235
Commentaires

Des communistes et des guillemets

De l'art de la citation entre guillemets !

Derniers commentaires

"Les changements que nous avons engagés, il faut que les français comprennent que la question qui se pose c'est que si la France est forte, elle sera protégée."
???
Comprenne qui pourra!
Un peu hors sujet :

En périodes d'élections, on trouve parfois des sites internets qui ont fractionné des positions des candidats/partis en une série de questions, et qui proposent de faire un test QCM pour déterminer le candidat/parti le plus proche de nos opinions. La qualité peut être variable, les questions peuvent être mal formulées, ambigues, insatisfaisantes ou trop oprientées, et la tambouille qui calcule derrière peut être plus ou moins opaque, mais c'est souvent une bonne entrée en matière pour considérer objectivement les contenus des programmes (et se situer sur des questions précises plutôt que sur des feelings ou des habitudes identitaires). J'ai déjà joué à ça pour la Suisse et pour les Etats-Unis. Qu'est-ce qu'il existe, pour les élections en France ?

Je viens d'essayer le http://www.politest.fr, qui ne présente que 12 questions, ce qui me semble peu (par rapport à mon expérience d'autres questionnaires du genre), et qui propose des réponses que je ne différencie pas toujours très bien (alors que je suppose que la réponse me fait basculer d'une catégorie à l'autre, surtout sur un questionnaire aussi bref). Mais le résultat final était assez intéressant, et assez bien exposé. Je pense qu'il serait utile aux autres forumeurs, même si c'est pour creuser certaines des réponses plus tard. En tout cas, j'ai eu la surprise de me découvrir "communiste" plus que "npa" plus que "vert" plus que "pg" (en re-faisant le texte avec les réponses alternatives, trop proches, sur lesquelles j'avais hésité un peu, je suis classé "npa" ou "lo"). Ah bon.

Est-ce que vous avez croisé d'autres sites de ce type, consacrés à la présdentielle de 2012 ?
Ah ! il est balaise mou du genou il insulte les communistes et aprés il réclamera leurs voix .Il prend vraiment les électeurs du front de gauche pour des cons.Flanby est à la gauche ce que la bétadine est à la jambe de bois.
Il a bien raison, Ferrat est mort et le Ministère des Affaires Populaires n'existe plus...
oh la la, les forums... ça va être Hollande vs. Mélenchon jusqu'au premier tour... vivement le 2e... je suis déjà las...
hollande commence à m'agacer.Il doit être attentif à ses racines à gauche sous peine de se voir bouder au deuxième tour.
A propos du concept "communiste" et de la réaction indignée de J.L. Mélanchon à la déclaration de F. Hollande, voir cette mise au point de Romain Pigenel qui remet les choses à leur place.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article125369
Vous comprenez rien, en fait ils parlaient du contenu de leur projet : "Le changement c'est maintenant".
"Ce matin, au petit jour, Marie-Georges Buffet distribuait des tracts, dans le froid : "Il n'y a plus de communistes" disait -elle en souriant à l'adresse du 1er dans les sondages... "

Mélenchon dormait encore ? Il n'y a plus de communistes au PCF, plus d'usine à Billancourt, c'est sûr, mais l'imagerie stalinienne a la vie dure !
Hollande et l'art de se tirer une balle dans le pied.
Pour une fois qu'il était sincère, voilà que tout le monde le lui reproche.... on est bien méchant.
Je ne comprends pas: comment pouvait-on croire que le double discours ne se verrait pas? Juste parce que l'un était publié en anglais?
"Un débat F. Hollande / JL Mélenchon serait salutaire pour la gauche".

Mélanchon l'a proposé depuis longtemps... Hollande n'est pas prêt d'accepter. Le "double-jeu" serait trop visible !

Ce matin, au petit jour, Marie-Georges Buffet distribuait des tracts, dans le froid : "Il n'y a plus de communistes" disait -elle en souriant à l'adresse du 1er dans les sondages...
Je n'ai encore jamais vu Hollande avec un tract à la main. D'ailleurs, qu'y aurait-il sur ce tract ? du vide ?
Et après on (les socialeux et les journalistes du système) nous dit que Tarik Ramadan (au hasard, par exemple...) à un DOUBLE DISCOURS.

Les pires faux cul sont les socialeux eux-mêmes.
Les pires vendus au système et à la finance sont les socialeux.
Les pires hypocrites sont toujours les socialeux.

Ce sont les mêmes qui intimaient l'ordre à Eva Joly (au hasard, par exemple...) de voter Hollande !!

Leur arrogance est de retour.
Vous allez voir quand ils auront le pouvoir.
Vous allez voir quand ils auront la majorité à l'Assemblée Nationale + le Sénat.

Ces socialeux ne se sont jamais remis en cause : jamais.

Pour ce qui me concerne, c'est très clair, mon choix de vote sera de "gauchiser la gauche".

SEMIR
Le soi-disant vote utile a du plomb dans l'aile...Vous avez le choix entre le l'austérité de droite (UMP, FN, Modem) et l'austérité de "gauche"(PS)...
Vous avez le choix entre un monarque de droite (Sarkozy, Le Pen, Bayrou) et un monarque de "gauche" (Hollande)...

Sinon vous avez une secte d'illuminés qui vous propose la relance de l'activité (et non pas la croissance, nous sommes déjà adultes, non?) c'est le Front de Gauche (merde, y'a des communistes, Staline, les goulags, les chars Russes étouça - j'croyais kyenavéplu) et son candidat populiste kiférienkedinsultéléjournaliste Mélenchon qui sera roi juste le temps d'une constituante et qui partira écrire des romans d'amour...

Oh mais je suis injuste, il y a Dupont (t ou d) Aignan, qui souhaite abandonner l'Euro, Artaud et Poutou qui attendent la révolution, Nihous dont je ne sais rien et d'autres dont on ne sait rien, car les sondages ont décidés que cela n'en valait (valet?) pas la peine...

Alors, je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, je vais m'illuminer...Et j'ai le front (de gauche) de penser que je ne serais pas le seul...

