126
Commentaires

"Des armes chimiques en Syrie ? Sans doute un peu, pour faire peur"

L'armée officielle syrienne a-t-elle utilisé des armes chimiques contre les rebelles? C'est l'accusation lancée par deux journalistes du Monde après un reportage de deux mois en Syrie. Comment les journalistes peuvent-ils, sur ce sujet comme sur d'autres, recueillir des preuves dans cette guerre à huis clos, qui est aussi une guerre de propagande ? Pour démêler les intox et les contre-intox, sur notre plateau, Luc Mathieu, journaliste à Libé, qui avait lui aussi recueilli des éléments sur des attaques à l'arme chimique dans ce reportage. Martine Laroche-Joubert, journaliste à France 2, auteur de plusieurs reportage en Syrie, Georges Malbrunot, journaliste au Figaro et Jacques Duplessy, journaliste indépendant, qui était notamment présent lors de la mort du reporter de France 2 Gilles Jacquier.

Derniers commentaires

Je fais remonter un peu ce sujet
Le titre de cette émission là, même s'il n'en résume évidemment pas la richesse, est un peu difficile à avaler désormais. Il traduit peut-être la réalité de l'époque (il y a trois mois = une éternité médiatique), mais il dit peut-être aussi qu'à vouloir parfois trop se singulariser, on peut aussi parfois partir dans le décor. Ce petit préambule car je ne sais pas où dire ailleurs la rage que m'a inspirée ce tout récent "vite-dit" http://www.arretsurimages.net/breves/2013-08-26/Syrie-l-impasse-meilleure-strategie-pour-les-Etats-Unis-id15969
J'ignore quel degré d'influence R. Luttwak peut avoir, mais écrire froidement qu'un pays devrait assumer au grand jour que son meilleur intérêt est d'entrenir l'équilibre meurtrier entre deux camps (plutôt que de faire le pari d'une solution si imparfaite soit-elle) me semble être atroce. Je ne parle pas ici de realpolitik, je me doute bien que pleins de pays influents font cela de facto dans différentes régions où ils ne veulent pas intervenir, je parle d'ici d'un chercheur qui écrit que Barack Obama devrait monter sur une estrade et dire à son Pays : "ce qui est moralement bon est d'entretrenir la guerre sans fin dans cette région du monde".
J'en étais là de ma triste perplexité quand j'ai lu ce matin que J.-L. Mélenchon se déclarait contre une intervention en Syrie et j'avoue que ça a résoné étrangement. Je fais partie de ceux que J.-L. Mélenchon intéresse, j'ai même mis régulièrement des petits papiers dans des urnes avec son nom dessus. Mais là, quelque chose ne passe pas.
Je hais la guerre, je déteste la petite cohorte de ceux qui, bien que n'aimant soit-disant pas la guerre, ont applaudi toutes nos interventions récentes. Je sais que se débarasser de Bachar el-Assad ne résoudrait pas tous les problèmes, et que la rébellion composite est parfois bien inquiétante. Je ne sais pas exactement ce qu'il faudrait faire contre lui, même si je pense qu'il a largement mérité de se prendre une balle entre les deux yeux. Mais je sais que je préfèrerais mille fois qu'un commando lui règle en effet son compte, et que les grands méchants nétazunis et leur zalliés favorisent la montée en puissance d'une coalition non extrémiste, même à leur main, plutôt que perdure l'enfer sur terre que les syriens vivent.
Et quand j'entends que J.-L. Mélenchon ne sait pas proposer autre chose que de ne pas intervenir, lui qui se targue d'ête un homme politique qui guide et voit loin, et qu'en outre il motive sa position contre un interventionnisme américain supposé, je me dis qu'il ferait bien de relire la tribune de R. Luttwak et de prendre conscience que le meilleur allié de circonstance des Etats-Unis, c'est lui. Ce qui est, certes, le cadet des soucis des Syriens, mais qui, ajouté au choix de rester spectateur d'une boucherie, rajoute le ridicule à la colère. Et m'éloigne singulièrement de lui.
Je sais qu'il y a pas mal de contributeurs proches de sa sensibilité sur ce forum, je n'ai pas écrit ce post pour polémiquer, plutôt pour échanger et penser contre moi-même aussi.

Cordialement
Thomas
C'est une des pires émission que je n'ai jamais vu sur @SI. Je ne mets pas ça sur le compte de l'équipe, DS l'a bien animé par ses questions pertinentes.
Ce sont les invités qui me paraissent très approximatifs ... Malbruno affirme au jugé qu'il y a une islamisation des rebelles, effectivement dans un pays musulman il y a des musulmans, ça on sait, et partout, même en Angleterre (peut être plus qu'ailleurs) il y a des radicaux, Ce pays vit une guerre civile atroce, les civils vont parfois se réfugier dans la religion, etc ... aucune remarque n'est faite sur ces relatifs qui devraient conduire à plus de prudence dans les affirmations.
La quantité d'armes chimiques utilisées et le nombre de victimes qui ne semble être très faible me laisse perplexe ... Qu'auraient-ils besoin d'en utiliser que sur un petit groupe alors qu'ils savent que ça risque de retourner l'opinion internationale contre eux. Ils disposent de suffisamment d'armes pour obtenir le même résultat.

