71
Commentaires

Dans la Toyota piégée de Bouletcorp

Depuis quelques années, la bande dessinée s'est emparée du ouèbe où elle bénéficie de technologies qui lui étaient jusqu'alors inconnues. Le Gif animé, par exemple, qui permet de faire gigoter une image ou une partie d'icelle. Mais cela est-il vraiment judicieux ? Pour s'en faire une idée, jetons un oeil sur la Toyota fantastique de Boulet.

Derniers commentaires

Effectivement, la pub pour Toyota, c'est carrément moyen. Il touche combien pour ça l'auteur exactement? Ca fait d'ailleurs très slogan publicitaire.

Coté animation, à part me casser les yeux (suivant l'éclairage de la pièce ça peut carrément être très désagréable), c'est totalement supperflu. C'est de la nouveauté inutile et kikoolol. La force de la bédé, et du dessein, de la peinture et autres arts picturaux en général est de suggérer le mouvement sans que rien ne bouge, en réalité. S'il veut faire du mouvement, qu'il fasse une vidéo... et il aura toute la richesse narrative du mouvement de la caméra, par exemple.

Ici, c'est qu'un gadget pour IPAD. IPAD qui n'est d'ailleurs qu'un foutu gadget aussi cher qu'inutile, sans compter le sang des chinois. Ces gifs, c'est le porno de la bande dessinée.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Ouais ! Enfin ! Ce n'est plus de la BD ! C'est de la BD animée ! C'est autre chose ! Qu'on ne peut peut-être pas appeler de la BD !

Mais c'est magnifique ! Ces clignotements rendent bien l'atmosphère qu'on ressent dans ces cas-là.

J'ai souvenir que des b Iédéistes taliens avaient créé à la fin des années 90 des animations comme ça ! Une histoire intergalactique plus mièvre que vraiment romantique, un peu à l'Italienne quoi ! Pas Crepax ou Manara mais des scénarios genre télé berlusconnienne.

Mais qui pouvait ouvrir l'accès à une autre sorte d'art. C'est à travailler, peut-être qu'il y aura un Leonard de Vinci de la Fumetti animée.
Eh bien moi (qui ai bien aimé la bédé animé de Boulet) ça me fait penser au numéro spécial du Spirou n°3000 où ils avaient expérimenté la bédé avec le son pour quelques histoires spéciales que l'on devait lire en écoutant le cd. Ça n'avait pas grand intérêt, heureusement que sur ce cd il y avait quelques autres trucs sympas comme les annonces de répondeurs téléphoniques faites par des héros du journal ou des chansons rigolotes comme la chanson du 3000 dans le style des chansons caritatives de l'époque.
http://www.dailymotion.com/video/xse90a_la-chanson-du-3000-spirou-3000-1995_music
Très intéressant.
La critique d'Alain sur cette "e-BD" me fait penser aux critiques de la 3D au cinéma: inutile car on sait déjà rendre la 3D avec la technique classique de la profondeur de champs.
Mais bon, faut bien expérimenter et pas désespérer ...
On pourrait résumer le débat en disant que les effets sans les faits, c'est creux. Le gif animé chez Boulet sert un propos, illustre une idée. Le fond, la forme, tout ça...
Juste une réflexion, est-ce qu'on pourrait faire une analogie avec la 3D au cinéma ?
La qualité du format gif laisse à désirer tout comme la résolution d'un film 3D. Le débat de l'intérêt de ces deux technologies est un peu le même.
... il sent le pâté, peut-être? Parce que si il y a une BD qui bouge, c'est bien la sienne. Et qui bouge même dans la 2,333ème dimension. C'est dire. Et s'il n'utilise pas des bêtes gifs, il sait pourtant animer ses dessins avec discernement. Pour ceux qui connaissent pas, M.A. Mathieu se réclame de McKay et de Fred. Il se mouche pas du coude.Mais il mérite.
l'animation en bd peut aussi provoquer des crises cardiaques, ce qui est plutôt cool.

http://comic.naver.com/webtoon/detail.nhn?titleId=350217&no=31&weekday=tue

http://comic.naver.com/webtoon/detail.nhn?titleId=350217&no=30&weekday=tue
Je vais pas perdre trop de temps à contre-argumenter, d'autres ont déjà dit ce que je pensais, mais je suis un peu affligé par cette chronique, dont je ne comprend vraiment pas le sens. Condamner une technique sous prétexte que d'autres pourraient l'utiliser pour en faire quelque chose de mauvais est complètement absurde ! A chacun de juger si le gif animé apporte quelque chose à la BD de Boulet (je pense que c'est le cas, je trouve l'animation très complémentaire avec la BD personellement), mais prétendre qu'elle est dangereuse, c'est comme dire que le cinéma est néfaste car il existe des mauvais films, c'est idiot enfin !