Place à l'humain, place au(x) peuple(s) !
Ils ne comprennent pas comment ce qui s'oppose à soi-même s'accorde avec soi; ajustement par actions contraires, comme de l'arc et de la lyre. (Héraclite, Fragments traduction de Marcel Conche)
Ce qu'on appelle "la politique" nécessite depuis toujours, mais aujourd'hui de façon plus démocratiquement répandue, un sérieux sens de l'humour, un esprit critique dépassant la pure ironie ou le simple dénigrement. Quel candidat en effet ne se trouve pas en opposition à soi-même dans sa quête de voix ? Ne doit-il pas s'accorder avec la situation qui est celle d'un conflit à régler ? Il lui faut donc convenir avec les deux opposés: le peuple et ceux qui sont au-dessus de lui. L'écart entre les deux l'oblige ainsi à "composer" avec leur incompatibilité. Ce qu'il peut faire avec plus ou moins de génie ou de médiocrité. Car tous ne savent pas bien tirer à l'arc ou jouer de la lyre. Et, de plus, ceux qu'ils sollicitent ne voient pas tous la cible au même endroit (quand ils la voient), de même n'ont-ils pas non plus l'oreille identiquement exercée. L'ajustement se fait donc, quand il se fait bien, quand ces circonstances sont, dans leur opposition, activement "surmontées". Ce qui évidemment se produit - ou non - après l'élection. Laquelle n'est donc pas un verdict, mais une sorte de pari: jamais simplement perdu ou gagné, mais toujours relancé. De sorte que le conflit se reproduit. Ce dont il faut se féliciter car il est la condition de la justice et de la liberté.
A propos du Bourget, relevons que Sarkozy et son staff NKMiste ont "malicieusement" choisi la date du 15 février, celle du deuxième "grand" discours de François Hollande à Rouen, pour annoncer sur TF1 la candidature du président. Cymbales et coups de poignard dans le dos...
J'annonce la couleur, je suis militant au Front de Gauche.

Tout ça commence à m'agacer, pas tant les propos girouette de François Hollande, mais les réactions de certains de ses militants, aveuglés par le vote utile et la défaite de Sarkozy, ne voyant rien venir de la division qui s'accentue à gauche et minorant le premier tour.

L'itw de M. Hollande a suscité l'émoi au Front de Gauche, l'agacement, la colère... Et les militants Ps ne trouvent rien de mieux à faire que de venir en rajouter une couche sur JL Mélenchon via twitter... En pointant que "lui non plus n'est pas communiste [...]". Super... Si JL Mélenchon n'est pas assez à gauche pour eux, que dire de François Hollande ?

Bref la division, sur fond de protection militantiste déraisonnée, enfle entre militants à gauche et cela ne va rien donner de bon au premier tour.

Un débat F. Hollande / JL Mélenchon serait salutaire pour la gauche.


Bonne journée et merci pour vos précieuses précisions.
Le diviseur du PS en 2005 se plaint de la division de la gauche....
Amusant, amusant... Mais encore??
"aveuglés par le vote utile et la défaite de Sarkozy, ne voyant rien venir de la division qui s'accentue à gauche et minorant le premier tour. ": Etupa.

Personne ne minore le risque de division du premier tour, il a déjà eu lieu en 2002 et on en paye encore le prix aujourd'hui. Alors, ça suffit de se faire plaisir dans son petit coin, car, même s'il arrivait au second tour, rien ne permet d'assurer que la droite et le centre ne se mobiliserait pas contre lui, comme nous l'avons fait contre l'extrême droite en son temps, pour le résultat que nous savons.

yG
Le but n'est pas de se faire plaisir dans son coin.

Nous sommes encore en démocratie, le débat doit exister, y compris à gauche, c'est la meilleure façon de faire progresser un vote d'opinion et non un vote de résignation...

Pour l'instant, François Hollande défend un programme trop ancré centre/libéral aux yeux de nombreux socialistes, comprenez le. Même si il s'agit sans doute d'une stratégie pour le second tour, l'abstention pourrait être le revers de la médaille.
"Nous sommes encore en démocratie, le débat doit exister, y compris à gauche, c'est la meilleure façon de faire progresser un vote d'opinion et non un vote de résignation..." : Etupa.

Oui, mais il y a eu les primaires pour ça (et même là, ce n'est pas l’aile gauche qui l'a emporté, hélas) ; là, l'heure du débat est terminée, reste tout au plus les tractations d'entre les deux tours (comme si les Mélenchonistes allaient voter contre le PS et pour l'UMP... à moins de se fier uniquement au curseur économique, lorsque la politique dépasse pourtant largement ce seul horizon).

Quant au vote, il est pour moi toujours de résignation, mon opinion, par définition, je suis le seul à l'incarner.

yG
Non il n'y a pas eu de primaires, soit vous confondez avec les états unis, soit vous considérez que les primaires du PS engageaient toute la gauche même ceux qui n'y ont pas participé, dans les deux cas c'est juste délirant d'avoir dit ça !
Si, si, il y a eut primaire, chacun pouvait s'y présenter, même hors PS, il eut été plus intelligent, ou plus sincère de le faire, plutôt que de venir raconter maintenant que le vote du PS est un vote de dépit.
Il n'en est rien, beaucoup de gens de gauche vote PS par conviction, la conviction que Hollande est la seule candidature crédible à gauche, le seul ayant un programme réalisable sans les iconoclastes idées et constats erronés, la seule personnalité qui mérite d'être crédité d'une sincérité politique, que méluche n'a plus depuis longtemps.
Si il considèrait que des gens au PS pensait comme lui, il fallait qu'il se présente pour savoir combien.
C'est facile maintenant de la ramener quand on a esquiver le vote populaire!
Le seul intérêt pour lui est de se trouver un adversaire, des arguments qui malheureusement ne volent pas plus haut que les autres!
Mélenchon est un médiocre au parcours politique rusé digne du looser!
Il a évitè le vote et voudrait maintenant qu 'on lui accorde de l'attention!!
Pourquoi?? Pour les sondages que vous conspuez, ou pour les supposés socialistes qu'il représenterait dans vos fantasmes?
C'est quand même le perdant qui donne pour le moment le ton, le seul d'ailleurs, à la campagne. Perso, côté admiration et amitiés, les personnes qui aiment le pouvoir, qui pensent avoir la destinée de montrer le bon chemin aux autres n'entrent pas dans la cadre, trop névrotique pour ma table.

Mais les arguments, quelle que soit la personne, je les écoute pour ce qu'ils sont : des idées. Là, j'avoue que ce que défend Mélenchon me convient.

