorent rigoler ceux-là... à nos dépends, hélas.

yG
Vous ne faites que dénigrer vos camarades... est-ce pour mieux vous valoriser ?
Lesquels ? Ceux qui bloquent les bahuts ?
Bien sûr que je les dénigre. Je fais passer mes convictions avant mes amis. Mes convictions étant que bousiller l'éducation (je destine surtout mes foudres aux adeptes du blocus hein ?) c'est dégeulasse.

Enfin, pour ceux qui font la grève, je me contente de trouver ça regrettable.

Je vous signale d'une part que vous avez employé en premier lieu cette stratégie en parlant d'angélisme à mon propos
On dirait du: "c'est cui qui dit qui l'est" ...
Je n'ai pas déformé tes propos; je l'ai ai qualifié d'angélisme. Tu déresponsabilises les jeunes, ce sont des humains quasiment-majeur et ils ont des synapses. Le minimum de respect n'est pas de les défendre béatement en disant que ce sont des "jeunes" (donc irresponsable) mais au contraire de dire qu'ils sont un minimum responsables de ce qu'ils font. Là vous leur accorderez un minimum de crédibilité, fusse dans l'erreur.

Ce qui n'explique rien, comme je l'ai déjà énoncé, puisque cela s'applique autant à ceux qui ne font pas grève.
Déjà répondu. Les uns nuisent à l'éducation, les autres conservent une neutralité qu'ils sont parfaitement en droit d'avoir jusqu'à être majeur. C'est à partir du droit de vote qu'on a le devoir (morale) de s'impliquer en politique.

Oui, et alors... la faute aux grévistes ou à certaines des dernières réformes de l'éducation nationale ?
Aux deux, m'sieur ! Je vais subir la même injustice que Mélanchon tiens... vu que je suis contre les grèves, je deviendrais donc celui qui soutient Darcos...
Bah non. C'est un des facteurs qui contribue à favoriser le privé au détriment du public, tout comme le fait de faire des réformes bâclé.


Au moins, ils ont assez de conviction pour venir les autres jours alors qu'ils pourraient rester chez eux.
Vous voulez quoi, qu'ils s'immolent ?
S'ils n'ont pas assez de foi pour venir quand y a deux gouttes d'eau, je doute qu'ils en aient suffisamment pour s'immoler.
Enfin, quand au fait qu'il ait des convictions, ça c'est toi qui le dit. Moi je vois ça, si je n'étais pas aussi consterné par un constat aussi faux, ça me ferait bien travailler mes zygomatiques.
C'est un sacré déni de la réalité !

Et pour obtenir ce que vous dites, et qui est parfaitement respectable, il faut avant tout fermer sa gueule et écouter le gouvernement ?
Fermer sa gueule ou braire, c'est à peu près la même chose question portée idéologique. Tu aimes ceux qui fait un son, pas pour autant que c'est une bonne note.
Non, il faut s'impliquer, le peuple se torche de l'éducation depuis des décennies. Les politiciens n'en sont que le reflet. Que les français accordent déjà de l'importance à leur justice et à leur éducation (et pas que pour les moyens qui en sont juste un pan) et le gouvernement calmera déjà un peu ses ardeurs.

C'est sûr que quand on ne sanctionne pas électoralement ceux qui font n'importe quoi, qu'on vote au pif, pour l'étiquette ou en absence d'implication politique, bah on en aboutit à ce genre de société.

Aucunement, elle juge des acquis, pas le mérite.
Mais vous pouvez continuer à vous leurrer, cela flatte l'orgueil la méritocratie, ce n'est fait que pour cela d'ailleurs.
J'attends avec impatience votre thèse expliquant qu'un individu à sa place dans la société comme une fourmi dans une fourmilière.