Puis il faut prendre en compte cette bourde internationale de "frontière rouge" au sujet des armes chimiques qui a pour effet pervers d'offrir aux belligérants des occasions inouïes de manipulations pour faire entrer le monde occidental dans ce qui pourrait être un des PIRES BOURBIERS de ce siècle ...

Obama prend AU MOINS ces affirmations avec distance, mais nos journalistes Français accompagné des Fabius & Cie se comportent comme des éléphants dans un magasin de porcelaine et fonce dans le tas tête baissée. Moi qui suit radicalement à gauche, j'ai parfois peur que nos dirigeant du PS soient des imbéciles et n'ai pas la lucidité d'un Chirac ou d'un Villepin qui semblent avoir agit avec beaucoup plus de finesse sur toutes ses magouilles de conflits au moyen orient ...

Prudence et recul sont indispensables car l'occident est très convoité par toutes les parties en actions dans ce conflit, c'est trop facile de manipuler, ils n'hésiteraient pas à sacrifier les civils de leur propre camps si ça pouvait déboucher sur une intervention de l'ONU en leur faveur....
Un bon complément à l'émission: interview par mediaunautreregard.com d'un journaliste qui a passé du temps en Syrie, et semble bien connaître le contexte.
On espère que le pouce droit de DS n'a pas été attaqué par une arme chimique et on lui souhaite un prompt rétablissement ;-)

Sinon la démesure entre le nombre de morts par armes classiques et ceux par armes chimiques pose effectivement la question de la pertinence de ces dernières dans un conflit, à part pour faire peur aux populations (et accessoirement aux occidentaux).
Finalement il y a des choses qui me gêne dans l'argumentation des journalistes, au sujet des analyses des gaz, il existe de robots aussi gros qu'un sac type "baise en ville".
On mets l'échantillon d'un coté, de l'autre un signal ressort sur PC et papier, l'interprétation du signal donnent le type de gaz.
enfin comme pour les analyses d'urine, il existe des bâtonnets qui prennent une couleur, en fonction, on connait le type de gaz.
On peut faire ce type d'achat chez les chinois
Bon courage pour la recherche des faits!
Or notre Syrie se trouve au cœur de ces problématiques !

D’abord concernant Nabucco.

En novembre 2010, l’Arabie Saoudite et le Qatar ont demandé à Bachar el Assad de pouvoir ouvrir des oléoducs et gazoducs d’exportation vers la Méditerranée orientale. Ces oléoducs leur permettrait en effet de desserrer la contrainte du transport maritime via le détroit d’Ormuz puis le Canal de Suez et d’envoyer plus de gaz vers l’Europe (notamment le Qatar, géant gazier du Moyen-Orient). La Syrie a refusé, avec le soutien marqué de la Russie qui voit dans ces plans la volonté américaine, française, saoudienne et qatarie de diminuer la dépendance européenne au gaz russe.

On comprend donc la compétition qui se joue entre, d’une part les Occidentaux, la Turquie et les monarchies du Golfe, d’autre part, la Russie, l’Iran et la Syrie, auxquels s’est ajouté l’Irak dirigé par le chiite Maliki et qui s’est fortement rapproché de Téhéran et Damas au détriment des Américains.

En février 2011 les premiers troubles éclataient en Syrie, troubles qui n’ont cessé de s’amplifier avec l’ingérence, d’une part de combattants islamistes financés par le Qatar et l’Arabie Saoudite, d’autre part de l’action secrète des Occidentaux (Américains, Britanniques et Français).

Le 25 juillet 2011, l’Iran a signé des accords concernant le transport de son gaz via la Syrie et l’Irak. Cet accord fait de la Syrie le principal centre de stockage et de production, en liaison avec le Liban et l’idée de Téhéran est de desserrer ainsi la contrainte de l’embargo. Gelé par la guerre, le chantier aurait étrangement repris le 19 novembre 2012, après l’élection d’Obama donc et la reprise de négociations secrètes entre les États-Unis et l’Iran.

Du fait même de sa position centrale entre les gisements de production de l’Est (Irak, monarchies pétrolières) et la Méditerranée orientale, via le port de Tartous, qui ouvre la voie des exportations vers l’Europe, la Syrie est un enjeu stratégique de premier plan.


Je le répète : l’erreur consiste à penser que le pays est entré en guerre civile en 2011. Il l’était déjà en 1980 quand un commando de Frères musulmans s’est introduit dans l’école des cadets de l’armée de l’air d’Alep, a mis de côté des élèves officiers sunnites et des alaouites et a massacré 80 cadets alaouites en application de la fatwa d’Ibn Taymiyya. Les Frères musulmans l’ont payé cher en 1982 à Hama, fief de la confrérie, que l’oncle de l’actuel président a rasée en y faisant peut-être 20 000 morts. Les violences intercommunautaires n’ont en réalité jamais cessé mais cela n’intéressait pas l’Occident car il n’y avait à ce moment aucun agenda pétrolier et gazier concernant la Syrie, ni aucun agenda contre l’Iran.