Malheureusement, il n'a pas le profil d'un perdant (ce que vous voulez dire avec "Looser" ?, c'est justement le contraire que vous démontrez : il ne s'aligne pas), mais il en serait plus sympathique. J'espère que la civilisation Bernard Tapie est un passé honteux révolu. Mais est-ce un critère politique ? N'est-il pas plus important d'avoir les bonnes idées, plutôt que de penser à ce qui gagne et à ce qui perd ?

Sarkozy a gagné, n'est-cepas ? C'est donc mieux que Mélenchon, mais on n'a pas fini de faire le compte de ce que notre pays a perdu avec cela.
C'est vrai qu'avoir de bonnes idées, c'est important.
Il y en a quelques une, comme la nationalisation des banques ou du secteur financier. Pour le reste, c'est un peu le vide. Une 6ème république dont on ne sait rien, comme le fameux plan B!!
Il eut été plus crédible de mettre le projet sur la table pour savoir pour quoi l'on pourrait voter.
Pour le moment, le vote Mélenchon, c'est avenir inconnu au mieux, et le chaos au pire.

Mais c'est encore mieux en politique d'avoir de bonnes idées et qu 'elles soient représentées au pouvoir, bref qu'à un moment où un autre on s'allie, on marche dans le systême pour pouvoir le modifier.

Pour le moment, la candidature Mélenchon ne prend pas ce chemin, joue en solo, en flinguant ses possibles alliés, chose qu'il n'aurait pas besoin de faire si ses idées étaient si bonne et s'imposaient d'elles mêmes!
Oui, c'est mieux qu'elles soient représentées, mais c'est sur leur contenu qu'on fait le choix, et les idées de Hollande me semblent plus proches de celles de Sarkozy que des miennes. Bref, il n'est pas porteur de mes idées, ni ne participe à leur élaboration.

Pour le type de campagne adoptée pas Mélenchon, votre point de vue vient qu'il ne s'agit pas là de vos idées. Pour ce qui concerne mes préoccupations immédiates, je ne trouve pas le programme du Front de gauche vide, et correspond bien à ce que pourquoi j'ai pas mal manifesté ces dernières années, contre Hadopi, contre le LRU, contre le massacre des retraites, etc.

Il me semble que tout le monde se fait l'écho du dynamisme de sa campagne... D'accord le PC doit pas mal faire obstruction à la FASE, où il me semble que la majorité des militants communistes se retrouvent. Mais en vrai, ce n'est pas là que les choses se jouent.
"Pour le reste, c'est un peu le vide. "
Le programme "L'Humain d'abord" : 2 €. Dans toutes les bonnes librairies. Et sur les marchés.
"Nous on peut" de Jacques Généreux : 11 €. Dans toutes les bonnes librairies.
Vous les lisez, et on en reparle après.
Cà permettra d'argumenter.
Entre deux éventualités,ce serait sain de choisir la moins pire,non ?Tout sauf cinq ans de sarkosisme supplémentaire.J-L-M peut faire un bon score mais il ne battra jamais le machin au deuxième tour.Pourtant je lui souhaite le meilleur score possible pour revivifier la gauche. Les sondages baissent pour Le Pen mais je suis encore perturbée par l'aventure de 2002.Le Pen- Sarko au deuxième tour :l'horreur!
"Entre deux éventualités,ce serait sain de choisir la moins pire,non ?Tout sauf cinq ans de sarkosisme supplémentaire.J-L-M peut faire un bon score mais il ne battra jamais le machin au deuxième tour.Pourtant je lui souhaite le meilleur score possible pour revivifier la gauche. Les sondages baissent pour Le Pen mais je suis encore perturbée par l'aventure de 2002.Le Pen- Sarko au deuxième tour :l'horreur!": emilie bouyer

D'accord avec vous, j'ajouterai que bien qu'il soit facile pour moi de savoir qui voter dans l'éventualité, que vous n'envisagez pas, d'un Sarko-Mélenchon au deuxième tour, je ne me fais pas d'illusion sur la victoire finale du premier et c'est de ça aussi que j'ai peur. Il ne s'agit pas de se retrouver avec un bon candidat au second tour, il faut encore qu'il ait une réelle chance de l'emporter, ce que je n'ai aucune raison valable de croire, hélas.

yG
Je connais des gens pour qui Mélenchon est le diable et chapeau à ceux qui les feront changer d'avis...J'ai essayé.Ils ont beau dire qu'on ne les reprendra pas à voter Sarko,c'est ce qu'ils feront et sans état d'âme car ils n'ont pas de vraies raisons profondes de changer. La misère environnante ne les fait pas souffrir,l'injustice flagrante les laisse froids.Et ils sont nombreux et tellement partisans du "Chacun pour soi " "après moi le déluge" "si on veut on peut" parfois cathos mais toujours égoïstes...Ils pourront donner leur voix à Hollande en regrettant Juppé...et n'iront pas plus loin.Je ne suis pas avare d'arguments mais jamais ne les convaincrai même si leur intérêt est en jeu. C'est la force de la droite....indéboulonnable.
//Et ils sont nombreux et tellement partisans du "Chacun pour soi " "après moi le déluge"//

Hier soir, je téléphone à ma fille, elle est en voiture (oui, je sais : interdit). A un moment elle me dit : je vois des flammes, je te rappelle. C’était un incendie dans le garage de gens, qui ne voyaient rien. Elle a réussi à les prévenir, après avoir appelé les pompiers. Elle a été la seule à bouger, pas les voisins qui se sont mis ensuite aux fenêtres, ni les autres automobilistes qui étaient déjà passés dans la rue…
"Je connais des gens pour qui Mélenchon est le diable et chapeau à ceux qui les feront changer d'avis...J'ai essayé.Ils ont beau dire qu'on ne les reprendra pas à voter Sarko,c'est ce qu'ils feront et sans état d'âme car ils n'ont pas de vraies raisons profondes de changer. La misère environnante ne les fait pas souffrir,l'injustice flagrante les laisse froids.Et ils sont nombreux et tellement partisans du "Chacun pour soi " "après moi le déluge" "si on veut on peut" parfois cathos mais toujours égoïstes...Ils pourront donner leur voix à Hollande en regrettant Juppé...et n'iront pas plus loin.Je ne suis pas avare d'arguments mais jamais ne les convaincrai même si leur intérêt est en jeu. C'est la force de la droite....indéboulonnable.": emilie bouyer

Je partage votre constat, c'est pourquoi je voterai PS au premier tour en espérant pouvoir le faire au second. Et en rêvant que le PS se gauchisse davantage dans les années à venir en gardant, voire en augmentant, son réservoir de voix.
Oui, moi aussi je suis utopiste parfois. :)

yG
Je suis persuadé que Mélenchon l'emportera contre Sarkozy. J'imagine l'enthousiasme renouvelé de 2005. Vous vous souvenez de l'histoire du "NON" ?
@Yannick G

Il ne s'agit pas de se faire plaisir dans son petit coin (ce serait de l'onanisme, ce qui à titre individuel n'est pas "condamnable"), mais d'oeuvrer à la transformation de la société...Utopie, comme l'était la révolution de 1789, la commune, la victoire du programme commun de 1981, etc?

