87
Commentaires

Comprendre les questions de Yann Moix

L'impossible n'existe pas, à moins que ce soit l'inverse. Invité de l’émission C à vous sur France 5, Laurent Ruquier a dû reconnaitre que les questions de son nouveau chroniqueur, l'écrivain Yann Moix, n'étaient pas toujours très claires. Notamment face à Christine Angot et Michel Houellebecq, invités de l'émission de rentrée d'On n'est pas couché (France 2). Anne-Elisabeth Lemoine a alors demandé à Ruquier s'il pouvait les traduire. Il a botté en touche. Pas @si, qui vous propose donc une traduction des questions de Moix, avec deux niveaux de difficulté.  

Derniers commentaires

Les questions de Moix c'est juste de la poésie.
Et donc une parenthèse bienvenue dans le déferlement de prosaïsme qui nous accable de toutes parts.

L'absurde serait naturellement de chercher le sens au pied de la lettre de ses phrases.
Le problème serait de leur donner un sens à partir de ce "pied de la lettre".

Autrement dit, si lire Roland Barthe (ou YM) peut être un enchantement (pas toujours, faut pas exagérer), prendre au pied de la lettre ce qu'il a dit (ce que beaucoup se sont escrimés à faire) est ridiculement stupide et, surtout, inapproprié.

Le verbiage littéraire de cour (le blabla parisien, moixien en l'occurrence) doit être considéré comme un tirage de Yi King: des sources d'inspiration dont le produit (la pensée, la création, la poésie) ne peuvent en aucun cas être relié par une logique constructiviste à l'origine (le trigramme).

En tout cas, pour en revenir à l'émission de Ruquier: tout plutôt que l'habituel répertoire critique limité à "c'est joli", "c'est bien écrit". Vive Moix, à cet égard, donc.
Sans vouloir passer pour plus malin qu'un autre, sur ce que j'ai vu sur le Replay ne m'a pas semblé incompréhensible, un peu fouillis et encore.

Ce qu'on dit à la télévision est en général tellement con, que le public, qui n'est pas plus bête qu'un autre, formate sa réception au véhicule qu'est la télévision justement. Pour ma part, n'ayant plus de télé de puis vingt ans, le discours de ce chroniqueur ne m'a pas semblé relever d'un cours magistral d'un professeur de philo voulant vous en mettre plein la vue.............. Et puis Houellebecq a compris, lui et c'est le principal non?
On m'avait toujours dit que le Moix est haïssable. On m'aurait donc menti?
Yann Moix, exellent !!
Question à Yann Moix :

La théorie de la puissance maximale enseigne que l'adaptation d'impédance est indispensable pour optimiser la transmission de l'information. Ne pensez-vous pas que la meilleure illustration de cette théorie ne se trouve pas, en ce qui concerne la transmission de la culture par la télévision, dans la capacité de l'émetteur à faire preuve d'empathie envers le récepteur, ce que vous semblez certes avoir vis à vis de vos invités, mais peu envers les téléspectateurs qui vous regardent. A ce titre, la forme de vos interventions n'est-elle pas contre productive pédagogiquement, dont ludiquement (car je ne dissocie pas les deux) quant à inciter les téléspectateurs à considérer autrement que médiatiquement vos invités ? On peut être pédagogue sans abaisser le propos, non ?

Traduction, niveau moyen : pour être compris, ne faudrait-il pas mieux vous adapter à votre auditoire et être moins alambiqué ?

Traduction niveau facile pour Anne-Elisabeth Lemoine : ne pensez-vous pas que vous vous la pétez un max ?

PatriceNoDRM
Quand on se lance dans une démonstration fondée sur le fait que la famille Schwartz serait en fait une famille juive et qu'en allemand le mot "schwarz" ne contient pas de "t" (ce qui est vrai de l'adjectif signifiant noir), encore faut-il être certain de ses sources.
Il se trouve que mon épouse est une arrière petite fille de banquiers allemands, bien luthériens, établis à Saint Petersbourg, ayant fui la Russie lors de la révolution de 1917. Cette famille s'appelle Schwartz (avec un "t") depuis des siècles et une de ses branches était établie dans la région de Riga. (voir http://www.schwartz-riga.de/index.htm)
J'ignore s'il existe des Schwartz juifs mais il en existe beaucoup qui ne le sont pas. Une bonne démonstration suppose de la rigueur et s'appuie sur des faits solides. M. Moix fait ici dans la grand n'importe quoi.
Cela me rappelle le Botul de BHL
A une époque j'ai cru qu'il était possible de regarder Cineman, l'incandescence de cette impossibilité m'a carrément brulé la rétine au bout d'une dizaine de minutes...
Je ne sais pas ce qu'en pense Yann Moix, mais le but de Valbuena sur coup de pied arrêté était superbe.
Je ne comprends pas : "L'impossible, c'est un possible qui est arrivé à incandescence"

Mais n'y a t il pas eu un lapsus, et ne voulait-il pas dire : "Le possible, c'est un impossible qui est arrivé à incandescence"
N'est ce pas plus compréhensible ainsi ?
Enfin ! Un peu !

