43
Commentaires

Crise : Pujadas se lance dans le reportage-fiction

Chouette, un scénario-catastrophe ! Jeudi 20 décembre, le 20 heures de France 2 a "innové" en proposant deux scénarios de la crise en 2013 : une version "catastrophe" (avec des flammes dans la capitale espagnole) et une version optimiste (avec Grecs faisant la fête), le tout avec Pujadas et des journalistes de la chaîne jouant leur propre rôle. Dix minutes de politique-fiction au beau milieu d'un JT ? Sur Twitter, plusieurs journalistes ont dénoncé cet exercice qui aurait également suscité le débat au sein de la rédaction de la chaîne.

Derniers commentaires

Ce genre de phénomène ne m'étonne plus.
Il re reste que les journalistes pour croire encore à l'Information. En réalité, les entreprises de "Presse" ne sont que des entreprises de communication rémunérées par la publicité (soit les autres entreprises) et, pour les chaînes publiques, aussi par la redevance.
Le public les regarde encore par paresse intellectuelle, mais croit de moins en moins les discours qu'on lui sert. Il faut donc agir en contournant ses défenses mentales : user de docu-fictions, d'images et de paroles subliminales, d'impressions rétitiennes et tympaniques, d'effet de halo, d'ancrage, jouer sur les émotions, les peurs, les angoisses... bref déployer tous les trésors de la psychosociologie de la communication et de la connaissance pour conditionner les esprits ou, à défaut, les anesthésier.
Quand on voit certains reportages d'ARTE, qui se veut pourtant "une chaîne repère, à forte identité de culture et de reflexion...", c'est à pleurer de rire (ou à pleurer tout court, au choix).
Il faudrait écrire son nom "Poujadas". Plus populiste, tu meurs !
Il a un vrai avenir à TF1.
9/11/2001

Génial ! C'est mieux que le Concorde! Là, on est battus, pfftt !

Qui peut encore écouter ce présentateur ?
Les journaux TV nous présentent un monde de fiction tout les jours. L'info réelle, sans omission, sans filtrage, sans formatage, et avec la pluralité nécessaire à l'analyse critique, se trouve sur internet. On apprend plus de choses sur une semaine d'AgoravoxTV que sur un an de journaux télévisuels.
Propagande particulièrement efficace.

D'abord on angoisse le téléspectateur, le bandeau "fiction" permettant d'utiliser
des procédés cinématographiques percutants (musique, montage très rapide).

Une fois terrorisé dans son fauteuil, le cerveau de ce dernier est prêt à
recevoir son shoot de bonheur néolibéral : croissance, consommation, fric.
Avec la petite musique des éditorialistes serinée en filigranne.

Mais la partie la plus efficace du procédé, c'est qu'à aucun moment les évènements
présentés ne sont correllés à des causes, des actes ou des positions idéologiques.
Ils tombent sur la tête des gens comme un "pile ou face".
Il n'y a plus de citoyens qui participent à leur avenir, seulement des consommateurs
passifs ballotés par les vagues du destin, ne comprenant rien à ce qui leurs arrive.

Le message est clair :
soyez fatalistes, courbez l'échine et laissez-nous faire puisque tout ça vous dépasse et que vous n'y pouvez rien.

Bref, ce qu'ils nous présentent est l'antithèse de l'information.
Au journal de 20 heures...
Tout est normal donc. o_O

Je suis sûr qu'il y aurait là matière à une superbe analyse de Judith !
Sébastien ou Daniel, ce serait sympa de lui faire passer l'idée svp. :-)
Autre proposition optimiste,

mai 2013, flash info radio, Madrid, Paris, Athènes, c'est incroyable, à 20h pile des millions de gens ont jeté leur télé par la fenêtre en signe de protestation.
Dans le scénario optimiste de France 2 : la journaliste neuneu commente : « patronnat et syndicats se mettent enfin d'accord sur une réforme du marché du travail. Une poignée de main historique". le type (on sait pas qui c'est), neuneu aussi, répond : "Ça permettra au taux de chômage de baisser sans doute de façon assez sensible »
Autrement dit, pour France 2, Pujudas et Lenglet, le chômage résulte du fait que syndicats et patrons ne se mettent pas d'accord sur une réforme du marché du travail. Sachant que les syndicalistes sont aujourd'hui déjà présentés par la presse "mainstream" comme des bloqueurs de trains, de bus, des empêcheurs-d'aller-bosser, des grévistes invétérés...bref des fouteurs de merde, ce commentaire encourage de manière implicite et insidieuse à faire croire au téléspectateur (neuneu) que lorsque les syndicats feront preuve de bonne foi et serreront enfin la main des patrons en vue d'une "réforme" du marché du travail (???)", le chômage pourrait commencer à diminuer. Autrement dit, lorsque ces paresseux de syndicalistes arrêteront de faire chier le monde et iront bosser, il y aura du travail pour tout le monde...et HOP!
C'est purement scandaleux ! Commençons par l'observation et la critique des images.