On dit que le régime est brutal et il est évidemment d’une brutalité incroyable, mais ce n’est pas le régime en soi qui est brutal. La Syrie est passée de l’occupation ottomane et ses méthodes d’écorchage vif, au mandat français de 1920 à 1943, aux anciens nazis réfugiés à partir de 1945 qui sont devenus des conseillers techniques, et ensuite aux conseillers du KGB. C’est évident qu’il n’y a rien à attendre de ce régime en matière de droits de l’homme, de réformes démocratiques… Mais il n’y a rien à attendre non plus des rebelles islamistes qui veulent prendre le pouvoir, et qui disposent d’une fatwa fondamentale pour organiser un véritable génocide des Alaouites. Et d’ailleurs attend-on quelque chose de l’Arabie Saoudite en matière de droits de l’Homme ?




Nous avons un vrai problème de traitement de l’information à propos de la Syrie, comme nous l’avions hier s’agissant de l’Irak, de la Yougoslavie, de la Libye. Une fois de plus le manichéisme médiatique occidental est à l’œuvre, la machine à fabriquer les Bons et les Méchants, en réalité en fonction surtout des intérêts occidentaux. La source unique, je dis bien unique, des médias occidentaux est l’OSDH (Observatoire syrien des Droits de l’Homme) lequel donne par exemple à l’Agence France Presse l’état de la situation en Syrie, le nombre de morts, de blessés, les exactions etc…



Je crois personnellement que la relation États-Unis/Israël va se distendre tout simplement parce que les Américains sont de moins en moins gouvernés par des WASP (White anglo-saxons protestants) qui pour beaucoup étaient convaincus de la dimension sacrée d’Israël (chrétiens sionistes) et que pour des raisons identitaires (changement ethnique de la population des États-Unis) ce phénomène est quasi-irréversible. Je crois que le même problème se pose en Europe. Le changement de population en Europe de l’ouest, l’islamisation d’une partie de la population disons les choses, va contribuer à installer durablement des gouvernements de gauche ou socio-démocrates qui seront de moins en moins favorables à Israël et de plus en plus tenus par des minorités musulmanes agissantes. Un indicateur de cette tendance de fond est que la plupart des extrêmes droites européennes qui avaient une tradition antisémite deviennent au contraire anti-musulmanes et
pro-israéliennes.

Or qu’est-ce que l’OSDH ? Il s’agit d’une émanation des Frères musulmans qui est dirigée par des militants islamistes et dont le fondateur, Ryadh el-Maleh, a été condamné pour violences. Basé à Londres depuis la fin des années 1980, il est sous la protection des services britanniques et américains et reçoit des fonds du Qatar et de l’Arabie Saoudite.

Mais au risque de vous surprendre, je pense que la baisse de la médiatisation par l’Occident du conflit syrien est le symptôme d’une réalité : l’Occident est en train de perdre la guerre en Syrie. Il peut soutenir le terrorisme à Damas et contre les forces de sécurité, lesquelles opposent une répression cruelle, mais il ne dispose pas de la capacité d’abattre l’appareil sécuritaire syrien. L’armée syrienne dispose de la maîtrise de l’espace aérien et ce n’est pas demain la veille que la France et les États-Unis prendront la responsabilité d’une guerre mondiale avec la Russie. Donc je crois que le régime va tenir. On est arrivé à la situation étrange où la France doit régler le problème d’Al Qaïda au Mali et soutient indirectement Al-Qaïda en Syrie. Le monde est décidément fou.

Enfin il ne faudrait pas oublier les inquiétantes évolutions dans certains pays d’Europe de l’Ouest comme la France, le Royaume-Uni, la Belgique, pays ou des minorités musulmanes sunnites de plus en plus structurées sur le plan identitaire, de plus en plus revendicatives sur le plan de l’islam, de plus en plus financées par les monarchies sunnites (voir les investissements du Qatar en France), vont sans doute jouer un rôle croissant dans la définition des politiques étrangères de ces pays. Comme vous le savez, en matière de politique étrangère (on l’a vu longtemps s’agissant du lobby juif aux États-Unis), ce ne sont pas les majorités dormantes qui pèsent sur la décision, ce sont au contraire les minorités agissantes organisées. Or dans l’Ouest de l’Europe, ce que l’on a longtemps appelé le lobby juif est de plus en plus faible, concurrencé par le poids du lobby pro-musulman ou pro-arabe dans les partis de gauche notamment.

Une chose finalement est certaine : avant que nous n’aboutissions à de nouveaux équilibres au Moyen-Orient, le chemin sera pavé de nombreuses souffrances…
Bonjour l'équipe d' Asi, je voulais vous signaler qu'à cette heure la dernière émission visible en repaly sur Free est celle du 17/05.
C'est free qui ne fait pas son boulot? Comment ça se passe?
On a au moins compris une chose, limitée mais vitale, c'est que dans un tel cadre il est difficile, voire impossible de prouver quoi que ce soit. Que les journalistes sur place n'ont accès qu'à des morceaux de vérité, limités dans le temps et l'espace, et à des indices, qui font plutôt pencher la balance vers ceci ou cela. On a compris aussi que ceux qui, dans un contexte pareil, semble sûrs de leur fait... ben c'est que leurs convictions idéologiques ou politiques ont ajouté un caillou sur les plateaux d'une incertaine balance.

