29
Commentaires

Cryptomonnaie : "Il faut démanteler Facebook"

Est-ce que demain nous ferons nos courses non plus en euros ou en dollars mais en "monnaie Facebook" ? Selon des rumeurs persistantes, le réseau social serait sur le point de lancer sa propre crypto-monnaie - sa monnaie virtuelle. L'information ne semble pas émouvoir les médias ni les responsables politiques français. Pourtant l'enjeu est considérable, la monnaie étant l'un des attributs essentiels de la souveraineté des Etats. Que faut-il savoir si vous entendez parler de la monnaie Facebook dans les semaines ou mois qui viennent ? Trois invités sont sur notre plateau cette semaine pour vous éclairer : l'avocate d'affaires spécialisée dans les crypto-monnaies Michelle Abraham, le "crypto"-journaliste de Capital Gregory Raymond (auteur du podcast 21Millions, consacré aux monnaies virtuelles et à la blockchain) et le vice-président du Conseil national du numérique Gilles Babinet. Sur notre plateau, ce dernier se prononce pour la première fois en faveur du "démantèlement" de Facebook, qui a "atteint une taille qui [lui] permet de faire infléchir des Etats", ce qui "n'est pas acceptable".

Commentaires préférés des abonnés

"la monnaie étant comme chacun le sais un des attributs essentiel de la souveraineté des Etats"

...ouh la la Daniel même s'il est très dangereux qu'une énorme entreprise privée comme facebook crée une monnaie, cela fait bien longtemps que l'Etat n'a p(...)

Conclusion de l'émission :
 
Bien, ils ont pas encore lancé leur monnaie mais on a trouvé comment les démanteler et comment l'union européenne pouvait jouer un rôle dans ce processus. Futur président de la commission européenne, si vous nous regar(...)

Émission ô combien intéressante, j'en profite pour préciser qu'il n'y a eu aucune gaffe, ni aucun abus de langage sur la question de la blockchain ou de tout ce qui gravite généralement autour des crypto-monnaies, ce qui est extrêmement rare. J'en re(...)

Derniers commentaires

26min 25sec : G.Babinet dit que WeChat a explosé, et précise littéralement. Les adminsys ont du être vraiment désolé de pas avoir bien dimensionné le système. J'espère qu'il n'y a pas eu de blessé ^_^

La partie cryptomonnaie laisse à désirer... Des inexactitudes et des invités pas forcément si compétents que ça dans leur domaine, dommage.

J'ai un fou rire en entendant un invité dire : "cette application bidule bidule simplifie le paiement..."

Comme si c'était compliqué de payer. Avoir les moyens de payer, oui, ça c'est autre chose. Mais payer !

Paiement sans contact, truc machin... des trucs qu'on vous refile sous prétexte que ça simplifie les choses.

Une chose est certaine par contre... petit à petit fini l'anonymat.


Chirac : «Pourquoi coin

Je l’avais oubliée, celle-là. :-D

Je suis très amoureuse de Mark Zuckerberg, c'est con ! Évidemment , c'est franchement et irrémédiablement con ! Vas y Mark fous leurs les boules! Énormes bises à ton Épouse  !????????????????Boum !?????

S'il n'y a pas de volonté délibérée de saboter le processus numérique de recueil de signatures en faveur du RIP, il y a une volonté délibérée de ne le rendre ni visible ni intuitif.

Une parenthèse dans l'émission: les "bugs à répétition" sur le site pour le référendum ADP. Traitée de manière désinvolte.

Ce serait bien d'en savoir plus.

il est encore temps de se désabonner de Facebook et autres réseaux sociaux "gratuits".


Intéressant en tout cas de voir la réalité rejoindre la fiction.... la disparation des états traditionnels au profit de corporation étatique sans frontière physique semble a portée.....  A quand les premiers citoyens de Facebook INC ou google corp.



Émission ô combien intéressante, j'en profite pour préciser qu'il n'y a eu aucune gaffe, ni aucun abus de langage sur la question de la blockchain ou de tout ce qui gravite généralement autour des crypto-monnaies, ce qui est extrêmement rare. J'en remercie chaque personne ayant participé à l'émission.