A vous lire, il ne faudrait rien entreprendre, rien proposer, se plier à la "fatalité"...Le FDG n'est pas parfait, nul ne l'est, mais le chemin qu'il propose est le plus cohérent, le plus en prise avec les défis sociaux, environnementaux et démocratiques de notre temps...De plus il appartient à chacun de s'approprier la citoyenneté et cela commence par soi-même en rejetant l'idée que l'être humain ne serait que cupide et individualiste et que l'unité dans l'action pour l'intérêt général n'est pas (ou plus) possible...

La realpolitik version sociale démocratie a démontré son incapacité à transformer le "réel" à cause de sa soumission au capitalisme...Pourtant des "exemples" de politiques qui tournent le dos au système "dominant" sont légions...Amérique du Sud, Islande, etc...C'est un long chemin, il n'existe pas de baguette magique qui transforme une société en un tour de bras (le libéralisme à mis 40 ans à "s'imposer"en France), c'est un processus qui peut être long, mais qui est initié au départ par ceux qui refusent la "fatalité"et l'injustice...

A nous tous de nous y mettre...

Place à l'humain, place au(x) peuple(s) !
"Il ne s'agit pas de se faire plaisir dans son petit coin (ce serait de l'onanisme, ce qui à titre individuel n'est pas "condamnable"), mais d'oeuvrer à la transformation de la société...Utopie, comme l'était la révolution de 1789, la commune, la victoire du programme commun de 1981, etc?": Jean-Philippe vaz.

Pour ne retenir que le seul exemple qui s'en rapproche, le programme commun de 1981 présentait un front bien plus large que le FDG actuel et n'avait rien d'utopique, lui. Ce qui n'enlève rien à la délivrance qu'a constitué un temps son avènement.


"A vous lire, il ne faudrait rien entreprendre, rien proposer, se plier à la "fatalité"...


Il fallait entreprendre et proposer avant (ce qui a d'ailleurs été fait, quant bien même le résultat obtenu ne vous, ne nous satisfait pas), là, il ne reste que le temps de la division ou du rassemblement. Faites vos jeux, rien ne va plus.


"Le FDG n'est pas parfait, nul ne l'est, mais le chemin qu'il propose est le plus cohérent, le plus en prise avec les défis sociaux, environnementaux et démocratiques de notre temps..."


Je veux bien le "croire", seulement, ce n'est pas une correction de copie qu'on fait là, il ne s'agit pas de noter un programme et de faire un classement de la classe, que de savoir si ce programme peut atteindre la seule marche qui compte dans une élection présidentielle, la dernière. Or, rien, mais absolument rien, ne laisse supposer cela, sauf, à avoir la foi, ce que je m'autoriserai jamais. La politique de la tabula rasa, j'en ai ma claque.

Car, en ce domaine comme dans d'autres, je ne supporte pas cet état d'esprit.

J'ai d'ailleurs déjà fait les frais de ces croyants en 2002, ceux à gauche qui n'ont pas voté Jospin, pour lequel je n'avais pourtant aucune sympathie particulière. Ils m'ont obligé à voter deux fois par devoir, au premier et au second tour, alors qu'eux se sont fait plaisir devant tout le monde en rêvant au premier tour. Je "prierai" presque pour eux que cela ne se reproduise pas.

"De plus il appartient à chacun de s'approprier la citoyenneté et cela commence par soi-même en rejetant l'idée que l'être humain ne serait que cupide et individualiste et que l'unité dans l'action pour l'intérêt général n'est pas (ou plus) possible..."

Que je fasse tous les efforts pour minimiser mon égoïsme, ma cupidité, mon individualisme et sois vigilent à ce que les autres en fassent autant, ne m'autorise aucunement à croire que se fond rance n'est pas systémique à notre condition humaine, bien au contraire. Je vous laisse votre croyance dans l'humain, j'en fais suffisamment les frais au quotidien.

"Place à l'humain, place au(x) peuple(s) !"

Le peuple n'est pas mon ami, encore moins mon guide ou mon horizon, il n'est que la soupe dans laquelle je trempe avec vous. Désolé, mais tout votre vocable, toute cette douce mélopée révolutionnaire, cette aspiration à l'utopie réalisée, me donne une crise de foie. Je ne me bats pas parce que je crois dans l'humain, mais parce que j'en suis un, tout bêtement.

yG
Yannick G

Je n'apprécies pas votre façon de découper les commentaires en petites tranches pour y appliquer votre rhétorique...Qu'importe, c'est votre façon de faire...Comme est mienne celle de faire corps avec la société, même si je suis et reste un individu...

Le place au(x) peuple(s) n'est pas pour moi une "croyance aveugle", mais une exigence démocratique, car même si ce système n'est pas parfait, je ne connais aucun autre moyen que "un humain, une voix" pour permettre "l'égalité"...

Yannick, ce qui me dérange dans votre commentaire ou attitude, c'est que vous semblez oublier que TOUTES les avancées humaines (donc sociales) ont été possibles du fait de l'engagement de ceux qui luttent pour les faire vivre...RIEN n'a jamais été donné, votre liberté (et la mienne) d'expression, vous la "devez" aux combats d'anciens, ne l'oubliez jamais, comme il ne faut jamais oublier ce qui entraîne l'humanité dans les pires atrocités (vos commentaires sur l'épisode Guéant/Letchimy démontrent que vous ne l'oubliez pas)...

C'est le sens de mon engagement avec le FDG que j'essaie maladroitement de "traduire" dans mes commentaires et dans mon militantisme au quotidien....

Je connais bien ce "réel" que vous "incarnez"...Fait de désillusions, de blessures au quotidien, de violences physiques ou verbales, bref une société "déshumanisée"où chacun pense qu'il ne peut s'en remettre qu'à lui, que cette tension perpétuelle engendrée par le type de société dans laquelle nous sommes est une condition "naturelle"indépassable...