La seule guerre juste, c'est celle qu'on ne fait pas. Une fois déclenchée, toute guerre devient une saloperie. Mais il arrive parfois que le statu-quo soit aussi une saloperie. Comment savoir, à l'avance, si ce sera vraiment pire après qu'on l'ait refusé?
En fait il faut avoir tous les sons ce cloches, on prend le monde et on regarde cela:

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=EObgGYskq5s

Enfin rappelons que "le monde " devrait s'occuper des soins à ces journalistes, après combats des années précédentes...
Un doc sur la désinformation organisée...
http://lizzie-phelan.blogspot.fr/search/label/Manufacturing%20Dissent
Ce qui me laisse vraiment perplexe, c'est tout simplement l'absence totale de morts. A quoi sert une arme chimique si c'est juste pour faire si peu de dégats? Pourquoi en faire un usage "homéopathique"? Quel sens peut avoir cette expression d'ailleurs. Une explosition mal située, dans la mauvaise usine pourrait même provoquer plus de dégats,y compris chimique...

Sérieux, quand l'on a utilisé en condition de guerre le gaz moutarde, il y avait aucun doute sur le sujet...
A quoi cela sert de savoir qui a tué le journaliste Français. Conversation sans intérêt puisque personne ne sait d'où venait le mortier responsable.
A moins que le sujet était de donner à voir et mettre en valeur des journalistes ?
C'est avec regret que je constate le peu d'intérêt de cette émission.
Juste à l'appui d'un point du débat :
Dans une tout autre situation,j'ai apporté à analyser un flacon d'une eau que je suspectais de n'être pas saine à un laboratoire dont c'était la spécialité.L'échantillon a été décliné à partir du fait que le processus de collecte et de conservation ne respectait pas la règle.Les explications qui m'ont été données étaient claires et convaincantes : si on veut analyser scientifiquement cela commence par un prélèvement opéré suivant des règles rigoureuses.Et si cela est "impossible" l'analyse donnera des résultats très faciles à contester pour cette raison et non garantis par le labo,et donc sans intérêt.
Jacques Duplessy n' a pas la "prestance" un peu condescendante de Malbrunot,et cela le dessert, mais lui au moins se contente de dire qu'il était là mais qu'il n'a pas La réponse à ses questions.
Contrairement à Malbrunot qui coupe la parole et répond à l'observation:"cet article affirme des choses fausses" par "tout n'est pas rigoureusement exact dedans" et cite un autre passage de son article pour justifier le tout!
Je préfère l'attitude de Martine L.J. qui reprend un intervenant en précisant:"non je n'étais pas au même endroit d'Alep que…" ou bien: j'y étais à telle date". C'est simplement être honnête.
C'est de pire en pire, les forums d'@si... entre les homophobes sur les autres sujets, des fachos qui viennent de temps en temps, les paranoïaques dès qu'il y a de l'actualité internationale, la haine qui suinte et le français qui souffre, il serait peut-être temps d'avoir une modération, qui ne tranche pas dans le tas à l'aveuglette, mais pense au moins à lire les forums. On sait qu'@si fonctionne à effectifs réduits, mais je n'ose plus mettre de liens vers certains articles de peur que les amis cliquent sur le forum attenant.
Une émission très intéressante merci.
Bon, eh bien moi je pense qu'on ne saura jamais la vérité sur ce conflit, comme sur bien d'autres...
On sera toujours dans ce flou artistique entretenu par les "courants internationaux" qui tirent les ficelles de leurs pantins au Moyen Orient... (courants internationaux = axes).
Maintenant, sur les détails, j'ai eu quelques réponses...
Quand j'ai entendu "communauté kurde gazée" j'ai pensé à Al Abja... et Martine Laroche-Joubert a répondu à mes interrogations. En effet, à dose homéopathique, les images et témoignages (fournies par un côté ou l'autre) peuvent aider à convaincre, mais pas du tout à trouver la vérité.
Moi j'ai appris une chose de cette émission : qu'on ne saura ce qu'il s'est passé et ce qu'il va se passer que... lorsque les archives des services secrets occidentaux seront déclassifiées... A big wikileaks, ça leur ferait du bien, à tous ceux qui tirent les ficelles, souvent de loin, et au "petit état arrogant" qui fait des survols de la Syrie en loucedé, que leurs magouilles éclatent en plein jour.
Je pense que je serai déjà ad patrès, à ce moment là, hélas.
Ça vole pas haut dans les commentaires.

Oui, "on nous a déjà fait le coup" de nous vendre une guerre sur de l'émotion. Mais cette ombre plane en permanence sur le plateau jusque dans les dernière questions de DS à Malbruno.