Winsor McKay n'utilisait en effet pas l'animation dans ses BD, parce que c'était techniquement impossible à l'époque. Qui sait si il n'aurait pas tenté de faire bouger ses cases au sens propre si il en avait eu la possibilité ? Et comparer le gif animé au phénakistiscope, je heu ... je ne comprend vraiment pas. Même si le gif est majoritairement utilisé pour faire de courtes boucles d'animation, il est bien moins limité que l'invention de Plateau, de par le simple fait qu'on peut l'intégrer aujourd'hui très facilement à un récit (et puis bien sur il est bien plus aisé à réaliser, et la boucle peut durer aussi longemps que l'auteur le désire).

Enfin je ne comprend définitivement pas la raison de cet article, que je trouve par ailleurs très amer et conservateur.
[quote=Alain Korkos]Les cases 6 et 7 de la planche 7 y sont, notamment, mises en lien avec le fameux Cri de Munch de 1893

Non, dans l'article, c'est plutôt la case 8 (la suivante, du moins son "architecture") qui est mise en relation avec le Cri :

[quote=An examination of "Master Race"]The panoramic view of the deserted station in panel 8 marks the change from the startled beginnings of interactions between the antagonists to the long chase. Not unlike panel 1 on page 3, this sudden distancing at a dramatic moment, this emphasis, with a horizontal long shot, of an antiseptic and unfeeling locale, shifts the reader's perspective of the drama from the personal to the universal. The Man's arms are raising like an avenging angel. The endless pillars and ceiling ridges radiate intensity in an overpowering manner not unlike Munch's painting "The Scream". Indeed it is this very architectural intensity that recalls the immutability of Fate.


[quote=Alain Korkos](et Krigstein était d'accord avec cette interprétation) :

Mouais, mais en tout cas ce n'est pas intentionnel. Citons le commentaire de Krigstein : I'm fascinated that you should recall Munch in this context, because he's really one of my favorite artists. I didn't think of the analogy between that particular painting and this panel though.

Disons que le commentateur s'emballe un peu, le commenté est content et rebondit, mais l'évidence du rapprochement reste, comment dire ?, un peu tirée par les cheveux (aïe!).

De plus, concernant les cases 6 et 7, c'eut été une fausse similitude : le personnage du "Cri" de Munch tente, lui, de se protéger d'un cri infini qui déchire la nature.

Merci en tout cas pour la découverte...
Je n’y connais pas grand-chose en la question, mais son animation gif m’évoque beaucoup-beaucoup les dessins animés japonais.
Souvent dans ces derniers, le dessin est fixe et un élément bouge ou vibre en boucle.
Regardez ici à 10 s., 26 s., 46 s. : Tia-tia-ti, tia-tia-tia, la-li-la-li-la-la !

D’où peut-être le nom Toyota dans le titre.

(j’ai toujours détesté cela dans les dessins animés japonais).
Article très intéressant, mais qui évite soigneusement d'utiliser les arguments corrects pour critiquer la BD de Boulet, et se contente d'en appeler aux grands maitres qu'on assassine.
Qu'est-ce que la différence entre la BD et l'animation, ou plus largement, entre la lecture et la vidéo?
Réponse: la temporalité.
Le lecteur est maitre de la temporalité lors de son rapport à l'œuvre. Tandis qu'en vidéo, c'est le réalisateur qui est le maitre du déroulement du temps et qui l'impose au spectateur.
Toute insertion d'animation qui dépossède le lecteur de la temporalité, fait au mieux un sous-film, et au pire, une mauvais BD (CF petit bonhomme qui saute).
Écueil qu'évite intelligemment la BD de Boulet grâce à l'utilisation de cycles: ce rajout d'animations ne dépossède pas le lecteur de la temporalité.
Reste à savoir si gadget ou élément narratif indispensable.
En l'occurrence, ça marcherait sans, mais le rajout des cycles nous ramène à la position du gamin immobile qui contemple les mouvements autour de lui. Pas indispensable donc, mais tellement mieux avec!