J'ai aussi connu dans ma vie, des moments que je pensais "éternels"(que ce soit en "bien" ou en "mal") et je me suis aperçu que je pouvais évoluer, pourquoi en serait-il autrement de la société ,que je ne souhaite pas à mon image, mais qui peut évoluer vers plus d'humanité? La société est à la fois faite d'individus et fait corps autour d'un projet/vision commun...pour moi c'est liberté égalité fraternité, devise universelle et qui tend vers l'émancipation...Bien loin de la "concurrence libre et non faussée" que les monarques de la 5ème république veulent voir perdurer...

la force et la beauté (mais aussi la difficulté) de la république Française est qu'elle nous "force" à penser ce qui pourrait être bon pour tous et pas uniquement ce qui serait bon juste pour nous (ce que nous faisons chaque jour)...

Alors à l'heure actuelle, je ne suis pas simplement Français, je suis Grec, Espagnol, Italien, Roumain, Allemand (pour ne parler que de l'Europe) et je "m'identifie" à ceux qui souffrent (même si je ne souffre pas "directement"dans ma vie de tous les jours) du fait de l'abandon de tout projet politique de rupture avec un système qui ne marche pas et qui entraîne l'humanité toute entière vers le gouffre...

Alors oui, je m'engage à aller vers la possibilité d'une société sociale, écologique et humaine, même si je n'ai aucune certitude d'en voir les fruits de mon vivant...

Place à l'humain, place au(x) peuple(s) !
"Je n'apprécies pas votre façon de découper les commentaires en petites tranches pour y appliquer votre rhétorique...Qu'importe, c'est votre façon de faire...": Jean-Philippe vaz.

Oui, et vous n'êtes pas, depuis le temps que je la pratique ici, le premier à me le signaler, sans avancer plus d'argument pour vous y opposer. Donc, je continuerai sereinement à la pratiquer.

"exigence démocratique, car même si ce système n'est pas parfait, je ne connais aucun autre moyen que "un humain, une voix" pour permettre "l'égalité"..."

Et pourtant, c'est empiriquement faux. Vous connaissez un tas de secteurs qui ne sont pas démocratique et auxquels vous adhérez pourtant pleinement sans le noter le plus souvent. Je ne pense pas que vous fassiez un vote à main levé dans votre famille pour savoir comment soigner vos proches, vous allez tout simplement chez un médecin, idem pour réparer un appareil que vous ne connaissez pas, etc. Toute la société est organisée de façon non démocratique en secteurs dans lesquels se sont des experts qui, sans se préoccuper de ce que pense la majorité en dehors de leur domaine de compétence, décident démocratiquement. Pourquoi devrait-il en être autrement à l'échelle étatique ? Je ne me sens pas plus libre en sachant que mon connard de voisin raciste, homophobe, sexiste à le même pouvoir "démocratique" que moi, bien au contraire, je suis prisonnier de sa connerie, puisque je ne puis que l'annihiler et non m'exprimer par mon vote.

"Yannick, ce qui me dérange dans votre commentaire ou attitude, c'est que vous semblez oublier que TOUTES les avancées humaines (donc sociales) ont été possibles du fait de l'engagement de ceux qui luttent pour les faire vivre..."

Oui et ils ont pu lutter sans attendre d'avoir la majorité, heureusement d'ailleurs et sans respecter celle qui était alors en place, car ils se seraient alors soumis à elle. Les grands changements n'ont pas lieu démocratiquement, ils sont tout bêtement validés démocratiquement, mais ils ont eu lieu bien avant, subrepticement, par le biais de la culture notamment, du militantisme de terrain, etc.


"J'ai aussi connu dans ma vie, des moments que je pensais "éternels"(que ce soit en "bien" ou en "mal") et je me suis aperçu que je pouvais évoluer, pourquoi en serait-il autrement de la société ,que je ne souhaite pas à mon image, mais qui peut évoluer vers plus d'humanité?"


Mais la société évolue déjà, moins de racisme, d'homophobie, de sexisme, quoi que pourquoi trop encore, reste encore trop d'égoïsme de type libéral et d'autres choses, mais c'est le type même de l'évolution, pas sa nature, que vous prônez ici que je critique. Celle du retournement, du grand soir, en une élection et hop, magique, tout à changé.

Elle n'est pas réaliste et donc bien peu probable. Ce n'est pas qu'elle ne peut advenir (statistiquement tout est possible), c'est qu'elle risque surtout de faire encore une fois advenir le pire (je ne confonds pas le PS et l'UMP, une fois sorti des querelles économiques, il y a bel et bien un tas de principes éthiques qui les distinguent et devraient permettre de faire la différence), les probabilités entre réussite et échec ne sont aucunement comparable, hélas.


"Alors oui, je m'engage à aller vers la possibilité d'une société sociale, écologique et humaine, même si je n'ai aucune certitude d'en voir les fruits de mon vivant..."

Parfait, mais n'user pas du vote pour l'heure pour y parvenir, vous n'accoucherez pas de votre rêve et nous plongerez encore dans un quinquennat de cauchemar de droite, la vraie, pas celle que représente le PS pour certains membres de parti de gauche...

Si l'heure était déjà venu, nous n'aurions pas à faire le pas de géant que vous préconisez, juste à glisser un bulletin dans l'urne.

yG
Yannick

En gros, vous "préconisez" quoi? Ne pas voter, voter pour celui qui est désigné comme gagnant par les instituts de sondages?

Croyez-vous que je soit naïf au point d'imaginer que ce que je fais aujourd'hui aura un effet "immédiat"...D'ailleurs au début du PG et du FDG, j'entendais les mêmes commentaires qu'aujourd'hui...Ca ne marchera jamais, vous êtes des rêveurs, etc...

D'élections en élections, de mobilisations en mobilisations, le mouvement grossit, ça ce n'est pas "une vue partisane de l'esprit"...Je ne sais pas ce qui vous permet de dire que l'heure n'est pas venue, aucune révolution (de quelque forme qu'elle soit) n'a été programmée, c'est un processus qui fait son chemin "tout seul"et qui prend sa source dans des conditions matérielles (sociales, démocratiques, écologiques) devenues insupportables pour le grand nombre et auxquelles les "responsables" politiques n'ont pu apporter de réponses satisfaisantes...

