75
Commentaires

Des nouvelles du marché de la transgression

Derniers commentaires

Ça me rappelle ces associations américaines à la con venir hurler à chaque concert de Marylin Manson qu'il est l'antéchrist réincarné...
Et ce faisant lui assurer à chaque fois un impact médiatique et publicitaire conséquent ! Ses plus grands fans en quelque sorte, ridicule...

Décidément, la religion n'est belle que lorsqu'elle est humble.

Ça ne veut pas dire que je cautionne les "œuvres" de l'autre guignol, mais pourquoi s'en priverait-il puisqu'ils arrivent à la rescousse ?!

Qu'on le laisse moisir dans sa médiocrité, et le problème sera vite réglé...
"La capacité du système à agglomérer..."
Ça veut dire quoi ?
http://www.marianne2.fr/Piss-Christ-une-oeuvre-qui-derange-depuis-20-ans_a205261.html
Tiens je vais pas m'emmerder, je vais faire comme DS, le même commentaire sur Rur 89 et @si :

Se foutre de la gueule des collectionneurs, c'est une invention de Marcel Duchamp. Depuis un siècle certains artistes croient être révolutionnaires et créatifs en développant ce qu'a fait Duchamp.

Le titre de cette photo est un titre à la Duchamp sur une imposture : rien ne prouve (à part le titre) que ce crucifix est dans de l'urine.
Retirez le titre, il ne reste qu'une image banale, vouée à l'oubli.

Ça me fait penser au dernier vite-dit de Korkos : "ce qui fait la photo, c'est le texte".

Les cathos intégristes sont en réalité les complices de Serrano, son fond de commerce, lui qui s'est fait une spécialité d'être un martyr de l'art.
C'est un positionnement plus commercial qu'artistique, à mon avis.

Le fond de ma pensée est là, sur cette note de blog : Pisser sur le Christ me fait chier
Forum passionnant (et passionné), merci à la plupart des contributeurs,

N’ayant pas encore lu la totalité des textes j’espère ne pas faire trop de redites…

Mon avis sur le Christ plongé dans la pisse, et sur les très esthétiques merdes du bon Andréas Serrano est simple : à mon avis une civilisation qui passe en 500 ans de Michel Ange à ce genre d’immondices est une civilisation finie et qui est déjà entrée, par la grande porte et en fanfare dans le vaste panthéon des civilisations mortes, au côté des Etrusques, des Egyptiens, des Grecs, des Romains, des Mayas, des Aztèques et de tant d’autres…

Est-ce de l’art ou du cochon ? Le patronyme de l’auteur fait sérieusement pencher la balance du côté porcin.

La fin des civilisations se produit par extermination (Mayas par exemple) ou par décadence (Rome ou l’Egypte)

Nous avons choisi la deuxième solution, la plus triste puisqu’il n’y a même pas de combat mais bien un suicide collectif…

Les civilisations sont mortelles, comme les humains. Les plus forts écrasent toujours les plus faibles, à un moment ou à un autre. Parce que c’est trop tentant et finalement naturel.

Foutre un Christ dans la pisse c’est une facétie pour élève attardé du CP, entre deux arrachages d’ailes de mouche. Vendre la photo de cet exploit 277.000 $ c’est avoir trouvé la perle rare, un con de classe mondiale. Là est peut-être la seule œuvre d’art de cette immense et pathétique mystification…

Quoi qu’il en soit il ne me semble pas bien venu de se moquer des croyances des gens : si je suis hostile à la censure, et plus encore aux vengeances imbéciles, il me semble qu’il n’est pas indispensable de se moquer des religions : elles aident souvent les gens à supporter la vie et à lui donner un sens (même si elles participent à l’asservissement)

Puis-je rappeler d’ailleurs, à ceux qui ne connaitraient pas cette exceptionnelle citation, que Clémenceau disait :

- Le peuple Américain est le seul peuple à être passé de la préhistoire à la décadence sans connaître la civilisation.

