111
Commentaires

Cyber-guerre française autour du boycott d'Israël

Une polémique autour d'un lot de jeu télévisé sur France 3, l'annulation d'un concert de la chanteuse Vanessa Paradis en Israël, et d'une conférence de Stéphane Hessel en France: derrière ces trois incidents récents, la guerre farouche que se mènent, en France, pro-Israéliens et pro-Palestiniens.

Derniers commentaires

l'origine du terme antisémite est également assez curieux, se dire qu'il ne vise que le peuple juif et pas tout les sémites, comme les arabes.
Pourquoi c'est ce terme et pas l'antijudaisme qui est utilisé ?
Est-ce que l' Israel est un état juif, est-ce que la Palestine est un etat musulman ?
je répond non, est-ce qu'être juif c'est une nationalité ? non plus !
donc l'antisémitisme n'a rien a voir avec la critique d'Israel.
Le sionisme, comme n'importe quelle politique nationaliste est le mal absolue depuis toujours, contre quoi nous devons lutter.
Une nation c'est créer sur des principes de mensonge, de manipulation, de vol, aujourd'hui des civils souffrent, meurent de chaque coté du mur, alors que d'autre bien au chaud dans leurs salons parisiens, new-yorké,... entretiennent la haine pour leurs intérêts propre.
L'antisémitisme se nourrit de l'anti-sionisme et vice-versa !
Nombreux sionistes ne sont d'ailleurs pas Juifs, nombreux juifs sont également anti-sioniste.
Encore un article intéressant à se mettre sous la dent :

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/le-fmi-recommande-a-israel-un-fond-souverain-avec-les-revenus-du-gaz-24-01-2011-1241206.php

A mettre en relation avec celui-ci :

http://www.voltairenet.org/article168057.html (un certain nombre d'entre vous considérera, je m'en doute, ce site comme "complotiste" carrément antisémite pour sieur Schneidermann...)

Evidemment, une extrême prudence reste de mise sur @SI, comme dans l’extrême majorité de la presse française, dès qu'il s'agit d'Israël...
Je suis choqué de longue date par la politique menée par Israël vis à vis des palestiniens. Cela dit, je ne me dirais pas anti-sioniste. Peut-être parce que je ne sais pas ce que c'est qu'être "anti-sioniste". C'est quoi un anti-sioniste? Il y en a visiblement quelques uns qui fréquentent le site (aucun "sioniste" à l'horizon, en tout cas déclaré..), peut-être pourraient-ils m'expliquer sérieusement (précisément) ce qu'ils mettent sous cette dénomination ?
Ce que je demande c'est quel choix pacifique il reste pour manifester sa désapprobation de la politique israélienne si on nous enlève le BDS ? Les attentats c'est mal c'est du terrorisme (moi j'appelle ça de la résistance mais bon chacun sa terminologie), les envois de roquette sur des terrains vagues qui tuent un civil tous les 36 du mois c'est l'holocauste, donc non plus. Un boycott pacifique sur le modèle des anti apartheids c'est antisémite aussi donc. Il reste quoi alors comme solution ? Fermer sa gueule ?
Des gens intelligents ont mis en place des modes de résistance pacifique, et même cela on veut l'empêcher. Pourquoi, la violence c'est mieux, c'est plus facile à condamner c'est ça ?
Chacun a le droit de montrer sa désapprobation envers la politique indigne d'un gouvernement d'extrême droite, dont le seul objectif est de faire traîner les "négociations préparatoires - rencontres informelles - prise de langue transitoires - conciliations préalables" pendant des années, jusqu'à ce que l'œuvre de colonisation rampante ait rendu toute création d'un état palestinien irréalisable.
Israël a une armée puissante, le contrôle des ressources (eau, terre), des alliés puissants qui lui paient son effort militaire (les USA pour les armes, l'UE et les monarchies arabes pour les perfusions financières qui permettent aux Palestiniens de ne pas crever de faim). Le statu quoi, ce pays peut le tenir des dizaines d'années. L'enlisement l'arrange. Et personne ne veut que ça change. Alors si à notre petit niveau on peut montrer qu'on est pas dupes...
Le message de BDS est passé....qu'ils essaient d'empêcher les citoyens conscients de choisir les produits qu'ils consomment...bon courage!!

Bientôt des vigiles dans les supermarchés pour vérifier que vous achetez bien israélien..sous peine de poursuites judiciaires!!