Lorsqu'on pose des questions, on s'y soumet d'abord, à vous l'honneur donc.
"Lorsque [...] on [...]": énonciation d'un principe de politesse. A mettre en relation avec le: "A vous l'honneur". En clair, cette phrase est synonyme de: "Je suis poli, moi, tandis que vous êtes, vous malpoli."
D'une part j'avais dors et déjà répondu à toutes vos questions, et d'autre part j'ai de nouveau répondu à certaines d'entre elles. Jusqu'à l'anachronisme pour dénigrer l'interlocuteur hein ?

ps: Tu te doutes bien que je connais la réponse à ma question. Je vais sûrement encore monter dans ton échelle de l'individu pédant, mais je rajouterai également que tu es un classique. Le genre d'individu qui, méprisant une société, n'hésiterai pas à bousiller au maximum celle où vivent des millions de gens. Dommage, car la référence à pavlov, on a plutôt tendance à l'entendre du côté du miroir des gens qui croit vraiment en l'humain. Ça ne veut pas dire qu'on ne souhaite pas une autre société hein ? Mais au moins a t-on suffisamment de respect pour la collectivité parmi laquelle on vit. Surtout qu'en tant que communiste, vous pronez une société basé sur un fort respect de cette dernière.
quote]L'un de vos lecteurs, c'est bien assez, assumez donc vos propos et ce qu'ils peuvent signifier.
Je suis jeune, je croyais être excusé.


Et vous voulez quoi, des applaudissements, de l'admiration ?

Bof... ça avait plutôt à vocation à exprimer mon ressenti envers ce genre d'initiative qu'à me sacraliser. Je pourrais rétorquer la même chose pour toi sans aucun souci mais je ne jouerai pas à ce jeu là.


Mais si vous êtes engagés politiquement et avec des idées que n'attendez-vous pour descendre dans la rue, n'attendez pas que les autres soient à votre estimable niveaux, vous l'êtes déjà, vous devriez être le premier à manifester, à éduquer vos camarades, à les guider, les éclairer, etc,, alors, arrêtez avec vos faux fuyants. Pourquoi n'y êtes-vous pas, vous, dans la lutte, hein ?
Pourquoi employer vous un "vos" hein ? Je n'ai jamais dis que ces gens là représentés une majorité. Faîte moi passer pour quelqu'un d'ignoble, de vantard, un de ces "élites" qui vous fait baver de rage, mais ayez au moins la décence d'utiliser des termes reprenant mes propos. "Une partie de vos camarades" conviendrait mieux.

Bref, quoi qu'il en soit je ne répond pas à l'ad hominem purulent.

Oh, cela devait être un mec de la CGT, de Sud, ou du Medef, ils adorent rigoler ceux-là... à nos dépends, hélas.
Nan mais attends... si tu accordes avec le fait que ça c'est nul, alors reconsidère tes axiomes.
Moi je pars du principe que les gens sans réelles idées sont majoritaires et que c'est regrettable, voir condamnable pour ceux qui font le blocus.

Toi, si tu pars du principe que ce sont des gens intelligents et avec des convictions (autrement dit, si tu dénies la réalité), alors c'est une différence au niveau de la constatation et non pas du jugement.
C'est quoi que tu remets en cause exactement ? Le fait que je trouve inacceptable que des gens qui se torchent de l'actualité et de l'EN aient le culot de bloquer des bahuts ou le fait que je considères qu'ils soient majoritaires parmi les lycéens grévistes/adeptes du blocus ? Les deux ?
Je suis jeune, je croyais être excusé.

C'est vous qui m'attribuez un angélisme que je ne revendique pas, autrement dit, vous êtes responsable, comme ceux qui sont des deux côtés de la barrière, quelques soient vos connaissances, et donc votre age.

Bof... ça avait plutôt à vocation à exprimer mon ressenti envers ce genre d'initiative qu'à me sacraliser. Je pourrais rétorquer la même chose pour toi sans aucun souci mais je ne jouerai pas à ce jeu là.

Et pour cause, vous ne pourriez le gagner, car, précisément, je m'efforce de ne rien dire de moi et de mon attitude, je ne mets en avant que des arguments.

Faîte moi passer pour quelqu'un d'ignoble, de vantard, un de ces "élites" qui vous fait baver de rage,

Vous n'avez pas besoin de moi pour cela.

mais ayez au moins la décence d'utiliser des termes reprenant mes propos. "Une partie de vos camarades" conviendrait mieux.