Ce qui prouve accessoirement qu’il nous est arrivé d’avoir des dirigeants équipés d’un cerveau. Il y a longtemps, malheureusement…
Ménard est partout,hier soir sur Canal+,ce matin à ifrance inter... Qui peut se vanter de comprendre ce qu'il a à dire ?C'est tordu ...Il écrit "Vive Le Pen" pour défendre une sorte de droit qu'il dévolue aux gens qui ne pensent pas comme lui ? Ménard,défenseur des opprimés ? Ménard,empereur du n'importe quoi,rejoint Zemmour .Les propos de Guéant encouragent ces personnages assoiffés de notoriété à n'importe quel prix.
en parlant de hiérarchie de l'info, je ne pense pas être la seule à en avoir absolument rien à carrer, de près de loin, ou ni en guilty pleasure non plus hein, du mariage britannique... truc de ouf... (vu que vous en faites carrément des vites dit, je me permet d'en faire la remarque)
Tout à fait d' accord avec vous monsieur Schneidermann en ce qui concerne l' étonnante hiérarchie de l' information. Il est certain qu' un abaissement de la note de la dette américaine par les agences de notation aura des effets autrement plus réels et concrets sur la vie de chaque être humain de cette planète que quelques pseudo-scandales politico-médiatico-artistiques. Beaucoup de journalistes sont des coprophages qui s' ignorent ou qui se délectent de cette manière faisant honte à leur statut (pourtant très important dans une société démocratique) de recycler la merde à l' infini. De vrais bousiers. Vive la merde!
Pour info cette "oeuvre" de Serrano (Piss Christ) était également présente à l' exposition "Traces du Sacré" s' était tenue pendant l' été 2008 au Centre Pompidou..
Je trouve certains soit disant amateurs d'art un peu prompt à vilipender le dernier happening catholique. On est dans la droite lignée d'un Pierre Pinoncelli, ça devrait être salué.
…et le lapsus : « Pascale Porte ! »

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2011/04/19/haute-tension-linterview-de-menard-par-clark/
Le Chist est mort il y a plus de 2000 ans, et ce qui importe le plus , c'est ce qui est fait à chacun d'entre nous; le message le plus important de DS est donc "la notation des Etats Unis" par ces "sacrées" agences de notation : comme elles s'attaquent aux USA, je suppose que leur importance va en etre bien remise en cause, car l'infaillibilité des USA est un dogme plus reconnu que l'infaillibilité du Pape.
De plus, je souhaite que DS n'écrive pas sur l'amérique, meme du nord, mais plutot sur les "Zetats unis", avec tous les adjectifs en découlant, meme si ce sont des neologismes.
Le ministre de la culture a rappelé fort justement que le recours à la Justice est plus approprié que le recours à la violence. On est plus à l’époque de l’autodafé et des buchers.

Ménard messie des médias ? Mais si, mais si.
Bon, la dette des Zétazunis* s'accroît, sa note est dévaluée, et le dollar finit par se casser la gueule au niveau de la roupie népalaise.
Qu'est-ce-que je fais-je ? Je file à Nouillorque* me porter acquéreur d'un maximum d'oeuvres de Serrano que je paie des nèfles, et je les revends en Europe en zorros* au prix fort. J'en profite pour établir des liens avec un galeriste de la Grosse Pomme, et je m'installe marchand d'art en France, spécialisé artistes amerlocains*. Y en a là-dedans.

* Mes emprunts lexicaux à Alain Korkos sont effectués avec son aimable autorisation.
Comparez la place dévolue à Vive Le Pen et à Piss Christ, à la place faite à la dégradation, par Standard and Poors, de la perspective des Etats-Unis, de stable à négative (ce qui signifie qu'il existe au moins une probabilité d'un tiers que la note AAA des USA soit abaissée dans les deux ans). Vous avez bien entendu: la note américaine. Nord américaine. Pas grecque, ni portugaise, ni irlandaise: américaine. Que signifie cette dégradation exactement ? Veut-elle bien dire ce que l'on pense immédiatement qu'elle veut dire (les agences de notation se résolvent enfin à regarder le déficit américain de la même manière que le déficit grec) ? Et alors pourquoi maintenant, et pas l'an dernier ? Et quelles suites ? Et quelles conséquences ? Patientez un peu. On vous en reparlera, quand on en aura fini avec Vive Christ et Piss Le Pen.

(...) La crise budgétaire, ou comment les Etats-Unis plongent de gré ou de force dans cette austérité sans précédent et vont y entraîner des pans entiers de l'économie et de la finance mondiale.
Les chiffres peuvent donner le tournis : « 6.000 milliards de coupes budgétaires sur dix ans », dit le Républicain Ryan, « 4.000 milliards en douze ans » réplique le déjà-candidat pour 2012 Barack Obama, « tout cela est loin de suffire » renchérit l'une des références des Tea Parties, Ron Paul. Et de toute façon, sanctionne le FMI, « les Etats-Unis ne sont pas crédibles quand ils parlent de réduire leurs déficits ». Cette remarque inhabituellement brutale du FMI, traditionnellement très prudent dans ses critiques concernant les Etats-Unis, est en tous cas particulièrement justifiée au regard du psychodrame qui, pour une poignée de dizaines de milliards de Dollars, a failli faire fermer l'état fédéral faute d'accord entre les deux grands partis. Un scénario qui va d'ailleurs se reproduire prochainement à propos du plafond d'endettement fédéral.

