32
Commentaires

des pommes, des poires... et des concombres

Derniers commentaires

Bravo ! Magnifique chronique ! On n'en attendait pas moins d'un sujet aussi délicieux que la pomme et le concombre.
Merci pour le repas végétarien du dimanche, Alain.
J'avoue que cette histoire de graines germées me tourneboule, j'en fais pousser chez moi, des graines germées, j'en mange figurez-vous, enfin plus depuis certain jour, pas folle la guêpe.

Z'auriez pas dans votre musette une machine à compter les bactéries, à les analyser par simple scan du plant ?, bref il y a des outils qui commencent à manquer à la ménagère, la machine à bactéries et celle à acariens, on ne peut plus s'en passer, ça devient indispensable. Quand on sera tous transformés en Professeurs Tournesol des cuisines en chasse...

http://anthropia.blogg.org
Rhôôôhhhh ! Toi aussi tu as remarqué que le concombre imite à la perfection une pine turgescente ? Ta perspicacité n’a pas fini de nous surprendre, décidément !

Par contre ta liste des maladies qui font peur (ou pas) elle est quand même très incomplète, que fais-tu (j’en oublie) ?

- de la vache givrée
- du mouton tremblotant
- du SRAS (je vois encore tous les zombies masqués des aéroports asiatiques en 2003)
- du rhume de la geline
- de la grippe du goret qui nous a tout de même coûté un milliard de zeuros en médicaments zinutiles, juste pour sécuriser Bachelot (visiblement apparenté à la grande famille des suidés elle-même)
- des ongles incarnés
- de la grande décalvante ou pelade décalvante
- des règles douloureuses
- des érections laborieuses

C'est de la daube tout ça, des pathologies mineures, indigne de l'intérêt gouvernemental et de la manne des con-tribuables ?

Pfuiittt ! Quand je pense que c’est toi qui palpes la menue monnaie d’@si (je conviens que c’est moins grave que de palper les “domestiques” - © J-F K - des palaces amerlocains – voilà que je me mets à jaspiner en korkossien !)

Alors que c’est moi qui fais tout le boulot par derrière, gratos… Y’a pas à dire : l’esclavage se porte toujours aussi bien !

Pour les saucisses allemandes la capote anglaise me paraît très insuffisante, je suis pour le couteau : si on avait pratiqué l’opération sur notre présumé satyre national il ne serait pas coincé dans le Triangle Beyond Canal street à l’heure qu’il est – lequel triangle ressemble furieusement à celui des Bermudes dans son cas – et sa malheureuse femme ne serait pas obligée de se séparer de 500.000 Zeuros chaque mois sur sa modeste fortune pour tenter de faire croire qu’elle est cocue mais contente !

Nous noterons au passage, sans hésiter à passer du gallinacé à l’ongulé (nan, je l’ai pas dit, ça m’a échappé !), que les œuvres d’art que ce bon Fabius, inventeur génial de l’IGF - l’impôt sur les grandes fortunes, rebaptisé ISF - l’impôt de solidarité sur la fortune (avec solidarité ça va tout de suite mieux, qui ne voudrait être “solidaire” hormis Jauni et quelques malfaisants vite enrichis dans la grande distribution, le sport, le show-bizz, voire le pain de fesse ou le trafic d’armes ?)

Mais je digresse, revenons à nos œuvres d’art : Fabius dont la fortune familiale est essentiellement constituée d’œuvres d’art – précisément – n’a pas trouvé utile de se taxer lui-même, non plus que sa parentèle (je l’ai déjà écrit : les meilleurs impôts sont ceux qui sont payés par les autres…)

Seulement ces jours-ci, face à la faillite de l’État il était de nouveau question de taxer les croûtes et autres peinturlures…

Que nenni ! Des clous ! Fabius n’est toujours pas d’accord. Et Anne Sinclair encore moins : on dit qu’elle détient deux cent toiles dont beaucoup atteindraient facilement des prix insensés en vente chez Sotheby’s… Quelques mauvaises langues prétendent même qu’elle aurait fourgué une de ses toiles pour 20.000.000 de Zeuros, jolie somme qui permet de pourvoir aux besoins de son mari pendant quelques semaines !

Passons à la bouffe (enfin un sujet intéressant !) :

Quoi ? De la crème liquide allégée ? Mais quelle horreur, quelle totale ignorance de la gastronomie, j’en perds mon concombre, mes noix et mon latin par la même occasion ! La seule crème possible est celle servie à la louche par un bon crémier, à défaut Monoprix Gourmet en fournit une très honorable, en provenance d’Isigny, épaisse, en pot de verre avec 40% de matière grasse (ce qui est le minimum acceptable, en dessous c’est juste bon pour le trou des chiottes)

Pour finir : le comble, sur le symbolisme qui partait pourtant bien avec la pomme (chiraquienne – au fait il va voter Hollande le grand sifflet, c’est drôle, non ?) ou le citron, mais alors le fromage maigre (allégé peut-être) je pouffe, et la poire censée symboliser le bien-être, la douceur et la vertu, alors qu’elle ne représente que le con-tribuable et le cochon de payant, là c’est trop ! Je le dis tout net !

Faudrait pas nous prendre pour des quiches, [s]chère pomme[/s] cher Alain !
RÉPONSES EN VRAC DU SAMEDI SOIR


BERNADETTE G. : De la tomme oui, et pas un tome (j'ai honte !).
S'il y a un panais, il y a une carotte, aussi, me semble-t-il.