Ce qui en l'occurrence ne change strictement rien au raisonnement que je vous exposais, à savoir, puisque selon votre analyse, seule la connaissance permet l'action et que vous, vous revendiquez avoir cette connaissance, vous devriez être logiquement dans l'action. A moins que vous ne le soyez déjà en vous opposant au blocage, ce qui en dirait long sur la nature de votre engagement.

Par conséquent, ne prenant appui que sur votre raisonnement et sur ce qu'il implique concernant les sujets d'action, dont vous-même, et non sur votre personne, ma démonstration ne peut-être disqualifié comme étant "ad hominem". Bien tenté, mais hors-jeu.

Moi je pars du principe que les gens sans réelles idées sont majoritaires et que c'est regrettable, voir condamnable pour ceux qui font le blocus.

Un principe inconséquent que je dénonce depuis le début de notre discussion.

Puisqu'il est inutile de partager les raisons des autres personnes qui s'investissent dans un mouvement pour y participer soi-même. Il suffit simplement qu'il soit en accord avec vos propres convictions, votre propre raison.

Demain, lorsque vous serez en âge de voter, lirons-nous sous votre plume le fait que vous n'irez pas aux urnes parce que des personnes ayant une méconnaissance du candidat ou du programme que vous soutenez vont néanmoins voter pour lui ?

Toi, si tu pars du principe que ce sont des gens intelligents et avec des convictions (autrement dit, si tu dénies la réalité), alors c'est une différence au niveau de la constatation et non pas du jugement.

Je ne me prononce aucunement sur l'intelligence des participants, d'une part, l'intelligence collective ne signifiant pas grand chose, et d'autre part, la bêtise individuelle ne suffit pas à discréditer un mouvement de groupe. Bref, ce n'est pas sur le constat que je me base pour critiquer votre raisonnement, c'est uniquement sur vos a priori.

C'est quoi que tu remets en cause exactement ? Le fait que je trouve inacceptable que des gens qui se torchent de l'actualité et de l'EN aient le culot de bloquer des bahuts ou le fait que je considères qu'ils soient majoritaires parmi les lycéens grévistes/adeptes du blocus ? Les deux ?

Les deux en effet, mais pour deux raisons distinctes.

Concernant le premier point, comme je l'ai déjà écris, ce que vous présumez des connaissances de "l'actualité" (je vous ferai remarquer qu'au moins les grévistes la font, eux, ils ne la subissent pas) et de l'intérêt pour l'EN est tout aussi valable pour ceux qui veulent rentrer en cours, mais étrangement, je constate que cela ne vous indigne toujours pas...

Concernant le second point, peu importe ce que vous estimez sur leur nature majoritaire. Collectivement, ils expriment une opinion chargée politiquement, une opposition. Or, rien ne stipule qu'elle doive être générée au niveau individuel uniquement par la raison, elle peut l'être aussi par la colère, la frustration, l'exaspération, l'intérêt personnel (hélas), etc, il existe bien d'autres moteurs que la raison dans un combat social. Ceci étant valable également des deux côtés, de celui du pouvoir et de ses partisans comme de celui des opposants. Ce qui invalide une fois de plus votre approche.

yG
Cool Aikoa !

Il te travaille à l'usure, comme un vieux sparadrap qui colle aux doigts.
Visiblement il a du temps pour ça...

La seule liberté accordée par Yannick G est d'être d'accord avec lui, qu'il écrive blanc, noir ou les deux à la fois. :-)
Cool Aikoa ! Il te travaille à l'usure, comme un vieux sparadrap qui colle aux doigts.
Visiblement il a du temps pour ça...

Votre critique est partiale, car, j'ai visiblement au moins autant de temps qu'Aikoa.

La seule liberté accordée par Yannick G est d'être d'accord avec lui, qu'il écrive blanc, noir ou les deux à la fois. :-)

Non, je ne cherche pas à convaincre mon interlocuteur, car, ce n'est jamais lui que je vise à travers sa prose.

yG


Votre critique est partiale, car, j'ai visiblement au moins autant de temps qu'Aikoa.



Vous le battez par 658 posts à 35, pardon 659, euh non 660...
Vous le battez par 658 posts à 35, pardon 659, euh non 660...