Les inquiétudes dévoilées sur ce plateau sont réalistes et très bien développées. J'y ajouterais que les faiblesses cognitives des êtres humains (business de la fainéantise, gains de temps, interfaces agréables, attractivité des solutions...) sont l'un des vecteurs clés de la domination des GAFAMs. L'exploitation de ces faiblesses n'est presque jamais remise en question, sous prétexte "qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien", néanmoins, les nouvelles technologies tendent à se développer comme des outils de contrôle.

Je rejoins Gilles Babinet dans son cri d'alarme : il faut démanteler Facebook (ainsi que les autres entreprises du même acabit).

Oah l'aut'. Une émission économique sans Anne-Sophie Jacques. Ça devient n'importe quoi ici.

"la monnaie étant comme chacun le sais un des attributs essentiel de la souveraineté des Etats"

...ouh la la Daniel même s'il est très dangereux qu'une énorme entreprise privée comme facebook crée une monnaie, cela fait bien longtemps que l'Etat n'a plus de souveraineté monétaire (même avant l'euro) puisque l'Etat ne "bat plus monnaie" mais doit se financer sur les marchés financiers (merci les libéraux).

Pire encore, le pouvoir de création monétaire (qui devrait être l'attribut de l'Etat pour qu'il soit souverain) a été donné à des entreprises privées : les banques privées.

En effet ce sont elles qui créent la monnaie à chaque fois qu'elles accordent un crédit. Elles n'utilisent pas leur propre monnaie (encore que, il serait plus juste de dire que chaque banque crée son propre euro : l'euro bnp, l'euro crédit agricole, l'euro deutsche bank...qui au final sont garantis par la BCE et donc ont le même nom : l'euro...par contre elles se gardent bien de se prêter entre elles les euros qu'elles créent : elles ne se prêtent que les euros "banque centrale" qu'elles ont sur leurs comptes à la banque centrale) mais c'est quand même une sorte de monnaie privée puisqu'elle est crée par une entreprise privée.

Par contre l'Etat, lui, doit passer par le "filtre" des marchés financiers (les banque essentiellement) payant ainsi au passage des intérêts...qui sont payés au final par NOS impôts : entre 40 à 50 milliards €/an soit en tout depuis la fin des années 60 environ 1500 milliards € soit...les 2/3 de notre fameuse dette publique. 

Ces intérêts sont donc la cause principale de l'augmentation sans fin de cette dette publique (on parlera une autre fois du manque de recettes dû à l'évasion fiscale et à la diminution des impôts des plus riches sur les 30 dernières années).

Il est donc urgent que l'Etat retrouve sa souveraineté monétaire en empruntant sans intérêts auprès de la BCE (ou de la banque de France) voir même en se faisant créer de la monnaie sans la rembourser si nécessaire augmentant ainsi la masse monétaire (ce qui n'entraîne pas d'inflation s'il y a une quantité équivalente de richesse réelle (biens ou services) créée).

Sinon nous resterons les esclaves financiers des banques et l'Etat n'aura jamais les moyens de répondre aux besoins de la populations en matière d'éducation, de santé, de transition énergétique, d'emplois...


Alors à quand une émission sur la monnaie et la "non-souveraineté" de l'Etat ?

Conclusion de l'émission :
 
Bien, ils ont pas encore lancé leur monnaie mais on a trouvé comment les démanteler et comment l'union européenne pouvait jouer un rôle dans ce processus. Futur président de la commission européenne, si vous nous regardez, ya plus qu'à faire !
 
C'est donc à nos "élus" de faire quelque chose... Et pas un mot sur ce que chacun peut faire, à son niveau.
 
Alors, pour rappel, en France, y'en a qui font des choses. Le réseau d'éducation populaire Framasoft fait la promotion (et crée aussi) des solutions alternatives :
https://degooglisons-internet.org/fr/alternatives
 
Daniel, et si tu publiais tes billets sur Mastodon ?
 
Mais ce qui est le plus choquant, c'est la façon dont est traité le sujet de la monnaie. Pas un mot sur le code monétaire de cette monnaie "libra", ou plutôt, ça se résume à : les monnaies d'état sont stables (sic), et donc, la monnaie "libra" qui sera basée sur ces monnaies d'état sera stable, contrairement au bitcoin.
 