Hurler des "on ne vous croit plus" (rmara), "100% journalistes liés soit au gouvernements" (Grégory Makles) ou "Gilles Jacquier, on s'en fout" (Free_French), aller chercher "l'appropriation des ressources naturelles" (danielr) (en Syrie?) ou Timisoara (wesson).
Il semble plus facile de s'attaquer aux journalistes que de se faire une idée de ce qui se passe.

La situation semble pourrie, imbriquée dans un jeu de stratégie et d'influences -US vs Russie, Iran vs Israel, Chiite vs Sunnite - tandis que les petites gens sur place voient leur vie réduite à néant. C'est vrai qu'il y a de quoi vomir.
Impossible de visionner l'acte II de la video sur ma tablette Android (elle n'apparait même pas).
Pourriez-vous faire quelque chose a ce propos chers asitechniciens ?
Je viens d'écouter les deux émissions "la bas si j y suis" tournant au tour du bouquin de Pierre Péant concernant l'intervention au Kosovo. Certains médias n'en ont ils pas marre de persister dans un manichéisme béat à chaque nouvelle guerre ?
On a une mémoire de poisson rouge.
Petite précision, l'enfant récitait la liste des ascendants de Mohamed et non de ces descendants. Précisions importante, car les chiites (supposés pro-Assad) eux accordent une grande importance à la descendance de Mohamed, ce qui n'est pas le cas des sunnistes en général. Du coup, je ne peux m'empêcher à m'intérroger sur les crédibilité de ce type de reportage, de journalistes qui ne maîtrise pas la langue du pays! imaginez deux secondes un envoyé spécial à Berlin qui ne parle pas l'allemand, qui a peu de références culturel directes (dans la langue d'origine et non traduite) de pays où il se trouve. Malheureusement, c'est le cas l'écrasante majorité des reporters français au moyen-orient.
Lorsque on parle de guerre et que l'on décompte les morts d'un régime trop parfaitement affreux, cela me remémore ce qu'il s'est passé en Roumanie, en particulier avec l'affaire du Charnier de Timisoara.

Pour faire un résumé, les médias avaient annoncés 70.000 morts sur l'ensemble du pays. l'AFP y était allé de ses dépêches. Sur France Inter, on parla de 4630 cadavres découvert à Timisoara de source officielle "dans une seule fosse commune". Et toute la presse chanta le même refrain, chacun voulant surenchérir dans l'horreur sur les autres. Aucun détail sordide ne nous fut épargné, de "Causcescu vampire qui faisait saigner des jeunes homme pour se soigner de la leucémie", jusqu'à au cadavre d'une pauvre femme jonché du cadavre d'un bébé qui fut présenté comme "une femme enceinte torturée puis éventrée par le régime"

Le Monde pas en reste annoncera "4000 à 5000 morts à Timisoara", et félicitera la Cinq d'avoir "révélé l'horrible charnier ..."

En réalité, le bilan des victimes fut de 689 morts et pas 70.000 pour toute la Roumanie, et entre 90 et 147 et pas 12.000 comme avait fini par totaliser l'ensemble des médias pour Timisoara seul. Sur le cas du cadavre de la maman présumée, c'était celui d'une femme morte d'une cirrhose du foie, et le bébé qui n'était pas sa fille était un nourrisson qui avait péri de la mort subite. Ils avaient été déterrés d'une fosse commune pour être ensuite exhibé dans cette manipulation.


Et bien entendu une fois la supercherie découverte, aucun des médias qui avait si grossièrement menti de bonne ou de mauvaise foi n'a cru bon de faire ne serait-ce que l'esquisse d'une auto-critique, bien au contraire.

C'était en 1989, l'année ou les états unis sont intervenu au panama pour aller récupérer leur ex-agent Noriega, en tuant 2000 personnes au passage. Cela n'avait pas ému le moins du monde nos journaleux, qui s'était même amusé des techniques qu'avaient utilisé les Américains dans cette opération (jouer à fond de la musique que Noriega détestait le plus pour le faire sortir du consulat ou il s'était réfugié)

C'est depuis ce temps là que pour ma part j'ai perdu de manière quasi définitive toute confiance envers ce que les médias racontent, et surtout lorsqu'ils le font en meute.
Ah j'avais envie de rajouter autre chose à l'intention de ces messieurs journalistes :

ON NE VOUS CROIT PLUS !

Que ce soit par malhonnêteté intellectuelle ou par parti pris inconscient , ça se voit comme el nez au milieu de la figure que vous évaluez les évènements à l'aune de vos préjugés !

Arrêtez vos bêtises ou soyez moins lisibles dans vos intentions ou préjugés: vous êtes en train de creuser la tombe de la confiance que le peuple avait envers vous !

C'est désolant !
On a bien compris le message des journalistes présents, les rebelles sont des jihadistes islamistes d'Al Qaïda, mais finalement ils sont bien gentils , ils ont remis en marche les bus et ils marchent d'ailleurs mieux qu'en syrie avant la guerre et pour moins cher (waow quel service !), et puis ils font plein de choses bien dans ces quartiers. Et il y a des jeunes filles de 11 ans qui chantent dans les mosquées.
L'état syrien quant à lui gaze ses populations à dose homéopathique mais bien réelle et monstrueuses. (Homéopathqiue j'ai bien entendu ? C'est pas une blague ?)