Se rendent ils compte de l'images désastreuse qu'ils renvoient...c'est quasiment de l'incitation à la haine pour le coup...
Faudra qu'on m'explique en quoi appeler au boycott (d'un produit, d'une marque, d'un pays) serait discriminatoire et tomberait sous le coup de la loi... c'est quasiment le seul "pouvoir" qui nous reste, celui de ne pas consommer pour marquer notre désaccord, et voilà qu'on veut nous en priver?
Quand on a vu le massacre fait par l armeé Israelienne sur les palestiniens, en janvier 2009 tuant plus de 2000personnes, dont une majorité de femmes et d enfants,je dis comme le poete " un peuple qui en opprime un autre n est pas un peuple libre."
Des Israéliens redoutent que le mouvement pro-palestinien ait de plus en plus recours à travers le monde à des manifestations, des boycottages et des embargos, à l'instar des militants anti-apartheid qui ont réussi dans les années 1990 à isoler et à faire tomber le régime raciste en Afrique du Sud.
http://www.lexpress.fr/actualites/2/israel-craint-les-campagnes-de-delegitimation_955067.html
Je trouve étrange que l'on puisse discréditer (et poursuivre!) les pro boycott parce qu'ils sont incapables de faire la différence entre les produits israéliens et ceux fabriqués dans les territoires occupés alors que c'est Israël qui organise la confusion en délivrant les certificats d'origines sans faire cette distinction.
C'est plutôt un problème d'étiquetage et ce serait du ressort de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation
et de la répression des fraudes).
Flotille pour Gaza: la commission d’enquête israélienne blanchit l’Etat hébreu

La commission d'enquête israélienne a rendu son rapport préliminaire : le blocus maritime de Gaza et l'assaut des commandos israéliens pour empêcher la flottille de s’en approcher sont «conformes au droit international». Cette commission était chargée d'examiner les aspects légaux du raid israélien contre une flottille d'aide internationale au large de la bande de Gaza le 31 mai 2010. Neuf passagers turcs avaient été tués durant l'assaut israélien.

Ce n’est pas vraiment une surprise. La Commission Tirkel a blanchi les commandos israéliens. Dans un rapport de trois cents pages, elle affirme que l’intervention des soldats était légale et se conforme parfaitement avec les règles du droit international.

Les militaires israéliens ont ouvert le feu en légitime défense, stipule le document. Dirigée par l’ancien juge de la Cour suprême, Jacob Turkel, la Commission compte quatre Israéliens dont l’un âgé de plus de 90 ans est décédé pendant les délibérations, et aussi deux observateurs étrangers, sans droit de vote, l’Irlandais David Trimble, lauréat du prix Nobel, et le magistrat canadien Ken Watkin, qui ont entériné les conclusions.

Israël, poursuit le rapport, était dans son plein droit et devrait même réclamer des excuses de la Turquie pour avoir mis en place un pareil guet-apens. Quant au blocus de la bande de Gaza, il est lui aussi parfaitement légal, selon les membres de la Commission.

Les responsables israéliens, notamment le ministre de la Défense, se sont félicités de ces conclusions. « Cela prouve, affirme Ehud Barak, qu’Israël est un Etat de droit qui respecte les normes internationales ».

Plusieurs juristes ont estimé que les travaux de la Commission et ses conclusions ont pris l’allure d’une farce. Tandis que pour la députée, Hanin Zouabi, qui était à bord du navire turc au moment de l’assaut, ce rapport est de la propagande à l’état pur et ne saurait améliorer l’image d’Israël.

Source : RFI, 23 janvier 2011
La question du boycott gêne aux entournures ceux qui préfèreraient ne pas se poser la question et continuer à faire du commerce tranquillement. Ainsi, ce qui est reproché pour les matchands n'est pas de "boycotter Israël", mais d'empêcher la libre circulation des marchandises telle que prônée par l'Europe du Oui au TCE.
C'est pourquoi une amie bordelaise, Sakina Arnaud, qui avait participé à une action BDS dans un Carrefour, a été poursuivie dans un premier temps pour "dégradation de marchandises". Elle avait collé des autocollants sur des briks de jus d'orange prétendument originaires d'Israël (alors qu'en fait ils venaient de Cisjordanie). C'est le Parquet qui a ensuite transformé la plainte en en "incitation à la haine raciale", en raison d’une "discrimination à l’encontre d’un pays".

Voir ici :
http://www.millebabords.org/spip.php?article13016

Et ici, l'ambiance du procès en appel :
http://www.ism-france.org/news/article.php?id=14413&type=communique&lesujet=boycott

Sakina a été condamnée en deuxième instance à la même peine (décision du 22 octobre 2010). Elle se pourvoit en Cassation.
J'avoue ne pas comprendre les raisons d'une poursuite pénale en cas d'appel au boycott d'un pays. L'article 24 évoqué dit : "Ceux qui, par l'un des moyens énoncés à l'article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende ou de l'une de ces deux peines seulement". Il condamne la discrimination des PERSONNES et non celles des PRODUITS. Ainsi, il est illégal d'interdire à quelqu'un de participer à une activité en raison de sa nationalité, mais je ne vois pas ce qui interdit dans ce texte d'appeler au boycott d'oranges, comme cela se faisait dans les années 1970 envers l'Afrique du Sud. On note bien que, dans les déclarations du ministre de la justice, la citation est tronquée pour faire croire que le texte condamne la discrimination envers une nation. Il était donc interdit d'appeler au boycott des jeux olympiques de Pékin ? Il était interdit d'appeler au boycott de la coupe du monde en Argentine sous la dictature de Vidella ? Ca ne tient pas debout.
Ce qu'on ne sait pas mais qui a été filmé par Arte :
Il y a même des Israéliens qui appellent au boycott [url=//http://videos.arte.tv/fr/videos/israel_appel_au_boycott-3357272.html]
Dites donc ...mais oui...que se passe t-il en ISLANDE ?
Et je parle pas des volcans...(d'ailleurs je n' entend plus parler du fameux "zxswqyzkiilxw" qui a bloqué l'espace aérien européen au printemps dernier...)

