21
Commentaires

Delisle et la fatalité, portes ouvertes, portes fermées

Commentaires préférés des abonnés

une dette au père bien entendu, dessinateur industriel dans la même usine, fantôme falot qui erre en somnambule entre les machineries, et dont la communication avec son fils s'avère tragiquement impossible 


ça me rappelle le très beau film RESSOU(...)

Approuvé 6 fois

Oui! Film tellement criant de réalisme que mon ex-mari, consultant en Ressources humaines, sortait toutes les répliques du film avant les acteurs ! Surréaliste...

je crois me souvenir que certains comédiens étaient jouaient " leur propre rôle "; les ouvriers, comme souvent,  mais aussi le patron de la boite qui était un vrai patron...


d'où le réalisme des répliques peut-être ?

Derniers commentaires

Quel belle chronique !

"une chronique d'apprentissage, dans le décor d'une usine de papier québécoise des années 80, avec ses machines fascinantes comme des locomotives, ses légendes terrifiantes d'ouvriers happés et broyés, et son peuple d'absurdes prolos captifs que retrouve l'étudiant trois étés de suite, trois étés tous semblables, frôlant trois fois la boucle sans issue de la fatalité de classe. "

Je ressens tellement ces phrases que j'ai travaillé, jeune adulte, à Rhône Poulenc, à Bezons, à la fabrication du bidim, immenses et brûlantes bobines de plastique tissé que l'on place sous le goudron des routes afin d'en assurer la résistance aux mouvements de sols.


J'ai hâte de lire cette BD. Merci Daniel pour la découverte.



Sur la question de l’enfermement, rappelons que Guy Delisle est aussi l‘auteur de S’enfuir dans lequel il racontait la longue captivité d’un otage français, Christophe André, dans le Caucase. (Et Shenzen était déjà aussi quelque part un récit d’enfermement, celui d’un dessinateur en Chine.) Merci de parler de bande dessinée de temps en temps, ça nous change.

La relation père / fils (et grand-père / père) est omniprésente chez un autre dessinateur de talent, Tardi.

Transmission de la paire père/beau-père, très talentueux dans leur domaine respectif, mais mauvais pédagogues -par contrainte pour l'un et par "niveau trop bas, je ne peux pas"- c'est étonnant.


Étonnant et détonnant pour toute la vie car la transmission se fait par l'oeil, l'oreille et le "coeur" (pas la queue) : "Body and Soul" 


Et la mère ? Heinh la mère, elle fait quoi la mère ? 

Elle vous inscrit au Jeunesse Musicale à 9 ans, vous emmène à des expos, vous dit de piocher dans sa bibliothèque et elle écoute Archie Shepp à fond les potards.


1965:

-M'an, tu veux pas régler ta radio

-C'est juste Archie Shepp !


Son métier ? Vendeuse et comptable exploitée dans une bonneterie en gros.

Aux éditions Delcourt, collection Shampooing

Sur le même genre de sujets, je vous conseille la BD "Dépôt de bilan de compétences" de David Snug.

une dette au père bien entendu, dessinateur industriel dans la même usine, fantôme falot qui erre en somnambule entre les machineries, et dont la communication avec son fils s'avère tragiquement impossible 


ça me rappelle le très beau film RESSOURCES HUMAINE où Jallil Lespert intégre en tant que cadre une entreprise ou son père est ouvrier, et  se retrouve confronté à un plan social en préparation

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.