Sans compter que l'armée syrienne bombardait sa population qui faisait la queue pour la distribution du pain alors que maintenant ton peut faire la queue pour acheter le pain sans soucis sous les régimes rebelles ...

On atténue l'intensité dramatique du côté Jihadistes et on ne tari pas de superlatifs terribles pour le "régime" de Assad. Les crimes des rebelles sont des "erreurs" , ceux de l'armée syrienne des crimes contre l'humanité tout à fait intentionnels.

Waow ! ça nous change du journal de 20h de France 2 ! Et des infos américaines sur ces sujets ...

Non mais vous vous entendez ? Vous pourriez être un tout petit peu plus finauds quand même ! Historie qu'on n'ait pas trop l'impression d'être pris pour des imbéciles !


Merci à l'équipe d'@si d'avoir donné la parole à ces journalistes informés, mais je crains que ça ne contribue nullement à relever notre niveau de confiance en l'information de notre "régime" à nous ...
Bien dit là ..Et oui finalement après avoir massacré, torturés, mangé le coeur arraché à un mort (cannibalisme !) les bons petits djihadistes extrêmistes waahabbistes sont super-gentils d'après la journaliste : ils aident la population, font chanter les enfants dans les mosquées au lieu de perdre leur temps à l'école.

Les femmes vont devoir être toute voilée, car les groupes cités ne sont pas des enfants de coeur se sont les même personnes que ceux qui sont intervenus en Afghanistan ! La plupart sont d'anciens mercenaires de Lybie, Afghanistan, afrique et par le voeux des grandes puissances, se sont de "vrais humanistes", avec des armes lourdes, mais il faut leur faire confiance;

Franchement les journalistes du figaro, libération, et autres sont tous des gros menteurs, payés pour dire des conneries. Ils ne méritent pas qu'on les appellent journalistes, si ils ne sont pas capables de dire autre chose que ce que leur direction leur demande DE NOUS DIRE. Les images tournées soit disant a Alep ou tout fonctionne grace à ces mercenaires, et autres assassins, c'est faux. Partout ou ils sont passés tout est détruit.

IL suffit de taper syrie et google, le pays risque de finir comme l'Irak : plus rien ne tient debout. C'est honteux de nous présenter ces massacreurs comme des bienfaiteurs alors qu'on nous fait la pub tous les jours que des "petits délinquants" chez nous "se radicalisent tous seuls, et que le danger salafiste menace nos nations. Ils ont été suivis ou aidés par le FBI pour les américains les pseudo-djihadistes.

Ceux de Woolwitch ont été coopté par le MI 5 avant de tuer le soldat de Sa Majesté, ceux de Boston, de même par la CIA et Merah alors n'était-il pas coopté par la DCRI ? Non on nous prends pour des pôvres cons, ils mettent le feu, et ensuite ils appellent les pompiers, et ce sont des innocents qui paient l'Addition.

Médiamensonges ! On aide les djihadistes en Lybie, Syrie, Iran, comme on l'a fait pour les talibans en leur temps et après on va emmerder le peuple pour le moindre petit déliquant qu'on qualifie de dangereux et vivant dans nos cités, se radicalisant tout seul devant leur ordi ou devant la télé. Obama a débloqué des milliards pour aider à la guerre et payer les salaires des fameux gentils assassins.

Les rebelles sont de 18 nationalités et ne sont pas syriens, voilà pourquoi il leur est facile de tuer en masse depuis le début en attribuant les crimes a Assad pour demander à l'ONU, L'OTAN d'intervenir militairement au nom de l'ingérence humanitaire, c'est grave d'en arriver à massacrer des populations, juste parce que la Syrie est assise sur un sous-sol de gaz naturel !
"Les images tournées soit disant a Alep ou tout fonctionne grace à ces mercenaires"

Je suis dubitatif quand à la manière de DS de mener ses entretiens quand il a en face de lui des journalistes (amis?), à moins que certains sujets le dépassent complètement.
Je m'explique: En général, j'apprécie l'apparente "naïveté" de DS qui feint de ne pas bien comprendre certains points de vue ou explications et relance son interlocuteur pour que celui-ci soit plus précis. j'ai souvent la même réaction au même moment et je lui sait gré de pousser l'autre dans ses retranchements.
Mais là, dans cette émission, on lui apprend que dans une ville "libérée" '(Alep), dans un pays plongé dans une guerre civile impitoyable, les bus fonctionnent très bien et la vie a repris son cours normal, et DS n'a aucune précision à demander, aucun étonnement à manifester.
Moi pourtant j'aimerais savoir si les chauffeurs de bus sont des salariés d'un service public et si c'est toujours l'administration de Bachar el Assad qui les paie?
Sont-ils des bénévoles travaillant gratuitement? Sont-ils payés par la rebellion? Le service de bus est-il vraiment comme avant?
Mes questions peuvent paraître anecdotiques et sans intérêt face au 100.000 morts (selon la police), mais alors que penser de l'affirmation selon laquelle " à Alep les bus circulent de nouveau grâce aux insurgés" ?
Je n'ai pas du tout la même lecture que vous de cette émission. Il me semble que le message n'est pas du tout que les jihadistes islamistes n'aient quoi que ce soit de gentil mais plutôt de prendre conscience qu'ils aident la population et qu'ils s'attirent peut être même en cela les faveurs du peuple. L'idée me semble plus d'essayer de se mettre à la place des syriens. Argument d'ailleurs tempéré par d'autres témoignages de syriens (selon le journaliste du Figaro) qui ne souhaiteraient pas qu'ils arrivent aux pouvoir.
Certains journalistes suggère même qu'ils sont efficaces simplement parce qu'il ont des moyens contrairement aux autres groupuscules.
Enfin bref l'issue de cette discussion me semblait plus être une tentative de comprendre l'influence, la place de l'islamisme radical si les rebelles venaient au pouvoir.