Vite,vite, de l'info.,de la vraie, de celle qui demande un peu à mouiller sa liquette... !

La SOLUTION viendrait-elle du beau et minéral pays des glaces ??

Bon dimanche !
Tant qu'on ne dit pas clairement que l'état d'israel doit donner aux palestiniens ce qu'ils demandent, on est sioniste. asi est sioniste.
Au fait, en tant qu'Hondurassienne dont l'abonnement à @si ne se termine pas tout de suite, je réclame un article sur le silence démédia français relatif à ce qui se passe en ISLANDE... ça vaudra mieux que de ressasser ces relents "antisémitisme versus islamophobie" !
Car il se passe une petite révolution dans ce pays qui est en train de se doter d'une Assemblée Constituante, dont les citoyens ont refusé en bloc de payer la datte, renversant gentiment le pouvoir (de droite) en place.
La presse française aurait-elle peur que ces idées révolutionnaires pacifiques ne germent trop bien dans l'esprit des Français ?
Un p'tit printemps révolutionnaire là ? Hein ?
A quand l'@rret sur non image ?
Dans la liste des soutiens inconditionnels à Israël, il faut ajouter l'étoile montante Raphaêl Enthoven, philosophe de son état.
Après avoir défendu sur un plateau de télévision l'agression israélienne meurtrière contre un bateau situé dans les eaux internationales, le voilà à France Culture pour essayer de faire croire aux auditeurs que "on ne pouvait pas faire de lien de cause à effet entre l'intervention du CRIF et l'interdiction de la réunion à l'école normale".
Sartre, Nizan, au secours !
Cet article est de parti pris, tout en ayant l'air de ne pas y toucher, hein. Faut préserver la sacro sainte neutralité. Sauf que l'avis du rédacteur transpire entre les lignes !

Stéphane Hessel est sénile, et c'est cette vidéo qu'on met dans l'article. Un hasard. Surement n'avez vous pas trouvé une autre source.
Dur métier... BDS est "une nébuleuse hors la loi et délinquante". Tout est dans le titre. On répète ce que vomit le CRIF. Autre hasard.

Dans le cas de BDS, il s'agit d'un collectif, composé de militants, bénévoles, qui appellent au boycott d'un Etat raciste, qui a instauré un véritable apartheid entre les citoyens juifs et les citoyens arabes de l'Etat d'Israël, qui se proclame lui-même "Etat juif" (et tant pis pour les autres). Ce qui était tolérable à l'encontre de l'Afrique du Sud ne l'est pas pour Israël...

Dans le cas du BNVA, il s'agit d'une officine dont on ne sait même pas qui la finance (vous le dites vous-même).
On ne sait pas qui elle est. Mais elle a du poids, visiblement, auprès de l'administration française, on décore Sammy Gozlan, les ministres l'écoutent. Puisque les militants pour plus de justice sont condamnés, par la justice française...

Mais on sait bien qui est derrière. Tous les bien-pensants de droite, les Finkielkraut et autres BHL qui soutiennent Israël, quoiqu'il fasse de gerbant. Au motif que les juifs ont subi la shoah (même si les rescapés étaient considérés comme des lâches en Israël) ils ont le droit de faire subir la même chose aux palestiniens. Ils ont le droit d'arraisonner des bateaux dans les eaux internationales, de tuer des militants désarmés, de construire des murs... De tuer des femmes et des enfants (1500 morts palestiniens lors de Plomb durci, à coup de bombes au phosphore, dont les 2/3 de civils, en face 13 morts, dont 10 soldats de la prétendue "Tsahal").

Le problème, c'est que nos juifs français ne vivent pas là-bas. Je parle de ceux qu'on entend à la télé, hein, pas de tous ceux qui n'ont pas d'avis, qui sont français avant d'être pro-israéliens, qui sont humanistes avant d'être nationalistes.

Ceux que vous appelez les "pro-israéliens" (on dirait les commentaires d'un match de foot) ne se rendent pas compte (ou peut-être que si) qu'en soutenant aveuglément la politique de l'Etat d'Israël, ils entraînent la population de cette région droit dans le mur. Tant que ce conflit là n'aura pas été réglé dans un sens plus juste pour les palestiniens, le terrorisme continuera de fleurir, partout. Et les gens de mourir. Juifs et arabes mêlés. Les gens du CRIF, qui prétendent représenter "la communauté juive", ils s'en fichent.

A voir, le film "Defamation"
Je ne sais pas s'il est récent, mais je constate qu'un argument est aujourd'hui systématiquement avancé pour discréditer les anti-sionistes, et les faire passer pour antisémités : "Hessel [ou n'importe qui] est obsédé par Israël, on ne l'entend pas sur la Corée du Nord. Preuve qu'il a un problème avec les Juifs."

