35
Commentaires

Des journalistes pigeonnés par Bercy ?

Ami entends-tu le vol gris des pigeons sur nos plaines ? Après les patrons-pigeons, les médecins-pigeons, place aux journalistes-éco-pigeons qui ont fait connaître leur colère sur le réseau social twitter. Bon d’accord ils étaient trois, dont l’initiateur de cette frondounette, Laurent Mauduit. Le journaliste et co-fondateur de Mediapart s’émouvait mardi d’être tricard à Bercy. Persona non grata Mauduit ? C’est plus compliqué que ça.

Derniers commentaires

Vous allez vous faire des amis dans la profession, dites.

Et monter une boîte de com' à Joué-lès-Tours, fallait oser...
"Oui. Il était peut-être incompétent mais il nous parlait tout le temps"

Et ils ont accepté d'endurer ce supplice. D'écouter sans arrêt la voix monocorde, sourde et brassant du vide d'un type qui ne s'est mis en colère qu'une fois : pour obtenir un maroquin de Foutriquet 1er. Et qui, après, ne s'est plus jamais en colère après N.

Je suis sûr qu'ils jalousaient leurs confères envoyés au MO sous les bombes

Lui, c'était : un ministre ça ferme sa gueule et ça ne démissionne pas.
Apparté sur Safia Ottokoré la parvenue de Moscovici. Elle a bénéficié d'un emploi fictif durant des années au.Sénat (pas la première ni la dernière), ne voulait pas suivre le choix des militants PS de son secteur qui ne voulaient pas d'elle pour se présenter à la députation fort du soutien de son "ami" Moscovici. Bref, une personne "honorable" comme on le dit dans la mafia.
Petit conseil aux Mauduit, Soumier, Lachèvre et leurs confrères journalistes zéconomiques : travaillez vos dossiers, enquêtez, diversifiez vos sources, faites vous une vraie culture économique au lieu de régurgiter par coeur "le libéralisme pour les nuls".

Je sais, c'est dur. Il faut lire, agiter ses neurones, constamment remettre en cause ses propres préjugés et les bons vieux mensonges colportés depuis la belle époque de la fondation Saint-Simon.

Mais de grâce, si vous croyez que le summum du journalisme consiste à jouer au chat et à la souris avec des chargés de com, et à tendre un micro à un ministre pour qu'il vous serve son discours de faux-cul, changez de métier. Et vite.
Effectivement, ça fout les chocottes des cadors qui se conduisent comme des ados en crise d'égo....
mais, il y a bien pire : un ex président qui se ridiculise devant le monde entier justement à propos de finances.
ici
Bon W.E Anne-Sophie.
[quote=Serraf qui prend un malin plaisir à faire ce qui ne se fait pas justement]

Comme de déclarer qu'il est un "libéral de gauche" et de bosser chez Slate et, plus accablant encore, Atlantico.
Serraf est un imbécile, qui écrit avec ses pieds, et qui sous couvert d'impertinence téléphonée, maquille sous un style écrit-parler une vacuité intellectuelle insondable.
Pas étonnant qu'il soit tricard.
moi je le trouve plutôt légitime, ce coup de colère de Mauduit, si antipathique soit-il. Votre conclusion est, même si vous la mettez dans la bouche de votre chef, "hé oui ma cocotte c'est comme ça que ça marche l'info de nos jours", et lui ça l'emmerde, il voudrait juste pouvoir bosser, et on l'en empêche délibérément. C'est pas du juste, quoi. Du coup, je comprends qu'il soit vexé.
EN tout cas merci pour cette chouette chronique.

(et sinon, trop fort ! j'ai grandi à joué lès tours, comme votre microscopique boîte !)
Hi hi hi ! Alors les socialos donnent des leçons de démocratie ? Qu'ils balaient devant leur porte avant, non ?
Le coup du secrétaire du PS qui est élu à l'unanimité de Martine Aubry, c'est original, non ? Heureusement qu'ils nous ont débarrassés de Sarkozy, sinon la moutarde pourrait nous monter au nez....

Et vous avez raison, les chamailleries que vous décrivez, c'est vraiment du niveau du bac à sable. Mais c'est surtout que les décisions sont tellement techniques et tellement aléatoires dans leurs résultats que peu de monde peut gérer, donc s'en sort en faisant écran avec des réactions émotionnelles..
Où l'on découvre "le monde de la fabrication de l’information", là où les patrons appellent leurs salariées "Cocotte"?
Il se passe de ces trucs entre politiques et journalistes, incroyable !
Courage cocotte.
Finalement, c'est Alain Minc qui avait raison: La crise est psychologique.
Bien rigolé, Anne-Sophie...
Je comprends votre déprime...
Mais vois qu'en 40 ans, l'ambiance n'a guère changé(*)... certaines "stars" journalistes sont toujours aussi capricieuses ;o))
Je compatis que vous deviez évoluer et "faire avec" ce genre d'états d'âme... j'avais lu le twitt de l'"opprimé"... mais ne me doutait pas du niveau presque zéro du "twitto" en colère ;o))

(*) Débarquée dans une radio N° 1 à Paris en 71, (après avoir travaillé chez des Amerlocains) j'avais été étonnée d'entendre mon patron (le D.G.) râler parce que je lui passais les "secrétaires" de Ministres au téléphone... J'ai dû me plier alors au "on passe ensemble" (la synchronisation de nos patrons chatouilleux et respectifs entre "secrétaires"). Plus tard, j'ai eu entre les mains les lignes directes de tous les ministres du gvt.... et même quelques lignes de domiciles privés.
C'est la fronde des bourgeois....
paraît que c'est comme ça que ça commence .. pas quand c'est les pauvres qu'on presse comme des citrons, non, z'ont l'habitude depuis toujours.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.