Boulet, déjà un grand maitre!
En ce 11 124e dimanche matin après la naissance de Rodolphe Töpffer (environ) je suis heureux d'avoir enfin trouvé LE commentaire crétin de ce forum. Alléluïa.
Le slogan "Ma Toyota est fantastique" est aussi reprit dans la chanson de Rodolphe Burger "Je tourne" sur des paroles d'Olivier Cadiot.

Dans un genre peut être plus adapté à la lecture web il y a le turbo média que je trouve très bien pensé, http://www.catsuka.com/turbomedia/

J'aime pas trop Boulet à la base mais techniquement il sait surprendre et ces pages en sont un bon exemple.

Pour ce qui est du discours de vieux briscard réactionnaire en carton d'Alain Korkos, j'apprécie son travail en temps qu'agrégateur d'articles Wikipédia mais le truc de pisser sur Jen sur le présupposé que ce serait quelqu'un qui se dit dans sa tête "Moi-mon-gars-j'fais-d'la-bédé-qui bouge-en-vrai-sur-le-ouèbe" je trouve ça en même temps triste parce que ce truc regorge de bonne idée graphique, qu'esthétiquement je vois rien de rédhibitoire même si ce faux style indé me gonfle aussi à force de le voir partout et en même temps c'est drôle parce que Alain Korkos se croit trop swag en bashant la même expérimentation qui à permis Little Némo avec sa tête de no sex myopathe.
Zutalors, pour une fois je suis pas d'accord avec vous, Alain. Je trouve les p'tits gifs de Boulet vachement ajustés au propos de sa bd rêveuse ! Et le machin de TV5 un peu niaiseux mais graphiquement bien foutu.
Je suis globalement d'accord avec le point de vue adopté par maître Korkos.

Toutefois, je me permets de pinailler:

1. la phrase suivante: "on a déjà eu à subir un Little Nemo et plusieurs Astérix en dessin animé, expériences ô combien redoutables qui laissent encore des séquelles à nos maculas"... m'a fait sursauter. Car Winsor McCay en personne a fait Little Nemo en dessin animé, vu qu'il fut l'un des pionniers du genre dans un art cinématographique encore naissant (en sus d'être un maître absolu de la bande dessinée): c'est visible , et l'animation commence à partir de 7:30. Le résultat, c'est l'un des tous premiers dessins animés aboutis de l'histoire, c'est pas rien quand même (le film entier met d'ailleurs en scène combien il a donné de sa personne)! Je conseille également de voir Gertie the Dinosaur, dessin animé pionnier crée avant l'invention du cellulo, et qui a donc necessité l'emploi d'un assistant pour reproduire à l'identique environ 50000 fois un décor immobile (autant que de photogrammes, McCay se chargeant de l'animation du dinosaure-personnage principal).

2. Si les tentatives effrayantes que vous citez d'être "à la croisée du cinéma et de la bande dessinée" sont en effet ridicules, il y a quand même des exemples de bandes dessinées qui jouent avec cette frontière de façon intelligente: Le bandard fou de Moebius propose un flip-book fascinant de 24 images sur la page de droite, tandis que l'histoire a lieu sur la page de gauche, Panier de Singe de Ruppert et Mulot présentent des phénakistiscopes à découper (prétendûment: ils sont viisbles ici), Chris Ware dans Quimby the Mouse propose un flip book à découper (de mémoire), et dans Jimmy Corrigan inclut une représentation de lanterne magique et un paper toy de zootrope, etc. Les œuvres que je viens de citer montrent une hybridation de la bande dessinée et des procédés pré-cinématographiques de représentation du mouvement, et je pense qu'on est loin du simple "gadget" ( le principe de "jouet à découper" n'empêche pas que cela s'inscrive dans un processus narratif et artistique qui va bien au-delà du gadget; je doute d'ailleurs qu'aucun lecteur de Ware ou Ruppert et Mulot ait massacré son exemplaire pour le plaisir de faire joujou).