Je vous jure, je ne rigole pas...
bel effort de vulgarisation Sébastien et loin d'être inutile !
c'est un phare qui vient éclairer la complexité de notre langue un bijou une merveille cet écrivain merci pour sa présence dans cette émision qui était jusqu'ici médiocre
Complètement outré par les réactions décervelées de tous ces protagonistes,
par cette ambiance "on boit, on mange, on rit, on comprend rien, on s'en amuse"
o_0

Je souhaite bonne chance à Moix pour trouver l'émission, voire le média, qui le mérite.

Je n'ai pas l'expérience de vie du centenaire (même pas de sa moitié), et je suis très frappé par cette pensée qui "s'amuse de rien comprendre".
Y en a-t-il toujours eu tant ? Dans les médias ? Dans notre entourage ?
Est-ce une vue de mon esprit de trouver que ce mécanisme de pensée se propage ?
Quel effet lorsque les cercles politiques et décisionnels sont/seront touchés ?

je sui tre zinkiait
Les philosophes osent au delà de tout. C'est précisément cela qui depuis toujours les fait condamner. Et à juste raison car, ce dont Socrate le premier témoigna, et dont Hegel donna la définition: "la philosophie c'est le monde à l'envers". La philosophie en effet consiste à opposer deux sens du "monde" et contre le monde de tout le monde (celui de l'opinion) se déclarer pour un tout autre sens du monde: "aussi difficile et aussi rare"* qu'infiniment "beau"*, et bon, à penser.

Nul ne l'aura aussi étonnamment signifié que Heidegger dans sa définition de la mort comme "la possibilité de la stricte impossibilité" de l'existence. Ce qui nous laisse à penser l'être possible de l'impossible. La langue française est à cet égard extrêmement révélante au plan formel. Le préfixe in- ou im- veut dire en cette langue en effet plus encore peut être qu'en toute autre, sinon aussi fréquemment du moins aussi précisément, la stricte négation que la stricte** ou l'infinie affirmation. Ainsi, quant à cette dernière, l'innombrable ne désigne aucun manque quant au nombre. Bien plutôt l'opposé: la possibilité à l'infini de trouver un nombre plus grand ou plus petit que tout nombre donné, "chiffré": aussi grand ou petit qu'on veuille l'imaginer. De même l'immense n'est-il le hors mesure que parce qu'ordonné non à l'absence de mesure mais à la surmesure.

Quant au possible en revanche l'allemand nous offre une ressource ignorée en français. Le possible en allemand: das Mögliche s'ordonne au verbe mögen en effet, équivalant à lieben: aimer. De sorte que la possibilité de l'impossibilité s'avère être l'amabilité de l'inamabilité de l'existence. Et penser signifie aimer. Aimer sans limite***. Ce que Camus découvrit en Algérie comme étant la Justice. Ce n'est que par sa grâce que nous pouvons comprendre quoi que ce soit. Non "croire", mais comprendre: au-delà de savoir (comme le précisa Bachelard).


* Spinoza, dernier énoncé de l' Éthique
** Stricte affirmation: imposer ne veut pas dire ne pas poser mais, "énergiquement", l'opposé.. Les deux opposés peuvent du reste être associés: ainsi dans inimflammable.
*** Soit de manière illimitée: il ici valant pour in, l'illimité est bien sans limite (assignable), non par défaut toutefois, mais par infinie limite (éprouvable).
Le problème de Moix c'est qu'il s'écoute parler comme il s'écoute écrire. Le X à la fin de son nom est-il d'origine ? ou bien est-ce un leurre, une sorte de cache sexe (assez inefficace) de son flamboyant egotisme ?
C'est embêtant, j'ai peur de comprendre ce qu'il veut dire sans traduction...
La définition de Yann MOIX est délicieusement juste , comme son usage du français .
"Vous comprenez tout ce qu'il dit ?"(Laurent Ruquier)
Noter que Michel Houellebecq, lui, répond : oui!

* Je ne la connaissais pas, elle ne m'a pas paru à son avantage sur ce coup là
Je ne comprends pas vos réticences.

Monsieur Moix est un iltellectruel subjuctant dont la platétique et la rhontudée nous ouvre des oprons inquarrissables.
" @si déclare forfait."
À vous le bâton.
Marrant comme dés qu'une personne parle français , elle a besoin d'un traducteur.....Pas ruquier et ses approximations , pas salamé et ses contresens mais Moix , qui emploi les mots avec leur définition commune et admise entre Robert , Littré , Larousse.....

Le vague se comprend , fait même cause commune

Le précis est définitif , et le précis.....c'est fini .
"Il n'y a pas de T dans le mot Schwarz en allemand [qui veut dire noir]. Or, là, il y a un T en trop. Et il se trouve que si on enlève le T de Schwartz pour le rajouter à la fin de Angot, on arrive à Angott, qui veut dire "en dieu"

Ce verbiage rappelle bougrement les élucubrations des psychanalystes. Moix devrait nous écrire un "Freud pour les Nuls".
Ça promet pour le reste de la saison !
mouais mouais mouais, le T du nom de famille qui se promène....
Et le X aussi se promène, ainsi que le M qui est changé en V.

C'est la méthode "connais-toi par ton nom de famille", trop peu lu, sauf par quelques chinois qui ont l'heur de s'appeler Li.
ils s amusent bien á la TV, elle s'était décérébré , elle devient inintelligible , beau progrès ...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.