40
Commentaires

Débriefing

Derniers commentaires

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : v o y e l l e s


Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,
Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles
;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !


M'enfin Arthur, un peu de sérieux, la couleur ça dérange !
Faut avouer [large]que dès qu'un[/large] gadget est proposé, certains en abusent. [large]Trop[/large].
Nouvel éditeur
Pour ma part, je préfère largement la sobriété des messages tels qu'ils étaient au départ.
Choix de la couleur, de la taille des lettres me semblent plutôt néfastes ici.
Italiques, soulignés, insertion de lien , éventuellement gras suffiraient tout à fait.
J'entends bien, et partout, cette question : pourquoi ceux qui savaient ne nous ont pas dit avant - avant que nous ne votions aussi mal, sous-entendu ? J'ai peur que pour certains,, ce ne soit un alibi : j'savais pas, m'sieur, c'est pas ma faute, c'est les journalistes, y' m'ont pas dit.
Alors, quand même, je rappelle les rencontres entre Michel Onfray et le ministre-candidat, parues dans Philosophie magazine (bon, évidemment, pas sur TF1, mais quand même, le sujet avait fait quelque bruit sur le moment - avec comme toujours, et le personnage de Michel Onfray y est pour quelque chose, des réactions très contrastées, pour ne pas dire violentes, haineuses, moqueuses, méprisantes). Enfin, peu importe, le portrait était me semble-t-il complet, lisible, accessible à tous les sens du terme. Non, personne ne peut prétendre qu'il n'avait aucun moyen de savoir. Et le récit, je viens de le relire, reste d'une actualité sidérante :

http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2216/articles/a340965-Michel_Onfray__Dans_la_peau_de_Nicolas_Sarkozy.html
Votre question Daniel est effectivement la seule qui vaille, et vous l'avez posé de très nombreuses fois : Pourquoi n'avoir pas parlé plus tôt des troubles de la personnalité de Sarkozy alors qu'il n'était encore que candidat ? Seul Marianne l'a fait, avec courage comme vous l'avez opportunément rappelé !

Ce qui est frappant c'est que vous n'avez jamais eu de vraie réponse, ou du moins de réponse satisfaisante...

Peut être parce que personne n'aime dire : "Parce que je n'ai pas les couilles, parce que ce type fait peur, parce que je ne fais pas mon métier, me contentant d'émarger à la fin du mois en faisant le moins de vagues possible pour que ça dure toujours si possible..."

Ce genre de chose !

Merci de creuser encore et toujours là ou ça fait mal !
Quelques secondes après le démarrage de la vidéo un mot m'a arraché les oreilles : "AMATEURISTE"!
Vous qui maniez avant tant de précision la langue française!
J'y vois une sorte de lapsus, d'idée récurrente : ne serait-ce pas ce vous pensez de l'hébergeur vidéo d'ASI ?

PS Oui, pardon, lors du passage de Fabius j'avais plaisanté sur le personnel qui "travaillait" en arrière plan, j'espère qu'ils ne l'ont pas mal pris.
Déjà qu'ils n'ont pas osé afficher le compteur qui aurait montré le nombre d'abonnés au jour le jour ...
et les sous!!!
niveau financement tout va bien?????
J'essaie de comprendre votre franglais (débriefing, making of...), qui ne m'est pas coutumier et me déconcerte. J'ai cherché sur le Web.

1) "Débriefing"
définition, sur debriefing.org :

« Entretien qui suit immédiatement une action concertée, ou une mission complétée, au cours duquel les exécutants rendent compte succinctement du déroulement de celle-ci pour en faire le bilan. Quasi-synonyme : compte rendu. » (Grand dictionnaire terminologique du Québec, sous "débreffage".)
OK, alors pourquoi ne pas se contenter de "compte rendu" ?

autre définition, sur Wikipedia :

"En psychothérapie, le débriefing regroupe un ensemble de pratiques visant à traiter des personnes ayant subi et perçu un événement stressant ou potentiel traumatique (accidents, catastrophe, etc.). "
Synonyme proposé : évaluation à chaud après un événement.

Je suppose que c'est à ce sens que se réfère DS, puisqu'il s'agissait de "débriefer" Antoine Guiral, encore sous le choc... là, évidemment, "compte-rendu" ne suffit pas !