Alors là-encore, pour rappel, en France, y'en a qui font des choses :
https://duniter.org/fr/comprendre
 
Un peuple qui ne co-crée pas la monnaie qu'il utilise est esclave de cette monnaie.
 
 

Ça serait pas mal cette idée avec Mastodon: je vote pour !

La responsabilité individuelle n'a jamais fait infléchir quoi que ce soit dans l'histoire de l'humanité et c'est même a cause de cette utopie de la responsabilisation "individualisante" que notre monde se meurt.


Qu'on le veuille ou non seule la puissance d'agir du politique est importante en tant que représentant d'une masse critique et de bloc sociaux, et le capitalisme l'a bien compris avec le lobbying.


"Ce n'est pas parce qu'on ne croit pas au diable que celui-ci ne croit pas en nous" 

Nous sommes sous la coupe de systèmes monétaires asymétriques : quelques-uns créent les unités monétaires, beaucoup d'autres courent pour en avoir. Ceux qui sont près du robinets monétaires sont ceux qui effectivement ont la "puissance d'agir". Mais n'est-il pas "utopique" de compter sur eux pour qu'ils corrigent cette asymétrie ?

c'est à nos élus de faire quelque chose?   

Les élus imbus de savoirs qu'ils n'ont pas pour la plupart, ont juridiquement le pouvoir mais leurs petites ambitions personnelles, leurs rentes de situations et quel qu’autres privilèges, les conduisent à des décisions et des actions au mieux sans efficacité.

Je rêve de représentants œuvrant dans l'intérêt général, il y en a certainement, face à ces géniaux monstres sociaux, financiers.

C’est aussi captivant et passionnant de voir ces nouvelles sociétés poindrent les bouts de leurs nez. Mais ATTENTION DANGER si elles se mettent en place dans l'apathie générale et la collusion avec les personnes investies des pouvoirs par les peuples.

Bientôt une emission réponse qui parle de mastodon/fediverse + duniter :-) ? Ça rentre pas tout à fait dans le cadre des emissions, mais ça pourrait être interessant.

Je ne crois plus que mon Arrêt sur Images traitera la monnaie libre, duniter ou le logiciel libre. Mais cela me peine qu'il participe à "un bruit médiatique de fond, une façon de poser les problèmes et d'y répondre qui se tient dans un périmètre relativement restreint". Je conviens que ce n'est pas facile. Ci-dessous, une anecdote qui l'illustre bien.


---


En février 2017, Guillaume Erner (France Culture) reçoit Henri Maler (Acrimed). 


https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/la-defiance-legard-des-medias-est-elle-justifiee


A un moment, Henri Maller dit :


La proposition qu'il [Benoît Hamon] a faite sur le revenu universel était une proposition argumentée dans laquelle il avait - même si cela restait relativement vague - des projets de financement.


Par mail à Acrimed, j'ai fait cette remarque :


Dans le collectif informel auquel je participe, le mot "financement" est jugé totalement impropre, il participe (pour reprendre les mots d'Henri Maler) d' "un bruit médiatique de fond, une façon de poser les problèmes et d'y répondre qui se tient dans un périmètre relativement restreint".


J'ai fourni également quelques liens explicatifs et contre toute attente, j'ai eu une réponse d'Henri Maler :

Je vous remercie pour cette observation judicieuse.

Convenez qu'il n'est pas toujours aisé de combattre des raccourcis médiatiques sans recourir à d'autres raccourcis qui peuvent être trompeurs.

Bonjour

je viens seulement de visionner cette émission et j'avoue que je suis restée sur ma faim... notamment sur les "excuses" trouvées au Ministère de Forces de Répression - mais pas que !

En revanche, en ce qui concerne G. Erner, que j'appelle le "grand Ara" - tant il est une caricature de ce qu'on devrait s'abstenir de nommer "journaliste"... je peux bien comprendre le dilemne d'Henri Maler (que je respecte totalement) entre "participer et risquer de se troubler à un moment donné" - ou ne pas participer.

Encore heureux qu'il y ait des sites comme Acrimed ;)

Facebook est présent sur ASI. ASI contribue donc au succès de Facebook. Pourquoi ne pas créer un réseau social européen libre sans exploitation de données ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.