70
Commentaires

COP21 : comment gérer le trop

Derniers commentaires

Et tout ce cirque ne va pas s'arrêter pour autant; des compensations carbone sont sans doute prévues.
http://voitures.com/top-10-des-plus-grandes-courses-automobiles-106290/
L'accord de la COP21, je viens d'essayer de le lire : quel charabias !!!

On nous prend tellement pour des cons, que ça donne envie de l'être. Bête et méchant.
Méchant surtout.
Sur la 8 longue émission sur les bagnoles, motos, courses de bolides sur la glace ou la neige, un héli[large]cop[/large]tère filme...Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Sauf que NON! J'ai oublié d'éteindre dans la cuisine...Ah zut alors, quel gâchis inadmissible.
Ségolène est vêtue de bleu marial, on ne risque pas de la louper.

¨Prière à Ségolène pour demander la paix.

En ces temps de violence, devant mon avenir incertain,
je suis inquiet, j’ai peur.
Je cherche le chemin de la paix.
Au milieu de tant de prophètes de malheur
et si peu de messages de joie, j’ai besoin d’entendre Celui qui dit :
« Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix. »
Apprends-moi, Ségolène, à cesser de me troubler.
Apprends-moi à vivre en paix.
Mère de la Paix, j’aime te regarder
et voir que les humbles jouissent de la paix.
J’aime te prier et t’entendre me dire :
« Grâce et Paix de la part de Dieu ! »
J’aime me laisser guider par toi :
tu me conduis à Celui qui est PAIX.
Prie pour moi, ton enfant :
que la Paix du Christ entre dans mon cœur.
Amen

D'après Paul Arsenault o.m.i.
De l'état d'urgence. Il serait urgent que magistrats et ministres recadrent les policiers qui s'en servent pour autre chose que la lutte contre le terrorisme. Je ne vois pas en quoi arrêter des militants écolos a un rapport avec la chasse aux djihadistes. Outre l'insulte faite aux citoyens, j'y vois aussi un gaspillage d'argent et de moyens. Et apparemment, il n'y a pas que certains policiers qui ont besoin d'être recadrés.
Astuce pour les photos trop larges: les pages depliables façon play-boy. Pas obligatoire d'y faire poser les chefs d'État nus, par contre...
Pour ce qui est de la photo de groupe...une formation en anneau , regards tournés vers les objectifs en surplomb , aurait été plus parlante (le cercle comme symbole planétaire) et plus facile à cadrer...mais on constate que le protocole reste la principale préocupation de nos zélotes et l'imagination de leur communicant au raz des paquerettes !
Concernant l'etat d'urgence et ses mesures (perquisitions violentes et absurdes), je ne sais si ce qui me choque le plus est :

1- le manque de mesure de certains policiers (sans doute une minorité) dans les méthodes de perquisitions (il n'a pas été montré que mettre a sac un appartement permettait plus efficacement de trouver des preuves)

2- la négation de la parole des perquisitionnés a tort (on leur propose de signer un document ... et on s'en va comme des voleurs ...)

Je n'ai toujours pas entendu le moindre ministre s'exprimer sur le sujet ... ce qui semble pour le moins baroque alors que les membres du gouvernements font le siege des médias 24/24 (a se demander comment ils trouvent du temps pour travailler ... ?!)

Un perquisitionné au cours de l'état d'urgence peut il faire valoir ses droits et pretendre à une indemnisation? Peut il avoir accès aux "informations" qui l'accusent? (vraies questions !!!)
Comment gérer le trop? Il y a un début de réponse à la fin de "la java des bombes atomiques" de Boris Vian.

https://www.youtube.com/watch?v=eryzp0Pklc8

:-p
Non seulement iles photographes ont du mal à cadrer tous ces costards cravates, mais en plus ils ne tournent leurs objectifs que dans certaines directions, pas toujours les plus pertinentes. Qu'est-ce qu'on apprend sur cette photo, à part qu'ils étaitent beaucoup ? On le savait déjà.