D'une part Adios, en postant des messages comme les vôtres sur cette page, vous allez rapidement les dépasser vous aussi, à moins que cela ne soit déjà fait... et d'autre part, sur cette page et dans cette discussion, nous sommes sensiblement en équilibre, je crois savoir. Bref, votre démonstration n'apporte rien.
Sur ce Adios,

yG

Vous le battez par 658 posts à 35, pardon 659, euh non 660...

D'une part Adios, en postant des messages comme les vôtres sur cette page, vous allez rapidement les dépasser vous aussi, à moins que cela ne soit déjà fait...
yG


Pas encore, mais je m'y emploie...
Dans ce cas, vous visez mal.
Merci infiniment Yannick – je vous envie votre patience autant que votre logique de raisonnement toujours remarquable, un régal :-)
Mes convictions étant que bousiller l'éducation (je destine surtout mes foudres aux adeptes du blocus hein ?) c'est dégeulasse.

En quoi un blocus bousille l'éducation, vous l'affirmez sans le démontrer. Un blocus ne nuit que temporairement à l'éducation de certains, et encore, puisque tous sont à la même enseigne, grévistes et non grévistes et devront passer les mêmes examens.

On dirait du: "c'est cui qui dit qui l'est" ...

Tout juste, et c'est vous qui avez commencé, ne jouez donc pas les effarouchés lorsqu'on vous renvoie votre prose.

Tu déresponsabilises les jeunes, ce sont des humains quasiment-majeur et ils ont des synapses.

Au contraire, c'est vous qui ne cessez de les infantiliser en leur déniant la capacité à faire grève en connaissance de cause. Moi, je relativise, ils sont jeunes, ils peuvent avoir des lacunes, des hésitations dans leurs argumentaires politiques, mais pour autant, on ne peut les traiter avec le dédain que vous leur accordez, quoi que jeune vous-même.

Les uns nuisent à l'éducation, les autres conservent une neutralité qu'ils sont parfaitement en droit d'avoir jusqu'à être majeur. C'est à partir du droit de vote qu'on a le devoir (morale) de s'impliquer en politique.

Oh, comme c'est gentil de votre part, que vous êtes magnanime. Et après 18 ans, ils auront le droit de tout bloquer, le lycée (certains sont majeurs) et la fac ?
Chouette, vivement qu'ils aient tous 18 ans alors.

C'est un des facteurs qui contribue à favoriser le privé au détriment du public, tout comme le fait de faire des réformes bâclé.

Que n'ai-je à faire de ce qui favorise le privé lorsque je parle du public. Le gouvernement qui s'appuie sur ce genre de politique, déshabiller Paul pour habiller Jacques mérite amplement la grève qui lui pend au nez.

quand au fait qu'il ait des convictions, ça c'est toi qui le dit. Moi je vois ça, si je n'étais pas aussi consterné par un constat aussi faux, ça me ferait bien travailler mes zygomatiques.
C'est un sacré déni de la réalité !

Parce que vous pensez que j'ai loupé le lycée, que je n'ai pas eu de blocage, de grève lorsque j'avais votre âge. Que je n'ai pas discuté avec des camarades brillants et informés... Ah oui, je dois parler de la préhistoire à vous écouter, les jeunes d'aujourd'hui sont à la fois capable et incapable à vous lire, quel étrange paradoxe.

J'attends avec impatience votre thèse expliquant qu'un individu à sa place dans la société comme une fourmi dans une fourmilière.

Non, nous obtenons notre place dans la société juste en fonction du stupide et aveugle principe de l'offre et de la demande qui exclut de fait tout recours au mérite. Il suffit qu'on ait besoin de quelqu'un à tel poste, ce qui ne dit absolument rien de son mérite à avoir cette place.

En clair, cette phrase est synonyme de: "Je suis poli, moi, tandis que vous êtes, vous malpoli."

Non, en clair, elle dit ce qu'elle dit, commencez par répondre à vos propres questions avant de les soumettre, ce n'est pas tant de la politesse,
qu'un signe de bonne volonté.