Sauf qu'Israël, à la différence de la Corée du Nord, fait partie de "L'Axe du Bien" et bénéficie de toutes les impunités (contrairement à la Corée du Nord, qui est d'ailleurs savamment boycottée. Sans parler de Cuba.)
Sauf que l'histoire même de la fondation d'Israël aurait du en faire l'exact contraire de ce qu'il est aujourd'hui - un pays d'accueil aux opprimés, réticent à toute forme de communautarisme.
Sauf que BHL semble lui-même beaucoup plus tendu sur l'Iran que sur la Corée du Nord. Et qu'on attend son communiqué outré condamnant les récentes manifestations racistes en Israël. Les mêmes à Téhéran, et contre les Israëliens : il serait au Grand Journal pour lancer sa pétition.

Enfin, que pensez de ce texte relayé sur le site du CRIF ?
Qui, voulant condamner l'attitude de Paradis, rappelle qu'elle fut égérie de Chanel, que la maison Chanel est dirigée par des Juifs, et qu'en conséquence largement rémunérée par des Juifs, Paradis ferait mieux de la fermer sur Israël ? C'est d'un racisme immonde.

Bref : nul doute que tous les anti-sioniste ne sont pas blanc bleus... Mais du côté des sionistes, c'est encore pire.
Si l'on veut être complet, il faut préciser que la campagne BDS est portée en France par 2 "organisations" qui l'interprètent de manières différentes :
- le Collectif National Pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens, qui regroupe plus de 40 partis et ONG autour de l'Association France Palestine Solidarité (AFPS) : le boycott qu'il promeut concerne surtout les produits provenant des territoires palestiniens occupés illégalement par Israël (les "colonies"). Il s'appuie en particulier sur l'arrêt "Brita" de la Cour Européenne de Justice. Les positions du collectif sont en général assez proches de celles de l'Autorité Palestinienne.
- la "Campagne BDS France" : c'est celle dont il est question dans l'article, et qui prône un boycott étendu à l'ensemble des produits israéliens, voire à l'ensemble des relations avec les organisations ayant un rapport avec l'état d'Israël. Ce boycott s'appuie sur des notions juridiques sérieuses, qui sont d'ailleurs évoquées dans l'article donné en lien.
En tout état de cause, qu'on soit d'accord ou pas avec ce boycott, il ne s'agit en aucun cas d'incitation à la discrimination.
Lorsque l'Afrique du Sud a été boycottée, dans les années 1960 et suivantes, le boycott ne concernait pas uniquement les oranges Outspan, mais également les rencontres académiques, culturelles, sportives ... Personne n'a invoqué alors une incitation à la discrimination pour criminaliser cette action.
Qui se souvient de Rachel Corrie...Rachel CORRIE
Papier d'une rare pertinence et complet sur le sujet. Pour le coup, merci @si ! n'étant pas clairement engagé d'un coté ou un autre, c'est le genre de synthèse qui m'aide à y comprendre quelque chose.
Je comprends parfaitement que l'on puisse être indigné par les actions de l'état d'Israël envers les palestiniens, particulièrement, comme Stéphane Hessel, quand on en attend mieux, parce que c'est un état démocratique, parce que c'est un état fondé par les rescapés d'un génocide.
Je comprends, de la même façon, que l'on puisse être attaché à l'idéal qu'Israël a pu représenter, comme pays des kibboutz, comme état neuf venant réparer une horreur de l'histoire, même quand on est conscient que cette image se base, en partie, sur la négation de la souffrance du peuple palestinien.

Ce que je ne comprends pas, c'est comment on en vient à faire une guéguerre avec lutte d'influence et censure de ce qui pourrait être un débat utile, précisément parce que nous avons la chance, contrairement aux palestiniens et israéliens, d'avoir la tête hors de l'eau.

Quand on sait qu'en 2002-2003, à l'époque de la vague d'attentats suicides, un israélien sur quatre connaissait personnellement quelqu'un qui avait été tué dans un attentat, comment ne pas comprendre la psychose israélienne ?
Quand on voit l'entassement à Gaza, l'absence totale de perspective pour la jeunesse palestinienne, le cynisme de certaines argumentations (du genre "les enfants palestiniens sont tués dans les combats israéliens parce que leurs parents ne les tiennent pas éloignés, c'est de leur faute"), les colonies qui continuent à avancer, comment ne pas comprendre le désespoir et la colère des palestiniens ?

Justement, la paix a du mal à avancer dans ce coin parce que tout ce qui s'y oppose est énorme, de part est d'autre. On aurait la chance, nous qui n'avons pas tous ces boulets aux pieds, qui regardons ça de l'extérieur, de pouvoir débattre, réfléchir à des alternatives, essayer d'aider les côtés concernés à trouver des moyens de sortir de l'impasse, et au lieu de ça on boycotte des machines à soda, on interdit des débats, on se traite d'antisémite ou de fasciste, on en vient à des luttes mesquines d'influence pour savoir quel camp est capable de faire dire quoi à un ministre.

Je ne vois pas comment on peut attendre une amélioration de la situation de l'initiative de ceux qui en souffrent vraiment, quand on voit la maturité avec laquelle la question est abordée par ceux qui n'en souffrent pas personnellement.