Croyez-vous que le mouvement qui est en marche se limite aux seules échéances électorales? Elles sont importantes, mais ne représentent pas une finalité en soi...

C'est comme si vous me disiez que parce que les femmes (au "prix" de dures luttes) ont acquis des droits "supplémentaires", cela doit s'arrêter là et que nous devons accepter qu'elles soient les premières touchées par la précarité, les bas salaires et les horaires morcelés (pour ne pas parler des autres violences qu'elles ont à subir quotidiennement)...En d'autres termes, doit-on rejeter les avancées passées sous prétexte qu'aujourd'hui leurs droits ne sont toujours pas respectés?

Et oui, la triste réalité muette est cruelle...85% des travailleurs pauvres sont des femmes, les bas salaires ce sont principalement les femmes, etc...

Et vous êtes toujours à penser qu'il n'y a rien à faire politiquement pour changer les choses? Ce qui ne se fera pas politiquement, se fera par d'autres voies...La révolution est en marche, reste à savoir quelle forme elle prendra...

Je l'espère citoyenne et milite en ce sens, pour le reste, je ne suis pas madame Irma, impossible de prédire quoi que ce soit...
"D'élections en élections, de mobilisations en mobilisations, le mouvement grossit, ça ce n'est pas "une vue partisane de l'esprit"...Je ne sais pas ce qui vous permet de dire que l'heure n'est pas venue, aucune révolution (de quelque forme qu'elle soit) n'a été programmée, c'est un processus qui fait son chemin "tout seul"et qui prend sa source dans des conditions matérielles (sociales, démocratiques, écologiques) devenues insupportables pour le grand nombre et auxquelles les "responsables" politiques n'ont pu apporter de réponses satisfaisantes...": jean-philippe vaz.

Cela pointait déjà dans l'un de vos posts précédent au travers de vos exemples, vous associez 1981 et 1789... J'avais choisi de ne reprendre que 1981, mais là, vous me refaites le coup, vous parlez encore de révolution dans le cadre d'une élection. Si tel est votre crédo, alors, oubliez le vote, ce n'est pas l'arme d'une révolution, bien au contraire. A appréhender le vote comme un moyen d'obtenir la révolution, vous vous leurrez et pire encore, vous nous condamner à une triste réalité (L'UMP pour cinq ans de plus) qui elle nous poussera bel et bien un peu plus vers un éclatement qui n'aura rien de démocratique, et encore moins de policé.

"Croyez-vous que le mouvement qui est en marche se limite aux seules échéances électorales? Elles sont importantes, mais ne représentent pas une finalité en soi...
C'est comme si vous me disiez que parce que les femmes (au "prix" de dures luttes) ont acquis des droits "supplémentaires", cela doit s'arrêter là et que nous devons accepter qu'elles soient les premières touchées par la précarité, les bas salaires et les horaires morcelés (pour ne pas parler des autres violences qu'elles ont à subir quotidiennement)...En d'autres termes, doit-on rejeter les avancées passées sous prétexte qu'aujourd'hui leurs droits ne sont toujours pas respectés?"


Je ne comprends pas et donc ne me reconnais pas dans votre analogie ou la question qui la parachève, je ne peux donc y répondre.

"Et oui, la triste réalité muette est cruelle...85% des travailleurs pauvres sont des femmes, les bas salaires ce sont principalement les femmes, etc..."

Oui, je le sais et combats ce fait et vous pensez que le PS n'est pas plus en avance que l'UMP sur ces questions-là ou pour le dire a minima qu'il nuira autant que ces derniers des derniers ?

"Et vous êtes toujours à penser qu'il n'y a rien à faire politiquement pour changer les choses?"

Je n'ai jamais suggéré cela, seulement le changement politique ne se fait pas à la manière d'une révolution, en foutant tout en l'air du jour au lendemain dans un grand ras-le-bol, fait de sang et de tripes. Si vous m'invitiez à la révolution, je ne me préoccuperai pas des prochaines élections et d'une quelconque modération, mais je ne "mélanche" pas les deux modes d'action sociétal.

yG
Yannick

Vous vous "déclarez" indépendant d'esprit et pourtant vous me parlez de 2002 où vous avez été "obligé" de voter Jospin...Comme apparemment il existe toujours une droite et une extrême droite et que le PS est toujours "mon programme n'est pas socialiste", vous êtes donc "condamné"ad vitam eternam à ne pas voter selon vos conviction, à savoir, ce qui se rapproche le plus de la vision que vous pouvez avoir de la société et de sa possible transformation...

Vous n'auriez pas envie de rompre vos chaînes?
"Yannick

Vous vous "déclarez" indépendant d'esprit et pourtant vous me parlez de 2002 où vous avez été "obligé" de voter Jospin...Comme apparemment il existe toujours une droite et une extrême droite et que le PS est toujours "mon programme n'est pas socialiste", vous êtes donc "condamné"ad vitam eternam à ne pas voter selon vos conviction, à savoir, ce qui se rapproche le plus de la vision que vous pouvez avoir de la société et de sa possible transformation...

Vous n'auriez pas envie de rompre vos chaînes?":
jean-philippe vaz.

Évidemment que j'en ai envie, jean-philippe, mais pour cela, je ne me trompe pas d'outil, ce n'est pas le vote qui le permet, mais bien plus une bonne hache comme nous l'apprend Dostoïevski ou une bonne masse en l'occurrence, à moins d'avoir des maillons en pin.

C'est pourquoi, a contrario, oui, dans le jeu démocratique, je suis obligé de faire taire mes envies, mes désirs et de prendre en considération la seule chose qui importe, la faisabilité de la chose. Le PS aussi imparfait soit-il reste bien mieux placé que le front de gauche pour l'emporter sur l'UMP, et bien mieux tout court que l'UMP, sauf à chausser des lunettes d’économistes (qui font pour certains du bonnet blanc et blanc bonnet que je cautionne aucunement), ce que je n'ai pas à faire, la politique dépassant largement le cadre de notre petite survie, sinon, autant nous en passer, puisque nous avons démontré que nous pouvions réussir pendant des millions d'années sans elle dans ce domaine.

yG
Yannick

Eh bien ne rompez pas vos chaînes, puisque l'outil vous parait plus important que ces dernières...J'avoues avoir du mal à vous comprendre, mais une chose est sûre, en l'état, rien ne me fera voter pour un libéral déguisé en socialiste...