De plus la question de la charia, du droit des femmes a été abordé.

En conséquence, et je dis ça sans méchanceté, je trouve que vous faites acte de paranoïa.
vous oubliez : " même si dans le quartier "arabe" il a fallu faire peur à quelques kurdes pour qu'ils partent ( c'est fait un mois plus tard) grâce à quelques petites bombinettes homéopathiques c'est à dire très ciblées que l'on fabrique grâce à quelques bonbonnes récupérées lors de la prise d'un caserne ....

rien de bien grave en effet

petit résumé de phrases collectées dans la première partie de l'émission
bonjour,

2 points :

- honnêtement et je suis désolé pour sa veuve mais la mort de Gilles Jacquier, on s'en fout. C'est un détail dans cette guerre qui a fait 100 000 morts.
Ce n'est pas le plus intéressant.

Je remarque comme d'habitude le 2 poids 2 mesures dans l'attitude envers vos invités : mielleux à l'égard du journaliste qui défend votre thèse de Jacquier assassiné par Bachar et agressif et limite impoli à l'égard de Georges Malbrunot parce qu'il défend une thèse avec laquelle vous n'êtes pas d'accord

- voici le lien vers l'émission de France Culture mentionnée par Georges Malbrunot dans laquelle il était invité ainsi que Jean-Pierre Peyrin
http://www.dailymotion.com/video/xs99pu_les-matins-georges-malbrunot-bassma-kodmani-et-jean-pierre-perrin_news#.Uaky2UD0FgE
Et le plus drôle, c'est le secretaire d'Etat amerloc qui gueule parce que les russes ont livré des missiles à Bachard et que ça ferait ,d'aprés lui,reculer la paix. il manque pas d'air le Terry c'est vrai qu'ils sont rudement bien placés les etazuniens pour parler de paix,eux qui ont detruit l'Irak ,et sont en guerre depuis toujours . oh la la vivement la guerre qu'on ait la paix ! my god ,c'est leur devise.
D'abord arrêter le chimique
Twist à Chicoutimi
Et après reprendre l'école
Twist à Chicoutimi
D'abord arrêter le chimique
Twist à Chicoutimi
Et après reprendre l'école
Twist à Chicoutimi
Mais j'aurais tant voulu
Twist à Chicoutimi
Oh, les prendre avec moi
Twist à Chicoutimi
Les prendre tous dans mes bras
Etre David Bowie juste pour une seule nuit
Et j'ai vu les étoiles
Comme jamais avant
"Oh, Franck, Franck" comme dit David
"Tu m'as touché quelque part"
Mais d'abord arrêter le chimique

Et après reprendre l'école
D'abord arrêter le chimique
Et après reprendre l'école

Mais tout est arrêté
Et j'ai compris un peu
Mais j'espère qu'eux beaucoup
Oui ils l'ont bien mérité
Mais j'aurais pu écrire comme ça
Oh pendant toute la nuit
Et pendant toute la vie

Mais d'abord arrêter le chimique
Et après reprendre l'école
D'abord arrêter le chimique
Et après reprendre l'école (4 x)

Arrêtez le chimique, tout de suite


Les Wampas
Ce qui me rigoler - jaune - c'est l'aller retour chimique - toxique et bla bla bla.
Que des gaz de combat soient utilisés en Syrie, je n'en doute pas.

Un poche de résistance, un point stratégique difficile à prendre par des moyens classiques, trop couteux ou inefficace par bombardement ou artillerie, un p'tit coup de gaz, la défense se carapacte ou est incapacitée et hop on prend le controle.

Les ricains sont passés pour ces cas là, du lance flamme en usage intensif à toute sorte de gaz et autres vapeurs et liquides néfastes.

Alors qu'on arrête de nous prendre pour des cons. On essaie de nous refaire le coup des ADM avec des tentatives de glissade propagandiste de tactiques militaires opérationnelle vers une volonté de génocide.
Mais on peut voir que c'est devenu plus difficile à faire avaler...
Bonjour,

pour les soldats étrangers qui viennent mettre le bazar en Syrie, il y a eu un superbe reportage sur le sujet par Arte, en fait ils étaient recrutés par les Salafistes dans les mosquées et se retrouvaient sur le terrain d'opérations. Les familles étaient averties lors du décès de leurs enfants...

