11
Commentaires

Complices présumés de Epstein : citer les noms ? La presse partagée

Jeffrey Epstein, un financier américain accusé de trafic de mineures impliquant potentiellement une centaine de victimes, a été retrouvé mort dans sa cellule, à New York, samedi 10 août. La veille, des centaines de pages de documents judiciaires liés à l'affaire avaient été rendues publiques. Dans celles-ci, au moins une des victimes présumées d'Epstein disait avoir été abusée par plusieurs amis fortunés ou haut placés de son bourreau. D'où ce dilemme dans la presse américaine et française : en l'absence de preuves pour appuyer le témoignage, ces noms doivent-ils être publiés ?

Commentaires préférés des abonnés

Leparmentier est bien connu pour éviter de se friter avec les puissants, et n'a pas voulu de la patate chaude....

Journalistes, financiers, politiciens,... tout ça porte un nom: PORNOCRATIE. 


Approuvé 3 fois

Prononcez le mot, ça ne vous tuera pas : c'est de la COLLABORATION.

Derniers commentaires

En quelques jours, vous publiez deux articles qui montrent bien l'état d'esprit du journalisme actuellement : La vitesse avec laquelle les journaux ont divulgué l'identité et la photo d'une victime de viol par un "puissant" et la lenteur avec laquelle ces mêmes journaux divulguent les identités des hommes "puissants" coupables de viols sur des mineures... 

Ya un truc marrant, c'est le peu de commentaire... :-)

Ils sont tous en vacances nos copains..?

Il y a un autre mot, totalement tabou... "Epstine", pour ne pas dire Epstein, me fait bien marrer. Il aurait été musulman, par contre, ça se saurait ! 

Mais la mafia oligarchique israelienne qui noyaute les Etats Unis, ça n'existe pas... et comme tous les juifs sont sommés d'etre solidaires, critiquer la mafia israelienne, c'est forcement être antisemite.. Donc surtout pas un mot, on garde ça dans le refoulé, tabou. Le jour où ça sortira, on aura tous (sans exception) perdu, par la radicalité des points de vue devenue.

Alors qu'il suffit de parler, s'expliquer, s'informer, dire les choses. Mettre carte sur table: nous sommes gouvernés par des mafias. Chinoise, italienne, du petrole, de la finance, des banques, de l'opus dei, de la CIA, mais aussi israelienne, entre moultes autres. Chaque mafia son domaine, mais tous passent par la finance, l'euro, le dollar, la dette, le chantage. Personne n'en parle, ou presque. 

Il est donc necessaire de ne plus collaborer. Qu'il soit juif n'est qu'un detail, mais que ce soit à ce point tabou me derange. C'est un trop bon alibi pour ces oligarques. Ils se cachent derriere la souffrance des hommes, qu'ils sont les premiers à générer par ailleurs. Les premiers à collaborer furent les grands capitalistes. Décortiquer et mettre au grand jour les mafias est une nécessité absolue de salut public.


Quelles sont les réelles structures du pouvoir actuellement? Personne ne le sait, ou presque. Mais tout le monde subi, fait semblant de croire en nos "institutions". Et on va vers l'extinction des 3/4 de l'humanité dans les années qui viennent... 

alors, arretez de bosser (pour eux) arretez d'utiliser des euros, et rejoignez les zad ou ecovillages ou tout mouvement d'emancipation ecologique, en masse! Il n'y a pas d'autre solution.

Journalistes, financiers, politiciens,... tout ça porte un nom: PORNOCRATIE. 


Leparmentier est bien connu pour éviter de se friter avec les puissants, et n'a pas voulu de la patate chaude....

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.