Le FMI ne fait donc qu'exprimer une opinion largement partagée par les créanciers des Etats-Unis : si pour quelques dizaines de milliards USD de réduction des déficits, le système politique américain atteint un tel degré de paralysie, que va-t-il se passer quand dans les mois à venir vont s'imposer des réductions de plusieurs centaines de milliards USD par an ? La guerre civile ? C'est l'opinion en tout cas du nouveau gouverneur de Californie, Jerry Brown, qui estime que les Etats-Unis font face une crise de régime identique à celle qui conduisit à la Guerre de Sécession (…)
LEAP 2020-GEAB n°54
Très drôle Daniel, j'ai bien ri... Il faut bien le dire : on s'en fout de Ménard et Serrano. Merci pour ce petit moment de détente.
Effectivement le silence, ou disons la sourdine (la nouvelle était quand même tombée, contrairement à l'enquête de Bechis montrant que la France avait extradé un proche de Kadhafi bien avant le conflit dans un but non précisé qui a fait la une en Italie sans traverser les Alpes...) sur la dégradation de la note US était assourdissant. Tout comme celui du taux grec à niveau record, qui implique maintenant sans ambiguité qu'on va vers une restructuration de la dette, auxquelles sont particulièrement exposées les banques françaises.
Pour les critiques que j'entends sur la validité artistique de cette photo, je tiens juste à signaler qu'au delà de toute symbolique, il n'y qu'a regarder la beauté des couleurs pour comprendre que le sang et l'urine sont de très bons matériaux et que rien que pour ça, cette œuvre mérite qu'on s'y attarde. Les peintres et plus récemment les photographes ont toujours rechercher à trouver de nouvelles nuances et de nouveaux jeux de lumières.
Et puis il n'y a qu'à dire que c'est aussi grave que l'affaire des caricatures de Mahomet.

Pour Ménard, bon, pas de commentaires sérieux, il n'est pas très intelligent (à l'inverse d'un Zemmour par exemple) et ceux qui l'interview ont les vices des grands médias, qui sont rappelés sans cesse ici.

Mais Daniel, de mon point de vue, les problèmes autour de la religion sont sans doute plus grave que les problèmes économique. La culture nous définit pour des siècles et le retour du religieux en force ces temps-ci est bien plus inquiétant, puisque les manœuvres pour résoudre les problèmes prennent bien plus longtemps que celles qui concernent l'économie.
...Il me semble que c'est l'occasion de faire une émission sur les thèmes économiques actuels, non?
Pour ce qui est du dollar et des Etats Unis, je lisais justement ça ce matin : Interview de Myret Zaki, journaliste suisse, Le dollar va mourir, vive l’euro !
Je me réjouis d'observer ce déchaînement d'anticléricalisme sur ce forum.
C'est accorder beaucoup d'attention aux chrétiens Je ne vois pas quelles nuisances ils provoquent aujourd'hui dans notre pays.
En France, le nombre de croyants ne cesse de diminuer. Il est désormais inférieur à 50 %. Je suis moi-même athée depuis toujours et la présence de chrétiens ne me gène pas, aussi longtemps qu'ils restent discrets et respectent les règles de la laïcité. Je les trouve même plutôt sympathiques en général, si j'excepte quelques intégristes obtus.
En définitive, l'utilité des derniers chrétiens, de nos jours, est de permettre aux intolérants de se défouler et d'écouler leur bile. Ce sont des boucs émissaires parfaits. Il ne faut surtout pas souhaiter leur disparition. Je propose même qu'on les classe parmi les espèces menacées à protéger.
Je comprends ce qu'écrit Daniel Schneiderman dans sa chronique. C'est fatiguant de voir des gens "faire de l'argent" en manipulant les foules. Et à mon avis, les consommateurs assujettis aux médias-prescripteurs sont habitués ou résignés à ce que quelques markéteux ou pros de la com' usent sans scrupule de leur talent de buzzeurs (créer le "buzz" devient une fin en soi). Quand ça échoue, on méprise ces gens (la rolex de Jacques Ségéla par exemple) et quand ça fonctionne, ils vendent n'importe quoi à n'importe quel prix.