Pour ce qui est de la mobilisation des citoyens, les médias ont nettement préféré les affrontements de l'après-midi, avec leurs lots de gens en noir, casqués ou cagoulés, les fumigènes etc...

Par contre, pas beaucoup de photos de la chaîne humaine assez festive, en principe plus représentative de la mobilisation, et porteuse de messages nombreux en provenance non seulement des associations, mais aussi des citoyens.

Sans doute que là aussi il y en avait trop ?

Pas assez de caméras et de photographes ? trop de zooms et pas assez de grand angle ou de recul ? plus de [s]pellicule[/s] de carte mémoire ?
Comment ne pas parler de dictature light quand on voit cette lettre de cachet remise au goût du jour ?
" Tout ce qui est excessif est insignifiant" pour citer Talleyrand, un dictateur, lui aussi.
Ben oui, c'est triste à dire mais on a changé de régime politique pour une dictature light. Daech, de ce point de vue, peut se réjouir : ses abrutis insensés ont fait plier la république et la démocratie. Lire aussi, si vous pouvez, le reportage de Mediapart sur les arrêtés de la manif de dimanche et leurs témoignages. C'est glaçant, et consternant de la part d'un pouvoir dit de gauche.
Mediapart, glaçant.
A hurler de rire et vive la France!
Mais la répression des mouvements sociaux n'a pas attendu l'état d'urgence !
Quand Rémi Fraisse a été tué, il n'y avait pas d'état d'urgence. Les manifestations interdites et les arrestations massives en fin de manif, ça a toujours existé.

Il me semble qu'il est important de garder son sang-froid et de faire la part des choses dans ce qui se passe actuellement.
Ce n'est pas parce qu'on réprime une manif que la France s'est transformée en "dictature light" : tous les outils pour ça étaient déjà en place auparavant, et fonctionnaient même parfaitement. C'est ce qu'on appelle un état capitaliste.
Le seul changement actuellement, c'est que les préfets peuvent aller un tout petit peu plus vite qu'avant.

Et il me semble par ailleurs que l'état d'urgence était effectivement nécessaire les premiers jours pour que l'enquête avance au plus vite. Ne négligeons pas cela. Sa prolongation, c'est une autre histoire.

Bref, j'ai l'impression qu'on mélange un peu tout. Dimanche, ceux qui voulaient participer le pouvaient en se rendant à la chaîne humaine, qui a d'ailleurs rencontré un franc succès. On n'a pas censuré ou muselé quoi que ce soit !
Se passer d'un juge c'est plus qu'un "détail"... et quand on lis que les mêmes juges (certains du moins) ne saisissent pas l'occasion de montrer leur utilité on a toutes les raisons d'être inquiet sur le devenir de notre "état de droit".

cf. http://delinquance.blog.lemonde.fr/2015/11/30/etat-durgence-a-rennes-le-juge-administratif-recommande-de-secher-les-cours/
"Et il me semble par ailleurs que l'état d'urgence était effectivement nécessaire les premiers jours pour que l'enquête avance au plus vite."

C'est un argument qu'on a beaucoup entendu ces derniers jours.
Mais en quoi est-ce le cas ? Est-ce que vraiment, hors état d'urgence, les juges antiterroristes auraient freiné des perquisitions contre des complices présumés ? J'ai du mal à le croire.
Dans les cas récents de terrorisme, on n'a pas eu besoin de l'état d'urgence pour trouver les coupables (et accessoirement les buter). Dire ce que vous dites, ça sous-entend que les principes de l'Etat de droit rendent la police et la justice moins efficaces, ou autrement dit, que sans arbitraire, sans violence et en suivant les procédures judiciaires normales, nos institutions sont forcément lentes, faibles, laxistes.