-Le scénario catastrophe est présenté avec un "carton" rouge, la couleur de la Révolution, du Communisme, de la gauche.

-Le scénario "optimiste" est présenté avec un "carton" bleu, couleur du libéralisme et de la droite.

Allons plus loin, les Grecs sont "heureux" parce qu'ils ont remboursé la dette. Pourquoi ne serait-ils pas heureux en faisant défaut ? Toujours dans le scénario "optimiste", la victoire du libéralisme triomphant, avec l'élection de Mario Monti, celui qui a été en 2005 consultant pour la banque Goldman Sachs, qui a contribué à la crise des subprimes...Comme "sauveur" on peut faire mieux, d'ailleurs, pourquoi pas un autre modèle de société ? Plus loin, on voit un allemand qui peut s'offrir une voiture nucléaire, parce que "c'est bon pour l’environnement", et on les mets où les déchets nucléaires ? Le seul modèle qui peut nous sauver serait donc le modèle productiviste ? J'en doute. La chute des prix du carburant à moins d'un euro le litre est une pure bétise, les prix du pétrole ne feront qu'augmenter de par l'épuisement des ressource en pétrole de la planète, moins il y'en aura, plus on spéculera dessus, c'est ça aussi le modèle Capitaliste...Vers 1:50, dans le scénario "optimiste", "L'Espagne devient le nouvel eldorado de Volkswagen, le constructeur y implante deux nouvelles usines" , c'est donc un pladoyé pour les délocalisations, donc, en Allemagne, ça créera du chômage, encore un parti pris ! Puis vers 3:17, le présentateur dit "Les américains les moins fortunés se mettent à racheter un logement", juste une question, comment ? Avec des crédits bien sûr...mais c'est comme ça que la crise à commencée, le américains ont eu des prêts à la consommation qu'ils ne pouvaient pas rembourser, si c'est ça l'avenir "optimiste", l'annonce d'une nouvelle crise, je n'en veux pas !

Les débordements suite aux manifestations monstres en Espagne, les casseurs ont (1:16, scénario catastrophe) un drapeau CGT, donc, on assimile les syndicalistes comme des fauteurs de troubles, des casseurs, c'est un parti pris ! Puis, "le monde s’arrête" de tourner car l'industrie automobile est en récession, on voit la place prépondérante de l'automobile dans notre société qui est mise en avant par ces chiens de garde.
Les catastrophes, les échauffourées, l’insurrection n'ont lieu qu'à l'étranger, pourquoi pas en France ? Une fois de plus, on voit le parti pris, le mal vient de l'étranger...Puis, Total délocalise son siège au Luxembourg,"un coup dur pour l'État français", les journalistes ne savent donc pas que Total ne paie pas d'impôt en France ?
Il faut dire que ce n'était pas spécialement un exercice de composition pour Pujadas.
Le reportage-fiction n'est-il pas la suite logique de l'info-fiction ?
On ne peut pas lui reprocher d'incohérence dans son évolution professionnelle.
J'en veux un peu à Pierre Carles, car c'est lui qui a fait entrer cet homme dans ma vie. Il y a juste 2 ans de ça, je ne le connaissais pas (ni aucun autre présentateur en costume de spectacle télévisé).

A mort Pierre Carles!

Il m'a aussi fait découvrir ce que j'ai loupé du professeur Choron, étant trop jeune pour l'apprécier autrement que rétrospectivement.

Merde, quoi, merde!

Matthieu S
Peut-être est-ce mon penchant pour la speculative fiction (en littérature) et la futurologie (en sciences) mais je ne me résous pas à trouver l'exercice aussi navrant que d'autres ici. Certes, les scénarios révèlent le penchant des mass médias pour les solutions capitalistes-productivistes à la crise actuelle mais l'exercice a au moins l'intérêt de rendre ces points aveugles (comme dirait Daniel S) plus visibles qu'à travers les reportages habituels (i.e. sur le temps présent) qui se veulent objectifs. Et puis, cela donne à voir ce qui "fait système" (du moins cette partie du système qu'ils veulent bien dérouler devant nous).
Ceci étant bien sûr qu'on aimerait voir décrits des scénarios réellement alternatifs... et se poursuivre l'écheveau qu'ils ont commencé de déroulé : et 2014 ça donne quoi dans la suite des deux versions ?
Et si ils se lançaient dans l'uchronie : comment 2012 (mais aussi, 2007, 2002, 1992 etc.) aurait pu se dérouler autrement ?
ils ont oublié un autre scénario:

Les peuples d'Europe exaspérés on prit d'assault les assemblées nationales de leurs pays.
Aussitôt des assemblées constituantes ont été tirées au sort et de nouvelles constitutions ont changé la donne.
Les institutions de l'Union européennes ont été modifiées.
les peuples ont repris le contrôle de leurs vies et de leur économie.
Désormais un vent d 'espoir souffle sur le monde qui a les yeux tournés vers l'expérience européenne ...

En gros leur petit exercice de propagande consiste à dire :
alors les franchouillards vous voulez l'ordre, dans la société de consommation totalitaire
ou l'anarchie avec la chienlit gauchiste ?

Citation d'une poule dans Chicken run : il y a pas de troisième choix ?

On peut quand même s'intérroger sur la version idyllique: les syndicats et les patrons se mettent enifn d'accord pour la réforme du marché du travail , mais de quoi on parle ? De la suppression définitive du CDI ? De la suppression de la sécu ? De la suppression d'une aprtie des slaires reversée par les entreprise sous la forme injustement appelée "charge spatronnales"?

Allez donnez nous le scoop: il habite où le mauvais scénariste de cette fiction néolibérale à deux francs six sous ? à Neuilly ?

Franchement en plus d'être éthiquement douteux, c'ets totalement ridicule.

Finalement c'tes à se demander si on ne devrait pas les laisser continuer leurs singeries
essayer de réformer des gens comme ça en servirait à rien d'autre que de permettre de continuer leur mascarade un peu plus longtemps.

Laissons les exprimer pleinement leur vision du monde, sans fars et sans mascarats ... Quand le roi est nu ...
Ahah j'ai beaucoup aimé la version pessimiste et le passage :

"Avec la flambée du prix du pétrole, Total réalise des bénéfices sans-précédents et fait le choix de délocaliser son siège social au Luxembourg. Un coup dur pour l'Etat français."

Sauf que Total ne paie pas d'impôts sur les sociétés en France grâce à un subterfuge fiscal.

Ils sont encore bien naïfs les journalistes de France 2.
Donc en gros si on résume, notre bonheur ou malheur dépend uniquement de l'industrie automobile ?
Tiens, E.Lucet, ce n'était pas la chouchoute des @sinautes qui encensaient le journalisme moisi et sensationnaliste de Ca$h Investigation ?
"François Lenglet, après les deux sujets, a renforcé la pédagogie de l'exercice"
Je m'étonne qu'après une telle phrase, il y ait encore eu des gens pour prendre çà autrement que comme un canular.
Le premier scénario est trop cataclysmique, on a l’impression d'un film style "Jurasik Park" et le second me rappelle Alice au pays des merveilles

Une raison de plus pour moi de ne pas m'informer dans les médias mainstream
Juste une action de propagande de plus à l'adresse du troupeau:
Première partie: "Si vous imaginiez désobéir aux injonctions de vos maitres, vous serez des 'casseurs' promis aux flammes de l'enfer"
Second opus: " Baissez bien bas le pantalon, mettez la tête dans le sable, et tout ira bien dans le meilleur des mondes"
Ce n'est finalement que l'aboutissement, logique et sans surprise, de l'infotainment à la sauce chiens de garde. Et dire que Rémy cherche des économies à faire...
Version optimiste :
• Les Français cessent de regarder les JT de F2 et TF1.
• Sébastien Rochat est dispensé d'observer ces deux chaînes.
Dans la deuxième saison, de vrai clowns commentent le naufrage de l'information sur le service public. Et on se tord de rire. Si, si, j'ai vu le pilote. Avec Djamel dans le rôle de David et Lavanant dans celui d'Élise.
Quand France 2 veut faire du TF1, c'est l'escalade. On cherche le sensationnel et au besoin, on le crée.
Ce genre de bidonnage était auparavant réservé au 1er avril. Il y a un bout de temps que l'information sérieuse a déserté la TV.
Anne Soetemondt pleure que ça décrédibilise la chaîne.

Ma pauvre dame, il y a longtemps que le fantôme de Desgraupes a déserté les lieux !
Je trouve le scenario optimiste très effrayant : Monti élu, marchés heureux, on construit des avions, on bétonne en Espagne, la consommation explose... Ils ont oublié de dire que tout ça c'est grâce aux gaz de shiste...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.