Tu te doutes bien que je connais la réponse à ma question. Je vais sûrement encore monter dans ton échelle de l'individu pédant, mais je rajouterai également que tu es un classique. Le genre d'individu qui, méprisant une société, n'hésiterai pas à bousiller au maximum celle où vivent des millions de gens. Dommage, car la référence à pavlov, on a plutôt tendance à l'entendre du côté du miroir des gens qui croit vraiment en l'humain. Ça ne veut pas dire qu'on ne souhaite pas une autre société hein ? Mais au moins a t-on suffisamment de respect pour la collectivité parmi laquelle on vit. Surtout qu'en tant que communiste, vous pronez une société basé sur un fort respect de cette dernière.

Gardez votre tutoiement, je ne vous le rendrez pas. Pour le reste de vos allégations à mon encontre, je n'ai ni à les confirmer, ni les infirmer. Elles m'en apprennent davantage sur vous.

Sur ce, bonne nuit

yG

Moi je pars du principe que les gens sans réelles idées sont majoritaires et que c'est regrettable, voir condamnable pour ceux qui font le blocus.

Toi, si tu pars du principe que ce sont des gens intelligents et avec des convictions (autrement dit, si tu dénies la réalité) (...)


Aikoa, j'ai suivi votre échange et au delà du fait que je ne suis pas en accord avec une partie de ce que tu as dit, je vais me permettre une rare intervention, étant plus habitué à lire les réactions des gens qu'à exprimer mon avis sur ce forum.

Bon, déjà, évitons de te braquer : je ne suis pas vieux, encore étudiant et je ne suis pas communiste.

Ensuite, je trouve profondément honteuse ta façon de percevoir les gens. Si je te suis, une majorité de personnes participant à ce type de mouvement sont sans idées, convictions.

Alors moi, je vais te poser une question toute simple : qui es tu pour juger de la valeur des idées d'une personne que tu ne connais même pas et avec qui tu n'as jamais discuté ? (parce que c'est bien cela dont il s'agit, au final.)

Je te trouve hautement prétentieux pour être franc. J'ai participé à des grèves. Pas beaucoup, je peux les compter sur les doigts d'une main. J'ai rarement donné de la voix mais rien ne m'a jamais empêcher de PENSER et de me faire mes propres opinions. Qu'est ce qui me différencie moi, de la personne qui manifeste à côté de moi ? Qu'est ce que tu en sais qu'elle n'a pas de réelle idée ni de volonté de changement ? Tu te bases sur une simple affirmation qui n'est soutenue que par ton propre jugement personnel. Ça me parait un peu biaisé et partisan comme analyse.

Je voulais juste souligner ce point qui me paraît important. Ce que toi tu penses n'est pas forcément ce que les autres pensent. Et avoir des idées ou des convictions n'est pas un monopole destiné à une élite.

J.
Désolée mais je ne peux m'empêcher d'ajouter mon petit grain...

J'ai été étudiante (et notamment, deux ans à la fac de Rennes 2, qui n'est pas la dernière dans ce genre d'actions) et j'ai été absolument consternée des mouvements sociaux auxquels j'ai assistés, et d'une façon plus générale de la façon de faire de la politique qui y est pratiquée. Le niveau de réflexion (politique) y était proche de zéro et je suis convaincue que pour la plupart il s'agissait surtout (je parle ici plus précisément du mouvement de l'entre-deux tours des présidentielles en 2002) :
- de s'affirmer, de s'asseoir sur les droits des autres et de dire merde - une forme de rébellion adolescente en somme ;
- d'éprouver ce sentiment grisant d'appartenance à un groupe et à une communauté, mécanisme dont à mon sens on ne devrait pas sous-estimer la portée ;
- et puis de s'amuser, faire une expérience sympa et se sentir important, sauter des cours qui de toute façon n'intéressent personne, dont le niveau est souvent franchement nul et qui te donneront un diplôme qui ne vaut rien (ok, ça ne s'applique pas à toutes les filières).

(ouh la, je suis énervée aujourd'hui, désolée).