Voilà, c'était mes deux minutes objecteur de conscience de comptoir.
Pas un mot sur l'affaire Céline, étonnant pour un site tel que @SI.

Céline, par ses attaques virulentes antijuif, ne méritait effectivement pas l'honneur de figurer au nom des célébrations nationales 2011.

Mais pourquoi ne pas avoir analysé le volte face si soudain du ministre de la culture?

Si le nom de Céline était à la base présent sur cette liste, pourquoi ne pas avoir au moins consacré un vite dit sur la pression qu'ont exercé des organisations communautaires juives sur ce retrait?

Pression qui se fait de plus en plus récurrente et qui pèse de tout son poids sur la société civile...
Je ne suis pas d'accord pour comparer les deux faits.

Je trouve qu'il y a une interrogation réelle et un débat à faire sur Céline. C'est un grand écrivain, il était antisémite jusqu'à ce qu'on sait maintenant être un grand crime, qu'il ait parlé et écrit sciemment ou non, et d'ailleurs ce qu'il savait ou pouvait comprendre de la situation de la shoah, ou au moins de la déportation, a une importance dans le débat ! C'est un débat qui regarde directement les Français et demande du doigté.
Pour moi, ça se discute.

Par contre, cette guerre à tous les niveaux, que se livrent les Israéliens et les Palestiniens constitue des pièges sans fin, parce que nous nous trouvons sans cesse sommés de donner des avis sans que personne ne soit vraiment au courant des tenants et des aboutissants de la situation.
Je veux bien croire que le peuple palestinien se retrouve à vivre dans des conditions épouvantables à cause de cette lutte, et que c'est normal de vouloir le défendre, pendant qu'on n'a pas l'impression que les Israéliens souffrent en symétrie, et que rien ne justifie cette agressivité. Mais tout est piégé.
Prendre position, c'est forcément tomber dans le piège de quelqu'un. Les camps des combattants ont des contours trop flous, et les intérêts dans cette région sont trop nombreux, ainsi que les réflexes identitaires primaires.

On ne peut pas comparer les deux situations et les deux débats. Vraiment pas !
Ces deux faits ne sont effectivement pas comparables et là n'était pas mon objectif :

Il est normal que des militants pro palestiniens défendent leur point de vue, tout comme il est logique que les pro israéliens défendent le leur.

Cependant, pour en revenir à Céline, étant donné l'absence étonnante de données à ce sujet, je me suis simplement permis de poster mon message sur une affaire présentant quelques points de vue plus ou moins proches.

Je trouve plus qu'inacceptable qu'une organisation communautaire, quelle qu'elle soit, fasse pression avec autant de vigueur sur la société française, jusqu'au gouvernement d'Etat, et que celle-ci se plie constamment à ces désirs.
Tiens, fait intéressant, voyez l'image de la France qu'a donné aux palestiniens le gouvernement Sarkozy :

http://www.dailymotion.com/video/xgo2jr_michelle-alliot-marie-mobbed-by-gaza-protesters-no-comment_news
"Je trouve qu'il y a une interrogation réelle et un débat à faire sur Céline."

C'est un débat qui dure depuis 50 ans et qui a, à certaines périodes occuper beaucoup de monde. J'ai plus été surprise de voir qu'il figurait au titre des célébrations nationales que des pressions de certains pour le retirer.
Je trouve d'ailleurs que la volte face du ministre est bien plus intéressante que l'affaire en elle-même.
Au sujet de Céline, je m'étonne que (à ma connaissance en tout cas) aucun des sinistres crétins qui sévissent au crif, au mrap et à la ligue-des-droits-de-l'homme n'ait demandé (et donc obtenu, çà marche à tous les coups) l'interdiction de la chanson de Hughes Auffray "Céline" ...
Simple : Commémoration des cinquante ou cent ans du "Voyage", Oui, c'est l'oeuvre.
Le cinquantenaire de l'homme, de sa mort, Non, c'est le tout, y compris les pamphlets, la fuite avec les collabos (Sigmaringen) Pétain Laval avec la SS.

Si nous étions au parfum de tout, un monde calme et intelligible, pas de problème. Mais il y a trop d'essence, de briquets, d'ailleurs les gens s'immolent eux-mêmes. Liberté d'éditer et d'enseigner Céline évidemment. Aucune censure. Mais un état qui commémore est un acteur prosélyte d'une portée insondable. Il y a trop, trop de propagande dans ce monde pour tout, de la publicité partout, un bruit immense, grandissant, sans cesse.

Viens, viens vers moi, achète-moi, choisis-moi, aime-moi, comme ces pubs Nitz qui prennent l'apparence de moustiques robotisés dans l'oeuvre de Philip K. Dick, qui viennent buzzer aux oreilles dans les embouteillages et qu'il faut sans cesse écraser afin qu'elles taisent leurs slogans ( Nitz arrive avec les pop-up, encore un petit effort, Tekhnè et on vit Dick au présent 5/5).

