19
Commentaires

Déconfinement : Europe 1 brûle la politesse à la presse régionale

Europe 1 a doublé la presse quotidienne régionale ce 29 avril, en publiant dans l'après-midi le calendrier du déconfinement qui devait être dévoilé à 21h dans une interview présidentielle exclusive à la PQR et "sous embargo" (qu'il est interdit de diffuser sans autorisation du principal émetteur). Crime déontologique, ou victoire dans la guerre au scoop ?

Commentaires préférés des abonnés

Il n'est même pas 21h et déjà une analyse sur la rupture de l'exclu prévue pour 21h ! ;)

Une nouvelle communication de  LREM qui foire. Que le Président s'adresse à la PQR, sans annoncer des mesures  territorialisées, à 2 mois des  élections régionales, cela me fait penser à libération d'otages dans les années 1986, peu de(...)

Approuvé 3 fois

Nous avions brisé l'embargo sur l'embargo! ^^

Derniers commentaires

Ce qui est effarant c’est que ces journalistes ne voient pas de problème déontologique à participer à la com du gouvernement. Je pensais que le boulot de ce contre-pouvoir était de sortir des infos pour éclairer les citoyens, pas d’attendre le feu vert d’Épidémiologiste 1er. 

On sent déjà l'influence de Bolloré (futur propriétaire) en terme de déontologie.

Il serait temps d'apprendre à se relire ou d'engager un secrétaire de rédaction...

« Une interview exclusive d'une star de cinéma au festival de Cannes, ou le détail des nouvelles fonctionnalités du dernier iPhone, peuvent être partagées à la presse "sous embargo" (respectivement par Apple et l'agent‧e de la star en question). »

Les deux exemples du "respectivement" sont inversés.... niveau CP

Que pour des raisons professionnelles ont sache des choses en avance oui, mais s'exciter à les sortir pour rien en brûlant la politesse aux confrères.... On dirait le jeu à mots couverts avant le résultat d'élections. 

L'image qui me vient en tête, c'est un maître qui joue avec son chien.
Là, le maître vient de faire mine de lancer un bâton, et le chien est tout excité à chercher ce bâton fantôme.

Ce qui m'étonne le plus en ce moment c'est le premier ministre. Comment un type peut à ce point se satisfaire de son rôle de valet. Quel est sont rôle dans l'État ? A part balayer dans les coins. Il n'a vraiment aucune dignité ?

Macron qui crée le suspens?. On n'y croyait plus. On n'y croyait pas. Il l'a fait. Ouf. Puis plouf, grâce à Zeurope one.


Quelques solides quotidiens régionaux, pro tout et rien, adeptes des chiens écrasés et des tortues exotiques de "mamie", "mamy" ou "mammy" -choississez - anti Gilets Jaunes, que l'on essaie d'amadouer pour les élections régionales et départementales, en leur servant du scoop, du tirage.. dans le secret espoir  qu'ils renvoient l'ascenseur et  soutiennent  en sourdine les candidats qui marchent et marchent puis ..et marchent au pas. 


Une ficelle grosse comme un cable.


Les médias papier peinent à fonctionner, à perdurer, on ne les lit plus.


Mais plus grave on ne lit plus. On ne lit plus comme il se doit. Tranquillement, pour relire. La Jeunesse solidement juchée sur ses zéros zozociaux croît qu'elle va communiquer, inventer du discours de l'analyse, de la fraternité, de l'empathie, de la nouveauté...mais ..mince...plus de batterie dans le smartfoufone.  Jusqu'ici c'est niet. Peut-être peut-être, un jour viendra, comme dit le poète, un jour d'épaule nue..

 

On publie, et au moins les rotatives tournent encore (80 km/h sortie papier plié, 5 ou 7 ou 8 têtes d'impression  sur ces bécanes de 25 mètres de long, 5 mètres de haut, qui tournent comme une horloge -un peu bruyante- 

Au moindre bruit anormal, les conducteurs offset savent ce qui cloche, malgré les 35 000 pièces en mouvement.. ) 


 On ne lit plus. Les conducteurs offset qui bossent la nuit s'en tapent, ils aiment leur machine, ils sont adhérents du Syndicat du livre, qui a résisté à tout, tout fracassé, tout inventé dans le syndicalisme de la "je t'en colle une,  si t'insistes", ils savent que bientôt la rotative ne sera plus qu'un morceau du patrimoine industriel. Ils continueront à l'entretenir, graisser- huiler- briquer.  Leur "bécane" leur vie quoi..( une pause pour la bière, et la clope, et les souvenirs. tout de même, des humains quoi..) 


Msieur macron on ne vous lit plus. Les rotatives ne vous aiment pas.

Ne connaissant pas les arcanes de la presse, je ne comprends vraiment pas les implications ! Vraiment, en tant que lecteur de presse, que l'information sorte à 21h ou 14h, je m'en fiche un peu.


Plusieurs remarques me viennent à l'esprit. D'abord, j'ai un peu du mal avec la logique de la presse comme organe de communication du gouvernement. Ensuite, c'est quoi ce concept d'embargo ? Du moment que quelque chose n'a pas d'impact sur la sécurité nationale, en quoi quelqu'un à le droit de dicter à la presse à quelle heure elle doit publier l'information.
J'imagine que caresser le gouvernement dans le sens du poil, c'est important pour un organe afin d'avoir des "INFOS EN EXCLUSIVITE", mais on entre dès lors sur le terrain de la connivence de la presse et du pouvoir...

J'écris un peu à chaud, mais je dois dire que le sujet de cet article, à moins de me présenter une analyse des impacts économiques sur la presse de se faire voler ces exclusivités, par exemple, m'intéresse encore moins que celui très controversé, sans que je comprenne vraiment pourquoi, sur les affres de la téléréalité. 



C'est assez dégueulasse ce qu'a fait Europe 1. Mais ça ne les empêchera pas de rester au fond de leur trou en terme d'audience. Il y a une morale.

Tempête dans un verre d’eau...

En tout cas, il a bien réussi son coup Micron. Pendant que la PQR lui est redevable et fera des belles couvertures pour sa campagne à venir, l’ensemble de la presse s’entredechirera pour avoir l’exclusivité. On est dans une belle stratégie de cours.

Une nouvelle communication de  LREM qui foire. Que le Président s'adresse à la PQR, sans annoncer des mesures  territorialisées, à 2 mois des  élections régionales, cela me fait penser à libération d'otages dans les années 1986, peu de temps avant les élections. C'est pitoyable.

L'important, c'est d'être le premier sur le marché.


Parce qu'il faut valoriser la marque. 

Les actionnaires attendent un retour sur investissement.

Il n'est même pas 21h et déjà une analyse sur la rupture de l'exclu prévue pour 21h ! ;)

Nous avions brisé l'embargo sur l'embargo! ^^

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.