La transgression est une de ces techniques. Je me rappelle des affiches Benetton au format 4/3 dans les rues, par exemple.

Quand ça fonctionne, ils font les innocents, ils jouent les personnes sincères et généreuses. Ils se victimisent eux-même. Ils font crier à la liberté d'expression. Et pendant ce temps, tout les partenaires de l'opération marketing récoltent les fruits.

Prendre les gens pour des idiots, ça dépasse mes valeurs et ce n'est plus du marketing ou une façon de se faire connaître. Je peux comprendre (ou essayer de comprendre) le discours de Robert Ménard ou celui de Dieudonné, mais s'ils me tournent en bourrique dans le but de vendre plus ou d'exister médiatiquement, ça ne m'intéresse pas.

D'autres exemples de manipulations marketing :
- La vidéo du chanteur Raphaël chevauchant une statue de Jeanne d'Arc - Le Patriote. Personnellement je préfère ça : Le Patriote de Raphaël avec les paroles même si certains propos sont provocateurs à dessein (si Raphaël se montre réellement sincère, pourquoi pas).
- Le showbusiness et toutes ces émissions de promo dans lesquelles tout le monde s'aime ou se déteste dans de vaines polémiques.
- La com' iPhone1,2,3,4... iPad1,2...

Il y en a sûrement d'autres...
Entendu tout à fait par hasard dans l'émission, Dimanche, de Stéphane Paoli sur Inter "3D, le journal" : Verdi versus Berlusconi.

Résumé de l'histoire : http://sundep.idf.free.fr/spip.php?article197

Et en image : http://www.youtube.com/watch?v=G_gmtO6JnRs&feature=related

A-hu-ris-sant qu'aucun média n'en ait parlé.
Le seul acte artistique dans cette histoire c'est le coup de marteau, qui dans un geste elliptique et définitif donne à l'œuvre sa profondeur : Jésus humilié, bafoué, mais qui explose le cadre, les cadres.
Finalement à con, con et demi, à artiste, artiste et demi (sans mousse en l'occurrence SVP).
Autoportrait de l'anonyme "con et demi"
bien vu
le bébé pisse dans le ventre de sa mère...c'est un fait observé. Le christ en croix, mort ou à l'agonie en immersion, et la nuance sur cette incertitude du temps est capitale qu'à celà, cette indétermination induite nous replonge non dans la conception pure, idéale du corps maternel, virginale, imagée ,hors du temps. Ici, par cet oeuvre, vie et mort sont "formolisés" en temps et lieu, l'on sait que l'urine se boit à l'intérieur, obligation de fait, mais peut assurer une survie,dans la nature, certes réduite, en cas de necessité où l'eau a disparu
Pour Menard, j'aime pas ce qu'il fait, mais au final encore moins l'interview que je viens d'écouter.
Que les journalistes n'aient qu'une petite dizaine de minute n'excuse pas l'incroyable cirque de ce matin, du coup, Menard n'étant pris que sur la forme, le fond passe à la trappe, et Pascale Clarck ironisant sur la co-autrice, qui ne parle jamais, alors qu'il est très peu probable que la femme de M.Menard, n'ait reçue qu'une seule invitation. La liberté d'expression en France a toujours été plus un concept professé qu'une liberté réfléchis dans sa mise en place effective, allant et venant au gré des normalisation de quelques uns.

Pour le coup, je rejoins Anthropia, Monsieur Guéant déroule un ensemble de proposition qui toutes ont été professé puis appliqué par les sociales démocraties d'une autre époque, et personne sur les médias n'effectue posément une mise en parallèle des événements pour voir si ceux comme moi sont dans l'erreur ou pas.
Encore une fois, hélas, vous nous ressortez l'argument fallacieux, du "Il y a plus urgent ailleurs".

Mais qui êtes-vous Monsieur Schneidermann pour nous dicter l'agenda de nos indignations ?

Après Allah n'est pas responsable, Jésus n'est pas coupable, j'ai compris que pour vous, le religieux qui débloque n'est qu'un épiphénomène comme dirait Djac. Un cache problème de trucs vachement plus sérieux, économiques, macro-machin-bidule, et tout le tintouin, avec l'idée qu'une fois réglé le problème économique, les ptits problèmes religieux rentreront dans l'ordre... ou pas, mais on s'en fout du moment qu'on a de quoi remplir le frigo.