La commémoration, le cinquantenaire, du décès d'un homme, donc de facto un signe consolatoire à l'affect attristé d'une perte sensible, est ici de trop.
Que des gens bons intelligents et bienveillants existent, qui savent faire la part des choses, je n'en doute pas une seconde. Mais si vous me disiez qu'ils sont une majorité, c'est vous que je ne croirais plus. Je parle ailleurs de démagogie. Je sais bien que ça passe mal, mais c'est mon avis, et je n'en n'ai malheureusement pas d'autre sous la main.
Et puis on commémore déjà trop. Un clou chasse l'Autre. Trop est le petit nom de notre époque. La proposition aurait été incongrue avant. Ah oui, le progrès. A géométrie variable alors.

Non, décidément non, même aussi génial. Mais si quelqu'un est vraiment en manque, j'ai des idées de substitution.
Des noms, des noms...
Euh, non merci en fait.
Ils sont trop nombreux à vouloir leur petite commémoration, à s'autocélinifier sur l'autel de la bagatelle.
A goncourrir après la palme huileuse qui leur garantira l'onction extrême des petits soirs télévisés.
A commémorer l'amnésie, la mémoire en devoirs de vacances.
Merci pour l'exégèse, quo valis, histoire d'un empire qui n'a pas fini d'empirer.
(...) si la commémoration valide seulement l’importance de personnalités dans l’histoire de notre pays, et invite à la réflexion sur leur sens, elle n’a pas à tourner nécessairement en hommage, célébration ou organisation de l’admiration. Des personnalités complexes y ont alors toute leur place et Céline plus d’intérêt qu’Henri Troyat...

http://www.marianne2.fr/Celine-merite-d-etre-inscrit-au-patrimoine-national_a202119.html
Oui, si la France était ce lieu de débat, de catharsis qu'on dit. Malheureusement, une fois la discussion close pour oeufs de Pâques ou mariage princier ou mieux, catastrophe sanguinolente, chacun de ceux qui n'en ont rien à battre des oies des autres et sont légions de clubs, repart avec ses idées et un meilleur chargement argumentaire aiguisé sur la meule des moulins à prière.

Les incantations de Marianne font qu'on est passé de Kahn à Julliard. C'est un résultat concret.
Vous savez bien combien je défend la parole. Mais d'accord, parlons de Céline, mais sans cadre étatique canalisant les égouts dans une clepsydre de la fin des temps.

Regardez l'Identité Nationale. Sublime débat, qui exige d'abord la définition d'identité et nous emmènerait danser au bord des volcans.
Mais non, instrumentalisé, encadré, déterminé, dans un bain d'incompréhension des communautés qui oui, existent : lorsqu'il fait peur, les gens se blotissent contre ceux qui leur ressemblent. Et peu importe si la famille est le lieu des plus grandes violences. On discute de la commémoration, c'est mieux que commémorer des discussions précédentes auxquelles nous n'etions pas conviés, encore dans les limbes tandis que les stratèges prenaient du bon temps et que le couvercle de notre condition avait sauté.

La guerre est le jour brulant quand la paix est tendre nuit. Commémorer le jour brûlant, pas de problème autre que de trouver comment parler de la violence du moment ou les dés humains sont remis dans le godet et où on les jette sur le tapis vert, quand nous n'avons connu que notre chambre d'enfant.

Vous pensez que commémorer est justement donner l'occasion de lire Céline, pour au moins savoir de quoi on parle. Le problème est que j'ai croisé flopées de lecteurs émerveillés, non par le style, mais parce qu'ils avaient reconnu leur mépris de l'humanité, qu'il avaient mis des mots dessus, qu'ils se sentaient libérés.

Mais les mêmes ailleurs : extrait de ce site, en fin 2007 (que Yannick G. Doit connaitre)

"La scène a lieu il y a une vingtaine d’années de cela. Le public est rassemblé dans la bergerie désaffectée d'un château, tout un symbole vous allez voir.

La salle est comble. Un lama qui, depuis, n’a toujours pas cessé de parcourir le monde, assis en tailleur sur un trône devant un auditoire attentif, massé à ses pieds sur des coussins, conclut sa conférence du jour par ces considérations : « Si je suis sur cette montagne - il désigne sa droite -, je vais dire que je suis « ici » et la montagne située en face - il désigne sa gauche -, je l’appelle « là-bas » ; maintenant, si je change de montagne – il montre sa gauche – « là-bas » devient « ici » et, à présent, - il montre sa droite- « ici » est devenu « là-bas » ! » (une onde de joie parcourt le public).

Après un tel effort de réflexion, une pause s’impose et le lama nous la propose, en nous invitant à profiter de cette interruption pour réfléchir, en déambulant dans le parc de la propriété, aux profonds enseignements qu’il vient de délivrer.

Lui-même quitte en premier la salle qui, lui emboîtant le pas, se vide peu à peu. Mais ce qui est proprement atterrant est que, par instinct grégaire, les membres de l’assistance se mettent spontanément en file indienne, à la queue leu leu, derrière le moine qui, le premier surpris de voir se former derrière lui cette procession, finit par s’en amuser avant de leur demander de se disperser pour poursuivre cette promenade méditative.

