28
Commentaires

Compétition de memes sur Facebook : voyage chez les "neurchis"

Depuis peu s'est lancée sur Facebook la coupe de France du meme, réunissant un grand nombre de neurchis, ces groupes de memes à thème. Comment gérer de tels groupes, regroupant parfois plusieurs dizaines de milliers de personnes, en maintenant une ambiance humoristique et sans risquer de se faire supprimer le groupe par Facebook et ses algorithmes ? Arrêt sur images a interrogé plusieurs administrateurs de "neurchis".

Commentaires préférés des abonnés

Approuvé 28 fois

Bonjour,
Sincèrement désolé si je n'ai pas réussi à vous captiver avec cet article. Toutefois, je pense que c'est justement parce que Facebook est un outil politique incontournable et obscur qu'il n'est pas inintéressant de se pencher sur les tentati(...)

Approuvé 12 fois

Jamais vraiment compris pourquoi on suppose si facilement que ce qui ne nous intéresse pas n'intéresse pas les autres, et qu'on ait en prime envie de le signaler en commentaire au lieu de passer son chemin. J'ai le « ok boomer » qui me démange...!

(ça(...)

Approuvé 8 fois

Facebook est un média très populaire, il est donc important d'analyser ce qui s'y passe et ce qui s'y joue. Quand au titre, j'espère quand même que les profs de français à la retraite savent ce qu'est le verlan.

Derniers commentaires

Merci Tony pour cet article. J'avoue ne pas avoir tout compris, il manque quelques définitions (!), mais c'est intéressant. 

Petite remarque en passant : dans les cours d'EMC de collège et de lycée, on doit expliquer les tenants et aboutissants des réseaux sociaux. En voyant l'inculture général des enseignants mobilisés sur cette discipline, on peut se dire que nous jeunes seront bien formés :/

...." reprend des captures de passages télé du polémiste raciste"...
Tiens un nouveau curé - en plus des autres - à @ASI

à quoi sert cet article très long, réservé à une minuscule minorité, et parmi eux combien d' abonnés ?  il y a tellement d' autres sujets importants ! on se croirait sur franceinfo tv !

mon fils me dit que vous etes a la ramasse et que les memes sur facebook c'est les pires. essayez "reddit", il me dit que c'est la ou on trouve les meilleurs et que la plupart des fans de memes le disent


Je suis content de voir ce sujet traité ! Ca fait plusieurs moi que ce groupe me poile

Agréablement surpris de voir ce sujet traité !

Cependant quelques réserves à exprimer sur la modération du groupe Neurchi de Coupe de France de memes. Elle se revendique clairement comme "apolitique" mais laisse passer pas mal de propos oppressifs tout en supprimant (voire ban) des gens qui voudraient y répondre et les dénoncer comme tels. 

C'est clairement dû à un manque de conscience politique des modérateurs et modératrices, et l'extrême-droite (une bonne partie du Neurchi de Zemmour par ex) en profite.

Facebook est visiblement devenu "has been". 

Les "jeunes" sont sur "Snap" et "Insta" ; quant à Twitter il ne coagule finalement que "l'intelligentia" artistico-politico-médiatique.

Et moi, né sous de Gaule, je ne surfe que sur Facebook et ASI...

"Neurchi de memes de meuf "

les profs de français en retraite abonnés à ASI vous s'étrangler !

Je ne suis pas sur que cet article corresponde "au cœur de cible" d'arrêt sur image... 


Perso j'ai pas compris grand chose... ni de quoi on parle, ni même de l’intérêt de ce dont on parle... est-ce que vraiment les abonnés d'ASI s'intéressent à ce qui se passe sur Facebook.

Plus exactement, parler de facebook en tant que média censeur et omniprésent, en tant que manipulateur de vote aux élection, capteur d'attention et de données privées, oui, on doit être informés des enjeux.

Maintenant, les concours de blagues sur facebook... pfff... il y a plus captivant... non ?

Bonjour,
Sincèrement désolé si je n'ai pas réussi à vous captiver avec cet article. Toutefois, je pense que c'est justement parce que Facebook est un outil politique incontournable et obscur qu'il n'est pas inintéressant de se pencher sur les tentatives de modération de groupes visant à éviter à la fois que des trolls viennent pourrir tous les échanges et que Facebook supprime dans une absence totale de transparence des groupes ou des contenus. A mon sens, le fait qu'il s'agisse ici de blagues n'empêche pas d'en tirer des enseignements beaucoup plus généraux.

Vous m'avez (presque) donné envie de m'inscrire sur Facebook : preuve, s'il en était besoin, que certain(e)s d'entre nous ont été captivé(e)s...

Et puis, qu'on le veuille ou non, Facebook est aussi un média. Il transmet AUSSI des informations. Un article sur ce réseau a donc toute sa place sur @SI.

Enfin, je trouve.

Au regard des réactions à mon message (la votre et ci-dessous), j'ai gagné le droit de relire l'article avec plus d'attention. Pan sur le bec.


Le sujet n'est donc pas les "concours de blague" sur Facebook mais comment organiser la régulation sur un réseau en court-circuitant la censure arbitraire dudit réseau.



J’ai été ravi de lire justement ici un article sur ce phénomène qui touche effectivement les 20-30 ans.  

Votre analyse et les questions posées sont tout à fait pertinentes, et élargissent la réflexion sur l’usage du média «réseaux-sociaux » comme un grand labo, mélange de défouloir, censure, gestion du nombre, pensée politique etc 

Merci pour cet article. 

Facebook est un média très populaire, il est donc important d'analyser ce qui s'y passe et ce qui s'y joue. Quand au titre, j'espère quand même que les profs de français à la retraite savent ce qu'est le verlan.

Quand même … on peut être prof, à la retraite et connaitre le verlan !!


Jamais vraiment compris pourquoi on suppose si facilement que ce qui ne nous intéresse pas n'intéresse pas les autres, et qu'on ait en prime envie de le signaler en commentaire au lieu de passer son chemin. J'ai le « ok boomer » qui me démange...!

(ça n'empêche pas qu'on peut dire mille choses sur Facebook... dont parler des neurchis)

Le "cœur de cible" d'@si est justement et heureusement plus vaste que les profs de français en retraite.

L'intérêt de ce dont on parle dépasse l'apparente trivialité d'un "concours de blagues" (les mèmes sont bien plus que ça en tant que phénomènes sociétaux, communautaires et même, disons des grands mots, d'art post-moderne) pour voir comment fonctionnent, s'autonomisent et se confrontent des communautés liées par une même culture mais parfois très distante dans leur idéologie "moyenne" sous l’œil du robot puritain qu'est la modération de Facebook.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.