30
Commentaires

Concours de notations sur les "trous" de Free Mobile

Le réseau de Free est-il si mauvais ? C'est ce que dénonce l'UFC-Que Choisir dans une étude qui a conduit l'association à déposer une plainte contre l'opérateur. Free se défend et accuse Orange (partenaire de Free dans cette affaire) de brider ses clients. @si tente de départager les mastodontes.

Derniers commentaires

Ah bah c'est clair, si on peut pas aller sur Youtube, pourquoi s'embêter à avoir un téléphone ?
Simple correction :
A noter que c'est bien "PcINpact" et non "Pcimpact".
En attendant, tous ces articles, y compris sur @SI qui, si je ne me trompe, propose son émission sur une chaîne de la Freebox, font de la pub' gratos à Niel...
J'ai fais partie des premiers à aller chez Free, et extenué par le mauvais service à Paris, je suis retourné chez Orange, pour un prix comparable.
L'arrivée de Free aura au moins servi à diviser les prix par 3...
Pour information et correction si vous le souhaitez. Dans quasiment chaque article s'@si, "quoi qu'il en soit" est orthographié fautivement "quoiqu'il en soit".
Je ne vois pas l'interet qu'aurait Orange a brider Free: ils ont vendu un forfait, dés que Free le depasse ils devront repayer Orange.
Je pense qu'Orange a tout à gagner qu'un meme nombre de client Free consomme beaucoup plus.
Décidément l'arrivée de free n'en a pas fini de faire des vagues... En rapport avec le sujet, la neutralité du net est mise à mal à la commission européenne : http://www.laquadrature.net/fr/neutralite-du-net-neelie-kroes-cede-sous-la-pression-des-operateurs
Pour contrer free et sa gamme d'offre ultra-simplifiée, les trois autres opérateurs semblent privilégier une stratégie inverse d'hyper-segmentation du marché, avec offres et services les plus personnalisés possibles. Dans cette optique je ne serais pas étonné qu'ils poussent encore plus fort vers l'abandon de la neutralité, afin de pouvoir proposer des offres plus ou moins restreintes selon les tarifs. Bref, pas de quoi être très optimiste...
Je ne suis pas (encore?) client chez Free, mais je me demande quand même si des combats plus urgents ne mériteraient pas l'attention de l'UFC-Que choisir. Malgré tous ses défauts, il semble que l'arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile a apporté - très rapidement - des améliorations sensibles pour le consommateur. Non?
Et qu'on ne puisse pas regarder en streaming une vidéo sur son téléphone portable (quelle drôle d'idée!) sans saccades ne me paraît pas une atteinte intolérable aux droits du consommateur. Surtout quand on paie 20 € par mois pour du plus ou moins illimité. Je rappelle qu'il y a un peu plus d'un an, les tarifs des concurrents étaient au moins 4 à 5 fois supérieurs.
La conclusion de l'article est bidon. C'est dommage, le reste de l'article était bien.
Bonjour
Il était certain que la méconnaissance de Free sur la gestion des ressources finies d'un réseau mobile et en l'associant à un prix de service bas générateur de trafic le conduirait à un moment ou un autre dans un mur.
La communication mobile est un domaine où le marketing ne doit pas ignorer les contraintes physiques d'un spectre radio non extensible.
Free a voulu comme à son habitude se présenter comme le je sais tout, mais l'examen des déboires subis par le passé par un certain nombre d'opérateurs étrangers ayant appliqué la même stratégie marketing lui aurait été salutaire.
Par ailleurs, concernant les problèmes d'installations d'antennes ralenties par les règles environnementales évoqué, dès 2001 les 3 anciens y ont aussi été confrontés au moment de leur plus forte monté en charge d'abonnés.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.