Tant que nos contemporains auront de tels réflexes et se montreront aussi dociles, point n’est besoin d’épiloguer davantage, la « machine à décerveler » a de beaux jours devant elle.
Écrit par : Sogol | dimanche, 04 novembre 2007"


Bien sûr, débattre, mais sans ajouter à ce dans quoi nous nous débattons déjà. Nous commémorons sans plus jamais trouver le temps du silence, celui de la création.
Continuons comme ça et nos descendants, eux, n'auront rien à commémorer d'autre que les incendies de nos commémorations hâtives. Celine aurait été sans doute effaré qu'on le commémore. Muray, grand célinien, abhorrait les commémorations.

Mais je comprends bien votre souci quant au débat, j'ai exactement le même.

Vous pensez que commémorer est justement donner l'occasion de lire Céline, pour au moins savoir de quoi on parle

Pas exactement..
Concernant cet épisode Céline, il m'a semblé en lisant plic ploc quelques articles ici et là que les arguments s'entrechoquent souvent sans se répondre véritablement, parce qu'ils parlent de différents aspects de la question, sans se préoccuper de cette confusion.

Je n'ai pas d'avis tranché - j'ai survolé la polémique prévisible, pas besoin d'être devin - , mais s'interroger d'abord sur ce qu'est pour finir une "commémoration" me semble intéressant.
Si j'étais française, je crois que je trouverais simultanément
- peu malin d'avoir inclus Céline dans cette liste de commémoration (notamment pour toutes les raisons que vous évoquez, je suis hélas d'accord)
et
- exaspérant d'assister à son retrait (comme s'il y avait soudain des éléments nouveaux !).

Je m'étais en ce temps-là offert la version du Voyage illustrée par Tardi dont j'apprécie beaucoup l'atmosphère, bien que, comme toujours, je trouve le prix des livres scandaleux.

(Les oies, dans le premier paragraphe, je surinterprète ou c'est un clin d'oeil à "les oiseaux de passage" ?)
Une "archive" audiovisuelle fort interressante : nicolas et céline sont sur un bateau
:-)
Où Sarkozy parle aussi d'Hemingway, en lui attribuant un "Eté meutrier" qui ne fait sourciller personne sur le plateau.
Je suppose qu'il confond avec "L'été dangereux", à moins qu'il me manque quelques infos...
Faudrait demander à PPDA :-)

Quel plaisir toujours de voir et d'entendre le délicieux Michel Serres.
Excusez-moi d'avoir préjugé de votre pensée complète.
Vous dites qu'il est intéressant de s'interroger d'abord sur ce qu'est, pour finir, une commémoration, et je dis bien sûr devoir faire malheureusement le deuil d'une définition de ce qu'est une identité, avant de s'attaquer à l'identité nationale.
Je finis sur ce souci du débat que je pense être le même.

Quant à la simultanéité des sentiments que vous citez, oui, couac sur couac, pour le coup, on aura droit à un concert d'oies.
Oui, vous surinterprètez, c'était des oeufs, mais mon correcteur et ma vue basse ont décidé que ce serait des oies ! Tekhnè, je répète. Oui, je peux débrayer cet automatisme affreux, mais alors je n'ai plus d'accent ou à dix secondes l'accent (je tape sur un iPad, cadeau bienveillant, enfin je ne sais plus trop maintenant). Chronophagos, mais pas trop quand-même.
Et pourtant, qu'est-ce que j'aimerais que tout ceci soit vraiment discuté.

Oui, j'ai également lu le gigantesque Gallimard avec les superbes dessins de Tardi. J'éprouve une douleur banale à la projection des images des autres sur mes livres, mais pas ici. Et pourtant, Céline force la profondeur de nos propres projections, c'est le moins que l'on puisse dire. En tout cas, ça passait bien.

Je n'ai vu son prix, il était à une amie. Enfin si, le prix de la gratuité, c'est que je ne l'ai plus. Mais il était si grand et avec ces images et ce blason et cette peau et ces signatures, oui, ça pesait et je crois bien qu'elle m'a dit s'être saignée. Les restaurants de la Rive-Gauche sont assez chers et les amis de la surface sociale nombreux. Nos subventions sont appréciées !
Tout qui me connait un peu vous le confirmerait (sans doute sur un ton accablé, qu'est-ce que je suis chiante !), je suis la reine de la surinterprétation.
Dans ce cas, çà fonctionnait bien : le statut attribué aux oies dans le texte de Richepin s'harmonisait assez, à mes yeux, avec votre idée. (pareil pour pigeon, dindon, canard, vieux coqs).
Pour changer un peu de l'interprétation de Brassens, lien ci-après vers celle de Nicolas Bacchus, beaucoup plus récente et plus théâtralisée - partagée par Dominique Godin voici quelques temps :
http://www.deezer.com/en/music/nicolas-bacchus/balades-pour-enfants-louches-501250#music/nicolas-bacchus/balades-pour-enfants-louches-501250 (plage 23)

(Nicolas Bacchus qui n'a pas non plus modifié la composition de Brassens, mais pioché dans le texte original pas exactement sur les mêmes strophes. J'avais aussi beaucoup aimé la version a capella de Marc Robine)