3. Suite du 2: les auteurs de bande dessinée cherchent toujours à jouer avec ses frontières (cf. le gag du personnage qui sort du/casse le cadre, comme dans Little Sammy Sneeze de McCay) . Le changement de support permet d'étendre ces frontières: Boulet en est un exemple avec le support électronique... mais cela ne reste qu'un jeu, raté quand c'est mal fait, fascinant quand c'est bien trouvé (et c'est le cas avec Boulet, au sein de ce support); mais Boulet ne fait pas un programme esthétique ni ne prétend créer un nouvel art. Simplement jouer avec les codes, et quand c'est réussi c'est plutôt bien vu. Cela reste une expérimentation artistique intéressante qui n'a pas de débouchés industriels pour la bande dessinée (autres que gadgets et croquignolles, comme ceux que montre votre chronique, c'est à dire à durée de vie très limitée, quand le neuvième art est plus que centenaire); les industries du cinéma et du jeu vidéo vont tellement loin dans la narration animée que j'ai du mal à voir la planche de Boulet autrement que comme une expérimentation très réussie, et d'autant plus réussie qu'éphémère, pour la bande dessinée.
Voici une chronique anti-progressiste. Réactionnaire ! Obscurantiste ! Médiéviste moyenâgeux !
Perso, je pense que Boulet en a fait trop. Beaucoup trop.
D'ailleurs, "The Brightest Night" c'est effectivement pire.

A mon avis, cela garde de la qualité et du sens seulement si c'est utilisé parcimonieusement.
Je propose comme exemple une BD parue "avant" celle de Boulet (mais qui effectivement n'a pas non plus inventé le motion-comic, contrairement à ce que crie Slate, BFM & consorts) et qui à mon avis en fait un usage bien plus intégré à de la BD traditionnelle :

LFO Pure

Voilà, avec un usage plus léger, ça ne devient plus un truc laid et clignotant de partout.
Un contre exemple pour le cinéma : a scanner darkly, la rotoscopie sert parfaitement le sujet abordé. Quand une technique est utilisée à bon escient ça passe (et puis une bonne adpatation de Philip K. Dick on ne va pas bouder notre plaisir).
et une chronique de plus sur le thème, ils ont rien inventés!

Alain, si vous aviez visité la grotte de Lascaux lors du pot organisé pour son inauguration,
vous auriez dit "pff ils ont déjà fait à la grotte chauvet..." ?

merci pour la découverte de the bus / paul kirchner
Puisqu'il est question d'animation, voici un clip qui se veut rigolo (un truc en boucle, 16 images, genre phénakistiscope) que j'ai réalisé y'a très longtemps, à une époque où je cherchais (en vain...) du boulot dans cette branche.
Est-ce qu'il y a des mauvaises techniques ou des mauvais usages de techniques ?
J'ai cru pendant une bonne partie de l'article que le texte était ironique. Des zigouigouis? Vraiment?

Peut-être jusqu'à ce que quelqu'un de talentueux s'en empare. Cette personne existe peut-être déjà, vous ne l'avez tout simplement pas trouvé.
Merci Alain d'avoir mis les planches de Master Race, le renversement de l'histoire (empathie pour le personage) est surprenant.
Cette semaine est sorti The Wolf Among Us adaptation du comics Fables. Le studio avait déjà adapté The Walking Dead.
Dans les deux cas, on retrouve un trait BD dans le JV mais pas de tentative hasardeuse de cases ou de bulles qui n'auraient rien à faire sur un écran. En revanche, les auteurs se sont concentrés sur le fond : qu'est-ce qui faisait la BD ? Et ils ont rajouté la dose d'interactivité qui permet de vivre l'expérience d'un point de vu personnel.
Si vous ne me croyez pas, faites The Walking Dead (c'est accessible à tous, sauf aux enfants), et on en reparle.

Dans un genre totalement opposé, les premiers Max Payne (2001). Ces derniers utilisent la BD (sans animation ni fioriture) pour servir la narration, afin de concentrer le jeu uniquement sur l'action.

Et puis une friandise : Comics Zone (1995) , qui nous faisait incarner un personnage de jeu vidéo passant d'une case à l'autre comme autant de niveaux différents en déchirant leurs bords en papier.

Bref, pendant que certains bricolent des niaiseries tape à l'oeil, d'autre bossent depuis de nombreuses années.
Je marcherai longtemps sur la route immobile
sans me faire de bile en marchant très longtemps
j’arriverai peut-être aux portes de la ville
en restant immobile et pourtant en marchant

M’arrêtant un peu las aux portes de la ville
je regarderai lors les murailles longtemps
avant de me risquer dans ses rues infertiles
où m’attendent geignards ses rusés commerçants

Dans un hôtel miteux je nettoierai mes bottes
dans un snack incertain je mangerai du pain
puis je me coucherai en attendant les aubes
en rêvant de ces pas qui ont fait mon chemin