Les blocages, outre qu'ils parfaitement égoïstes, sont un parfait déni de démocratie, pour moi il s'agit (désolée pour les grands mots) de dictature de la majorité. Que la collectivité s'arroge le droit de rabrouer celui qui décide un jour de ne pas manifester, comme le préconise yannick g me semble une façon de pratiquer la politique que je trouve assez angoissante et extrêmement dangereuse, et ceux d'autant plus que rien n'est plus stupide que la foule (je dis bien: la foule et non l'individu pris isolément).
"ouh la, je me suis énervée..."
Euh, si ce que vous écrivez ici a été écrit sous le coup de l'énervement, vous devez être d'une placidité exceptionnelle en temps normal.
Pas étonnant que vous n'ayez pas adhéré au tumulte des grèves, ce n'est tout simplement pas votre nature...
Vous ne m'avez pas bien compris, avec le "pour la rue". Darcos a cédé par crainte que se reproduise des évènements similaires à la Grève, à savoir des émeutes, des cassages (...). C'est donc dire: "Si vous nous faîtes suffisament peur au point qu'on croit que vous pouvez/allez tout casser, et bien on retire notre réforme.".


J'ajouterai que vous reproduisez implicitement l'argument fallacieux selon lequel les grévistes ne veulent pas travailler. Outre que c'est méprisant pour tous grévistes, quelque soit son âge, c'est surtout oublier que la grève s'inscrit bien souvent dans le cadre même du travail. Il ne s'agit pas la plupart du temps de manifester pour travailler moins, mais mieux (rémunéré, considéré, aménagé, etc...).
C'est le cas pour les lycéens ! Combien qui savent de quoi ils parlent ? Combien qui ont seulement lus la réforme ? Qui s'intéresse seulement aux médias ? Une infime minorité. Ceux qui adhèrent le plus à ce genre de mouvement sont d'ailleurs les premiers à se torcher le plus de l'éducation. C'est une blague que de dire qu'il s'agit de "travailler mieux" pour des gens qui n'ont souvent jamais travaillé.

Vous négligez qu'ils sont jeunes, et que les convictions, comme le reste, cela se travaille, cela s'expérimente, cela s'apprend, et que la rue, le blocage, la manifestation est un bon moyen d'y parvenir, bien plus en tout cas que de suivre bien sagement le bruit de la cloche, comme dans un sinistre univers pavlovien.

N'importe quoi. On n'apprend pas les convictions en se comportant comme un mouton et en manifestant pour manifester.

Quand à l'excuse de la jeunesse, c'est une forme d'angélisme exécrable. Quand on ne s'intéresse pas au monde qui nous entoure, au moins doit-on avoir la décence de ne pas aller clamer dans la rue. Enfin, noter tout de même que ce n'est pas si grave pour ceux qui concernent les manifestations vu que ça n'engage qu'eux. Pour les blocus, c'est impardonnable et on devrait condamner (amendes) les élèves qui ferment les portes du public, public qu'ils prétendent d'ailleurs défendre.

Je n'ai pas vos chiffres et statistiques sur la question, mais je ne partage aucunement votre impression, ceux qui se plaignent de ne pas aller en cours, au lycée ou à la fac, sont bien assez représentés à mon sens, vu leur incapacité à argumenter leur diligence à se plier à n'importe quelle politique du moment qu'elle n'interfère pas directement avec leur enseignement chéri.
Ou alors ils refusent d'adhérer ou tout du moins de s'associer aux hordes d'individus qui saisissent là un magnifique syndrome de compensation pour travailler encore moins.

Les gens qui bloquent des lycées ou faqs ne valent pas mieux que Darcos. Quand on ferme le public, on incite les gens à aller dans le privé. Les lycées bloqués sont par ailleurs souvent les plus mauvais, et ça ne fait que bousiller davantage encore la méritocratie de notre pays.
C'est terrible, absolument terrible que de céder à la rue.

La majorité des lycéens grévistes sont une poignée d'individus sans convictions, tantôt animés par l'envie de ne pas travailler ou par des pseudos-convictions. Ceux qui ont vraiment des idées sont rares et évite de se mêler à ce genre de parodie d'opinion.