Bref, j'ai l'impression que l'état d'urgence n'a pas pour fonction d'accélérer les enquêtes, mais d'aller dans le sens de la démagogie la plus putassière qui soit, sans que l'utilité réelle de l'état d'urgence, en termes d'antiterrorisme, soit interrogée. Et accessoirement, de donner des gages aux flics, ces pauvres victimes qui subissent la loi des délinquants et des militants sans pouvoir librement leur matraquer la gueule, en leur permettant, effectivement, d'accélérer des enquêtes mineures de droit commun.
Ajoutons qu'il ne faut pas compter sur les médias pour dénoncer, ou même révéler, les inévitables excès de cette légalisation des bavures qui constitue l'état d'urgence.
là dessus on on a une réponse, le magistrat Serge Portelli (cours de Versailles), explique en substance que toutes les perquisitions et interpellations faites dans le cadre de l'enquete sur les attentats du 13 Novembre ont été faites avec l'aval d'un juge, c'est à dire dans le cadre des lois déja existantes, et donc aucune interpelletation faite dans le cadre de l'état d'urgence n'as été necessaire à alimenter l'enquete.

(l'emission est là, je sais plus où c'est)
https://reflets.info/radio-reflets-9-comment-la-democratie-peutdoit-reagir-aux-evenements-actuels-invites-alain-gresh-edwy-plenel-serge-portelli/
Je ne le savais pas, et j'en prends bien note.
Merci.
Excellent. Voté.
Merci, j'étais allé un peu vite et il faut mettre en perspective en effet - cela dit comme disent les commentateurs ci-dessous, l'état d'urgence prolongé donne des possibilités qui doivent nous inquiéter au-delà de ce qu'on avait déjà subi dans le passé, y compris en 1986 à Paris, en 2005 dans les banlieues, à NDDL ou à Sivens l'an dernier...

Je mettrais aussi un peu d'eau dans mon vin à propos de l'analyse d'Olivier Roy, contestée intelligemment (sans être remise en cause totalement) par François Burgat sur Rue89
c'est triste à dire mais on a changé de régime politique pour une dictature light.

Non, je ne suis pas d'accord. Ça fait bien longtemps que le régime politique est une dictature "light". Simplement, vous commencez à en prendre conscience que maintenant, car il est difficile de rester aveugle quand on s'intéresse de près à ce qu'il se passe. Mais bon, beaucoup de gens y arrivent ! (peut être qu'ils ne s’intéressent pas vraiment à ce qu'il se passe en fait, il suivent ce qu'il se passe, comme si c'était une téléréalité)
Bonjour
Il y a un certain temps déjà, JLM avait nommé ce régime de dictamole, moins angliciste que dictature light.
Chronologie des lois liberticides ou "la dictature tranquillou" (*)

(*) terme emprunté à un grand penseur du 21° siècle nommé Nuwanda qui jeta les bases de ce travail un jour de l'an de grâce 2008 entre 2 prozac.

"La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s'évader. Un système d'esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l'amour de leur servitude ... " A. Huxley

cette page recense les dérives liberticides en suivant plusieurs axes, très centrée sur la France elle montre aussi comment ça peut se passer ailleurs dans le monde et notamment ce qu'on nomme les "grandes démocraties occidentales)

progression de la sécurité au détriment des libertés et des droits : nos libertés et nos droits reculent au nom de la sécurité contre les attaques terroristes : lois d'exception anti terroriste

recul des libertés individuelles et collectives : liberté de circuler, anonymat dans l'espace public, liberté de la presse, liberté de manifester etc

veille sur la justice : séparation des pouvoirs, droits de la défense, justice d'exception

veille sur la violence d'état : repression des mouvements sociaux, rébellion et outrage, violences policières, armes non létales (Taser, Flashball, gaz etc)

menaces sur le droit individuel de préserver son propre patrimoine biologique : ADN et paramètres biométriques

recul du respect de la vie privée et des données personnelles : l'espionnage des citoyens sur le web et dans le monde matériel

progression de la société de surveillance et de risque zéro : biométrie, vidéosurveillance, fichage, traçage

recul des droits de l'homme : pour les condamnés, pour les immigrés, pour les gardés à vue, pour les exclus et les SDF
Mais vous vous croyez en Corée du Nord ou quoi?

(comme ça c'est fait)

Merci de garder les yeux ouverts, on se sent moins seul d'un coup
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.