Alors on pourra continuer à se "taper" dessus en rejetant la "faute" l'un sur l'autre...

Euh, sinon en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Allemagne (schroder, les "réformes Hartz IV), c'était qui au pouvoir si ce n'est des hollande? Je parle de choses réelles, pas de fantasmes...Tous membres de l'internationale socialiste, tous aveuglés ou soumis au libéralisme...Allez donc en Grèce parler aux Grecs du Pasok, des "socialistes"pourtant...

Bon, bah vous aurez été prévenu, ne venez pas nous parler de responsabilité après...Le 21 février prochain, à l'assemblée nationale sera soumis au vote des députés, le Mécanisme Européen de Stabilité...Ce MES est un texte qui "enferme"les signataires (ou ceux qui s'abstiennent, comme pour le traité de Lisbonne) dans l'acceptation du futur traité Merkozy (que le président/candidat Sarkozy compte signer au nom du peuple Français, un scandale)...Que vont faire les députés PS et EE-LV?Ils votent déjà "comme un seul homme" en compagnie de la droite, toutes les directives libérales "proposées" par la commission (c'est un parlement "fantôme", il n'a aucun pouvoir réel, mais ce n'est pas une raison pour ne pas lutter)...

Il semblerait qu'ils soient partis pour soit s'abstenir, soit voter pour...Bis répétita du traité de lisbonne adopté au congrès de Versailles à cause de l'abstention d'un grand nombre de parlementaires du PS...

Militer pour le oui au TCE de 2005 pouvait être considéré comme une erreur...S'abstenir ou voter pour le copier/coller de ce traité en 2008 était déjà une trahison de la part du parti soi-disant d'opposition...Et en ce futur 21 février 2012 quel sera le verdict?

Alors vous faites comme vous voulez, mais en ce qui me concerne, je n'accepterais jamais d'être trahi une fois de plus par des personnes qui se réclament du socialisme et qui sont les faux nez du capitalisme...

On en reparlera, si par malheur Hollande est élu et qu'il applique ce qu'il s'apprête à appliquer...Vous me direz quoi alors? Bah j'croyais faire pour le mieux, je pensais que c'était mieux que Sarkozy et que le FDG n'avait aucune chance d'être élu...

Bon, je me calme, parce que je vais monter dans les tours et que ma haine va m'aveugler...J'en suis presque arriver à détester plus cette clique du PS (je ne parles pas des élus et militants "sincères", mais de ces apparatchiks toujours prompts à aller à la gamelle et faire suer le burnous au grand nombre) que ceux de droite ou d'extrême droite...Au moins eux, je sais à qui j'ai affaire...Avec les "socialistes"(les PSistes en fait), je ne sais jamais qui j'ai en face...Un aveuglé ou un cynique?

Si vous êtes de droite (il n'y a pas de mal à cela, nous sommes en démocratie), vous êtes de droite...Si vous êtes socialiste, vous ne pouvez pas être capitaliste ou alors c'est que vous en "croquez"...Auquel cas, votre intérêt personnel est plus important que la cause que vous dites défendre...

C'est mon avis et je le partage...

Rendez-vous le 22 Février...
Si JL Mélenchon n'est pas assez à gauche pour eux, que dire de François Hollande ?

C'est fou cette incompréhension manifeste des militants du Front de Gauche. Rien pourtant ne laisse penser qu'un votant PS puisse penser que Mélenchon n'est pas assez à gauche, la personne votant PS au contraire parce qu'il est moins à gauche que Mélenchon. Mais l'argument de vente c'est "en fait, votre candidat il est moins à gauche que Mélenchon". Wouh, breaking news. Continue comme ça mon gars, je vais te confier un secret. En fait, la vraie gauche, c'est Nathalie Arthaud.

Citation:Si JL Mélenchon n'est pas assez à gauche pour eux, que dire de François Hollande ?


C'est fou cette incompréhension manifeste des militants du Front de Gauche. Rien pourtant ne laisse penser qu'un votant PS puisse penser que Mélenchon n'est pas assez à gauche, la personne votant PS au contraire parce qu'il est moins à gauche que Mélenchon. Mais l'argument de vente c'est "en fait, votre candidat il est moins à gauche que Mélenchon". Wouh, breaking news. Continue comme ça mon gars, je vais te confier un secret. En fait, la vraie gauche, c'est Nathalie Arthaud.


Je crains que vous n'ayez pas bien lu/saisi mon commentaire :)
Et qu'est ce que votre commentaire voulait dire d'autres ? Parce que si c'est Jean-Luc Mélenchon est un authentique communiste, la gauche se trompe, c'est vous qui n'avez pas bien lu/saisi son programme.
Pourrions nous avoir une pensée émue pour les "petits Hollande" qui, cas unique en France, après avoir vu leur Môman perdre en 2007 vont probablement voir leur Pôpa se prendre une branlée en 2012?
Pauvres gosses...
Eh oui, avec Hollande et comme dirait mme michou : on est pas rendus...
Rappelez-vous. C'était le 20 décembre 2007, à Rome, l'Illustrissime prononçait un discours à Saint-Jean-de-Latran et recevait le cordon rouge des chanoines (question "cordon rouge", il ne connaissait jusque là que celui du champagne)… Pour une fois ce n’était pas Gouano qui l'avait écrit mais Emmanuelle Mignon, la catho tradi farouche. C’est elle la véritable auteure de ce que le nouveau chanoine répéta en dansant son insupportable gestuelle devant l’assemblée des cardinaux, évêques et officiels : « Dans la transmission des valeurs et dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s'il est important qu'il s'en approche, parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d'un engagement porté par l'espérance ». Méfiez-vous de la "discipline" de la Mignonne et du "chat à neuf queues", pécheurs et mal-pensants.
Et dire que l'Europe va être sauvé par le parti communiste chinois...
Deux ans après avoir fait la fière devant une Grèce demandant à ce même PC quelques euros...
La Grèce, le cheval de troie chinois en Europe.
On avait peut être sous estimée la fierté chinoise devant ce refus, ou sous estimée la situation grecques, ou sous estimé le peuple, au choix, ou bien les trois...
Alors Hollande ami de la finance et Sarko ami du PC chinois ce soir forcément...
Drôle de journée.
Biensur le PCF n'est pas le PCC.
Le premier dira que le second n'est plus communiste depuis longtemps, que seul le PCF est communiste aujourd'hui etc etc...
Bref la guerre des mots, le tout pour se plier aux réalités économiques mondiales.
On n'est rien sans les autres. Une maxime très communiste ça finalement.
La globalisation et la mondialisation, partager les richesss et la pauvreté mondiale, c'est très communiste d'inspiration.
On pourrait jouer pendant longtemps avec les mots, et les concepts.
Ce qui est fou, c'est que ce qui est relativement bien admis par la quasi-totalité de la social-démocratie mondiale, c'est à dire que le communisme c'est fini on ira jamais et que nous devions vivre dans une économie libérale, ça semble impossible à dire en France. Ça n'empêche pas les social-démocrates d'être régulièrement élus dans les autres pays, sans qu'ils aient à se lancer dans de grandes envolées dramatiques "la finance, c'est l'incarnation du mal sur terre !". Je sais pas si c'est parce que la gauche française est ouvertement athée et qu'il faut compenser, ou parce qu'on a notre fameux modèle-social-que-tout-le-monde-nous-envie-et-qui-amortit-les-crises-mieux-qu'un-airbag issue de l'alliance gaulliste-communiste, mais le mot libéralisme est devenu une sorte de point Godwin franco-français. Il semble au défenseur de Mélenchon moyen qu'il devrait suffire de traiter son adversaire de "libéral" pour que celui-ci se sente offusqué et obligé de se défendre ("traitez vos adversaires de fasciste…").