Darcos aurait du céder face aux professeurs et clairement le préciser, eux, ont une légitimité. Céder par crainte de la rue, c'est catastrophique... pitoyable jusque dans la défaite notre ministre du budget éducatif.
On constatera par ailleurs que les lycéens (qui sont souvent en majorité d'ailleurs) s'opposant aux grèves idiotes (et déshonorant la cause) ou plus particulièrement aux blocus sont complétement occultés par les médias. Vous devriez y consacrer un article sur arrêt sur image, à tout ces jeunes qui sont assimilés à un seul et même groupe: celui des moutons ignares et ridicules.

Enfin, concernant la phrase de Nicolas Sarkozy, je trouve que c'est assez en phase avec l'évolution de l'opinion sur la grève en France. De nos jours, il y a vraiment une déconsidération de la grève, et même, plus grave, du droit de grève. Combien de gens pensent que la France est le premier pays en nombre de grève par habitant hein ? :p
Quand Darcos tente de "recruter" pour que les gèves ne s'aperçoivent pas trop http://www.rue89.com/2009/01/28/darcos-enrole-retraites-et-lyceens-pour-son-service-minimum.
Manque pas d'air le Copé, "chacun peut dire des petites phrases en privé", si je me souviens bien, c'était pas en privé, c''était même à l'Etranger, histoire de ridiculiser les Français, et lui le Roi, de sous-entendre que les Français n'oseraient plus faire grève, ou mieux encore que tout irait tellement bien en France.

Tout ce que je souhaite, c'est que ce genre de provoc motive encore plus les grévistes de demain, et toc !
Déjà qu'il est difficile de s'apercevoir de la présence du premier sinistre, du gouvernement, de l' assemblée nationale, des députés godillots, de l'opposition, des courants politiques minoritaires, des médias, maintenant nous devrions plus nous apercevoir des grèves grâce à notre maitre à tous ! lumière pour notre ignorance ! espoir suprême ! grand guide ! être idéal ! époux parfait et heureux d' une chanteuse célèbre dont les ventes du sublime DC stagne !

Nous allons vivre dans un monde parfait ! signé sarko ! Où tout il est beau que je suis moi ! puisque c'est moi que je vous le dis ! que je suis le plus fort ! qu' avant moi tout était pire et moins que demain ! que si ça avait été facile que tout le monde aurait pu le faire ce que je vais faire et que je vous le dis moi !

Et demain la grève ! quelle grève ? ! puisque je vous dis que ça c'est pas une grève ! que je le sais moi qu'est-ce que c'est une grève ! c'est quand personne travaille et moi demain que je vous le dis que je travaille !

Solidarité avec la grève du jeudi 29 janvier 2009.
Il y a plusieurs façons de réagir à cette petite phrase sarkozienne, l'entendre comme la vantardise de celui qui vend la peau de l'ours avant de l'avoir tué et nous moquer de sa suffisance et de celle des membres de son parti, ou percevoir dans cette phrase le dénie même du droit de grève, l'un des contre-pouvoir sans lequel on ne peut clamer une seule seconde que nous sommes encore en démocratie.

A mon sens, la seule véritable prise d'otage que nous constatons actuellement, c'est celle qu'opère ce gouvernement, cinq ans de confiscation du pouvoir, d'un maximum de pouvoirs et/ou de réduction des contre-pouvoirs.

Aphatie demandait à Fabius dans la grande émission dernièrement si nous étions en dictature... Fabius a botté en touche, trop risqué pour le politicien professionnel qu'il est, probablement...

Je dirai pour ma part que tout dépend ce qu'on entend par là, une dictature à l'ancienne ou une dictature plus insidieuse, en tout cas, une chose m'apparait indéniable, nous sommes, à l'époque où l'on peut retirer de l'argent, l'acte le plus délicat qui soit pour tout à chacun, avec une carte à puce depuis plus de 30 ans, on nous confisque encore et toujours le pouvoir pendant des années.
Oui, nous somme à milles lieux d'être en démocratie, surtout lorsque la parole de la rue, des travailleurs est ainsi bafouée.

Face à une grève, les usagers que nous sommes tous, à un moment ou un autre, avons toujours trois possibilités, quelque soit notre connaissance des revendications, être neutre, nous en prendre aux grévistes OU à leur direction, qu'elle soit privée ou étatique.