Outre que cette hypothèse est loin d'être assurée, en attendant le miracle économique, on fait quoi ?
On laisse ces derniers des derniers nous pourrir la vie ?
On les laisse répandre leurs idéologies, on les intègre même ?

Mais que diable aurai-je à faire de votre société future plus opulente, si c'est pour me retrouver dans une nouvelle théocratie ?

Ah, cela n'arrivera pas, nous sommes trop laïque pour ça, on bouffe du curé tous les jours.

La preuve que non.

yG
Dans la série, vous pourriez aussi vous occuper de la France, Daniel, et de ce cher Guéant, qui a décidé d'interdire les métiers de la santé, du bâtiment et de l'informatique aux étrangers, entre autres, les métiers en tension, .... ça ne vous rappelle rien ?
Sont vraiment très prévisibles ces gens-là, vraiment très prévisibles.
Moi, je vous le dis, on va bientôt regretter Hortefeux.

http://anthropia.blogg.org
Tant d'émoi pour un pareil caca nerveux, vraiment ? Ce "jambon"-là de Serrano (merci Valery pour le rappel) mérite bien qu'on lui adapte, en plus provoquant - il aime ça ce sado-maso- , la maxime de Boris Vian : "J'irai pisser sur ta gueule". Curieux comme les hispaniques sont à la traîne, à proportion du fanatisme déployé naguère par leur clergé : Dali, Arrabal, Almodovar... et encore je ne parle pas des Argentins. Sans doute une réaction contre le baroque démonstratif qui pollue l'Amérique latine et l'empire des Habsbourg. On aimerait les voir pisser sur Mahomet (au moins ça aurait du sens en Andalousie).
1/
Y a des limites quand même.
La limite c'est de ne pas blesser. Je suis désolé mais rien que voir cette photo dans un liquide jaune trouble me choque...
C'est une insulte, une blessure à tous les Chrétiens sincères.

Bon, ben à partir de là il suffit de s'attaquer à de gros tabous et on verra la réaction de nos médias...
Et si Serrano avait mis dans un cadre une photo des chambres à gaz et un morceau du camp d'Auschwitz baignant dans de la merde... nous aurait-on dit que c'était de l'art ???!!!

J'avoue mon incompétence en matière de cette sorte d'art... Je n'aime pas, c'est facile et bas de la part de ce soit-disant artiste.

Faut pas déconner quand même.


2/
Ménard, c'est autre chose, il s'attaque à un tabou des journalistes en France... J'ai observé la réaction de Jean Michel Apathie sur Canal hier, quel hypocrite... Ali Baddou pareil ainsi que toute la clique bien agressive... Ménard ne pouvait même pas s'exprimer...
Il était à la limite de craquer...
J'avais l'impression de voir un nouveau clergé faisant tout ce qu'il peut pour que le message de la "Brebis égarée" Ménard n'atteigne pas le peuple que nous sommes et qui est bien entendu est si bête...

Je vous renvoie à un de mes précédent post... Ménard défend la liberté de s'exprimer, même pour les pires.

Je défendrais la femme voilée de la même manière que je défendrais aussi une femme non voilée... contrairement à certains "droit de l'hommiste", "laïciste" qui eux arracheraient allègrement ce même voile qu'ils exècrent au nom de la tolérance bien sûre...
Ensuite, ils vont se retrouver dans des lieux branchés et s'encanailler... loin du peuple, le vrai, dans lequel je baigne moi (oui chers amis, je me la pète, là) !!!

Il faut se méfier de ces hypocrites autant que le FN.

SEMIR
Franchement on s'en tape de ce pseudo art et de ces intégristes à la noix. Passons à des problèmes un peu plus sérieux... Il y a toujours eu des tordus, ne leur accordons pas plus qu'ils ne méritent. (c'est à dire rien...)
Le seul Serrano qui mérite de l'intérêt, c'est le jambon, non ? Quand aux cathos mesquins, laissons les chiens aboyer et la caravane passera.
"Le fait (me fait malicieusement remarquer Alain Korkos) qu'un tirage de Piss Christ ait atteint le prix de 277 000 dollars à New York en 2008 est certainement sans aucun rapport avec le plaisir de l'artiste à entretenir ou à...ressusciter le scandale autour de son oeuvre."