Que se serait-il passé au Bourget si Hollande avait dit ça entre deux envolées "la finance c'est l'ennemi" nous demandez vous Daniel. Et que se serait-il passé si Hollande avait dit ça sans ces fameuses envolées, c'est à dire en étant cohérent. Parce que personnellement, ces envolées populistes et hypocrites, je pense ne pas être le seul à gauche à les trouver ridicules et déplacées et à en avoir assez. Je comprends bien qu'il faut rallier les voies de la gauche hein, mais au bout d'un moment, Bayrou ne monte pas qu'en prenant des voies à la droite non plus.
La démocratie va de pair avec la démagogie... si l'on souhaite véritablement gagner.
Croire que la probité peut être majoritaire, ce n'est pas se tromper sur la nature humaine, c'est se leurrer sur le principe même du suffrage universel. On devrait le savoir depuis le temps, que ceux qui tiennent un discours cohérent (à défaut d'être respectable nécessairement) depuis des années ne font que rester aux marges et n'arrivent au second tour que lorsque les autres se prennent les pieds dans le tapis.
Est-ce ce candidat ou la démocratie qui s'offre au plus offrant (en terme de voix) ?

C'est là qu'on constate que la démocratie est un culte, on en accuse les hommes qui la pratique au lieu de s'en prendre à elle.

yG
Et voilà, ce qui dit par le candidat Hollande c'est ce que je répète moi-même depuis le début " nous avons libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations.".
Que rajouter à cela. Se révolter de ces privatisations qui nous font tant de mal? La gauche a contribué largement à cette économie complètement décomplexée. Merci la gauche. Au fond la gauche ressemble à la droite umpiste. Elle y met un plus les formes .Mais dans le fond, c'est sous sa gouvernance que tout s'est accéléré et dégradé. Et je l'ai voté. .Pauvre de moi .Le nombre de conneries que j'ai pu faire pourrait me faire retirer ma carte d'électeur. Et en plus ce serait mérité. Je ne voterais plus jamais cette gauche caviar dont le plus illustre bobo était DSK et ses barons qui font parties à présent de la garde rapprochée de Hollande. Nous avons la droite la plus bête du monde, mais nous avons aussi la gauche la plus cynique qui soit.
Nous sommes bien partis .Pauvre France. Heureusement qu'il reste encore des hommes politiques intègres. Et j'ai fait mon choix.
Hier, avait lieu une manifestation à Saint-Nazaire. Plusieurs plans de licenciements ont été annoncés chez les sous-traitants des chantiers navals.
Syndicats divers et variés étaient là, le Front de Gauche dont beaucoup de membres du Parti Communiste Français et quelques uns du Parti de Gauche.
Je suis sûre que les Communistes venus soutenir les travailleurs des chantiers navals ont dû être ravis d'apprendre que Hollande les a escamotés pour une interview au Guardian lorsqu'ils sont rentrés de la manif ;o(( !
Pauvre bougre... à se vanter de l'ultra-libéralisme pratiqué par DSK lorsqu'il était ministre des Finances d'un gouvernement PS (pas de gauche) ! Il prend ses ouailles pour des abrutis.
Hollande me semble plus représenter la machine à perdre que le nabot...
"Cymbales et mélodie rouge vif, paroles rose pâle"

Et actions blanches, n'en doutez pas.

Dire qu'il va falloir voter pour ça pour se débarrasser de Cynique le Petit...
C'est la grande faiblesse de la "gauche" actuelle. Si elle veut le pouvoir, elle est obligée de flatter les appétits "populistes" de ses électeurs, mais elle ne doit pas effrayer les milieux capitalistes qui tiennent les médias et les idées, et qui bien souvent la financent. Cet exercice d'équilibrisme sur deux fils qui se dérobent en fait une proie facile pour la droite qui ne se prive pas, et pour les partis plus à gauche, qui n'hésitent pas à ressortir les contradictions de cette "gauche". L'autre faiblesse étant qu'ils doivent aussi attirer les électeurs du centre, qui font l'appoint car leurs pelotons d'électeurs que sont les ouvriers les abandonnent massivement, ne se sentant plus représentés.

Il est assez cocasse de constater que dans ce regrettable épisode du Guardian et d'enterrement accéléré des communistes, ce soit Mélenchon qui hurle à la mort, alors que lui-même achève de désintégrer ce pauvre résidu du vingtième siècle, qu'il a noyauté tandis qu'il exploitait toutes ses ressources. Les marxistes n'ont jamais compris qu'au-delà de l'économie, il y avait un espace politique. Et sans idée sur ce point, on est anéanti politiquement.
Sous cette apparence de risorgimento politique qu'est le Front de Gauche, le communisme achève sa disparition, et se réveillera mort au terme de ce doux rêve.
Oh mon dieu, serait-il aussi menteur, faux, cynique, et prétentieux que tout les autres ? Je n'ose y croire !
C'est bien . Pas de relai sur la candidature inattendue du chef des shadoks ce soir,mais un petit coup derrière les oreilles du favori des sondages.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.