Je trouvais que l'oie fonctionnait bien aussi avec la file indienne, ce qui me pousse irrésistiblement à partager avec vous cette phrase de Chavée : "Je suis un vieux peau-rouge qui ne marchera jamais dans une file indienne" (Sur mesure, non? De profil. Et pas que. Je suis une sorcière. :-) )

Concernant ma pensée "complète", j'ai considéré un peu vite que l'extrait proposé était explicite. J'aurais dû anticiper sur le brouillage né à la fois de sa source de publication, peut-être de son titre, en tout cas de l'ensemble de la polémique.
J'ai aussi l'intuition que nous sommes d'accord.
"Excusez-moi d'avoir préjugé de votre pensée complète."

Le simple fait de l'avoir fait (préjuger) et d'ajouter complète, m'indiquent malheureusement a posteriori les température et pression anormalement élevées qui accompagnent en moi ces questions.

Je vous prie une nouvelle fois de m'en excuser.

Mais c'est en soi intéressant, même si banal. Le banal, sous microscope électronique, devient un univers chaque fois luxuriant et différent, et par cette différence et cette luxuriance reconquière de l'intérêt. Ce ne sont pas tant les apparences de la banalité que ce qu'elle masque dans ses dimensions intimes qui réveille l'envie de savoir, la curiosité. En gros, un vilain caillou révèle une géode d'améthyste.
Mais mieux, une peau morte qu'on grossit, jusqu'à ce qu'elle soit une montagne, et devant, une sorte de prairie où paissent deux étranges animaux, tandis qu'un monstre dix fois plus gros les guette, cent microns au loin. Mais on grossit encore, et c'est sur l'ultra-banalité des atomes, qu'on tombe. Enfin, banalité, tomber, nos mots s'épuisent, en tout cas celui qui les dépose et tente d'en faire un chemin.
Michel Serres, passionnant, oui. Une forme de musique, presque.
Enfin, banalité, tomber, nos mots s'épuisent,
Ah non, on peut faire des trucs épatants avec tombe/tomber. Par exemple :
"La nuit tombe, qui n'est pas un verbe".
(Fallet)
:-)

Je comprends qu'on se sente éreinté quelquefois, découragé, mais dans l'exploration de l'univers des mots et des idées, vous êtes le plus acrobate d'entre nous !
Boycott, Désinvestissement, Sanctions n'est pas une association mais une campagne internationale menée depuis le 9 juillet 2005 à l'appel d'un collectif d'organisations non-gouvernementales palestiniennes. Cet appel se termine par:

Nous, représentants de la Société civile palestinienne, invitons les organisations des sociétés civiles internationales et les gens de conscience du monde entier à imposer de larges boycotts et à mettre en application des initiatives de retrait d’investissement contre Israël tels que ceux appliqués à l’Afrique du Sud à l’époque de l’Apartheid. Nous faisons appel à vous pour faire pression sur vos états respectifs afin qu’ils appliquent des embargos et des sanctions contre Israël. Nous invitons également les Israéliens honnêtes à soutenir cet appel, dans l’intérêt de la justice et d’une véritable paix. Ces mesures de sanction non-violentes devraient être maintenues jusqu’à ce qu’Israël honore son obligation de reconnaître le droit inaliénable des Palestiniens à l’autodétermination et respecte entièrement les préceptes du droit international en :

1. Mettant fin à son occupation et à sa colonisation de toutes les terres arabes et en démantelant le Mur ;
2. Reconnaissant les droits fondamentaux des citoyens arabo-palestiniens d’Israël à une égalité absolue ; et
3. Respectant, protégeant et favorisant les droits des réfugiés palestiniens à revenir dans leurs maisons et propriétés comme stipulé dans la résolution 194 de l’ONU."

En France s'est constitué un Collectif National pour coordonner les actions de toutes les personnes et associations qui partagent les objectifs de cette campagne. Elle commence a faire sentir ses effets et acquiert une certaine popularité.
C'est bien pourquoi, la justice française, à l'initiative remarquée de Madame Michèle Alliot-Marie (qui dans son ignorance confond "casher" et "israélien") a reçu des instructions précises pour arrêter et condamner à des peines sévères les participants à cette campagne pris lors de leur participation à des actions de boycott
Sakina Arnaud a été condamnée à Bordeaux pour "incitation à la haine raciale"(sic) en octobre 2010 (actuellement en cassation). Trois militants de Perpignan seront jugés la semaine prochaine à la demande d'une organisation juive qui s'est fixé pour but de lutter contre cette campagne accusée de tentative de "délégitimation" de l'état juif d'Israël.

BDS ne sa bat pas contre "le Bureau National de Vigilance contre l'Antisémitisme." mais contre l'occupation et la colonisation de la Palestine et pour
la reconnaissance des droits fondamentaux des citoyens arabo-palestiniens d’Israël à une égalité absolue et le
respect et la protection des droits des réfugiés palestiniens à revenir dans leurs maisons et propriétés comme stipulé dans la résolution 194 de l’ONU."
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.