Sans marcher plus longtemps me tenant immobile
sans me faire de bile éveillé ou dormant
je quitterai peut-être une certaine ville
où j’allai un beau jour immobile restant

Sur l’horizon plaintif jetant un dernier souffle
j’éteins la calebombe et son ultime lueur
je n’ai jamais bougé Tout être se boursoufle
lorsqu’il veut s’agiter au-delà de sa peur

Queneau – Le Voyageur
question BD, rendons à l'artiste fou ce qui lui appartient : De Lascaux à la grotte Chauvet, l’homme des cavernes a inventé la narration graphique en mouvements.
"la narration graphique en mouvements", joli non ?
c'est marrant, la BD (et dans le fond aussi une certaine manière de filmer) : que se passe-t-il entre deux "sommets" d'une action, du moins entre deux moments de l'action, moments qu'on choisit de dessiner/filmer. par exemple on voit X assis, puis debout, on le voit jamais se lever. cet entre-deux qui fait passer d'un plan à l'autre.
mais j'ai pas bien compris le problème : d'une part on a les chouettes alboums de BD en papier, et d'autre part ce monde du nète en train de devenir, de créer de nouvelles manières de faire, ça tâtonne, certains trucs réussis, d'autres moins. j'aime beaucoup cette animation de la toyota, je trouve plutôt satisfaisantes ces lumières qui défilent, je trouve un peu moins intéressante la seconde, the brightest night, moins de raison d'y mettre du mouvement.
et dans le genre création d'animation très zinzin sublime, un petit rappel : l'écran d'épingle d'alexeïeff par exemple dans "le nez" - malheureusement, je ne retrouve pas un documentaire sur le procédé lui-même.
CIGALE : De l'écrin d'épingles d'Alexeieff, j'en avais causé dans une ancienne chronique, par là.

Quant à ce qui se passe entre deux moments d'une action, en BD on appelle ça (quand on est prétentieux) l'espace inter-iconique. J'en avais causé aussi, par là.
ah ben voilà, j'étais pas là ! belles chroniques. contente avec mes remarques de t'avoir donné l'occase de les rappeler... (sympa, ce concept de l'espace inter-iconique ! l'entre-deux-moments est toujours un problème à penser, même dans la littérature)
Cigale, excellent livre signé Marc Azéma sur le sujet, La Préhistoire du cinéma : Origines paléolithiques de la narration graphique et du cinématographe, accompagné d'un DVD, montrant les traumatropes et des superpositions d'images, longtemps prises pour des ratés, esquisses avant dessin final, alors qu'il s'agissait bien de la part des hommes préhistoriques de raconter le mouvement !
Ils tenaient même compte de la position du soleil pour la projection d'ombres, etc.
L'auteur de SF William Gibson a écrit là-dessus aussi, c'est un des essais dans le recueil d'articles Distrust That Particular Flavor paru en 2012.
Acquis suite à tes conseils, il est sur la pile de l'étagère la plus haute, attendant que j'ai fini la pile de la plus basse...

Et "thaumatrope", bien évidemment, désolaide.
(du grec thauma pour "prodige", plutôt que de trauma, pour "blessure". À chaque fois que t'en regardes un, tu perds un œil...)
ben oui, azéma, je l'ai offert à mon frérot, du coup je l'ai pas vu !!! c'est con, c'est bien le genre de bouquin qui me fait envie...je trouve bien intéressant de faire bouger les lignes dans l'interprétation en archéologie. on a les molaires qui baignent, à force d' "objets de culte". et c'est troublant de penser racaca l'homme des bois en créateur éblouissant d'audace et de liberté.
Alain Korkos a changé de nom ? Voté pour votre chro la rédaction :))

C'est pour dissuader le troll :)
ah bah, pas d'accord d'agissant de la BD de Boulet et sa Toyota.
Les lumières qui clignotent, etc, apportent çà mon avis un petit côté hypnotique complétement logique avec le souvenir des ballade d'enfance de l'histoire. Il en abuse pas du tout, elles rendent compte, elles participent du récit, c'est pas du gadget sur ce coup là ( contrairement à l'autre BD ).

Non, moi, je suis encore plus accroché par cette planche du fait de son animation, intelligente.
Trop fort la pub déguisée en critique à l'occasion de la sortie du tome 8 de Notes ;-)

J'ai trouvé que cette évocation d'un voyage en voiture de nuit se prêtait particulièrement bien au gif, le clic clac du clignotant, la lumière blafarde de la station essence, le passage du tunnel... Très chouette.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.