Devinez laquelle de ces trois attitudes alimente systématiquement ma misanthropie ?

yG
Parfois, il vaut peut-être mieux que certaines grèves passent inaperçues...

Des médecins et des chirurgiens en grève pour la défense de leur pouvoir d’achat (été 2008)
Mouais, la petite phrase n'était pas si innocente que ça et Coppé avait participé aux gloussements de satisfaction de la salle.
Maintenant que le vent tourne, il faut assumer monsieur Coppé, y compris devant vos électeurs.
Si si, je suis d'accord avec Sarkoléon : "Désormais, quand il y a une grève [des cheminots à Nice depuis le 9 décembre], personne [dans le reste de la France] ne s'en aperçoit".

C'est quand même une grosse critique que je me permets car les médias ont très peu couvert le conflit qui s'enlise à Nice. J'en suis victime et je suis outré par le traitement médiatique qui en est fait. Même Pépy quand il était invité sur France 2 n'a pas été questionné dans le jité de Pujadas.

Comme quoi, rendons à César ce qui est à César, Sarko a quelque peu raison sur certains points....
Est ce que ceci marque la fin du grand manitousme de M le Président sur lémédia?
excellent ce zapping radio!!

il n'empêche que les médias ne parlent que du "jeudi noir" et de la France en otage...
C'est poilant : les mensonges des politicards commencent à se remarquer (il était temps !),

à déplaire,

à irriter...

Naturellement le cireur de pompes en chef (Copé pour ceux qui n'auraient pas suivi) est très mécontent de voir de voir Apathie, généralement docile, lui mettre le nez dans le caca de son Führer...

C'est très amusant ! je vous souhaite bon courage à tous pour demain, je verrai ça de très loin, mais avec attention...

***
Assez savoureux d'ouîr la petite (toute petite) critique de Coppé concernant la reprise de petite phrase (il y a toujours une pique à destination de ses interlocuteurs le bonhomme). Ce juste après son plan de comm' sur le PS & Casimir. Il a vraiment peur de rien ;-)

Bon. Logiquement, cette technique de la reprise / N. Sarkozy devrait faire floresse au regard du débit présidentiel depuis 2 ans et du côté "je ne peux pas m'empécher" (le "bon mot, la pique) qui devraient fournir suffisement de matière aux documentaristes professionnels ou en herbe, d'internet et d'ailleurs.
pour certaines catégories c'est sûr que personne ne s'en aperçoit, quand je fais greve dans ma petite mairie d'une commune de 500hab d'un milieu agricole, je ne suis pas comptabilisée dans les stats car les grévistes de la fonction publique territoriale ne sont pas recensés, du coup je fais grève pour rien (parce qu'en plus je travaille quand même, je suis toute seule au secrétariat et quand la mairie est fermée ça rouspète)
mais bon je le fais par solidarité.
Mouais, ce que j'ai vu au jité de midi, (oui je me susia ffalée pour grignoter, fatigue fatigue) c'étaient surtout des sujets sur des pov'frenchies qui risquent d'être coincés:
parents qui ne savent pas quoi faire de leurs gamin-e-s respectifs (rappel: quand on a des mômes, il faut toujours, toujours un plan B, en cas de maladie, d'accident ou.. de grève),
pov'travailleurs ne sachant s'ils pourraient se rendre sur le lieu de leur aliénation oups pardon.. de travail...
Bon, ne vous méprenez pas, je comprends bien tous ces soucis qui échoient le plus souvent à des personnes qui n'ont pas les moyens d'avoir un plan B.
Mais les jités ont un parti pris et qui est toujours, toujours le même.
Enfin, disons que j'aimerais qu'on me prouve le contraire.

Et please @si, comme déjà demandé par mail, si vous le pouvez, intéressez vous à la façon dont chaînes classiques commencent à peine à se pencher sur les désobéisseurs de l'école primaire....sans passer par la case syndicat, tant qu'à faire...
mebahel, instit de préélem (maternelle) depuis des lustres qui risque fort de ne plus l'être dans pas long.
Sur France Inter c'était un carnage, ils y sont allés à coup de bombes nucléaires contre le gouvernement. ça me rassure quand à l'indépendance de la radio vis à vis du gouvernement et de l'empereur
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.