"Making of"
Sur Wikipedia :

"Un making of est un film documentaire relatant le tournage d'un film. Le terme « revue de tournage » est proposé par l'Office québécois de la langue française pour remplacer cet anglicisme...
Le making of souffre de la banalisation de la vidéo dans le monde amateur. Pour cette raison, il n'est toujours pas véritablement considéré comme une activité professionnelle et est à ce titre encore la plupart du temps confié à des amateurs, avec les résultats décevants que l'on constate." (Wikipedia)

Non, là je trouve que c'est injuste, DS et son équipe se montrent très professionnels dans leur travail, me semble-t-il, l'emploi de "making of" est donc dévalorisant, pas seulement pour la langue française mais pour DS aussi.
Quelau'un aurait une copie de l'emission d'arret sur image vieille version sur France 5 avec Philippe Ridet qui est cite dans le making of?
Le lien vers les archives video de FRance 5 ne marche plus.
Merci d'avance.
f.
"En 2007, l'"effet Sarkozy" a fait vendre 110 millions d'exemplaires de magazines de plus", titre le Monde.. On imagine qu'ils ont envie que ça continue. Il semble d'ailleurs que cela ne soit pas non plus pour déplaire à @si. Ou est-ce que je me trompe ?
Je trouve ce type d'intervention tout à fait dans le cadre "asi". C'est une émission fort instructive et effectivement, il en ressort un ou deux évènements assez forts ... notamment une altercation-menaçante entre l'un des principaux candidats à la présidentielle avec un journliste supposé "opposé"...

Mais, une ou deux remarques globales :
* il me semble que "l'équipe" ASI n'est plus tout a fait aussi présente au fur et à mesure du développement du projet.. Cela est sans doute bcp plus complexe ? .. Beaucoupl plus chère de faire venir les chroniqueurs ??? .. En tout cas, on ne retrouve pas une "fréquence", un "rituel" de présence des chroniqueurs, ... des contradicteurs.. Bref, et vous le dite très bien vous meme régulierement, vous cherchez encore "la bonne formule" ... Je vous soutien de toute façon. Bravo.

* Comme l'indique d'autres personnes, j'aurai aimé qu'on puisse avoir un oeil sur le nombre d'abonnés, la fréquentatin globale.. ect.. Je sais, des chiffres, des chiffres, des chiffres... En effet, je participe à un projet (ASI EN LIGNE) et je sais très bien qu'il repose sur l'implication d'un nombre minimal de personne. Aussi, nous avons potentiellement intérêt à connaitre l'état de l'implication des usagers d'asi ...

Joseph

Je trouve ce type d'intervention tout à fait dans le cadre "asi". C'est une émission fort instructive et effectivement, il en ressort un ou deux évènements assez forts ... notamment une altercation-menaçante entre l'un des principaux candidats à la présidentielle avec un journliste supposé "opposé"...

Mais, une ou deux remarques globales :
* il me semble que "l'équipe" ASI n'est plus tout a fait aussi présente au fur et à mesure du développement du projet.. Cela est sans doute bcp plus complexe ? .. Beaucoupl plus chère de faire venir les chroniqueurs ??? .. En tout cas, on ne retrouve pas une "fréquence", un "rituel" de présence des chroniqueurs, ... des contradicteurs.. Bref, et vous le dite très bien vous meme régulierement, vous cherchez encore "la bonne formule" ... Je vous soutien de toute façon. Bravo.

* Comme l'indique d'autres personnes, j'aurai aimé qu'on puisse avoir un oeil sur le nombre d'abonnés, la fréquentatin globale.. ect.. Je sais, des chiffres, des chiffres, des chiffres... En effet, je participe à un projet (ASI EN LIGNE) et je sais très bien qu'il repose sur l'implication d'un nombre minimal de personne. Aussi, nous avons potentiellement intérêt à connaitre l'état de l'implication des usagers d'asi ...

Joseph


tout à fait en osmose :
hou hou Judith et David ?
gamma


Je trouve ce type d'intervention tout à fait dans le cadre "asi". C'est une émission fort instructive et effectivement, il en ressort un ou deux évènements assez forts ... notamment une altercation-menaçante entre l'un des principaux candidats à la présidentielle avec un journliste supposé "opposé"...

Mais, une ou deux remarques globales :
* il me semble que "l'équipe" ASI n'est plus tout a fait aussi présente au fur et à mesure du développement du projet.. Cela est sans doute bcp plus complexe ? .. Beaucoupl plus chère de faire venir les chroniqueurs ??? .. En tout cas, on ne retrouve pas une "fréquence", un "rituel" de présence des chroniqueurs, ... des contradicteurs.. Bref, et vous le dite très bien vous meme régulierement, vous cherchez encore "la bonne formule" ... Je vous soutien de toute façon. Bravo.

* Comme l'indique d'autres personnes, j'aurai aimé qu'on puisse avoir un oeil sur le nombre d'abonnés, la fréquentatin globale.. ect.. Je sais, des chiffres, des chiffres, des chiffres... En effet, je participe à un projet (ASI EN LIGNE) et je sais très bien qu'il repose sur l'implication d'un nombre minimal de personne. Aussi, nous avons potentiellement intérêt à connaitre l'état de l'implication des usagers d'asi ...

Joseph


tout à fait en osmose :
hou hou Judith et David ?
gamma
@Daniel Schneidermann :

Vous êtes très très bon dans ce rôle du "débriffeur" ,
très bonne idée à renouveler autant que vous le pourrez .