E2L : Je ne peux pas changer la couleur du titre des zeuvres, c'est ainsi et pas autrement.
D'habitude, je dis quand il s'agit d'un détail puisque je mets toujours l'oeuvre dans son intégralité.
Pour le premier Crivelli, vous vous êtes rendue compte que c'était un morceau de polyptyque, bravo :-)
Le voici en entier.

YANN L. & ALAIN B. : Ça, c'était le piège, fruit ou légume. Pour voir qui suit et qui ne suit pas !

XAVIER D. : La Ouiquipédiatre a raison : « Le nom scientifique est Cucumis sativus. Concombre et cornichon sont une même espèce. Historiquement le concombre était récolté à maturité, à la différence du cornichon, puis des variétés ont été sélectionnées pour produire des cornichons et d'autre des concombres. Les sélections effectuées par l'Homme ont accentué les caractères propres à chacun, pour obtenir des cultivars distincts. »
Que dire d'autre ? Ceci : les peintres se référaient à la Bible, à la phrase du prophète Isaïe. Ils ont peint les concombres de leur temps, qui ressemblaient plus à des cornichons qu'aujourd'hui. Mais ce sont bien des concombres. Isaïe n'a pas évoqué les cornichons.

PHILIPPE R. : Je propose le Pulitzer pour le photographe qui a osé s'approcher d'aussi près d'une cagette de concombres. Sans gilet pare-belles, en plus, me précise-t-on dans l'oreillette.
Je me suis régalée de ce festin de légumes. Les personnages sont d'ailleurs tout aussi intéressants à regarder de près !
Je me permets 2 petites précisions : le fromage est de la tomme (rien à voir avec un livre)
Le légume du tableau de Cotan que vous prenez pour une carotte me semble plutôt être un panais (à cause de sa couleur)
Enfin, les concombres sont très bons aussi avec du yaourt, et côté herbes de la menthe et du basilic !
Une fois encore, un grand merci !
Bernadette
Decidemment, les bodegones, c'est ce qu'il y a de mieux en matière de natures mortes nourrissantes!
Une petite demande, pourriez vous mettre les titres des oeuvres dans une couleur plus lisible? et nous dire quand c'est un détail (le premier Crivelli, par)? Et je ne vous embêterai pas en vous demandant où se trouvent les oeuvres....
Merci de tout faire pour que nous ne regrettions pas trop la boîte à images.
Le concombre est bien un fruit, bien sûr. Pas au sens culinaire, mais au sens botanique (en botanique, les "légumes" n'existent pas). Comme le tomate, le haricot vert, l'aubergine, le poivron, la courgette...
Vous exagérez car vous faîtes passer de vulgaires cornichons pour de fiers concombres ! Dans le tableau : Concombres et tomates par Luis Melendez, XVIIème s, dans Vierge à l'hirondelle par Carlo Crivelli, XVème s ou encore Annonciation avec saint Emidius par Carlo Crivelli, 1486. Le cornichon a de petites verrues (symptomes d'un herpes végétal probable ) alors que le concombre a la peau lisse aux fesses.
Relisez Wikipedia :
Le cornichon est une plante herbacée annuelle de la famille des Cucurbitaceae, cultivée pour ses fruits, récoltés avant maturité et consommés principalement comme condiment.
Le nom scientifique est Cucumis sativus. Concombre et cornichon sont une même espèce. Historiquement le concombre était récolté à maturité, à la différence du cornichon, puis des variétés ont été sélectionnées pour produire des cornichons et d'autre des concombres. Les sélections effectuées par l'Homme ont accentué les caractères propres à chacun, pour obtenir des cultivars distincts

Ils ne peuvent donc être confondus sous prétexte de peinturlure !
Ce lien est un peu daté, vu l'innonce retrouvée du concombre tueur, cela dit vous apprécierez les risques pris par le photographe pour approcher la tanière du prédateur.
Merci pour cette chronique et les nature morte qui avaient belle gueule du temps d'Arcimboldo.

Nature morte, XXIème siècle
même pas une blagounette sur les concombres ?
non .
Bon.
Allons allons, les Angevines de poitrine n'ont pas les Saints en poires (parole!)... malgré le grand Bobby qui ne les confond pas avec les Antibaises. Demandez à leurs Sacs à vins d'amants de quoi elles sont les sacs? En attendant, le Divin Enfant n'a plus qu'un trognon dans la pogne et c'est ça qui le désole car il a déjà tout bouffé, ce petit saligaud. Sur les autres tableaux, je me demande si les poires ne sont pas plutôt des coings... vu les formes. Ou alors ce sont des passe-crassanes. "La poire est associée à la maternité" dit notre vaillant iconophile. J'aurais plutôt penché pour la "poire d'angoisse". Meuh... on peut se tromper.
[quote=Alain Korkos]Ici, l'Enfant Jésus n'a qu'un tout petit bout de poire à se mettre sous la dent parce que la gourmandise est un vilain défaut.

Merci de préciser ça, parce que moi j'avais cru que l'affreux petit mutant avait tout boulotté d'un coup, et ça me faisait très peur.

Maintenant, est-ce que cette poire est associée plus spécifiquement à l'allaitement (au lien entre le jésus et la marie), ou suis-je trop influencé par Boby Lapointe et tout ce qu'il prétend qu'on peut s'offrir dans le Maine-et-Loire ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.