Peu importe la probité de cet artiste, son opportunisme, là n'est pas le problème, aussi manipulateur ou aussi sincère qu'il puisse être, il a trouvé à faire réagir une bande d'abrutis qui sont bien là et sont sortis du bois pour cela.

Or, ces connards seraient sorti quelques soient les motivations de l'artiste, par simple désir de faire respecter leur idolâtrie.

Mettre l'artiste sur le même plan que les imbéciles qui réagissent ainsi, en détruisant, en manifestant pour le respect de leurs babioles et autres symboles qu'ils chérissent est inconséquent, Monsieur Schneidermann, et des plus nocifs pour nous tous.
Car, c'est renvoyez dos-à-dos les divers protagonistes.

Mais, c'est encore trop donner à ces derniers des derniers, ceux qui réagissent ainsi. Comme si leurs réactions et donc revendications étaient quelque part légitimes. Or, pas plus que la réaction virulente et meurtrière de certains face aux caricatures de Mahomet ou à la destruction d'un exemplaire du Coran n'est défendable, celle de ces traditionalistes n'est admissible.

Alors oui, il y a des provocateurs, des inconséquents, des manipulateurs qui mettent de l'huile sur le feu, c'est indubitable, mais n'oublions pas que le matériau inflammable est déjà là et que c'est lui le véritable danger, car, n'importe quoi, y compris le plus innocent, le mieux intentionné, peut mettre le feu aux flammes dans un tel contexte.

Pour autant, il ne faut pas reculer et incorporer les injonction au respect de certains.

Vous connaissez pourtant, comme tout le monde, l'ignoble et pathétique argument du violeur Monsieur Schneidermann, qui en appelle à la "provocation" de la jupe de sa victime et qui souhaite qu'elle porte un voile pour ne pas être tenté ?

Ces enflures sont déjà là, ne leur donnons pas davantage de gages.

Ne tombez donc pas dans ce panneau des plus dangereux, n'intériorisons pas les desiderata des religieux de tout poil.

Le respect leurs incombent dans le cadre de leurs croyances, nous n'avons pas à nous y soumettre le moins du monde.

Nous y perdrions tous.

yG
Evoquer « le plaisir de l'artiste à entretenir ou à resusciter le scandale autour de son œuvre », à propos de la vandalisation de "Piss Christ" dans la Galerie Lambert d’Avignon est une calomnie gratuite !

Une exposition d’Andres Serrano, dans la même galerie, avec cette œuvre, en 2006-2007, n’avait provoqué aucun scandale. L’actuelle exposition est ouverte depuis le 12 décembre 2010. L’œuvre controversée de Serrano est un cadeau de l’artiste à la collection Lambert. Elle ne lui a donc coûté aucun dollar !

Le scandale a été provoqué – comme les « vite dit » l’ont noté - par un groupuscule royalo-intégriste, puis orchestré par l’archevêque aux sympathies d’extrême-droite affichées, M. Cattenoz, avant d’être amplifié par toutes les sectes ratichonnes fanatisées. Serrano n’y est absolument pour rien ! Cattenoz, tartuffe archevêque, pour beaucoup.

Et la destruction de cette oeuvre, que personne n'était obligé d'aller voir, est une grave atteinte à la liberté d'expression. Peut-on laisser des cagots déchaînés imposer leur loi prétendument divine et surement fanatique ?

PS Faut-il ajouter que si, comme le dit Mme Chazal grande journaliste s'il en est, "Piss Christ" représente un crucifix trempant dans "l'urine du christ", les bigots voyous auraient commis un sacrilège, l'urine christique ne pouvant être considérée que comme une sainte relique dont la sacralité se transmet à sa représentation.
"D'ailleurs, une bonne sœur critique d'art américaine avait expliqué (et Wikipedia s'en souvient) que la photo du Christ dans l'urine était une manière de dénoncer "ce que nous avons fait du Christ".

Heu... en pensant aux récurrentes affaires de pédophilie qui ont ébranlé la confiance de moult fidèles, en voyant comment, tout récemment un certain Vangheluwe, évêque de son métier, minimise ce qu'il a fait avec l'assentiment attendri d'un bon paquet de groupies ensoutanées (" c'est un saint : il s'est confessé !"), si Serrano créait son œuvre aujourd'hui, le Christ, pour dénoncer ce qui lui a été fait*, c'est pas dans de l'urine qu'il le tremperait...

* "Ce que vous faites aux plus petits d'entre les miens, c'est à moi que vous le faites". Paroles du Christ. Qui a la référence ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.