Vous avez cette écoute qui provoque la parole chez l'autre .
Vous posez les questions qui relance la mémoire et le besoin de dire de l'interviewé même journaliste aguerri .
Mais est-on jamais aguerri devant l'énormité de ce qui nous a été donné comme président .....
Daniel, vous écrivez : "Ils se délivrent en parlant. On a l'impression d'interroger des rescapés d'une secte, ou d'une agression dans le métro, d'être une sorte de cellule d'aide psychologique, sur les lieux d'un crash."
Vous y allez fort. Vous allez encore vous faire des amis !
D'un autre coté à écouter Antoine Guiral, on voit bien que le personnage Sarkozy met une pression immense sur tout ce qui l'entoure.Qu'il joue de sa position pour humilier quiconque ose mettre un peu d'ombre dans le tableau lumineux qu'il aime avoir de lui. Finalement ces mots qui m'ont choquée lorsque que je les ai lu avant de voir le plateau, là après, ils me semblent plus justes. Mais très forts quand même !
bravo daniel, passionnante interview de ce journaliste de libé, il vous a proposé de revenir, surtout n'hésitez pas , ce décryptage du personnage "sarkosy" est édifiant
dommage, comme vous le lui faites remarquer que les citoyens n'en est pas été informés avant l'élection présidentielle
continuez ainsi
Les réponses de Guiral, sur les raisons de sa discrétion à propos des troubles de la personnalité de Sarkozy, sont cohérentes : pudeur, volonté d'en rester aux débats de fond. Sont-elles convaincantes ? A vous de le dire. Personnellement, s'il m'était arrivé ce qui est arrivé à Antoine Guiral dans l'usine de fruits antillaise, j'en aurais parlé dans mon reportage

Je comprends parfaitement que Antoine Guiral n'est pas voulu parler des événements l'avaient personnellement concernés, s'il considère, notamment, que c'est sa façon à lui de réussir à prendre de la distance avec le personnage et de ne pas laisser entrer le jeu auquel le soumet Nicolas Sarkozy dans ses reportages (cela entre forcément en compte d'une certaine manière, mais il préfère lui accorder le moins de place possible). D'autant plus, dirais-je, que ces altercations, incessantes, répétées, cette relation tendue et étrange avec cet homme, ne sont pas nécessaire à la présentation du caractère psychologique du candidat. Non pas qu'il faille passer au-delà de l'aspect psychologique, sur ce point, il est, me semble-t-il, d'autant plus important que la présidence de la République est par essence un poste imposant une certaine solitude, et une certaine mise en scène. Une mise en avant sous le feu des projecteurs telle que pour accéder à ce niveau de responsabilité, il faut un ego immense... on ne prépare pas toute sa vie (ou une très grande partie) à devenir Président de la République sans se penser soi-même, sans se regarder, s'en s'écouter, s'en se placer au coeur de soi, sans développer une forme de narcissisme. A cela, n'y échappe ni François Bayrou, ni Ségolène Royal.

Et donc, il ne faut pas passer outre l'aspect psychologique, mais cependant, il y a tellement matière à le voir ce narcissisme, à le sentir, à le toucher même, qu'Antoine Guiral - ou tout autre journaliste par ailleurs - pouvait très facilement faire l'économie des saynètes le faisant entrer dans le champ de l'action. D'ailleurs, l'article de Marianne "Le Vrai Sarkozy" avait abordé cette question. A une époque, d'ailleurs, où cela n'éclatait pas aux yeux de la sphère médiatique (plus encore que journalistique, parce que s'il transparaît de nombreuses informations dans les journaux permettant de corréler le caractère du Président (et avant du candidat) ceux-ci n'apparaissent que de manière beaucoup plus parcellaire à la télévision, premier moyen d'information de la population).

PS : si je n’ai pas lu l’intégralité de l’article que Daniel a pu rédiger la semaine dernière, je suis intrigué par le fait que Libération se soit sentit offusqué par lui. Libération est sûrement un journal qui compte, mais de là à dire qu’il soit « l’élite journalistique » en lui-même et par lui-même. Parce que Libération a mentionné quelques fois, dans des articles, cet aspect ne dédouane en rien l’immense majorité de cette « élite journalistique », pas plus que Marianne qui a, si vivement, exprimé ce danger du personnage.
Bonsoir,

Une question: avez vous pensé à inviter un journaliste du Figaro? Leur regard est aussi très intéressant. D'ailleurs vous pourriez en général inviter plus souvent des membres du Figaro. L'avez-vous déjà fait? ont-ils refusé?

En passant toujours à propos du Figaro, il FAUT lire le billet de Y. Rioufol tous les vendredi sur le Figaro, c'est dans le genre, un vrai bonheur...

Bien à vous

F.

PS: et sinon, l'audience du site, elle est comment? ça fonctionne? vous en êtes content?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.