De plus même sur France télévision, ils ont montrés un rebelle syrien égorger sa victime avec les dents.

Enfin sur les armes chimiques, quand Isarel a bombardé le territoire de Gaza avec du phosphore blanc, lors de l'opération Plomb durcie, l
à personne n'a crié aux scandale...

Alors que quelques témoignages douteux et hop c'est partie...

Je vais aussi vous raconter vue d'une journaliste d'un grand journal, sa vie en Libye, Soutenue par BHL qui l'envoie à travers l'Egypte, elle rentre du coté rebelle avec un photographe libanais. Il y a une progression, Jusque à Syrte, et la "les avions de Kadhafi " auraient lancés des armes chimiques, or connerie monumentale, ce sont bien les alliés qui ont lancés des armes chimiques sur Syrte.
Bon la prise de Syrte, lors des combats rapprochés, le photographe libanais, se fait tuer.

Enfin, au jour d'aujourd'hui, cette journaliste souffre du syndrome de la guerre du Golf; La réponse du journal à sa maladie, t'avais pas qu'a suivre BHL

Donc au niveau armes chimiques, on doit être bien placé!

enfin pour ces qui veulent consultés des site ayant des positions particulières
http://allainjules.com/
http://www.michelcollon.info/
On saute sur la moindre occasion pour opposer "le régime" et "les rebelles" (le choix des mots en dit déjà très long sur quel groupe soutenir) et préparer l'opinion publique à une intervention de la communauté internationale en Syrie (dont la vraie raison, personne n'est dupe, est l' appropriation de ses ressources naturelles et accessoirement son importance stratégique dans la région).
Il n'y a personne de sérieux à inviter sur le plateau qui remettrait en cause la thèse de l'utilisation par Assad des armes chimiques ?

En tous les cas dans toutes les hypothèses interprétatives qui sont fournies dans l'émission, il n'y a pas la possibilité que ce soient les rebelles qui les utilisent (Del Ponte en parlait) ou que ce soit simplement des faux. Je trouve pas ça très sérieux. Au moins nous dire pourquoi ça ne tiendrait pas la route.
après les armes de destruction massive en irak , les massacres de civils en lybie ; derniere (invention) , pardon preuve ; les gaz en syrie : c'est une très bonne raison pour faire intervenir les forces occidentales

vos journalistes témoins n'ont pas l'air tres fiables ou naifs ou orientés , cela fait trois fois que l'on nous fait le coup de la liberation par les forces démocratiques américaine : à chaque fois Al quaida n'est pas loin ; enfin bref un gros bordel crée par nos intérêts au moyen orient ( pétrole peut etre )

rien n'est simple , et je pense qu'il y a beaucoup de propagande de part et d'autre , et beaucoup d'intérêts strategique antagonistes entre l'occident et les BRICS pour les matières premières dans cette région et franchement nos journalistes français ne sont pas au niveau ( ou ne peuvent pas, ou ne veulent pas )
Vous devriez mettre cette émission, de manière exceptionnelle, en libre accès.

Elle est presque d'utilité publique ; c'est trop grave ce qu'il est en train de se passer.

C'est justement quand les rebels ont commencé à apparaître, aux yeux du monde et grâce à Internet, comme des gens pas si nets, quand ils ont commencé à se réclamer eux-mêmes de l'islamisme le plus radical -qui a mon sens n'a plus rien avoir avec la religion- que le journal Le Monde nous a pondu ces deux journalistes témoins d'utilisation d'armes chimiques.. D'abord la levé de l'embargo... ensuite la guerre... Va-t-on faire la guerre cette fois avec comme seules preuves... des témoignages.... de mieux en mieux !

Il y a deux semaines, je pensais que nous allions y échapper, maintenant j'ai compris qu'ils la veulent et qu'ils l'auront ! Après un printemps difficile, on va avoir une jolie fin d'été...
Rappelons que, quand les propriétaires du journal Le Monde n'ecrivent pas, ils fabriques des armes...

Merci pour votre travail et vos émissions.
Tiens, un sujet intéressant ! Je désespérais.
Je ne savais pas qu'il y a 34 jours au moi de mai :D

Fichier: ASI_20130534-SyrieIntox.avi

En tous les cas, la téléchargement est opérationnel
C'est Carla Del Ponte qui avait raison ! La fameuse ligne rouge à ne pas dépasser alors que les gaz sont utilisés au Bahrein et égalemment lors de la révolte en Egypte. Et bien sur en Palestine :

gaz neurotoxiques Egypte, Palestine, Barhein

Depuis le début on veut reprocher a Assad une éventuelle utilisation de gaz non pas lacrymogènes mais bien Neuro-toxiques et létales. J'avais trouvé la "marque" turc de gaz et je vais tenté de le mettre en ligne.

Bravo à a@i et Sébastien Rochat pour leurs articles sur le sujet car les médias ne font que répéter ce que les patrons de la presse veulent nous faire avaler ...Du gaz !
Pas encore visionné mais voila un sujet qui rentre dans le champs des émissions que j’attends d'@si...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.